L’aumônier du Régiment de la Chaudière, un gars de Trois-Rivières

J’ai arrêté d’écrire jusqu’à l’arrivée du printemps sur mon blogue Nos ancêtres. C’est pour ça que je vous fais lire d’autres blogues à l’occasion.

Pourquoi alors vouloir vous écrire avant l’arrivée du printemps sur l’aumônier du Régiment de la Chaudière, un gars de Trois-Rivières?

Bonne question.

Dalcourt_1Collection Mario Allard

À lire

Un petit lien de mon ancien copain de collège.

(Québec) Contrairement à l’idée qu’ils soient complètement ignares, les jeunes qui entrent dans leur premier cours d’histoire au secondaire ont plutôt une idée préconçue de ce que leur professeur leur enseignera sur le Québec. Et au fur et à mesure qu’ils progressent dans leur cheminement académique, leur vision du passé de la province s’assombrit considérablement.

1 janvier 1964

Cinquante ans!

Je venais tout juste d’avoir mes 15 ans.

Mon grand-père lui venait tout juste de mourir.

acte-de-deces-leo-lagace-seniorJe ne me souviens de rien de ce premier janvier 1964.

Léo Lagacé Senior

J’imagine que mon père a dû prendre ça dur de perdre son père.

leo lagace 1933Je ne sais pas si mon père était là quand mon grand-père est mort. Je ne sais pas si son père avait eu des remords.

Mon père devait sûrement admirer son père, du moins je pense.

L’année 1963 avait été une annus horribilis pour Léo Lagacé Junior, fils de Léo Lagacé Senior, fils de Dennis Lagasse, contracteur à Bristol, au Connecticut.

Son petit frère Marcel s’était éteint le 6 mars 1963.

Marcel Lagacé

C’était juste 9 mois après leur mère Juliette Métayer. Mon père a dû prendre ça dur la mort de son petit frère Marcel.

Gilles 001-1

La mort de sa mère… ?Juliette Métayer

Pas sûr…, mais je ne reviendrai pas là-dessus.

Juliette Métayer montage

C’est le 1er janvier 1964 que mon père a décidé de couper les ponts avec le reste de sa famille, puis avec la famille de ma mère qui avait sombré doucement dans la mer de la schizophrénie.

Mon frère, ma soeur et moi, nous n’avons pas eu d’autre choix que de suivre la route tracée par mon père.

Pierre 021

C’est pour ça que je tente de rebâtir des ponts avec mes ancêtres depuis 2007, et aussi les vôtres depuis 2008.

Juliette Métayer montage

Quand arrêter de chercher ses ancêtres et ceux des autres?

Quand arrêter de chercher ses ancêtres et ceux des autres?

Probablement jamais.

Ici j’avais écrit un billet sur un de mes nombreux blogues.

C’était justement sur un descendant de Pierre Picher dit Lamusette. C’est à cause de ma petite recherche sur Paul Piché que j’avais découvert le site de la Société de généalogie de l’Outaouais après avoir trouvé celui du fromage.

Une belle histoire d’un jeune garçon âgé de 12 ans qui dit à sa tante qu’il a trouvé de l’information sur Internet à propos de son grand-père mort à la guerre.

Il faisait une recherche Google avec le nom de Paul Piché.

Comment il est arrivé à tomber sur mon blogue?

Ça, sa tante ne me l’a pas dit.

Quand arrêter de chercher ses ancêtres et ceux des autres?

Probablement jamais, surtout que la fille de cet aviateur m’a téléphoné par la suite pour me parler pendant 30 minutes de son père mort en 1944 au-dessus des Ardennes quand elle n’avait que 8 ans.

Paul Piché

Paul Piché

L’église de Ste-Justine-de-Newton…

L’église était remplie de gens venus rendre un dernier hommage à ma cousine Linda hier matin.

Un peu comme il y a 24 ans lors des funérailles de ma mère.

Linda n’avait que 52 ans. Son père Florent nous avait quitté en août 2012. Il allait avoir ses 88 ans le premier septembre.

J’ai revu plein de gens de ma famille depuis le décès de ma mère en 1989, et depuis l’an dernier lors du décès de Florent. Florent était le frère de ma mère Aline qui avait conservé cette photo dans son petit album vert.

Euclide Sauvé, Rosina Quesnel et Florent en 1941

Son frère Florent est avec son père Euclide et sa mère Rosina,
ramassant du lin durant la guerre pour confectionner des vêtements militaires.

