Un portefeuille vieux d’un demi-siècle remis à la famille de son propriétaire décédé

https://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201904/13/01-5222086-un-portefeuille-vieux-dun-demi-siecle-remis-a-la-famille-de-son-proprietaire-decede.php

Publicités

Défi

Source

https://www.lesoleil.com/actualite/justice-et-faits-divers/un-portefeuille-vieux-dun-demi-siecle-retrouve-dans-un-resto-du-vieux-quebec-photos-bd538fa3e5e1f373ecd6c23417c48f64?fbclid=IwAR1HVjsiLp8J5PwHRFmfLpYzC3L1KI6fi337XIOlwBE-6PIQWZm2Fz8BVBI&

 

Un portefeuille perdu il y a environ un demi-siècle et retrouvé dans les murs du restaurant Le Continental, dans le Vieux-Québec, a entraîné une vaste recherche, mercredi, sur les réseaux sociaux.

Mardi, en fin d’après-midi, Carolan Guay a publié des photos d’un portefeuille qui, écrivait-elle, a été retrouvé dans les murs du Le Continental pendant des rénovations.

En fait, la trouvaille a été faite au début des rénovations dans le restaurant à la fin mars, indique Christine Denis, du Continental. «Ce sont les entrepreneurs qui l’ont retrouvé entre deux murs.»

Sur Facebook, Mme Guay — qui mentionne avoir fait le ménage du chantier cette semaine — a invité ceux qui ont un «indice» à transmettre l’information au Continental.

Il n’en fallait pas plus pour déclencher une fouille généalogique. Plus de 11 000 personnes ont partagé sa publication sur Facebook et plus de 600 ont fait des commentaires sur son mur. Plusieurs d’entre eux ont tenté de faire leur petite enquête sur le propriétaire du bien perdu.

Le portefeuille décrépit laissait lui-même quelques indices. En plus d’une carte de don de sang et de 22 $, il contenait trois cartes sur lesquelles on peut lire le nom d’un certain René Grégoire, né le 8 octobre 1945, et habitant au 1105, rue Saint-Jean, appartement 303, à Québec.

Son permis de conduire expirait en octobre 1967, ce qui laisse croire que le portefeuille a été perdu il y a au moins 51 ans, alors que l’homme était au début de la vingtaine ou en approchait.

«On l’appelait Toto»

Après avoir lu un article du Soleil sur le Web mercredi matin, Chantal Litalien croit avoir reconnu le René Grégoire qu’elle a connu dans les années 60.

Il ne semblait y avoir aucune photo de M. Grégoire dans le portefeuille. Mais Mme Litalien, qui est née en 1947, se souvient d’un René Grégoire qu’elle a côtoyé adolescente.

Elle se rappelle qu’il demeurait dans un appartement rue Saint-Jean au-dessus d’un bureau de médecin, près de la côte du Palais — un emplacement qui semble concorder avec l’adresse sur le permis de conduire.

«J’ai connu René, on appelait “Toto”», raconte Chantal Litalien, qui habite maintenant dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. […] «Il n’était pas vieux quand il est décédé.»

Mme Litalien dit qu’elle fréquentait la même bande d’amis que René Grégoire dans les années 60. Dans le Vieux-Québec, ils se retrouvaient pour boire de la bière et bavarder, entre autres, de communisme et d’anarchisme.

La septuagénaire affirme aussi avoir fait un cours de géographie avec René Grégoire au cégep (les cégeps sont nés en 1967).

Elle croit aussi se souvenir qu’il a été fonctionnaire et qu’il détestait la chanson La Montagne, de Jean Ferrat, qui chantait Leur vie, ils seront flics ou fonctionnaires/De quoi attendre sans s’en faire.

Chantale Litalien raconte que, quelques années plus tard, elle a appris d’une amie que René Grégoire était mort à un jeune âge. Mme Litalien décrit René Grégoire comme un «bon gars» qui était plutôt «taciturne». «La fée de la joie n’était pas passée sur son berceau», dit-elle.

Mercredi, une internaute a publié sur le mur Facebook de Carolan Guay un avis de décès au nom de René George Grégoire (le deuxième nom «George» figurait aussi sur sa carte d’assurance sociale). L’avis, tiré d’une des collections de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), indique que René Grégoire est mort le 25 juillet 1973 à Québec.

