Une petite bière avec ça… prise 2

J’ai vraiment eu de la chance quand j’ai mis la main sur ce petit livret…


 

J’avais numérisé toutes les pages.

Voici la deuxième de couverture…

 

Je voulais tous vous les présenter…, mais mon projet est tombé à l’eau.

 


 

Ça aurait pris presque trois ans.

Rien que ça… pendant 142 semaines.


Sauf que, quand l’occasion se présente de vous présenter un ancêtre…

Tadam!

Maintenant la lecture de ceci a bien meilleur goût…

Publicités

Mon article de la semaine dernière

Un billet que j’aurais mettre en mars dernier.

Il se voulait la suite de celui-ci.

Je vais le mettre, car on ne sait jamais.

Le voici.

Méchante prémonition!

Une autre histoire complètement différente se pointe à l’horizon. L’histoire d’un émigrant français qui se retrouve à la Nouvelle-Orléans à la fin des années 1850. 

On recherche ses ancêtres depuis 2000.

C’est Grace qui m’a mis au parfum la semaine dernière. C’est grâce à Grace que ma 4e cousine a trouvé mon petit message sur le forum d’Ancestry. Grace cherche depuis longtemps son ancêtre Henri Jean Lagasse, et elle m’a demandé mon aide. Je ne pouvais refuser… vous me connaissez.

On retrouve Henri Jean Lagasse à la Nouvelle-Orléans dans le recensement américain de 1900.

Il a 69 ans. Il a émigré aux États-Unis en 1859.

Ici c’est le message, que j’ai traduit, laissé en 2000 par un de ses descendants sur le forum d’Ancestry.

Mon nom est Paul Chandler. Ma mère s’appelle Sarah Glory Chandler. Mon grand-père est Henry Glory. Mon arrière-grand-mère était Annie Mary Lagasse Glory (1894-1970). Mon arrière-arrière-grand-père était Joseph Lagasse (1873?-1957). Mon arrière-arrière-arrière-grand-père était Henry Lagasse (1831-1909). CE Henry était marié à Mathilda Dazet, et selon leur monument à  Lafayette #2 (PAS L#1 de l’autre côté de la rue Commander’s Palace) ils étaient tous deux originaires de France. Henry et Mathilda eurent deux fils et trois filles. Les fils étaient Paul (1862-1935) et Joseph (mon ancêtre). Joseph eut au moins 11 enfants. Paul eut au moins 13 enfants. Chaque fils eurent beaucoup de fils à un tel point que je suis parent à tous les Lagasse dans la ville sauf le célèbre  Emeril qui vient du Nord des États-Unis. Paul eut un fils Henry qui eut un fils nommé Henry. Joseph eut deux Henry (un décédé lorsqu’il était nourrisson).

Quel Henry est ton grand-père? Je pense que le premier Henry vint à la Nouvelle-Orléans avant la guerre de Sécession.

Voici maintenant la réponse que Grace lui avait envoyé.

Eh bien, ça parle au diable, Paul tu es parent avec moi!

Mon grand-père était Joseph Robert Lagasse (18 mars 1899 – 17 avril  1954). Il a marié ma grand-mère, Mary Gerdes Cook le 6 août 1919 en la paroisse Our Lady of Good Counsel Catholic à la Nouvelle-Orléans.

Il était le fils de Joseph Lucien Lagasse, mon arrière-grand-père, ton  arrière-arrière-grand-père. J’ai vu un point d’interrogation à côté de sa date de naissance. Il est né le 17 janvier 1872. Il a marié Josephine Schneeburger (pas certaine de la date) à la Nouvelle-Orléans et il est décédé le 14 août 1957 à la Nouvelle-Orléans.

Mon arrière-arrière-grand-père était Henri Jean Lagasse, qui était ton arrière-arrière-arière grand-père. Il était né en  France (pas certaine où) le 9 mai 1831 et est décédé à la Nouvelle-Orléans le 4 décembre 1909. Il a marié Matilde Dazet quelque part en France parce que premier enfant, Marie ou Mary, est née en 1857 en France selon le recensement de 1880.