Le petit album vert est la seule chose que j’ai pu conserver quand ma mère est morte le 3 octobre 1989.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai revu ma tante Evelyne, la mère de Linda. Elle a tout perdu depuis 2012: son mari, sa maison, sa mémoire…

J’ai revu ses frères Michel et Alain. Alain c’est mon cousin qui a une cabane à sucre.

J’ai revu ses enfants, Eric et Anick, et Zachary, un petit-fils, mais lui pour la première fois.

J’ai revu ma cousine Huguette que je mélange tout le temps avec sa sœur Jeannine ou Louise, et son frère Ronald que je mélange aussi tout le temps avec son frère Richard. Tous deux accompagnaient leur père Hervé que je reconnaîtrais tout de suite dans une foule dans les gradins du Stade Olympique en plein hiver.

Voici d’ailleurs en exclusivité une photo de la famille d’Hervé prise dans les années 50. Toute la marmaille y est avec ma mère, son frère Florent, celui qui porte les bretelles, sa soeur Lucille avec les boucles d’oreille, et sa soeur Helena, la mère des enfants cordés sur la table de cuisine.

Vous reconnaîtrez facilement Hervé même si on n’est pas au Stade olympique.

famille Meloche

Maintenant, grâce à cette photo, je peux faire de l’ordre dans mes cousins et mes cousines.

J’ai vu pour la première fois depuis 64 ans mes demi-cousines Nicole, Diane et leur frère Marcel qui accompagnaient leur mère Rhéa, la femme d’Armand que l’on voit dans les bras de sa maman en 1914.

famille de Venance Paiement

Je pourrais vous mettre la belle photo de noces d’Armand et Rhéa, mais je pense que vous avez compris le message.

Il y avait Venance et sa femme Lucille (pas la Lucille avec les boucles d’oreille) avec leur fils Éric. Je vois Venance et Lucille tout le temps à la cabane à sucre de mon cousin Alain.

Venance est le fils de Benjamin qui jouait du violon aux noces de mes parents en 1948.

joueurs de violon

Quand j’ai jasé avec Marcel, je pensais que je parlais au petit gars sur la galerie le 20 mars 1948.

1948 20 mars

J’avais l’air tout excité.

Ce n’était pas lui sur la photo, mais Roland son cousin. Tout un joueur de violon y parait!

20 mars 1948

Roland était le fils unique de Donat, l’autre joueur de violon.

J’ai revu et salué ma demi-cousine Réjeanne Besner, la fille de ma demi-tante Ida Paiement, à qui j’avais donné la photo de sa mère quand j’ai appris qu’elle n’en avait aucune. Elle était toute gênée de m’appeler pour me remercier en 2008.

Ida Paiement

Elle m’a tout de suite reconnu et m’a fait un beau sourire…

Ida est la petite fille avec un œil qui louche sur la photo de l’école de rang.

fratries 1915 école de rang

J’ai revu ma cousine Jocelyne après les funérailles qui partait en coup de vent. Il faut dire qu’il faisait un froid de canard au sortir de l’église. J’avais des photos pour elle dont ma sœur avait retrouvées des négatifs…

J’en ai fait des positifs.

Je ne les mettrai pas ici.

Jocelyne, toujours aussi souriante et discrète, est la sœur de Jean-Maurice et Normand.

Frères_Farmer

J’ai revu mes cousins Jean-Claude et Yvon dont le père Germain élevait des poules dans la maison du vieux Jules Lalonde dans le rang de Ste-Julie…

maison du vieux Jules Lalonde

Ah ce bon vieux Jules!

J’ai revu mon demi-cousin Urgel dont le parrain était Germain Quesnel.

maison du vieux Jules Lalonde Germain et Urgel

Urgel a dû avoir peur des poules.

Je m’en serais voulu de ne pas aller lui dire bonjour et lui dire en même temps que j’avais de belles photos pour lui.

Urgel m’a dit qu’il avait aussi des vieilles photos où il ne reconnaissait personne.

Je me suis invité à lui faire une petite visite ce printemps.

J’ai revu ma demi-cousine Thérèse qui fait tous les printemps la soupe aux pois lors de nos repas de famille à la cabane à sucre d’Alain. Je lui avais promis le printemps dernier un exemplaire du livre de ma fille.

Hurtubise

C’est fait.

