Appel à tous

Claudette Vaillancourt lance un appel à tous.

Je lis toutes vos chroniques, et il y a toujours un petit quelque chose à découvrir avec l’entraide d’autres personnes qu’on ne connait que de nom. J’aime aussi les anciennes photos. Depuis quelques temps, je recherche un ami, André Lagacé. Je l’ai rencontré par hasard il y a 30 ans, mais on ne s’est parlé que quelques minutes. Je sais qu’il était marié à une infirmière et avait 2 enfants. Il serait âgé entre 58 et 62 ans et natif de l’Assomption, si ma mémoire est bonne. Il connait ma famille, nous avons travaillé (rue Masson) et voyagé ensemble, quand j’avais 17 ans. Il demeurait à St-Léonard et avait 2 frères plus âgés, un était marié. Leur mère, une femme formidable a élevé ses 3 fils seule, le père étant décédé. C’est un appel à tous ! Je dois retrouver cette personne qui est très importante pour moi. Claudette

Publicités

Vieilles photos

Faire revivre le passé des ancêtres de mes parents qui ont quitté ce monde en 1989 et en 1995 est ce qui m’a animé depuis juillet 2007. Ce qui m’anime aussi depuis 2007 c’est la passion de partager ma passion pour les vieilles photos tout comme de vous convaincre de ne pas les jeter.

Mon cousin Joe aux États a probablement jeté la photo d’Henriette Alexandre. Il avait par contre conservé celle de son arrière-arrière-grand-mère Marguerite, la soeur d’Henriette qui est mon arrière-grand-mère.

Marguerite Alexandre

Je peux me consoler en me disant qu’elle avait probablement un petit air de famille. Les soeurs Alexandre étaient les filles de David Alexandre, celui qui avait un sabre à la main durant la rébellion des Patriotes à Napierville.

Patriotes à Beauharnois en novembre 1838

Toute l’histoire est sur mon blogue et est le fruit de mes recherches. Les descendants de David Alexandre et de Marguerite Marchand se trouvent aux États-Unis et ignorent pour la plupart leurs racines canadiennes-françaises. C’est pourquoi j’avais crée Our Ancestors en 2009 afin de retrouver des petits cousins américains comme Joe.

Joe a tout partagé. Probablement un trait génétique de la famille Alexandre. Je ne vois pas d’autres explications.

Mes écrits sont tous dans le cyberespace, et ce, pour l’éternité. Un jour, dans 100 ans, quelqu’un va les découvrir et allumer chez lui ou chez elle une passion dévorante. Ce qui va me ramener un jour à vous reparler de la famille d’Hubert Lagacé que je recherche depuis 2007.

Le mot de la fin…

1445e billet sur Nos ancêtres…

Pas de panique, ce n’est pas la fin de mon blogue, mais plutôt la fin d’une recherche que j’avais commencée en 2007 où je cherchais désespérément mes ancêtres paternels. J’avais très peu d’indices. Mon père était décédé en 1995 et son père en 1964. Ça n’avait pas grand importance, car aucun d’eux ne parlait beaucoup de leurs ancêtres.

Dennis Lagasse II

Dennis Lagasse, père de mon grand-père Léo

Je savais que mon grand-père Léo avait vécu aux États-Unis. Mon père avait gardé en souvenir une pièce de cinquante cents américains datée de 1888. Je savais aussi que mon grand-oncle s’appelait Adélard et qu’il était sur cette photo de groupe lors du mariage de mes parents le 20 mars 1948.

Adélard Lagacé est à droite entre ma tante Huguette et ma tante Denise. Mon grand-père est juste à côté.

C’est en 2009 que j’ai retrouvé virtuellement mon grand-père Léo et mon grand-oncle Adélard. Léo, qui avait 11 ans, vivait à Bristol au Connecticut en 1900. On le voit clairement sur cette page du recensement américain de 1900 avec son frère Adélard, 19 ans, et son père Dennis (Stanislas) Lagassee et sa mère Harriet. Adélard c’était Adlore et Léo c’était Leo. Les voisins étaient la famille d’Eugène Dubé, mais ça c’est une autre histoire…

zoom recensement 1900

Selon le recensement, mon arrière-grand-mère Harriet, qui en fait s’appelait Henriette Alexandre, avait eu 13 enfants dont 6 étaient encore vivants. Elle allait mourir en 1907, et son fils Léo partirait pour le Québec à ce moment-là. Adélard le suivrait en 1908 avec sa femme Éméline Côté et la petite Laurette âgée de trois ans. On les retrouvera dans le recensement de 1911 à St-Hyacinthe sur la rue Concorde. Adélard, âgé de 30 ans, y est avec sa femme Émeline et leurs trois filles: Laurette, Annette et Yvonne.