J’ai trouvé Matilda Dazet, à l’âge vénérable de 70 ans et Henri Jean Lagasse, âgé de 69 ans, dans le recensement américain de 1900. Cela confirme leur mariage en 1859 en France…. sans toutefois indiqué l’endroit. Intéressant car il aurait eu Mary avant leur mariage. Le recensement de 1900 indique que ses parents sont nés également en France. En 1900, on lit que Matilde a encore 5 enfants vivants des 7 enfants qu’elle a eus. De plus, j’ai trouvé deux manifestes de navires avec le nom d’Henri Jean Lagasse.

VOICI LE PREMIER MANIFESTE D’HENRI JEAN LAGASSE

New York Passenger Lists, 1820-1957 à propos d’Henri Lagasse
Nom: Henri Lagasse
Date d’arrivée: 28 août 1898
Année de naissance: vers 1831
Âge: 67 ans
Sexe: mâle
Ethnie/Race-/Nationalité: américain
Originaire de: États-Unis
Port du départ: Havre
Port d’arrivée: New York, New York
Nom du navire: La Touraine

LE DEUXIÈME MANIFESTE indique, parce que je ne l’ai pas sous mes yeux actuellement, que..

Henri Jean Lagasse était sur la liste des passagers en 1897. Il avait 66 ans et revenait de France. Il était parti de Boulogne-sur-Mer en France. Je me demande pourquoi un homme âgé de 66 ans irait en France – à moins du décès de quelqu’un. Sa mère ou son père. qu’en penses-tu? Boulogne-sur-Mer est une ville dans le nord de la France. Je vois mal Henri, âgée de 66 ans, voyagé si loin de ce port à son âge en 1897. Je fais des recherches dans cette région et dans les régions avoisinantes pour voir si des Lagasse y vivraient. Aussi près du port du Havre en France. Ma dernière tante toujours vivante, Glory Lagasse Cronin, dit qu’elle pense que les Lagasse viendraient d’Alsace-Lorraine.. Je ne suis pas certaine.

Si tu peux, réponds s.v.p à ce message..

Merci, Grace

P.S. Ma mère, Grace, avait l’habitude de parler tout le temps de son oncle Henry Glory. Elle demeurait sur la rue Annunciation dans les quartiers résidentiels de la Nouvelle-Orléans. Je pense qu’ils ne demeuraient pas tellement loin de là.

Bon, la bouteille est lancée à la mer en direction du port du Havre…

On ne sait jamais. Un descendant de cette famille Lagasse qui vit en France pourra la trouver sur la bord d’une plage et m’écrire un petit commentaire ci-dessous.

Fin du billet

Épilogue

Le mois dernier, la conjointe d’un descendant de Henri Jean Lagasse m’a écrit un commentaire sur mon blogue Our Ancestors.

Elle cherchait les ancêtres de son défunt mari. J’ai fait les liens entre lui et Henri Jean Lagasse. Henri Jean Lagasse. aurait été originaire d’Alsace-Lorraine et n’aurait ainsi aucun lien avec ma lignée paternelle.

Bon, je vais arrêter de vous niaiser… Prise 2

J’avais écrit ce billet en octobre 2010.

Je ne sais pas si vous vous en rappelez. Le voici en reprise. L’original est ici.

Toute cette histoire a commencé en août dernier.

Un Américain du Michigan m’avait mis un commentaire sur la version anglaise de mon blogue.

Il me disait qu’il était un descendant de Maxime Neveu et Scholastique Lauzon.

Hello!
I am looking for information about Scholastique Lauzon. I know that she married Maxime Neveu and had a daughter in 1851 in Sainte-Anne-des-Plaines named Leocadie Neveu.

I gave some more information if you think you can help me out.

Thanks,
Sam
Michigan, USA

J’avais commencé à l’aider en cherchant des informations sur le site des mormons.

