Vous me suivez?

nos ancêtres II


Je suis ici maintenant…

Mais j’écris encore ici à l’occasion.

OldManAtComputer

Publicités

L’aboutissement d’une longue recherche

C’est l’aboutissment d’une longue recherche grâce à cette photo.

J’avais beaucoup cherché mes ancêtres paternels avant que Valdor Lagacé me fournisse l’information qui m’avait finalement mis sur la piste des parents de mon grand-père paternel.

H. Alexandre.

acte-de-deces-leo-lagace-senior

C’était le nom de sa mère. Henriette Alexandre serait la femme à gauche, mais je ne peux pas le prouver. Il semble tous les deux avoir le même nez et le bas du visage. Mon frère m’a dit en voyant cette photo que mon père avait ses yeux…

Avant de tout trouver, je cherchais en vain un quelconque Pierre Lagacé quelque part dans les recensements canadiens qui aurait été mon ancêtre. J’en avais trouvé un qui était né en 1825. Il avait eu sept fils dont un qui s’appelait Pierre Adolphe. Les autres étaient Joseph, Henri, Isidore, Damase, Idala et Ambroise.

J’étais loin de me douter que ce Pierre Lagacé, né en 1825, était tout bonnement le frère de Stanislas Lagacé, mon arrière-arrière-grand-père né en 1816.

J’avais donc trouvé tous les enfants de Pierre Lagacé et Marcelline David dans l’espoir de retrouver mes racines. Pierre Lagacé et Marcelline David avaient eu une douzaine d’enfants.

J’ignore qui a mis cette photo dans mon arbre familial la semaine dernière.

Le propriétaire avait identifié Joseph Lagacé, né en 1852, en bas à gauche.

20190909_120531.jpg

J’ai tout de suite reconnu Pierre Adolphe né en 1851. Puis j’ai reconnu le deuxième en haut à gauche. C’est Idala Antoine Lagacé né en 1870.

Idala était le grand-père de ma petite cousine Alyce au pays des merveilles qui vit aux États.

Alice in Wonderland

En 2010, Alyce avait partagé la photo de son père David avec ses frères. Elle ignorait qui étaient les autres et tout de ses ancêtres.

Mais qui étaient les autres fils de Pierre?

Je savais qui était Pierre Adolphe.

20190909_120500.jpg

Henri étant le troisième plus vieux après ses frères Pierre Adolphe et Joseph, devrait donc nécessairement être à droite dans la première rangée.

20190909_120556.jpg

Viendraient ensuite Isidore, né en 1855, Damase, né en 1860, Idala, né en 1870, puis Ambroise, né en 1872.

20190909_120720.jpg

Isidore

20190909_120654.jpg

Damase

Idala

20190909_120626.jpg

Ambroise (Ambrose)

Simple logique…

Si les vieilles photos pouvaient parler

Je n’ai encore aucune idée qui sont ces deux femmes. Cette photo fait partie de la collection de Joe, un petit cousin des États. Son arrière-arrière-grand-mère Marguerite était la soeur de mon arrière-grand-mère Henriette Alexandre.

Marguerite Alexandre

Joe m’avait confié avoir jeté des vieilles photos, car il ignorait qui étaient ces personnes. J’avais alors numérisé toute sa collection quand je suis allé au Connecticut lui rendre visite en 2012. Si certaines de ses photos me donnaient des indices, celle-ci par contre n’en avait aucune. Est-ce qu’Henriette né le 6 avril 1845 serait la femme à gauche?

La semaine dernière, j’avais demandé à une petite cousine, qui est une experte en mode d’autrefois, d’essayer de dater cette photo.

À suivre…. ?

Lillie et Malvina

10 ans!
C’est après plus de dix ans de recherche que j’ai pu identifier sur des vieilles photos deux des sœurs de mon grand-père Léo.

En 2008, j’avais trouvé leurs noms dans le recensement de 1881. On y voyait la famille de mon grand-père à Notre-Dame-des-Anges dans le comté de Missisquoi.

