Impôt rapide…

Une de mes lectrices s’inquiétait lundi matin… 

Tes saudits impôts, as-tu fini ? 

Finis!

Finalement.

Pas la finale de la Coupe Stanley. J’ai fini mes impôts cette semaine.

Je suis habituellement très rapide, mais pas côté impôts. Faut dire aussi que j’en payais pas mal cette année.

Cette année, je me suis gâté et j’ai acheté le logiciel ImpôtRapide chez Costco.

Excellente décision qui m’a empêché de sacrer comme par les années passées et risquer de brûler en enfer.

Sans se faire tout seul, j’ai quand même été fort agréablement surpris par le temps fou qu’on gagne. Comme on dit… le temps c’est l’argent.

Dire, par contre, que j’ai hâte à l’an prochain pour faire mes impôts serait un peu fort.

On se revoit lundi.

Publicités

Enfin, je connais l’histoire véritablement véridique de la poutine !

Vraiment trop drôle… le commentaire laissé sur mon blogue hier par Pascale Ouvrard.

Pascale est ma lectrice qui m’avait envoyé ces belles photos de l’Île de Ré, le lieu de mon ancêtre André Pierre Mignier dit La Gâchette…

Pur plaisir égoïste…

Bonjour
Enfin, je connais l’histoire véritablement véridique de la poutine !
Et ça me rappelle que j’en ai une boîte dans mon placard depuis de longs mois, depuis que l’amoureux de ma fille m’en a offert (j’en avais demandé car j’en avais mangé une fois lors de ma visite au Québec). Il avait trouvé cette demande très bizarre de ma part !
Je ne l’ai pas encore utilisé car, si je peux faire des frites très facilement, je ne trouve pas ici de fromage qui fait spouich spouich ! même dans une boutique de produits anglais (car nous avons ici en Limousin de nombreux anglais heureux de trouver des maisons et des terres beaucoup moins chères qu’en Grande-Bretagne, des étangs pour pêcher des carpes, du vin et du foie gras et un peu plus de soleil)

Et sans fromage  » pouitch pouitch », pas de poutine ! je ne peux pas demander de m’en envoyer car le temps passé à traverser l’Atlantique, il devient muet !
Bref, je ne mangerai de la poutine digne de ce nom que lors de mon prochain séjour à Montréal.

Pascale OUVRARD

(Les Belles Histoires de Ste-Anne-des-Plaines L’invention de la poutine)

Spouich spouich ou Pouitch pouitch, là est la question…

Une des nombreuses raisons pourquoi j’écris mon blogue…

Bonjour Pierre, je me suis amusé à réparer cette photo.

Bonne journée

Tony

Une des nombreuses raisons pourquoi j’écris mon blogue…

Je pense que vous connaissez toutes les autres…

Non?

Sûrement pas de vous faire languir.

Ce n’est pas mon genre.

Mon sens de l’humour?

Connaissez-vous l’histoire de l’étudiant qui voulait rentrer dans la police…?
(je cherche encore la caricature…)

On se repogne.

Note…

Tony a récidivé…


Ça frappe dans le dash…

Je n’en croyais pas l’iris de mes yeux…

Le nouveau modèle Camry Iris 2012 équipée de 10 coussins gonflables!

quand j’ai lu ce commentaire sur mon blogue cette semaine.

C’est toujours payant de m’écrire, surtout que ça ne vous coûte rien.

My name is … Marineau [and I am] a descendant of James Marineau, son of Adrien (Adrian) Marineau, son of Jean Baptiste Hostain Marineau (1845-),  son of Jean Baptiste Marineau. Adrien Marineau was born in St-Eustache in 1892 and married Eva Duval, then migrated to the United States in 1915. I have been working very hard at finding information regarding my ancestors there in Quebec, and came across your blog. I was very excited to think I may have found some helpful information. I do realize we have a language barrier, but was hoping you could verify that the Jean Baptiste Marineau you talk about is my Great Grandfather, or GG Grandfather. I really would like to know more about them, especially if you have pictures to accompany the information.

Thank you so much…

We may very well be distant cousins.

On n’est pas des cousins éloignés finalement!

Elle est seulement une 5e cousine à 5 générations de la femme d’un de mes arrière-grand-oncles.

Mais cépasgrave.

Elle ne comprend pas le français non plus!

Cépasgrave non plus.

C’est elle qui avait cette photo et qui ressent beaucoup de fierté pour ses ancêtres Marineau.