Pis là, quelqu’un d’autre m’a écrit la semaine dernière.

Ça, je vous en parle demain, car je n’écris plus autant qu’avant.

Je me contrôle même si c’est difficile.

Ça, je vais en parler uniquement sur ma version anglaise…

Eh bien, je n’en ai jamais parlé finalement!

Je m’étais perdu en chemin avec la famille de Maxime Neveu et de Scholastique Lauzon.

Le Michigan c’était par là…

Sauf qu’un descendant d’Olivier Caron vient de m’écrire sur Ancestry. Il a trouvé un lien avec moi dans son arbre.

Hello

I’m writing regarding info on Olivier Caron (born 1875) who married Marie Alice Lagasse. He is my great-grandfather and we are trying to learn more about that side of the family.

Thanks,
Keith

Il cherche des infos sur cette branche d’ancêtres…

Il n’est pas sorti du bois… avec toute l’histoire d’une autre Alice LaGasse qui cherchait les ancêtres de son père en 2010, et qui avait plein de photos qu’elle voulait se débarrasser tout comme ma 3e cousine Sandy qui avait celle-ci.

Excusez le retard

J’espère juste que vous n’êtes pas rivé à votre ordinateur depuis le matin en attente de mon article…

Une descendante de Pierre Gauthier dit Saguingoira, l’ancêtre de Sophie Gauthier, s’est manifestée en fin de semaine et j’avais un ti-peu de recherche à faire. Elle avait tardé à me répondre suite à son courriel et aux informations que je lui avais envoyées il y a 15 jours.

Hello!

I was wondering if your family tree is possibly related to me so I can research my ancestors. My Grandpa was Llyod Marshal Seymour born 1889 and died 1946. He had a daughter Viva Mary Seymour. Unfortunately this is all the information I have besides they lived in Michigan. Are they connected to your family tree?

Tout ça, on le doit grâce à Michel Lauzon, un fin limier…

Michel m’avait écrit un message il y a fort longtemps…

Marie-Rose Gauthier avait aussi une sœur nommée Sophie. Celle-ci épouse Jean-Baptiste Couture le 17 novembre 1845 à la basilique Notre-Dame de Montréal.

Ils demeurent à Coteau-du-Lac, puis déménage aux États-Unis… Ils semblent avoir fait leurs vies dans l’état de New-York… Jean-Baptiste Couture devient John Seymour… et Gauthier semble devenir… Gokey.

Si je trouve autre chose, je te ferai parvenir…

Amuse-toi bien…
À la prochaine

Michel Lauzon

Un vrai devin que ce Michel!

Une belle aventure qui commence…, car des descendants de John Seymour et Sophie Gokey ont découvert mon site Ancestry sur les ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines.

J’ai trouvé la fille et la petite-fille de l’arrière-petite-fille de Sophie Gauthier et Jean-Baptiste Couture (John Seymour). J’espère juste qu’il comprenne ma douce folie pour la généalogie.

This will never stop…

Larosae Gotié et sa soeur Sophie

Vous vous rappelez de mon histoire sur Larosae Gotié…?

Non? La revoici…

Michel Lauzon m’a écrit la semaine dernière… et m’a envoyé ça.

Fascinant n’est-ce pas…!

Michel Lauzon cherche encore désespérément le mariage d’Edwidge Neveu et Zéphirin Morel…

Ici c’est l’acte de mariage de la soeur d’Edwidge… Léocadie Neveu!

Il se questionnait sur Larosae Gotié

Cliquez sur l’image…

Vous en perdez votre latin… hein…!

Heureusement que j’ai fait mon cours classique.

Et moi qui me demandait en 1960 à quoi ça pouvait bien servir d’apprendre le latin.