Il aurait eu à l’époque 27 ans.

défi

Prière de laisser vos commentaires…

Reconnaissance faciale

Je ne suis pas un expert en reconnaissance faciale…

Sauf que…

Je suis sûr maintenant que c’est la sœur de mon grand-père Léo qui est sur cette photo qui date de la fin des années 1890. Les personnes qui m’ont laissé des commentaires étaient tous d’accord avec moi pour dire qu’il y a une ressemblance assez frappante entre cette jeune femme et la mariée sur cette photo.

L’arrière-petit-fille de Malvina m’a contacté en novembre dernier et elle a partagé la photo de mariage ainsi que beaucoup d’informations sur ses arrière-grands-parents Joseph Dubé et Malvina Lagasse tout comme sur ses grands-parents Joseph Louis Dubé et Blandine Lamothe.

J’avais trouvé Susan sur le site Find A Grave et je lui avait écrit un message. Je ne fais pas ça d’habitude, mais cette fois c‘a remporté GROS !

Malvina est en quelque sorte une ancêtre très précieuse pour moi puisqu’elle a pris soin de son père, mon arrière grand-père, l’homme à la moustache et aux bretelles, Stanislas Lagacé, alias Dennis Lagasse II. Sa femme Henriette Alexandre, mon arrière-grand-mère, née le 6 avril 1845, est décédée le 18 septembre 1907. Henriette n’est pas sur cette photo de groupe prise peu avant 1922. En octobre 1922, le frère de Malvina, Dennis III, qui se cache en arrière, meurt électrocuté dans un accident de travail.

Joseph Dubé, le mari de Malvina, meurt en juillet 1907, la même année que la mère de Malvina, laissant Malvina seule élever ses cinq enfants. Elle a probablement recueilli son père, car ils apparaissent dans le recensement américain de 1910…

1910 Malvina Lagasse Dubé

Voici une partie de la collection de vieilles photos de mon cousin Joe de Plainville, au Connecticut… Ces cabinet cards furent numérisées en 2012 quand je suis allé lui rendre visite. À ce moment-là je n’avais pas réalisé que la photo de Malvina était parmi elles.

boy TerrienIsabelle Marie Terrien (1896-1921)baby Smith PhotographerHennessey sistersKatherine Elizabeth Hennessy and her husband Patrick SheaBennington womanbaby South OmahaJean-Baptiste Alexandre Junior, son of Philomene LagasseParsons photographer - a man - Adams, MassachusettsJoseph Terrien and his wife Exilda GrégoireJoseph TerrienPhoebe Alexandre, daughter of Philomene Lagasseunknown young man - Bristol, Connecticut (seen with new wife on another picture)unknown young married couple - Bristol, Connecticutwoman New YorkParsons photographer - picture of a woman - Adams, MassachusettsParsons photographer - older woman - Adams, MassachusettsParsons photographer - older woman - Adams, Massachusettspicture of a young baby - Bristol, Connecticutwoman PittsfieldMarguerite Alexandre, sister of Henriette Alexandre and Jean-Baptiste Alexandre Seniorpicture of a young child - North Adams, MassachusettsParsons photographer - a young child - Adams, Massachusettspicture of a young man - New Yorkstill not sure who this young lady is - Bristol, Connecticut (Agnes Alexandre?)picture of a young child - North Adams, Massachusettsyoung Myra Alexandre daughter of Philomene Lagasse and Jean-Baptiste AlexandreParsons photographer - picture of a young woman - North Adams, MassachusettsGale photographer - young woman BristolParsons photographer - a young woman - Adams Massachusetts

 

Plutôt discret

Plutôt discret sur Nos ancêtres depuis novembre dernier.

Voici le brouillon d’un billet que j’avais laissé de côté. C’est à propos d’une vieille photo, et aussi d’une rencontre virtuelle en 2010 qui ne s’est jamais poursuivie…

On a dû penser à l’époque que j’étais dingue d’écrire un blogue sur nos ancêtres…

On m’avait envoyé des vieilles photos dont celle-ci qui m’a longtemps hanté.

mystery family

Je croyais voir mes arrière-grand-parents Stanislas Lagacé et Henriette Alexandre.

