Jessie Desfossés

Non, ce n’est pas la jolie femme d’hier assise avec le beau Eugène.

Ne désespérez pas.

On trouvera bien son nom un beau jour.

Quant à Jessie Desfossés, elle a marié Edmond Daviau en 1894.

Comme ses parents sont les mêmes que Zéphirin Desfossés, on a donc la tante d’Anatole qui est aussi sa marraine.

On est maintenant certain de l’identité de J.A. Desfossés né le 7 juin 1911, et on peut maintenant reculer dans le temps.

Sylvain peut maintenant s’amuser à trouver un lien de parenté.

Les parents de Joseph Zéphirin et de Jessie sont Joseph Desfossés et Victoria Durand.

On retrouve la petite famille de Joseph Desfossés et Victoria Durand dans le recensement canadien de 1901 et 1911, sauf Jessie qui s’est mariée en 1894.

En 1901…

Desfossés Joseph   M Head   M    Apr 15  1844   57

Desfossés Victoria  F Wife    M    Apr 25  1850   51

Desfossés Edouard M Son    S      Jul 5     1879   21

Desfossés Arthémise   F Daughter    S      Aug 18   1881    19

Desfossés Joseph     M      Son     S      Sep 2    1884    17

Desfossés Albert     M      Son     S      Aug 11    1885    15

Desfossés Henri     M       Son     S     Oct 3      1887    13

Desfossés Etienne   M     Son     S      Apr 21    1889   12

Morin Elzéar    M Grandson   S     Apr 13       1896    5

Source Information:

1901 Census of Canada

Subdistrict:Saint-François, YAMASKA, QUEBEC

District Number:201

Subdistrict Number:g-1

Archives Microfilm:T-6550

On se méfie toujours des dates dans le recensement…!

Joseph Desfossés bien est là.

Mais pourquoi Joseph fils et non Zéphirin?

Aucune idée.

En 1911,

Desfosse Joseph M  Chef  M    avril  1844  67

Desfosse Vitoria F  Epouse   M   avril   1850   61

Desfosse Arthemise F   Fille    C   août   1881   29

Desfosse Etienne M    Fils    C    avril   1889    22

On est donc presque quasiment certain à 100% de cette lignée.

Ce Joseph père serait en fait Joseph Ludger qui a marié Victoria Durand en 1872. C’est ce que BMS 2000 nous dit.

Le prénom Joseph cause toujours beaucoup de problèmes aux généalogistes amateurs.

Aux professionnels aussi…

Les parents de Joseph Ludger Desfossés sont Basilide Desfossés et Agathe Janelle.

Quant à Basilide, il est le fils de Louis Desfossés et Madeleine Lacourse.

Clément-Oscar Desfossés dit sur son site avoir hérité de son don transmis de génération en génération depuis 700 ans.

Disons que ça me motive à poursuivre mes recherches…, mais pas à la course…

On se repogne.

Qui est-elle?

Eugène Gagnon a dû en faire chavirer des cœurs dans les années 40.

Un beau pilote d’avion de la Royal Canadian Air Force…

Cette photo se trouvait dans la collection de Jacques Gagnon.

Jacques ignore qui est cette dame.

Aucune indication au verso.

On ne saura probablement jamais.

Tout comme on n’aurait jamais su ce que Eugène avait fait en Europe dans la RAF à bord d’un Mosquito dans le No. 23 Squadron.

Toute l’histoire de cette escadrille s’écrit présentement en Angleterre par le fils d’un pilote anglais.

Mon blogue sur le No. 23 Squadron n’est que la pointe de l’iceberg. Il est écrit en anglais pour rejoindre le plus de gens possible.

Des gens…

J’en ai rejoint plusieurs dont un pilote qui a volé sur Mosquito dans la même escadrille. George Stewart vit en Ontario et je lui rendrai visite en septembre prochain.

Je lui apporterai la photo de la dame, mais je doute fort qu’il puisse l’identifier.

Je vais l’apporter samedi prochain à mon grand ami Marcel Bergeron.

Marcel a connu Tibé. Tibé l’a même amené faire des tours d’avion plusieurs fois après la guerre.

J’ai raconté cette histoire sur mon blogue Souvenirs de guerre en février 2010.