1881 famille Stanislas Lagassé (1)

1881 famille Stanislas Lagassé (2)

Mon grand-père Léo n’était pas encore né. On y voyait ses frères Antoine, Stanislas et Adélard, puis ses sœurs Marguerite, Lillie et Malvina. Au début, je pensais voir sur cette photo son frère Stanislas avec sa femme Amanda Ménard. Je me fiais alors sur la description d’une descendante de la petite Germaine.

Lagasse family 003-2

J’ai tenté de jouer avec les visages, mais je ne voyais pas de ressemblances. La photo à gauche faisait partie d’une collection de photos de famille avec celle-ci où la petite Germaine avait ses mains dans la bouche.

original-picture-of-the-lagasse-family

Cette photo fut le point de départ de plein de découvertes sur la famille de mon grand-père qui était restée à East Bristol au Connecticut, alors que mon grand-père revenait au Québec en 1907.

Quelques années plus tard, j’ai pu avoir des photos partagées par des descendants de Stanislas qui était devenu Dennis Lagassey.

Des centaines de photos!

Dennis Lagassee

Pour Lillie et Malvina j’ai dû attendre 10 ans.

Des fois il faut être patient. Lillie Lagacé est donc cette femme sur cette photo avec son mari Eugène Dubé. On voit deux de leurs enfants, mais je ne suis pas encore certain qui ils sont.

Lagasse family 003-2

Eugène Dubé est revenu au Québec avec sa femme Lillie pendant quelques années avant de retourner vivre aux États. En 1911, Eugène servira de témoin au mariage de mon grand-père le 16 septembre 1912. Mon grand-père marie Maria Landry, mais il disparaît de la carte pour réapparaître au milieu des années 20 où il fera la rencontre de la belle Juliette.

Juliette et Léo

Le 31 août 1927, le petit Léo Junior naîtra…

Léo Lagacé  vers 1931

Quant à ma grand-tante Malvina?

Malvina Lagasse

Ça c’est une autre longue histoire…

Quelques photos

Un autre commentaire de Nathalie, et puis un autre…

Bonjour M. Lagacé
Bonjour à tous,
J’ai une photo d’Arsène Villiot Latour, de Pierre Laberge, mais pas de Julie Laberge et d’Emma Gaudry (en apparence … car j’ai plein de photos non identifiées).

Inconnue

Inconnue

L’autre commentaire…

Bonjour,
Plus j’y pense, plus je me dis que ce site web est le lieu idéal pour trouver des réponses à mes questions. Je dois, pour bien faire les choses, ajouter à mon précédent courriel des informations essentielles pour faciliter les recherches. Je recherche depuis longtemps les photos des personnes suivantes, soit parce que je n’en ai pas ou bien parce que je veux identifier une photo existante : Emma Gaudry et Arsène Latour, Alphidophare Gaudry et Caroline Pichette, Jacques Gaudry et Philomène Perreault.

Jacques Gaudry, fils de Amable Gaudry et Marie-P. Bélair, a épousé Philomène Perreault, le 2 février 1852, à Lavaltrie. Il est décédé à Stukely-nord vers 1860-1862, d’après mes souvenirs, avant qu’une panne d’électricité efface mes données (Ancestry.ca). D’après ma photo mortuaire, Philomène Perreault est morte, le 12 juillet 1902, à l’âge de 67 ans, 9 mois et 17 jours.

Emma Gaudry, fille de Jacques Gaudry et Philomène Perreault, a épousé Arsène Villiot dit Latour le 12 septembre 1876 à la Basilique Notre-Dame de Montréal. Emma est née le 29 mai 1854 à Montréal. Elle est morte, le 13 mars 1930, à Montréal, à l’âge de 76 ans, et a été enterré au cimetière Côte-des-Neiges.

Arsène Villiot dit Latour naquît, le 7 octobre 1852, à St-Lin. Il a perdu la vie, le 23 juillet 1923, à l’âge de 70 ans. Il est aussi enterré au cimetière Côte-des-Neiges. Arsène était entrepreneur en construction. Il n’y a pas moyen de trouver des traces de ses activités professionnelles. Je me suis informée auprès des Archives de la Ville de Montréal et de Banq.qc.ca. Pourtant, d’après le journal ‘Le prix courant, vendredi le 7 août 1900, Arsène a construit en collaboration avec l’architecte Casimir St-Jean, une église et un presbytère dans Villeray.