1911 Adélard Lagacé

Quant à mon grand-père Léo, il était chambreur dans la maison de Léandre Gervais. Léo se mariera en 1912 avec Maria Landry.

mariage Maria Landry

Une petite fille viendra au monde le 25 décembre 1913, mais elle mourra en janvier 1914.

C’est fou ce qu’on peut trouver quand on se donne la peine de chercher…

Dennis Lagassee

En 2007, j’avais pensé que Léo et Adélard faisait partie de la famille d’Albert Lagacé et d’Éléonore St-Onge dont le fils Hubert avait marié Rose-de-Lima Duval en 1921. Tout ce que je savais sur cette famille se trouvait dans le recensement canadien de 1881. Éléonore St-Onge était alors veuve et Hubert fils était né aux États-Unis comme indiqué sur la page.

Je n’ai jamais pu trouver les ancêtres d’Hubert Lagacé père, mais j’ai finalement trouvé le mois dernier qui étaient les parents d’Éléonore St-Onge: Amable St-Onge et Élisabeth Gibbs.

fiche Éléonore St-Onge

Du moins je pense que j’ai trouvé les bons parents.

À suivre…

Plus de 50 billets avant d’atteindre le 1500e.

Matante Nine

C’est comme ça que mes cousins et mes cousines appelaient maman.

famille Farmer Premiere Communion 1961

Maman on la voit ici au volant d’une Buick ou une Oldsmobile décapotable.

1957 soeurs Sauvé

Sa soeur Lucille (matante Ticille) est à ses côtés. Sa soeur Héléna est sur la banquette arrière avec son mari Hervé Meloche. Jacqueline Brunet, la fille de René Brunet et de Marie-Louise Paiement, est debout derrière ma mère.

On est en 1957, probablement à St-Clet.

Ma mère n’a jamais conduit de voiture de sa vie, mais elle aurait probablement conduit le tracteur de mon oncle Florent…

Frozo 002 campagne rang ste-julie Florent et Aline

Aline et son frère Florent

Maman célèbre ses 97 ans aujourd’hui…

Elle vit toujours même si elle repose en paix au cimetière de la paroisse de Sainte-Justine-de-Newton là où repose aussi son père Euclide.

000 Euclide Sauvé et Rosina Quesnel 1952

Euclide Sauvé et Rosine Quesnel, été 1953 ou 1954

La petite Aline est née le 27 juin 1921 sous le signe du Cancer.

Rosina Quesnel avec Aline (3 mois)

Aline (3 mois)

Elle est morte seule à l’hôpital de Verdun d’un cancer du foie le 3 octobre 1989. Je n’avais pas saisi ce que voulait me faire comprendre l’infirmière à son chevet. Maman n’en avait pas pour longtemps.

La vie avait abandonnée maman à plusieurs reprises dans sa vie.

L’histoire d’Aline est l’histoire de plusieurs femmes de cette génération. Je ne vais pas à vous la raconter ici. Vous avez dû la lire entre les lignes depuis 2008. Disons seulement qu’Aline avait beaucoup l’esprit de famille et qu’elle aimait beaucoup ses enfants et ses petits-enfants.

Je dois avoir hérité ça d’elle.

Je ne raconterai pas toute l’histoire de maman à mes petits-enfants… juste les rares petits bouts de bonheur.

L’histoire d’Aline a fait ce que je suis. Toute vérité n’est pas bonne à dire et ça peut laisser des traces. Inconsciemment, mes parents ont laissé des traces dans ma vie, et ces traces en ont aussi laissé inconsciemment dans la vie de mes enfants. Elles en laisseront sûrement aussi inconsciemment dans celle de mes petits-enfants.

Consciemment ou non, on laisse toujours des traces.