Eugène était son héros de jeunesse.

Si je vous fais connaître ces gens, c’est grâce à lui.

Il m’a trouvé sur sa route.

Il tenait à honorer la mémoire de son héros de jeunesse.

Il m’a demandé mon aide…

Il ne se doutait pas où tout cela allait le mener.

Moi non plus d’ailleurs.

Dans la vie, il faut oser demander.


Urbain Desfossés

Je vous ai laissé le soin d’en apprendre plus sur J.A. Desfossés et le paranormal en vous mettant des hyperliens dans mon article d’hier.

Je vais vous parler d’Urbain Desfossés qui est le père de Clément-Oscar, le neveu de J. A.

J’ai trouvé le mariage de Clément-Oscar sur BMS 2000 et par le fait même ses parents.

Ses grand-parents sont Zéphirin Desfossés et Elisa Tessier qui sont aussi les parents d’Anatole…

On a donc la preuve…

Anatole serait né le 7 juin 1911.

Sauf qu’on a Joseph Desfossés boulanger et non Zéphirin…

Les parrain et marraine sont la deuxième clé de l’énigme.

Quant à Clément-Oscar, il nous dit qu’il a hérité du don de son oncle… Moi, je mets pas en doute ce qu’il dit même s’il a erré sur la date de naissance de son oncle Joseph Edmond Anatole Desfossés. Tout le monde se trompe dans la vie… moi le premier.

Je n’ai pas à juger.

Quant à Jessy Desfossés et Edmond Daviau, on se revoit mardi pour valider l’identité des ancêtres de J.A. Avant de vous quitter, je m’en voudrais de ne pas vous montrer ceci…

C’est Jacques Gagnon qui avait cette photo.

Il en avait d’autres.


Joseph Anatole Desfossés

Est-ce que mes photos d’ancêtres vous ont fait peur dans mon article d’hier…?

J’espère bien que non.

Ce genre de photos me fascine.

C’est comme si les gens revivaient.

Revenons à notre Joseph Anatole.

La généalogie c’est une vraie boîte de Pandore.

Aucune certitude sur les ancêtres de Joseph Anatole… jusqu’à maintenant.

Mais Sylvain et moi, surtout Sylvain, serions sur une piste sérieuse afin de retrouver les ancêtres de J.A. Desfossés le célèbre guérisseur.

Un être fascinant à découvrir.

Source : site Internet de Clément-Oscar Desfossés

Sylvain a été intrigué par le patronyme.

Surtout qu’il a des Desfossés dans ses ancêtres.

Il n’en fallait pas plus pour rallumer son ardeur de généalogiste amateur.

En fait, Sylvain est un gars pas mal allumé côté généalogie.

Sa grand-mère Flore Doyle était la fille de Jessy Desfossés.
On la voit ici avec l’Hudson 1947.
Elle était l’épouse de Rosaire Houde.

collection Sylvain Houde

Il y a toute une histoire derrière cette photo m’a confié Sylvain.

Revoici la photo de J. A. avec son secrétaire Eugène Gagnon qui est maintenant beaucoup plus célèbre que son ancien patron, du moins sur Internet.

collection Jacques Gagnon

Clément-Oscar Desfossés, le neveu de J.A. Desfossés, nous parlait du 8 août 1911 et du Cap-de-la-Madeleine sur son site comme étant la date et le lieu de naissance de son oncle.

Pas sûr…

Le baptistère trouvé par Sylvain parle d’un Joseph Edmond Anatole Desfossés né le 7 juin 1911 à St-François-Xavier-du-Lac dans le comté de Yamaska.

Même personne?

Pas sûr…

C’est là que le fun commence… tout le plaisir étant de chercher comme ce fut le cas avec le petit Jean-Baptiste Marineau et Emma Asselin dans la parenté de Sylvain.

Cliquez ici pour aller encore sur le site de Clément-Oscar Desfossés.

Sans vendre la mèche… Clément-Oscar a été la clé de l’énigme.

Je n’avais qu’à mettre le son et écouter.

Légende du Haut du Trait-Carré

Yvon Lauzon a donné signe de vie hier…

Je peux procéder… quoique je ne veux pas verser dans le paranormal.