J’ai beaucoup de racines à Ste-Justine-de-Newton, cette petite municipalité près de la frontière de l’Ontario et du Québec. Si vous ne prêtez pas attention, vous passerez tout droit devant l’église et ne remarquerez pas le cimetière en arrière.

cimetière de Ste-Justine-de-Newton

Je me sens comme chez nous quand je vais à des funérailles à Ste-Justine-de-Newton. Mes arrière-arrière-grands-parents y ont sans doute été enterrés.

Honoré Sauvé et Julie Leroux

Sans doute, car je n’ai pas trouvé de pierre tombale.

Honoré Sauvé et Julie Leroux y ont vécu en 1871.

1871 Honoré Sauvé

En 1881.

 1881 famille Honoré Sauvé

En 1891.

1891 Honoré Sauvé

Honoré est décédé le 11 décembre 1899. J’aurais dû souligner son décès sur ce blogue.

Un oubli impardonnable…

Julie est décédée le 20 janvier 1907. Je vais me mettre une petite note.

Je n’ai vu ma cousine Linda qu’une ou deux fois dans ma vie. La vie est ainsi faite.

Mon père avait coupé les ponts avec la famille de ma mère après le 29 novembre 1963, la même date que l’écrasement du DC-8 à Ste-Thérèse.

Cette nouvelle avait causé un choc émotif terrible chez elle. Pour ma mère, le 29 novembre 1963 fut le début de sa descente aux enfers.

C’était donc un peu à Noël de la même année que mon subconscient a dû commencer à vouloir retracer mes racines et à vouloir renouer avec la famille de ma mère.

Une petite partie de la vie d’Aline est enfouie ici depuis 24 hivers dans le cimetière de Ste-Justine-de-Newton, la terre de ses ancêtres. Elle a trouvé la paix du repos de la vie éternelle.

image Aline 2

C’est au printemps, dans le même cimetière, que les cendres de Linda iront reposer pour l’éternité dans le lot de son grand-père Euclide.

cimetières 018

La courte année de Rivière-Longue: Prise 2

À lire… à la page 29.

La révélation féminine de l'année

Et pourquoi ne pas lire le roman…

Prise 2

image Aline 3

À Rivière-Longue, personne ne se parle, personne ne se raconte à l’autre. À Rivière-Longue, l’impromptu est redouté et l’ailleurs, rejeté. À Rivière-Longue, la passion n’est pas souhaitable. Après tout, l’amour, c’est si imprévisible…

Et pourtant.

L’une des leurs est partie, laissant sa fille derrière elle. Tout le monde sait pourquoi, mais personne ne dit ni ne fait rien. 

Un étrange, Roland, s’installe un jour à Rivière-Longue et tous les marginaux du village se regroupent autour de lui dans la réalisation d’un grand projet : celui de construire une maison pour Aline, celle qui est partie.

C’est ainsi que Mario le simple d’esprit, Martin le pêcheur dit Le Grand, Gitane l’avocate non-pratiquante, la petite Simone trop brillante pour ses trois ans et Marcelle la fille d’Aline, deviennent peu à peu… une famille. Sans compter Verlaine, le chat. Et L’Ours.

image Aline 2

Vous pouvez également télécharger le numéro, gratuitement, à l’adresse suivante: http://revue.leslibraires.ca/Uploads/Magazines/0010__Libraire-HS-2013.pdf

Le Père Noël

Je ne sais pas si Cécile croit encore au Père Noël.

noel_pere_noel040

Mon blogue Nos ancêtres est toujours actif, surtout grâce aux lecteurs et aux lectrices qui le découvrent au hasard d’une recherche sur Internet.

J’aime beaucoup jouer au Père Noël.

grand-père Noël

Et je sais pourquoi en plus!

C’est pour ça que j’avais commencé mon histoire du Père Noël de Rivière-Ouelle l’année dernière.

J’ai arrêté. Vous savez pourquoi.

Je ne pense pas continuer mon histoire.

En tout cas, je vais continuer y penser.

J’ai joué un peu au Père Noël avec les ancêtres de Cécile. Je n’ai pas hésité une seule seconde à lui venir en aide.

Une seule seconde…

Un vrai pompier comme mon père!

Magyrus poste 8

J’ai toujours été comme ça.

J’aide tout le monde, Dieu, son père et son grand-père. Je ne connais pas Cécile Blanchette, mais je connais ses ancêtres en titi par contre.