On y va…

On a donc ça…

Cliquez…

Cliquez…

Le jour du 2 janvier 1867 Joseph Girard fils de Joseph et de Larosae Gotié âgé de 20 ans et Lacadia Neveu fille de Maxime Neveu et Scholastique Lozon âgé de 16 ans mariés ensemble devant deux témoins Auguste Dufrène et Anna Granger.

J’avais déjà parlé de Léocadie Neveu et de son mari, Joseph Girard ou Gerard, en vous parlant de cette photo…



Cliquez ici…

Ce qui m’amènera à vous parler de Larosae Gotié.

On nage en plein Da Vinci Code

***

Eh bien, j’étais pas mal excité samedi matin quand une descendante de la famille Gauthier et de la famille Couture m’a écrit …

Hello!

I was wondering if your family tree is possibly related to me so I can research my ancestors. My Grandpa was Llyod Marshal Seymour born 1889 and died 1946. He was married to Eunice Charity Copenhaven 1901-1976 and he had a daughter Viva Mary Seymour (1921-1989). Viva Mary Seymour married Joseph Wilson Roberts (1915-1994). Unfortunately this is all the information I have besides they lived in Michigan. Are they connected to your family tree?

Elle ne sait rien de ses ancêtres canadiens-français!

Famille Seymour?

L’ancêtre est Guillaume Couture.

Toute la famille Couture d’Amérique est issue du même ancêtre, le légendaire Guillaume Cousture, arrivé en Nouvelle-France vers 1640. Il était originaire de la paroisse Saint-Godard-de-Rouen, en Normandie. On peut supposer qu’il fut recruté par le père René Goupil alors qu’il était en Normandie, car le jeune Guillaume prononça des vœux en tant que «donné», offrant ainsi ses services aux Jésuites en échange d’un hébergement et de nourriture.

Cliquez…

J’avais parlé déjà de son ancêtre et de ses descendants au Michigan dans cet article.

 

Les origines des Québécois

De quoi faire réfléchir en cette fin de semaine pluvieuse.

Deux textes de Richard Lauzon.

Un peu longs, mais très bons.

Théorie sur l’origine des Québécois

Théorie sur l’origine des Québécois (suite)

Note de Richard Lauzon :

J’ai deux petites rectifications à apporter à mon premier texte, publié dans le journal de Liaison de l’Association des Familles Lauzon d’Amérique « La Chaudronnée ».
Soit à la page 17
….m’a toujours fait penser au fameux « buisson ardent » de Moïse (et non pas d’Abraham) qui brûlait sans se consumer…

D’autre part, page 18
Il racontait que sa première source d’informations fut monsieur Jean Lauzon et non pas Gérard (M-357) qui est le frère de ce dernier.

Richard Lauzon

La famille Binette sur Internet

J’ai en appris des choses en allant fouiller l’Internet dimanche dernier pour en savoir plus sur la famille Binette de Verner en Ontario.

J’aurais dû le faire en 2008, mais j’étais trop occupé avec mes ancêtres Lagacé.

Je vous ai trouvé cette photo de Marie-Josephte Binette avec son mari Adélard St-Onge. On y voit aussi Aurore Binette avec son mari Raphaël Giroux et leur fille Annette.

Gauche à droite :
Dollard St-Onge, Raphaël Giroux, Marie Binette St-Onge tenant Annette Giroux et Aurore Binette Giroux

Aurore est donc celle-ci sur la photo de 1907.

Quant au petit Hormidas,

j’ai trouvé son acte de mariage.


Certificat de mariage de Marie Ange (Stéphanie) Joly & Hormidas Binette

La famille est maintenant réunie… et elle s’agrandit au fil de mes recherches!

Aldina, Lydia, Aurore
Saül, Hilaire Binette, Mélina Sauvé, Hormidas. 

Voici le site qui contient plein de photos de Verner en Ontario.

Revoici Aurore Binette et son mari Raphaël Giroux. Leur fils Léon Giroux est avec eux.

Raphael, Aurore et Léon photographiés dehors dans la cour à Verner

Sur cette photo, c’est Rosanna Binette (fille d’Hilaire et de Mélina) et son mari Joseph Legault en compagnie de la famille Giroux.