Alphidophare, le frère de Emma, est né le 6 septembre 1854 selon le recensement de 1901. D’après la photo mortuaire, il est décédé le 29 mai 1941 à l’âge de 85 ans. Alphidophare Gaudry, a épousé Caroline Pichette, le 8 juillet 1877, à la paroisse St-Jacques-le-Mineur (Ancestry.ca, arbre de fdero). Alphidophare était boucher de métier (Annuaire Lovell). Caroline Pichette est la fille de Eusèbe Pichette, si je ne me trompe pas.

Merci beaucoup pour votre aide !

Nathalie

À suivre…?femme inconnue

Avis de recherche

Une nouvelle lectrice m’a laissé ce commentaire hier.

Bonjour M. Lagacé,
Je vous écris sur un autre sujet. Je fais mon arbre généalogique et pour moi, il est indispensable d’avoir des photos. Auriez-vous des photos de famille de Villiot de Latour tels Arsène et sa femme Emma Gaudry (hormis Aurélie Villiot Latour), Pierre et Julie Laberge de Beauharnois (1850-1880 environ) ? Merci !

Nathalie

À suivre

Je me souviens maintenant…

J’avais écrit un billet sur l’aumônier Rémi Dalcourt en 2014, et voilà qu’on s’intéresse à lui.

Je travaille sur un livre sur les aumôniers alliés tués dans le nord-ouest de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Le révérend Joseph Archibald Rémi Dalcourt était l’un d’eux. Il est décédé le 28 février 1945. J’ai beaucoup d’information sur son service militaire et sa mort, mais j’en ai très peu sur sa vie avant d’entrer au service des aumôniers canadiens. Je sais qu’il a été ordonné prêtre à Trois-Rivières en juillet 1937 et qu’il a servi dans la paroisse du Saint-Sacrement de cette communauté. Cependant, au-delà des noms de ses parents et de ses frères et sœurs, je n’ai pas été en mesure de trouver quoi que ce soit d’autre. Pouvez-vous me dire quelque chose à propos de sa croissance, de son ascension, des écoles fréquentées, de son ministère lorsqu’il a été ordonné, etc. Merci beaucoup pour votre aide.

Meilleures salutations,

Révérend Dr Tom Wilson.

Mon billet écrit en 2014…


Pourquoi vouloir écrire sur l’aumônier du Régiment de la Chaudière, un gars de Trois-Rivières sur un blogue qui traite de généalogie?

Bonne question. On a même nommé une place en son nom!

Origine et signification Ce nom évoque le souvenir de Josaphat Dalcourt (1908-1945), aumônier du Régiment de la Chaudière, avec le grade de major, durant la Deuxième Guerre mondiale. Il fit son cours de théologie à Trois-Rivières et fut ordonné prêtre le 7 juillet 1935. Vicaire à la paroisse du Très-Saint-Sacrement de Trois-Rivières, il s’enrôla dans l’armée canadienne à titre d’aumônier. Il mourut lorsque son véhicule sauta sur une mine dans la forêt de Hoch en Allemagne, le 28 février 1945, à l’âge de 37 ans.

Cet honneur est pleinement mérité d’ailleurs.

Dalcourt_1

Collection Mario Allard

Pourquoi vouloir vous écrire sur l’aumônier du Régiment de la Chaudière, un gars de Trois-Rivières sur un blogue qui traite de généalogie?

C’est à cause de cette photo.

funérailles_Réal_Thibeault

Ce sont les funérailles de ce jeune homme mort à la guerre en Hollande qui n’arrête pas de nous envoyer des tulipes pour remercier les Canadiens de les avoir libérés.

avis_décès_thibeault

Réal est mort à 20 ans et n’aura jamais de descendants pour se souvenir de lui. Pourquoi écrire sur ces gens sans aucune descendance sur un blogue qui traite de généalogie. C’est aussi à cause de la question de Mario…

Pourquoi vous faites de la généalogie sur des gens que vous ne connaissez pas…?