Ç’a cliqué tout de suite entre nous… surtout que j’avais fait tellement de recherches sur cette famille de St-Eustache qui avait été au coeur des  événements de la rébellion de 1837.

On se repogne.

La Société des Artisans?

Ça ne me prend pas grand chose pour me lancer dans une nouvelle recherche… ou une nouvelle aventure…

Ste-Anne-des-Plaines circa 1900

Un de mes lecteurs m’avait envoyé la semaine dernière cette photo avec cette petite demande…

Salut Pierre !

Je t’envoie une photo prise devant l’église de Ste-Anne qui m’a été fournie par ma tante. Mon arrière-grand-père Joseph Chartrand est au centre de la photo et j’essaie de trouver la date de cette photo ainsi que l’événement qui s’y déroulait.

Je crois que c’est au début du siècle. Joseph est décédé en 1920.
Je sais que tu es très occupé, mais si tu as une chance de l’examiner, ça serait apprécié.

Merci.

S. L.

Une autre leçon d’histoire qui commence… et qui risque de faire jaser.

Ordre des Forestiers Catholiques

Petit sondage léger…

Les vertus du curé Poirier

Un petit temps d’arrêt dans le dossier de la famille Sabourin.

Le 20 mars est une journée mémorable dans l’histoire des Ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines.

En effet, le 20 mars 1981, je déménageais ici.

Le clan Panneton m’avait déménagé!

La référence…

Ouin… Mettons…

Toute une histoire que ce déménagement, mais là je commencerais à déraper avec toutes les histoires de déménagement dans ma vie…

Oublions ça!

Dans un autre ordre d’idées, je m’en voudrais durant tout le reste de ma vie de ne pas reparler du curé Poirier.

En fait, je n’ai pas été très très tendre avec l’endos de ma cuillère vis-à-vis monsieur le curé.

Ouin… Mettons…

Je sais bien qu’il avait été un produit de son temps et qu’il suivait le courant, mais son sermon avait comme fouetté mon ardeur de patriote.

Sylvain m’a écrit ce petit courriel à son sujet…

Bonsoir Pierre, 
Ci-joint un passage de « L’Argent du Curé de Campagne », livre assez récent que j’ai emprunté en même temps que « Le Curé de Campagne et la contestation (…) » suite à ton article. 
Il n’avait pas que de la haine pour les patriotes, on dirait qu’il avait des vertus !
Sylvain a numérisé ces trois pages… de ce livre.

L’auteur de ce livre n’est pas très très tendre envers la paroisse de Sainte-Anne… (voir le haut de la page 40)

Paroisse de médiocre rapport…

Rapport!

Si j’étais lui, j’éviterais de traverser la rue à l’intersection du boulevard Ste-Anne et de la 6e Avenue s’il vient faire un petit nowhere dans le coin.

Je suis à l’écoute…

Je prends toujours les commentaires au sérieux…

Je vois que nous ne faites pas la « trêve des confiseurs » ! (La trêve des confiseurs est, en France, la période entre Noël et le jour de l’an généralement passée au repos. Cette expression est construite ainsi car cette période hivernale des fêtes est traditionnellement propice aux plaisirs de la table et plus particulièrement aux confiseries.)

Bon Noêl à vous ainsi qu’à tous vos lecteurs !

Ma fille et son amoureux québécois sont avec nous pour les fêtes, que nous allons passées avec toute la « tribu » OUVRARD (une vingtaine de descendants) dans un gîte vendéen près de Fontenay le Comte (patrie des DRAPEAU, je crois….)

Pascale OUVRARD

Je pense que le message est clair.

Je vais faire la trêve, mais ça ne vous empêche pas de m’écrire.

Ça me fait toujours plaisir…

Au cas où vous n’auriez pas cliqué sur les hyperliens…

L’expression provient de la trêve de Dieu, confirmée en France par le roi Saint Louis vers 1245: l’Église catholique romaine ordonnait que les combats guerriers soient arrêtés pendant la période de l’Avent à Noël.

Parfois cette trêve était appelée la trêve de Noël en référence à la période de Noël 1914 de la Première Guerre mondiale : les soldats du front occidental étaient épuisés et choqués par l’étendue des pertes humaines qu’ils avaient subies depuis le mois d’août. Au petit matin du 25 décembre, les Britanniques qui tenaient les tranchées autour de la ville belge d’Ypres entendirent des chants de Noël venir des positions ennemies, puis découvrirent que des arbres de Noël étaient placés le long des tranchées allemandes. Lentement, des colonnes de soldats allemands sortirent de leurs tranchées et avancèrent jusqu’au milieu du no man’s land, où ils appelèrent les Britanniques à venir les rejoindre. Les deux camps se rencontrèrent au milieu d’un paysage dévasté par les obus, échangèrent des cadeaux, discutèrent et jouèrent au football. Ce genre de trêve fut courant là où les troupes britanniques et allemandes se faisaient face, et la fraternisation se poursuivit encore par endroits pendant une semaine jusqu’à ce que les autorités militaires y mettent un frein.