Gauche à droite:
Raphaël Giroux, Annette Giroux, Léon Giroux, Aurore Giroux, Joseph Legault,
Jeanne Giroux, bébé Giroux, Mme Joseph Giroux

La vignette sur le site est erronée.

On a plutôt Joseph Legault, Annette Giroux, Léon Giroux dans les bras d’ Aurore Binette Giroux, son mari Raphaël Giroux avec la valise, Jeanne Giroux, bébé Giroux, Mme Joseph Legault (Rosanna Binette).

Rosanna est la grande soeur d’Aurore.

Le site contient des tonnes de photos et il est une petite mine d’or de renseignements, et pas seulement sur la famille Binette.

Je vous laisse fouiller et je vous reviens avec mes découvertes la prochaine fois.

Lydia Binette

J’avais ajouté ceci hier au début de mon article après l’avoir mis en ligne… C’est mon genre…!

Je trouvais que ça ajoutait une toute nouvelle dimension à mon article et au reste de mes autres articles sur la famille Binette à venir.

Je reprends pour vous une partie de mon article écrit en février 2008 pour vous montrer le chemin qu’on peut faire en quatre ans juste en partant d’une photo.

Et d’une carte mortuaire…

Retrouvées pêle-mêle dans un sac d’épicerie…

Dans un maison du rang Ste-Julie à Ste-Marthe.

1957

N’est-ce pas que ça ajoute une nouvelle dimension surtout  si vous allez payer une petite visite à une vieille matante?

Maintenant l’article d’aujourd’hui. Je vous promets que je n’ajouterai pas d’autre chose.

Lydia Binette est la grand-mère de ma nouvelle 3e cousine qui vit en Ontario.

Elle n’avait pas cette photo ni celle d’Honoré et Julie.

Sa grand-mère Lydia est bel et bien au centre dans la deuxième rangée.

Confirmé !

Elle m’a envoyé plusieurs photos, mais je n’ai pas la permission de les mettre ici ni sur mon site Ancestry.

Je respecte ça.

C’est ce qu’on appelle le lien de confiance…

Ce que je peux vous dire, par contre, c’est ce que j’avais trouvé en 2008 et puis, ce que j’ai trouvé cette semaine en continuant ma petite recherche sur Internet sur la famille Binette.

Lydia Binette (Cédia ou Lédia dans les recensements) a marié Hildège Barrette le 20 avril 1914 en la paroisse St-Jean-Baptiste à Verner en Ontario.

Curieux, je suis donc allé faire un petit nowhere virtuel pour trouver l’église paroissiale.

Tadam…

Collection de la Bibliothèque publique de Nipissing Ouest

Mais ma visite ne s’est pas arrêtée là, bien au contraire…!

Demain, je vous amène voir du beau monde à moins que vous soyez aussi curieux que moi et que vous me devanciez ou que vous alliez lire mon blogue en anglais.

La famille Binette

Je reprends pour vous une partie de mon article écrit en février 2008 pour vous montrer le chemin qu’on peut faire en quatre ans juste en partant d’une photo.

Et d’une carte mortuaire…

Retrouvées pêle-mêle dans un sac d’épicerie…

Dans un maison du rang Ste-Julie à Ste-Marthe.

1957

En consultant le recensement canadien de 1901, j’ai vu le couple Binette-Sauvé avec leurs enfants.

Ils vivaient à Ste-Justine-de-Newton.

Marie serait née en 1881, Léon en 1885, Cédia ? (on voit des prénoms bizarres dans les recensements) serait née en 1887, Aurore en 1893, Aldina en mai 1895, Hormidas en octobre 1897 et Saül serait né en 1900.