Et pourquoi je lui ai répondu ceci…

Pour répondre à ta question du pourquoi je fais de la généalogie sur des gens que je ne connais pas… Le plaisir de chercher et de trouver, puis de partager, comme tu le fais avec ta collection d’objets et de photos. Tout ça pour éduquer les gens et pour ne jamais oublier ces gens, de simples inconnus qui ont trimé dur toute leur vie. Rendre hommage au Padre… et à ses proches? Il a donné sa vie comme tant d’autres inconnus dans des guerres trop souvent, si ce n’est pas toujours, déclenchées par des gens illustres dont on retrouve les noms immortalisés dans les livres d’histoire. Ses proches ont aussi terriblement souffert. C’est pour ça que j’écris et que je tiens à faire connaître le Padre.

Pour clore le dossier généalogique du Padre Dalcourt…

Ceci, que j’ai trouvé ici, en dit long sur l’aumônier Joseph Rémi Archibald Dalcourt. On dit qu’il venait de Rimouski…, mais ce n’est pas le but de mon propos.

As with their predecessors, these chaplains faced the consequences of accompanying the men to the front: Fr. F.J. Deloughery was captured by the Japanese at Hong Kong, while padre Thomas Mooney, from Hamilton, Ontario, was killed by shellfire while ministering to wounded a few weeks after D-Day: he was buried in the Canadian cemetery at Eccloo, Belgium. As a tribute, the Protestant chaplains of his formation served as pall­bearers.66 On February 28, 1945, Fr. J.R. Dalcourt of Rimouski was killed when his vehicle hit a land mine while returning to the Régiment Chaudière from funerals at Bedburg. A few hours later, Hickey and Fr. McCarney laid him to rest in the cemetery he had just left that morning.67 Like other priests unhappy with rear area postings, Dalcourt had agitated for a front-line post since D-Day. He had been with the regiment since November 1944, relieving the battle-exhausted Father Huard. After surviving night visits to outposts under fire, and a much talked-about stealthy Christmas Night visit to advanced posts with Communion, his soldiers were saddened by news of his death in the relatively calm rear area.68 For such priests, as for others who were wounded, the military cost of discipleship was devastatingly real.

***


 

Alors pourquoi vouloir vous écrire sur l’aumônier du Régiment de la Chaudière, un gars de Trois-Rivières sur un blogue qui traite de généalogie?

Je travaille sur un livre sur les aumôniers alliés tués dans le nord-ouest de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Le révérend Joseph Archibald Rémi Dalcourt était l’un d’eux. Il est décédé le 28 février 1945. J’ai beaucoup d’information sur son service militaire et sa mort, mais j’en ai très peu sur sa vie avant d’entrer au service des aumôniers canadiens. Je sais qu’il a été ordonné prêtre à Trois-Rivières en juillet 1937 et qu’il a servi dans la paroisse du Saint-Sacrement de cette communauté. Cependant, au-delà des noms de ses parents et de ses frères et sœurs, je n’ai pas été en mesure de trouver quoi que ce soit d’autre. Pouvez-vous me dire quelque chose à propos de sa croissance, de son ascension, des écoles fréquentées, de son ministère lorsqu’il a été ordonné, etc. Merci beaucoup pour votre aide.

Meilleures salutations, Révérend Dr Tom Wilson.

dossier militaire Rémi Dalcourt

Demande d’aide

Une de mes lecteurs m’a soumis cette demande.

Je travaille sur un livre sur les aumôniers alliés tués dans le nord-ouest de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Le révérend Joseph Archibald Rémi Dalcourt était l’un d’eux. Il est décédé le 28 février 1945. J’ai beaucoup d’information sur son service militaire et sa mort, mais j’en ai très peu sur sa vie avant d’entrer au service des aumôniers canadiens. Je sais qu’il a été ordonné prêtre à Trois-Rivières en juillet 1937 et qu’il a servi dans la paroisse du Saint-Sacrement de cette communauté. Cependant, au-delà des noms de ses parents et de ses frères et sœurs, je n’ai pas été en mesure de trouver quoi que ce soit d’autre. Pouvez-vous me dire quelque chose à propos de sa croissance, de son ascension, des écoles fréquentées, de son ministère lorsqu’il a été ordonné, etc. Merci beaucoup pour votre aide.

Meilleures salutations, Révérend Dr Tom Wilson.