Je suis maintenant presque certain à 100 % que l’on voit Eugène Dubé et ma grand-tante Lillie Lagasse, la soeur de mon grand-père. Eugène et Lillie étaient les parents d’Henry Anthony Dubé. Je savais tout ça parce qu’Henry Anthony était dans mon arbre familial depuis 2010.
Par contre, maintenant, je ne sais pas avec certitude si c’est le petit Henry Anthony que l’on voit avec sa soeur. On échafaude toutes les sortes d’hypothèses en regardant des vieilles photos lorsqu’on n’a pas de descriptions pour nous aider.

La recherche de la fratrie de mon grand-père Léo depuis 2007 m’a amené aux États-Unis tant physiquement que virtuellement.

Voici Malvina Lagacé, la soeur de mon grand-père…

Malvina Lagasse

C’est sa petite-fille Susan qui me l’a envoyée en novembre dernier. J’ai bien pris soin de lui expliquer ce que je fais depuis 2007 avec nos ancêtres.

Voici la photo intégrale.

Joseph Dubé and Malvina Lagasse

C’est la photo de noces de Malvina Lagacé avec son mari Joseph Dubé, le frère d’Eugène Dubé.

Avançons maintenant les horloges à la fin mars 2019…

La photo suivante vient de la collection de mon troisième cousin Joe de Plainville au Connecticut que j’avais visité en 2013. Joe avait plein de vieilles photos dont celle-ci. Je ne savais pas alors qui était cette belle jeune fille.

young woman Bristol

Je n’ai jamais rencontré Malvina Lagacé, la sœur de mon grand-père. En fait, avant 2019, Malvina n’était qu’un nom dans mon arbre généalogique sans date de décès. Puis, j’ai eu de la chance en novembre quand Susan m’a contacté avec la photo de mariage de Malvina et avec plein d’information sur leurs descendants.

Voici une photo que j’avais de Malvina, mais que je ne savais pas qu’elle était là avec son père Stanislas (le vieil homme à la moustache et aux bretelles) et son frère Dennis qui est derrière presque invisible à voir.
Malvina
Quand vous pensez que votre recherche est terminée sur vos ancêtres, une autre recherche se pointe le bout du nez…
Je cherche maintenant qui étaient la demoiselle d’honneur et le témoin.

Joseph Dubé and Malvina Lagasse

La photo de mariage de Malvina

J’ai ma petite idée…

Croyez-vous que nous avons ici la photo de ma grand-tante Malvina ?

young woman Bristol

Et la demoiselle d’honneur ressemble-t-elle au jeune marié selon vous?

En passant, ceci n’est pas un poisson d’avril…

Image

In Memoriam

C’est samedi Lise que je vais aller te rendre hommage au salon sur le boulevard.

Mais ce ne sera pas la dernière fois que je vais te rendre hommage, car je te dédie mon blogue Nos ancêtres, tout comme je te dédie mon arbre Les ancêtres de Ste-Anne-des-Plaines sur Ancestry. C’est toi qui sera maintenant la personne d’accueil.

Souvent quand tu m’écrivais un courriel pour me donner des informations généalogiques, tu me disais toujours…

Je sais que tu as déjà ça, mais je te l’envoie quand même…

Je ne savais rien de ta maladie. C’est Richard Lauzon qui l’a appris à Nicole, puis ce fut la nouvelle de ton décès…

Tu vas nous manquer Lise, mais tu seras toujours présente dans nos coeurs.

Lise Therrien

1941 – le rang de Ste-Julie à Ste-Marthe

Le documentaire sur les îles du St-Laurent prend encore plus de sens pour moi avec cette photo de mes grands-parents maternels et de mon oncle Florent. Nous sommes dans le rang de Ste-Julie en juillet 1941.

C’est ma mère qui a pris cette photo.

Ma mère aimait prendre des photos… mais pas celle-là prise dans les années 60 alors qu’elle allait visiter son frère Florent.

Voici une autre photo de ma mère. Elle est avec sa mère. Aline a trois mois.

On est en été 1921. En 1921, quand le recenseur est passé, Aline n’a pas été recensée. Rosina en était à son 9e mois de grossesse. J’ai hâte de voir le recensement de 1931 dans quelques années, puis celui de 1941 pour revoir mes grands-parents dans le rang de Ste-Julie.

Mon oncle Florent m’avait dit en voyant cette photo qu’il ramassaient du lin avec ses parents pour le vendre et en faire des uniformes militaires. Parait que c’était payant.

Les guerres c’est toujours payant.