Si je joue au détective, le plus petit des deux garçons (celui à gauche) serait Saül. L’autre (à droite) Hormidas. Léon ne serait pas sur cette photo que je crois prise vers 1907, car Saül semble avoir autour de 7 ans. Hormidas en aurait 10 ans. Aldina serait derrière le plus jeune garçon et aurait 12 ans. Aurore serait à droite et aurait 14 ans.

Celle du centre serait Cédia… et elle serait âgé de 20 ans.

On retrouve à nouveau la famille dans le recensement de 1911.

Elle demeure maintenant à Macpherson, dans le comté de Nipissing, en Ontario.

Léon Binette se retrouve maintenant dans la famille. Il devait être ailleurs quand le recenseur est passé en 1901… 

En 1911 le recenseur l’écrit deux fois!

On retrouve Lédia Binette, la fameuse Cédia de 1901, Aurore, Aldina devient Albina, Hormidas devient Ormidas et Joël Binette est sans doute Saül.

On retrouve aussi Adgil (sic) Binette qui est le frère d’Hilaire. On indique qu’il est né en avril 1862 et Miraina (?) Brisson, qui est pensionnaire, née en septembre 1893.

Les recensements sont aussi intéressants que les vieilles photos et soulèvent plein d’interrogations.

En passant, si vous avez de belles photos de famille, vous pouvez les partager avec nous.

Et si vous avez des commentaires, ne vous gênez pas…

Pierre

Plusieurs descendants de personnes dont j’avais les photos ont communiqué avec moi pour avoir plus de renseignements…

Fin de l’article

Demain, j’ai la confirmation de l’identité d’une des filles… et encore beaucoup beaucoup plus.

Honoré Sauvé 1822-1899

On termine le mois d’avril 2012 en beauté et on continue d’espérer que le printemps saura se montrer le bout du nez.

Une fière descendante d’Honoré Sauvé et de Julie Leroux m’a écrit la semaine dernière. Elle est anglophone et demeure en Ontario.

C’est la première fois qu’une personne m’écrit au sujet de mes arrière-arrière-grands-parents maternels.

Elle s’est trouvée un nouveau 3e cousin…

Pierre à six mois

Bibi!

Honoré Sauvé est un des fiers descendants de Pierre Sauvé et Marie-Renée Michel Michaud qui sont les ancêtres de tous les Sauvé d’Amérique.

Cliquez ici pour en savoir plus sur mon ancêtre…

Étrangement, on ne parle pas beaucoup d’Honoré Sauvé dans nos livres d’histoire. C’est pour cette raison que j’en parle beaucoup.

Honoré Sauvé a honoré mes tout premiers articles sur mon ancien blogue Branchez-vous. com alors que sa femme Julie Leroux a fait les frais de mes tout derniers sur WordPress avec la bonne femme Cardinal alias Anne-Marie Von Seck.



En janvier 2008 j’en étais à mes premiers balbutiements côté blogues alors que je m’étais branché sur la plate-forme Branchez-vous maintenant disparue.

Je vous ai repris mon article sur WordPress.

Je vous avais parlé de la collection de ma tante Evelyne soigneusement entassée dans des sacs d’épicerie en plastique…

La collection de photos…

Pas ma tante…! 

J’avais continué sur cette lancée d’articles et j’avais parlé de cette famille dont j’avais aussi la photo.

La célèbre famille Binette de Sainte-Justine-de-Newton.


 C’était une des rares photos de famille dans la collection de ma tante.

En fait, c’était la seule… avec celle-ci de la famille Vézina aux États en 1927.

La photo des Binette est intéressante, car c’était ma première tentative pour identifier des gens inconnus.

Je m’étais dit en 2008 que ça pourrait servir un de ses quatre.

Mélina Sauvé était la plus facile à identifier…

Hilaire, même avec sa barbe, a été un jeu d’enfant… Les enfants par contre furent un peu plus difficile.

J’ai dû me rabattre sur les fameux recensements. Les recensements, ça c’est un peu mon petit péché véniel vous savez.

Quatre ans plus tard, toutes ces recherches ont porté fruit.

On se repogne.