C’est probablement par manque d’affection de mon père finalement que j’aide tout le monde.

pompier Léo Lagacé

Myra et ses petits-enfants…

J’ai beaucoup écrit hier.

Voici pourquoi…

C’est mon dernier billet sur le blogue Nos ancêtres.

J’ai beaucoup écrit sur ce blogue depuis 2008.

Plus de 1100 billets.

Je veux terminer sur une bonne note avec Myra Alexandre, cette belle inconnue sur une des photos de Sandy qu’elle pensait un jour jeter.

sisters

On ne jette jamais ses vieilles photos…

Myra Alexandre, fille de Jean-Baptiste Alexandre et Philomène Lagacé, est devenue une belle grand-maman.

Grandma-Myra Archambeault

Myra Alexandre
1877-1958

Une grand-maman, c’est si important dans la vie de ses petits-enfants.

young Myra Alexandre

Myra Alexandre
1877-1958

Son petit-fils Frank Archambault avait partagé ses vieilles photos avec moi en 2012 suite à une rencontre au Connecticut. Un autre de ses petits-fils, Carl, qui aurait aimé se joindre à nous, avait aussi partagé ses vieilles photos.

Je ne pense pas que Carl s’objecterait à ce que je vous les montre ici afin d’honorer la mémoire de sa grand-maman.

My Dad Philip and Grandma Myra Archambeault

Myra Alexandre et son fils Philip Archambault

On voit Myra est avec son fils Philip. Philip Archambault est le père de Carl et de Frank.

C’est l’avis de décès de Philip Archambault Senior qui m’a mis sur la route de ses deux fils et de leurs ancêtres Archambault. Carl fut le premier à me trouver sur Internet, puis, il a mis son frère Frank au courant.

Philip Archambeault Obituary

Carl m’a dit que son père Philip Archambault était fier de ses ancêtres Archambault.

La preuve c’est ce document qu’il avait.

Philip notes

On voit ici Philip Archambault sur sa photo de noces. Philip a marié Elizabeth Gualtieri le premier mai 1943.

Ça c’est l’original. 

Philip_Elizabeth Archambeault-Wedding

Je l’ai ensuite retouché pour remercier Carl et Frank. 

touch-up Philip_Elizabeth Archambeault-Wedding

J’aime retoucher les vieilles photos et leur redonner une nouvelle vie.

J’aimerais aussi redonner une nouvelle vie à Nos ancêtres…

Grandma-Myra Archambeault

Un ptit café…?

Sophie Archambault: Prise 4

Belle photo n’est-ce pas?

Sophie avec François-Xavier.

François-Xavier Lagacé et Sophie Archambault

J’ai vraiment eu une bonne idée d’écrire une version anglaise de Nos ancêtres et trouver ainsi des descendants qui partageaient les mêmes ancêtres avec moi.

Sandy était tout excitée de trouver un descendant de son arrière-arrière-grand-père Pierre Lagacé.

Pierre Lagasse

Vous ne croyez pas à la réincarnation j’espère…

Stanislas, Pierre et François-Xavier était des petits frères. On retrouve la famille de Stanislas Lagacé I dans le recensement de 1852.

François-Xavier viendra au monde le 12 décembre 1858, 100 ans et 19 jours avant moi.

1852 famille Lagacé

Voici le recensement de 1861.

1861 Stanislas Lagacé

On voit le petit Exevia Legassey âgé de trois ans.

C’est bien François-Xavier!

Exevia Legassey

Sophie Archambault et Exevia Legassey eurent ces enfants.

Frank Lagasse 1883 –

Cora Lagasse 1886 –

Frederick Lagasse 1889 –

Edward Lagasse 1896 –

William Lagasse 

François-Xavier et Sophie sont fort probablement sur ces photos.

Sophie et François-Xavier à la plage 2

François-Xavier serait le vieillard avec le chapeau.

Sophie et François-Xavier à la plage

Quant à Sophie, une des vieilles dames…

William Lagasse, un de leurs fils, serait aussi sur cette photo. Je gagerais un petit 2$ sur lui.

William Lagasse

Ces deux vieilles photos viennent de cette vieille page d’un vieil album de famille. Cette page a été numérisée en 2009.

old family album

Je n’ai plus eu de contact avec la personne qui m’avait envoyé des photos de ce vieil album. Elle a dû croire que j’étais un peu dingue…

Bon j’arrête d’écrire pour aujourd’hui.

Je me demande pourquoi je vous écris tant…