La Côte-du-Sud à l’heure de la Conquête

Pierre Lagacé:

Écrit en 2009 par Vicky…

Originally posted on Patrimoine, Histoire et Multimédia:

La commémoration de la bataille des Plaines d’Abraham a fait beaucoup jasé récemment. Comment commémorer un événement aussi douloureux de façon respectueuse? La Conquête est un sujet difficile à aborder, même de nos jours.

Ed. Septentrion

Le livre L’année des Anglais, la Côte-du-Sud à l’heure de la Conquête, de l’historien Gaston Deschênes, se penche sur un aspect plutôt méconnu de cette conquête. En effet, la Côte-du-Sud a elle aussi subit des dommages importants en 1759.

L’année des Anglais s’ouvre par une présentation des paroisses de la Côte-du-Sud en 1759. Ensuite, on aborde les mois précédents l’arrivée des Anglais. Les habitants sont sommés par le gouverneur Vaudreuil d’aller se réfugier dans les bois, mais certains ignorent les avertissements…Les Anglais débarquent en Côte-du-Sud durant l’été. Les paroisses de Rivière-Ouelle, Saint-Roch et Saint-Thomas ont été plus particulièrement touchées, car les soldats anglais ont incendié fermes et maisons sur leurs passages. Les habitants, qui n’ont plus…

Voir l'original 163 mots de plus

L’Année des Anglais

Pour mieux comprendre notre  histoire.

http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/annee-des-anglais-ne-l

L97828944858801

Tiré  du site

Été 1759. L’armée britannique assiège Québec. De Pointe-Lévy, Monckton bombarde la ville. Campé sur la rive est de la rivière Montmorency, Wolfe cherche désespérément le moyen de faire bouger Montcalm, résolument retranché à Beauport. Il tente vainement de traverser la rivière le 31 juillet, commande des incursions du côté de Portneuf, soupèse différentes hypothèses, mais le temps passe, il est malade, ses adjoints le contestent, l’automne approche et il doit envisager la possibilité de lever le siège.

En juin, il a fait afficher un placard enjoignant les civils de demeurer à l’écart du conflit, mais cet avertissement n’a pas eu l’effet souhaité. Comme il l’écrit lui-même, «des vieillards de soixante-dix ans et des garçons de quinze ans postés à la lisière de la forêt font feu sur nos détachements, et tuent ou blessent nos hommes».

À la mi-juillet, Wolfe somme les habitants de rentrer tranquillement chez eux, sinon, «s’ils persistent à prendre les armes», il fera ravager leurs propriétés. C’est d’ailleurs ce qu’il avait prévu, en cas d’échec: détruire les récoltes, les maisons et le bétail, «expédier en Europe le plus grand nombre possible de Canadiens en ne laissant derrière [lui] que famine et désolation», bref, répéter ce que les nombreux Acadiens réfugiés dans la région de Québec et de Bellechasse ont sûrement raconté à leurs hôtes…

En août, pendant que le siège s’éternise, il fait raser Baie-Saint-Paul et La Malbaie, puis des paroisses de Lotbinière et toute la côte de Beaupré. Au tout début de septembre, il ordonne à ses troupes de choc d’aller ravager les riches fermes de la Côte-du-Sud, à l’est de Pointe-Lévy, à des dizaines de kilomètres du théâtre des opérations.

L’Année des Anglais raconte comment les habitants de la Côte-du-Sud ont vécu l’année 1759. Cachés «dans les profondeurs», ils ont vu les troupes débarquer à Kamouraska et à Saint-Thomas (Montmagny) le 9 septembre. Avec leurs faibles moyens, en l’absence des miliciens regroupés à Québec pour défendre la capitale, ils ont multiplié les embuscades dans l’espoir de ralentir les pillards et les incendiaires.

Conjuguer ses histoires… pour la suite du monde (3)

Pierre Lagacé:

Troisième partie…

Originally posted on sillage:

Il y a un mois, Radio Canada a lancé une nouvelle série d’émissions, Qui êtes-vous?. Je suis convaincu que cette série témoignera de l’intérêt de beaucoup d’entre nous pour la généalogie. Quiconque passe le moindrement de temps à remonter le temps à la recherche de ses ancêtres constate rapidement à quel point la généalogie est un passe-temps très populaire. Nous sommes tous intéressés à savoir qui nous sommes. Nous voulons connaître nos histoires.

Au cours de la première émission, l’animateur bien connu de jeux télévisés, Patrice L’Écuyer est visiblement touché de se rendre compte que l’histoire de sa famille est inscrite dans celle de notre nation. Je suis persuadé que beaucoup de téléspectateurs ont partagé ses émotions, à chaque étape de ses découvertes ; lorsqu’il s’interroge sur le rôle que son ancêtre aurait pu jouer au cours de la Rébellion de 1837-1838 ; lorsqu’il apprend que Jeanne Mance, qu’on…

Voir l'original 1 456 mots de plus

Conjuguer ses histoires (2)

Pierre Lagacé:

Deuxième partie…

Originally posted on sillage:

Il y a longtemps, lors de conversations avec des membres de ma famille, j’ai appris que mon aïeul en terre d’Amérique s’appelait Pierre Jamme, ou Gemme. J’ai retenu aussi qu’il était originaire du Calvados, en Normandie ; qu’il était arrivé avec un régiment militaire et qu’il s’était établi dans la région de Montréal ; que ses descendants avaient progressivement migré vers l’ouest en passant dans la région de Saint-Eustache avant de traverser la rivière des Outaouais il y a un peu plus d’un siècle. Ma connaissance de mon histoire familiale se résumait à ces quelques lignes.

J’ai voulu en savoir plus en revenant de mon dernier périple à Ottawa il y a quelques semaines. Depuis ce moment, je fouine sur Internet, voir ce que je pourrais y trouver.

Surprise … une histoire digne d’un film romantique

Mon aïeul, Pierre Jamme est originaire de Lantheuil, tout près de Bayeux en Normandie…

Voir l'original 1 095 mots de plus

Conjuguer ses histoires… (1)

Pierre Lagacé:

Le premier d’une trilogie…

Originally posted on sillage:

Racines familiales Quatre générations – la continuité de la vie…

Un devoir de mémoire

Quelques années avant de mourir, ma mère m’avait donné plusieurs vieilles photos de famille. À l’occasion, au cours des années, elle m’avait raconté les histoires liées à certaines de ces photos. Malheureusement, je n’avais pas pris de notes lors de ces conversations. La mémoire ne retient en général que ce qu’on estime comme étant important dans l’immédiat. Les souvenirs se logent dans les replis du cerveau, puis la trace pour s’y retrouver se dissipe. C’est pour cette raison que je saisis toutes les occasions de sortir ces photos, et d’interroger les témoins toujours vivants qui pourraient me renseigner sur mes histoires.

Ainsi, il y a quelques semaines, je suis retourné à Ottawa, ma ville natale, pour accomplir des devoirs : des devoirs de famille, de reconnaissance, de mémoire.. pour lier le passé à l’avenir, pour retisser et reconjuguer…

Voir l'original 605 mots de plus

Fontbedeau

Le patronyme Bedeau serait le pluriel de Bédard; un Bédard des Bedeau. Le père de Jacques Bedard, Isaac-1 Bédard habitait Fontbedeau. Le nom de ce village est formé du mot Font pour fontaine et Bedeau. La fontaine des Bedeau s’y trouve encore à environ 100 km au sud de LaRochelle. Si vous voulez la photo que j’ai prise sur place faites moi signe.

Jacques Deslauriers

image

image

Collection  Jacques  Deslauriers