Étienne Simard, un brave patriote?

C’était un brave, et en 1837, on le voyait au premier rang des patriotes…

C’est ce que La Presse écrit dans son édition du 23 mars 1907.

Peut-on mettre ça en doute?

C’était écrit noir sur blanc.

L’article comporte par contre une petite erreur.

Étienne Simard a été inhumé le premier mars 1907 et non le 6 mars 1907.


Cépasgrave… 

En passant, un de mes lecteurs, Adrien Simard, un fier descendant de Marsault Simard, ancêtre de Noël Simard, a trouvé l’erreur.

Mais qu’en est-il de toute cette histoire des Patriotes en 1837 à la rivière du Chêne?

Retrouve-t-on ailleurs dans notre histoire la mention qu’Étienne était aux premières lignes?

Quelles sont les sources de La Presse ?

La Presse n’aurait sûrement pas écrit ceci sans preuve du moins en 1907. Les gens qui ont signé comme témoins l’acte de sépulture sont des notables de Sainte-Anne-des-Plaines. Ça aurait rebondi et fait des vagues comme l’affaire Delorme en 1922.

On a donc affaire ici à une affaire de présomption. On présume que ceux qui ont signé connaissaient bien Étienne Simard, patriote et auraient sûrement envoyé un paquet de lettres dans le courrier des lecteurs à La Presse.

Voici ces notables.

Joseph Conrad Chaumont, prêtre
photo d’archives

Joseph Donat Chaumont, prêtre
photo d’archives

Joseph Euclide Dugas, ancien curé de Ste-Anne-des-Plaines, frère de Georges Dugas
photo d’archives

Wildéric Simard, petit-fils d’Étienne Simard

Clodomir Simard, petit-fils d’Étienne Simard

Adélard Guénette, petit-fils d’Étienne Simard
collection Yvon Forget

Damien Simard, petit-fils d’Étienne Simard (avec son épouse Élise Blouin)
collection Yvon Forget

Henri Simard, neveu de Damien
collection Yvon Forget 

Alfred Simard, petit-fils d’Étienne Simard

Rodrigue Guénette, époux d’Alida Simard, fille d’Étienne Simard
collection Yvon Forget

Qu’en est-il d’Étienne Simard, patriote?

Aucune mention sur ce site pourtant très détaillé et sur plusieurs autres dont je vous fais grâce.

On n’inventerait pas une telle histoire sur Étienne dans La Presse de 1907.

En 2012, la seule mention sur Internet qu’Étienne Simard était un patriote sont mes articles.

Il y a bien l’abbé Georges Dugas qui a parlé d’Étienne dans son livre…

Laissons lui la parole…

***

FAMILLE SIMARD DE SAINTE-ANNE

Noël Simard, marié à Madeleine Racine de Château-Richer, en 1661.

Pierre Simard, fils de Noël, marié, en 1690, à Claire Dodier (Baie-Saint-Paul).

Étienne Simard, fils de Pierre, né en 1701, marié en deuxième mariage à Geneviève Blouin, en 1730.

Étienne Simard, fils d’Étienne, né 1746, marié à Marguerite Létourneau, en 1773.

Jean-Baptiste Simard, fils d’Étienne, né en 1774, marié à Susanne Deblois, de l’île d’Orléans.

 Il vient demeurer à Sainte-Anne des Plaines.

Étienne Simard, fils de Jean-Baptiste, né en 1811, baptisé à Sainte-Anne des Plaines, épouse Angèle Gascon, de Sainte-Anne, en 1832.

 Étienne Simard, fils d’Étienne, né en 1835, épouse, à Sainte-Anne, Olympe Guénette.

Wilderic Simard, fils d’Étienne, épouse, à Sainte-Anne, Mélina Gauthier, en 1883.

Les familles Simard de Sainte-Anne des Plaines sont parentes des Simard de Québec.

***

Ma parole!

Georges en aurait parlé diantre!

Il en aurait au moins glissé un petit mot ou deux…!

Étienne Simard, fier Patriote au premier rang à la rivière du Chêne, fils de Jean-Baptiste, né en 1811, baptisé à Sainte-Anne des Plaines, épouse Angèle Gascon, de Sainte-Anne, en 1832.

Chépas quechose du genre quoi! Je l’aurais fait…

Georges était aux côtés de Louis Riel quand celui-ci a été pendu. Georges avait sans aucun doute un petit penchant pour les Patriotes.

J’ai donc comme jeté un caillou dans la mare de l’histoire ou dans celle de la rivière du Chêne en 1837.

On se repogne avec toute cette histoire, mais je ne sais pas quand!

Perdu…?

Cépasgrave.

Je vous laisse réfléchir avec cette photo et ce petit montage, car je ne suis pas certain qu’on a le bon Étienne Simard.

Étienne Simard
collection Yvon Forget

On se repogne demain.

Étienne Simard, patriote

Une petite trève avec les ancêtres de mon petit-fils.

Trève qui reste d’être longue en plus.

Cépasgrave, j’ai tout mon temps.

J’ai reçu un courriel d’une lectrice avec une découpure dans un journal.

De quoi rallumer mon ardeur patriotique vacillant depuis ma visite virtuelle à St-Eustache et mes échanges avec mon ami Sylvain…

Je le savais qu’il y avait eu des Patriotes à Ste-Anne-des-Plaines!

Mon petit doigt me le disait.

La Presse n’inventerait certainement pas une telle histoire. En tout cas pas en 1907!

Et moi qui n’avait rien à écrire aujourd’hui.

Ça vient de mettre une bûche dans mon vieux poêle de patriote.

L’histoire ne se termine pas là, vous vous en doutez bien.  L’article comporte une erreur, mineure vous me direz, mais une erreur quand même.

Voici l’acte de sépulture pris sur le site des Archives nationales.

Je vous laisse la trouver.

Mais ceci n’est qu’un début, continuons le…

Demain, une belle redécouverte.