Repose en paix Maman…

Les Frève

Le mois dernier, une descendante m’avait écrit ce commentaire concernant François Froebe…

Bonjour Monsieur Lagacé,
Je suis tombé par hasard sur ce que vous avez écrit à propos de François Frèvres ou Froebe.  Il était le papa de Victoire Frèvres, épouse de Bernard Lizotte, l’arrière grand-mère de ma grand-maman Lizotte.  Je voudrais savoir si vous êtes en possession de documents à propos de François.
Vous et Madame France Bourdon êtes ceux qui ont fait le plus de recherches sur François.  Je vous avoue que je suis un peu perdue.  Déjà l’Alsace qui est passé tour à tour aux mains des Allemands, des austro-hongrois et des français c’est un peu compliqué.  J’ai cherché le fameux château où François serait né. mais aucun château d’Alsace ne semble correspondre.  J’ai aussi contacté une société généalogique d’Alsace.  
Bref, toute information que vous pourriez me fournir serait bien appréciée.
Bien à vous

J’avais complètement oublié de lui répondre.

gaston_1

J’avais déjà écrit sur Froebe en citant un article dont voici un extrait.

François Froebe, fils de l’archiduc Germain Froebe et de Louise Rupelle, est né en 1759 à Mulhausen en Alsace. Enrôlé de force dans le régiment d’Anhalt, il réussit avec quatre compagnons dont Dickner, Phristern et Hurst à fuir la frégate Delight ancrée près de Rivière-Ouelle en 1780.

Recueilli par Antoine Lizotte, il s’engage chez Joseph Francoeur, cultivateur de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et par la suite s’engage sur le bateau de Jean-Baptiste Pelletier qui fait du cabotage sur le fleuve Saint-Laurent.

Abjurant le 2 janvier 1786, il épouse Marie Dépau le 20 février suivant et reconnaît son fils, Joseph-François, né le 10 janvier 1784.

Puis je mettais mis à sa recherche en inventant un conte de Noël que je n’avais jamais terminé.

Les ancêtres Bud Light de la semaine: les immigrants allemands

À suivre…

 

François Frèvres ou Froebe

Bonjour Monsieur Lagacé,
Je suis tombé par hasard sur ce que vous avez écrit à propos de François Frèvres ou Froebe. Il était le papa de Victoire Frèvres, épouse de Bernard Lizotte, l’arrière grand-mère de ma grand-maman Lizotte. Je voudrais savoir si vous êtes en possession de documents à propos de François.
Vous et madame France Bourdon êtes ceux qui ont fait le plus de recherches sur François. Je vous avoue que je suis un peu perdue. Déjà l’Alsace qui est passé tour à tour aux mains des Allemands, des Austro-hongrois et des Français c’est un peu compliqué. J’ai cherché le fameux château où François serait né, mais aucun château d’Alsace ne semble correspondre. J’ai aussi contacté une société généalogique d’Alsace.
Bref, toute information que vous pourriez me fournir serait bien appréciée.
Bien à vous

À suivre…

Gardiens et gardiennes de leur mémoire

Le grand Yvon a été un des premiers à partager ses vieilles photos de ses ancêtres ayant vécu à Sainte-Anne-des-Plaines.

reunion familles Labelle Coursol

Je ne sais pas si Yvon me lit encore. Yvon a partagé des dizaines et des dizaines de photos que sa tante Germaine avait précieusement conservées.

Germaine Lauzon est ici en gros plan avec sa poupée.

Germaine Lauzon

La revoici à l’âge de 4 ans avec ses parents Aquila Lauzon et Eugénie Coursol.

germaine lauzon 4 ans (1909)

Germaine est encore ici sur cette photo qui date de la fin des années 20. Elle est assise à droite (gauche sur la photo) de ses neveux Jacques et Raymond Lauzon. Sa mère y est tout comme ses soeurs Modestina et Irène.

germaine

Voici sa famille au complet…

famille Aquila Lauzon

Aquila Lauzon et Eugénie Coursol posent pour la postérité devant leur maison du Haut du Trait-Carré.

On serait en 1910.

Le grand au centre c’est le grand-père d’Yvon, le père de Raymond et de Jacques.

germaine

Yvon a fait revivre ses ancêtres sur Nos ancêtres avec sa plume et ses photos. C’est grâce à lui et aussi à d’autres que ce blogue a grandi depuis 2008.