Je me demande si la trêve vaut aussi pour mon blogue en anglais…?

Les Fêtes ont passé pas mal vite…

Ce n’est pas de ma faute, je voulais vous laisser un petit break, mais un lecteur a vendu la mêche…

Bonsoir Pierre

Je me présente… Serge J.Y. Ritchie

Je vois que vous faites des recherches sur la Famille Ritchie. Je fais partie de cette lignée qui sont arrivés à Rawdon vers les années 1847. John Ritchie (1797-1881) et Margaret Nulty (1805-1881) de cette union: Marguerite, Ann, Sarah, William, Mary, et John.

Nous sommes de la lignée de William Ritchie (1830-1894) qui a épousé Delphine Mireault (1836-1916) de cette union 14 enfants. Marguerite, John, Annie, Olive, William, Patrick, Frank, Marie-Jeanne, Samuel, Joseph, Michael, Elisabeth, James, et Louis.

Parmi ces enfants celui qui a un lien de parenté… Frank Ritchie qui était marié à Victoria ou Virginie Bergeron, ce Frank est né et baptisé à Saint-Théodore de Chertsey, Québec, Canada.

Un de ces enfants porte son prénom Frank Ritchie a marié Odna Lagassy. J’ai vérifié dans un site de généalogie qui s’appelle Ancestry.

Là vous allez dire que j’invente tout ça…

Ce n’est pas mon genre.

Un commentaire qui arrive au bon moment

Raymonde m’a écrit un petit commentaire…

Bonjour Pierre,

Comme on dit tu amènes l’eau au moulin…

Curiosité, je me demande de qui descend ce M Gagnon. Pierre Gagnon et sa mère Georgina Garneau… des fois qu’il serait plus proche que je crois.

A-t-il des liens avec Ste-Anne-des-Plaines?

Merci.

C’est vrai des fois je me perds des fois.

Je ne peux pas suivre, mais je ne peux passer une journée sans aller voir.

Hi hi…

Raymonde Gagnon

Je n’ai pas répondu personnellement à Raymonde, mais je vais le faire ici…

Bonjour Raymonde,
Ce M Gagnon et son père Pierre Gagnon sont des descendants du même ancêtre que toi…

Barnabé Gagnon et Françoise Creste.

Les liens avec Ste-Anne-des-Plaines sont fort éloignés.

Quant à te perdre des fois sur mon blogue, ne t’inquiète pas ça m’arrive souvent…

Des fois, j’ai même de la misère à me suivre, mais j’arrive toujours à mon but.

La preuve mon article sur la convergence qui a dû mêler des gens pas à peu près.

Demain, je m’en vais virtuellement à Burlington au Vermont.

Un petit voyage dans le temps.

Et lundi,  je te raconte la belle histoire d’Eugène Gagnon ton petit petit… petit cousin. Tu vas aimer ça.

On aura plein de photos, car j’ai rencontré sur ma route son neveu Jacques, une homme ordinaire extraordinaire tout comme sa conjointe d’ailleurs.

Je sais aussi Raymonde que tu fais partie de cette catégorie de personnes juste à lire tes commentaires.

Une personne ordinaire extraordinaire.

Je voulais juste te le dire.

J’espère que tu n’as pas de la misère à suivre ce que je veux te dire et que tu vas continuer à me suivre sur mon blogue.

En passant, je parle de la carrière militaire d’Eugène Gagnon sur mon blogue Souvenirs de guerre et No. 23 Squadron.

Si tu les lis, alors là aussi tu dois te perdre des fois. Pour finir, une autre de mes lectrices ordinaires extraordinaires m’a envoyé un lien sur la vie d’Irena Sendler.

Clique ici à moins que tu connaisses aussi mon autre blogue.

Si tu ne le connais pas, alors commence par le premier article.

Je parle de l’oncle de ma femme qui lui aussi est allé à la guerre comme Tibé Gagnon et de plein d’autres personnes.

Au plaisir de te relire…

Le petit Pierre du 4369 Mentana en 1954…