Yvon m’avait écrit ceci…

Salut Pierre,

Non, ce ne sera pas une histoire de peur, mais…..

Vers les années 1920, M. Moïse Chaumont (agriculteur) veut  installer  un de ses fils,  Paul-Ubald, sur une terre du Haut Trait-carré.  La veuve Dupras (conjointe du petit Jérémie Lauzon) s’est résignée à lui  vendre sa terre pour s’installer du côté de St-Canut (l’ancienne terre de Barthélémy Labelle).  Un descendant de M. Paul-Ubald m’a appris que la maison n’a pas été habité durant un certain nombre de mois, son grand-père n’étant pas prêt à prendre la terre tout de suite.

 C’est alors qu’au début de l’automne, les voisins de cette maison inhabitée, dont M. Alexis Lauzon, ont vu de la fumée sortant de la cheminée. Ils auraient alors décidé d’aller voir qui pouvait bien chauffer la maison. 

De la galerie, s’approchant de la fenêtre,  ils auraient vu une femme âgée, souriante près du poêle à bois et puis……. plus rien!

On sait qu’Angèle Barrette, à la mort de son mari, a fini ses vieux jours dans cette maison.  Elle y est décédée, le 24 septembre 1903, à l’âge de 86 ans.

On raconte qu’une dame y habiterait encore?     

Yvon

Je réécris le message d’Yvon, mais en ajoutant les photos qu’il m’avait déjà envoyées en 2009.

Salut Pierre,

Non, ce ne sera pas une histoire de peur, mais…..

Vers les années 1920, M. Moïse Chaumont (agriculteur)

veut  installer  un de ses fils,  Paul-Ubald, 

sur une terre du Haut Trait-carré. 

La veuve Dupras

(conjointe du petit Jérémie Lauzon)

s’est résignée à lui  vendre sa terre pour s’installer du côté de St-Canut (l’ancienne terre de Barthélémy Labelle). 

Un descendant de M. Paul-Ubald m’a appris que la maison n’a pas été habité durant un certain nombre de mois, son grand-père n’étant pas prêt à prendre la terre tout de suite.

C’est alors qu’au début de l’automne, les voisins de cette maison inhabitée, dont M. Alexis Lauzon, ont vu de la fumée sortant de la cheminée. Ils auraient alors décidé d’aller voir qui pouvait bien chauffer la maison. 

De la galerie, s’approchant de la fenêtre,  ils auraient vu une femme âgée, souriante près du poêle à bois et puis……. plus rien!

On sait qu’Angèle Barrette,

à la mort de son mari, a fini ses vieux jours dans cette maison.  Elle y est décédée, le 24 septembre 1903, à l’âge de 86 ans.

On raconte qu’une dame y habiterait encore?     

Yvon

À suivre???

Eugène Gagnon, secrétaire

Eugène était le secrétaire personnel du guérisseur Joseph Anatole Desfossés.

collection Jacques Gagnon

On retrouve peu de choses sur J. A. Desfossés sur Internet.

Hier j’ai fait une petite erreur avec le prénom. Je pensais Alphonse, mais c’était Anatole.

Son neveu a un site.

On y trouve des informations intéressants sur ce célèbre guérisseur et sur son neveu.

À ma sortie de l’orphelinat, mon oncle J.A. Desfossés a su m’accueillir chez lui à bras ouverts, me donnant toute l’attention et l’amour dont un enfant a besoin.

Joseph-Anatole Desfossés est né au Cap-de-la-madeleine, près de Trois-Rivières, dans la province de Québec, le 8 Août 1911. Ses parents étaient des fermiers et la famille se composait de onze enfants, neuf garçons et deux filles.

Sa carrière n’a pas été sans heurt. Il a eu à faire face à toutes sortes de tribulations, intimidations, attentats à sa vie, rumeurs malicieuses, et persécutions sans compter les accusations dramatiques, civiles et criminelles de pratiques illégales et de sorcellerie.  Ces accusations se sont avérées non fondées devant les tribunaux. Il a su en tout point sortir indemne de ces poursuites, sauvegardant son nom et sa réputation.