J’avais déjà écrit sur Souvenirs de guerre au sujet de l’aumônier Dalcourt en 2014. C’était suite à un échange de courriels avec Mario Allard.

Mario avait cette photo.

Dalcourt_1

Collection Mario Allard

Et ceci…

8 mars 1945…

lettre_décès_Dalcourt

Collection Mario Allard

Mario avait d’autres informations, mais il voulait obtenir l’aval de la famille avant que j’en parle. Il ne m’est jamais revenu.

Par contre une lectrice m’avait envoyé ceci.

Aumonier Valcourt

J’avais été curieux et je lui avais demandé la date de son décès.

La bataille de Hollen a eu lieu le 26 février 1945. Il est mort le lendemain le 27 février selon LE GESTE DU REGIMENT DE LA CHAUDIERE ÉCRIT PAR LES MAJORS ARMAND ROSS ET MICHEL GAUVIN et écrit avant le 3 septembre 1945.

Sur le site du Mémorial virtuel de guerre du Canada on retrouve ceci…

À la mémoire du
Major honoraire
Joseph Rémi Archibald Dalcourt
décédé le 28 février 1945

Service militaire :

Force : Armée

Unité : Service d’aumônerie canadien

Renseignements additionnels :

Cimetière :

CIMETIÈRE DE GUERRE CANADIEN DE GROESBEEK, Netherlands

Informations sur la sépulture :

IX. E. 14.

Une autre lectrice m’a envoyé ce témoignage…

Même si les combats faisaient encore rage, les aumôniers avaient le triste mandat d’inhumer les morts avec tous les honneurs militaires. Même là, l’activité semblait empreinte de confusion, le major honoraire C.W. McCarney de la 3e Division se plaignant que trop d’aumôniers se trouvaient dans les cimetières alors que les blessés continuaient d’affluer dans les hôpitaux. Mais c’était là une simple question d’administration, qui fut promptement réglée. D’autres situations revêtaient un caractère plus personnel, plus délicat.

Le 28 février, «on apprit à 13 h la triste nouvelle de la mort du père Dalcourt. Alors qu’il recueillait les hommes tombés sur le champ d’honneur, le véhicule à bord duquel il se trouvait heurta une mine posée par l’ennemi. L’aumônier et son conducteur périrent instantanément.»

Source (page 21)

D’autres lectures suggérées par ma lectrice,

À la page 20, on parle de Charles Forbes…

http://www.journaladsum.com/ftp/journaux/VOL_35_NO_11_ADSUM_2006_11_08.pdf

Et ceci, quand je ne saurai plus quoi lire…

Chroniques de guerre

1939 – 1945

du Three Rivers Regiment (Tank)

par Charles Prieur

http://www.12rbc.ca/upload/pdf/news/chroniques-de-guerre-28-02-06.pdf

Neuf ans plus tard…

En 2010, c’est en voulant aider quelqu’un qui voulait aider quelqu’un à trouver sa mère, que j’ai retrouvé sur mon chemin une partie de ma famille aux États-Unis…

Une deuxième cousine à une génération m’avait envoyé cette photo, mais je me demandais bien par contre qui étaient tous ces gens…

Ces photos avaient été prises en même temps. Les gens avaient juste changer de place question de mêler tout le monde.

Ces deux photos faisent partie d’un album de photos que possédait la petite fille de Germaine Lagasse. On y indiquait un William Lagasse et aussi une Bertha Lagasse. On était probablement sur le bord de la mer. J’ai su exactement quelques années plus tard où exactement. Bertha m’avait donné du fil à retordre.

Germaine Lagasse est cette petite fille au centre de la photo.

Et la revoici…

Nous serions au printemps 1915, car Germaine est née le 29 juin 1914. Nous sommes à East Bristol au Connecticut. Son grand-père est celui qui a l’étiquette Pepère sur la photo de famille prise au printemps de 1916. 

Pépère c’est Stanislas Lagasse, le frère de mon grand-père Léo Lagacé Senior. Germaine est donc ma deuxième cousine et la personne qui m’a envoyé toutes photos est ma deuxième cousine à une génération.

Sauf que…

La petite-fille de Germaine avait arrêté de m’écrire. Ça n’a pas empêché d’écrire sur nos ancêtres par contre.