Message personnel de J. A. Desfossés avant son décès à Clément-Oscar.  Mon petit la vie va être très dure et cruelle pour toi, à cause de tes dons, tu vas te sentir incompris et seul, mais comme ta mère te l’a dit fait le bien et non le mal et tu ne seras jamais abandonné et il m’a dit je ne remercierai jamais assez ceux qui ont su croire en moi.

Quelques années plus tard, à la suite d’un long procès qui dura plusieurs années, Clément Oscar Desfossés  et ses avocats gagnèrent leur cause rejetant par le fait même les accusations de sorcellerie. Ces coûteux procès ont tracé la voie permettant à d’autres personnes d’explorer leurs talents dans le domaine du paranormal.  Cette cause fut gagnée en 1984 à la cour. On peut dire des Desfossés qu’ils furent les grands pionniers au Québec et même dans tout le Canada.

Parlant de paranormal…

Yvon Lauzon m’a écrit un courriel intéressant.

J’attends juste qu’il me fasse un petit signe pour vous en parler.

Ce sera mon 1000e article.

Je ne veux pas mettre de pression sur ses épaules.

Eugène Gagnon, 28 mai 1921

Eugène est né le 28 mai 1921.

Il est décédé dans un accident d’avion le 21 octobre 1947. Il pilotait un Republic Seabee un avion amphibie comme sur cette video sur You Tube.

collection Jacques Gagnon

En voici une autre…

Je vous raconterai cet accident en octobre prochain, car j’ai encore beaucoup d’information de son neveu Jacques.

La vie d’Eugène Gagnon intéresse probablement peu de gens.

On n’a pas baptisé de pont en son honneur bien qu’il ait passé sous le pont de Bromptonville avec un avion après la guerre.

Légende urbaine?

Ça reste à vérifier.

Il aurait aussi passé entre les deux clochers de l’église de Bromptonville.

Légende urbaine? 

Légende ou pas, Tibé, car c’était son surnom, était un sacré pilote.

Il devait être vraiment bon pour voler sur des Mosquitos de la RAF. Seuls les meilleurs pilotes volaient sur de tels avions.

collection George Stewart

Voler à 200 ou 300 pieds du sol à 400 milles à l’heure dans ce bimoteur au-dessus du territoire ennemi, en pleine nuit…

Pas une fois, mais près de 30 fois.

Ça prend un sacré courage…

Ça mérite bien qu’on nomme quelque chose en son nom.

Une cabane à sucre peut-être…?

Eugène n’était nullement un héros ou alors il l’était tout autant que tous ces Canadiens-français qui sont allés de l’autre bord comme deux oncles de ma femme. Un a été blessé sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 et l’autre a été un des 42 marins rescapés par le destroyer Haida lors du naufrage du destroyer canadien l’Athabaskan le 29 avril 1944.

Les vétérans ne parlent pas. Leur souffrance est trop grande. C’est bien connu.

J’ai déjà écrit sur des héros oubliés dans mon autre blogue Souvenirs de guerre… les frères Rousseau de Montmagny. Les frères Rousseau n’ont jamais parlé. Philippe est mort le 6 juin 1944 et Maurice autour du 17 septembre 1944.

Oubliés ici, mais pas en Europe.

Certains Canadiens-français ont décidé de rester de ce bord-ci pour différentes raisons.

Ce n’est pas à nous de juger.

Cela a causé bien des dissensions dans les familles.

Cela a dû  aussi en causer à Bromptonville où Eugène vivait avant la guerre.

Voici d’autres photos de la collection de Jacques Gagnon.

Jacques préserve précieusement la mémoire de son oncle et partage ses photos.

collection Jacques Gagnon

Avant la guerre, Eugène était le secrétaire personnel de J.-A. Desfossés, le célèbre guérisseur.

C’est Joseph Anatole Desfossés qui possédait cette belle voiture.

collection Jacques Gagnon

Une belle Oldsmobile 90 1940.

C’est Jacques Gagnon qui me l’a dit.

J’ai trouvé des photos d’Eugène à la bibliothèque municipale de Bromptonville quand je suis allé à Bromptonville.

Tibé y a fait ses études.

J’avais écrit un petit article rapide.

Cliquez pour voir les photos. 

À la prochaine.