Ma tante Grite (1915-2017)

Ce qui va suivre ce billet, écrit il y a plusieurs années, se veut un dernier hommage à Marguerite Farmer.


Est-ce si important de vous parler de ma tante Grite ce lundi matin sur mon blogue?

Ma tante Grite c’est Marguerite Farmer. Je n’ai pas vu souvent cette tante dans ma vie. Elle est la demi-belle-soeur de ma mère. Ma tante Grite est une descendante directe d’André Farmer qui serait né en Virginie vers 1743. 

On a peu d’informations sur cet ancêtre.

Here is what I got.

Andre Farmer was born in Virginia, US around 1743. Somehow made it to (now) Quebec and married Madeleine Marié around 1772 (likely 28 December 1772 with a marriage contract in Les Cèdres, Soulanges, Québec on 7 Jan 1773).
He died 23 February 1824 in St-Benoît, Deux-Montagnes, Québec and was buried on 25 February 1824 (same location).

They had 12 kids: Geneviève, André, Pascal, Marie-Madeleine, Marie-Anne, Rose-Marie, Marie-Louise Madeleine, Louis, Marie-des-Anges, Catherine-Rose, Véronique and Guillaume.

Also went be the name: Andre Farmet/Phalmar/Falmard/Clément

Parents (Generations from most recent to oldest)
(5) James / Jacques Farmer (1709-1761) Virginia, US
Mary Ann Beasley (1710 ?)

(4) Thomas Farmer (1681) Virginia, US
Agnes Nicolson / Nicholson (1685 ?)

(3) Thomas Farmer (1655 or 1665 ?) Virginia, US

(2) Thomas Farmer (1634 ?) Virginia, US

(1) Thomas Farmer (1594 or 1593 ?) – England

Marguerite a marié un descendant direct de Pierre Paiement, charpentier de navire. Elle a marié Donat Paiement, le demi-frère de ma mère, le 10 octobre 1934.

Ma tante Grite est finalement ma demi-tante.

Donat Paiement et Marguerite Farmer

Donat Paiement c’est le petit no 2 sur la photo. Il tient fermement l’ardoise avec l’identification de la classe de mademoiselle Adéline. Je crois deviner Avril sur l’ardoise.

On serait alors en avril 1914.

identification des enfants

On voit le no 2 aussi ici.

donat paiement

Cette photo est un agrandissement de cette photo. Elle provient de la collection de Simonne Paiement.

Donat Paiement Emile Farmer Benjamin Paiement

On voit Benjamin Paiement, le no 10 de la photo de l’école de rang.

identification des enfants

Je n’avais jamais réalisé que la photo des trois violoneux avait été prise en même temps que celle-ci.

La journée du mariage de mes parents!

20 mars 1948

20 mars 1948

Ma tante Grite est à gauche dans la dernière rangée derrière Ida Paiement. Cette photo est précieuse, car toutes les personnes sont identifiées avec mes parents, et mes grands-parents maternels et paternels réunis pour la première et la dernière fois dans leur vie. 

Ma demi-tante Marguerite Farmer est née en 1915. Elle est encore vivante et vit en résidence.

La photo vient de la collection de ma cousine Jeannine qui était le bébé dans les bras de sa maman. Jeannine allait célébrer son premier anniversaire dans trois jours.

Quand j’ai vu cette photo j’ai tout de suite pensé que mon grand-père avait dû chanter comme un rossignol et danser comme il le faisait dans les soirées dans les années 1910 à St-Hyacinthe selon Antonio Landry, le neveu de sa première femme Maria Landry, que j’ai rencontré en 2009.

À moins qu’il aimait mieux cacher cette partie de sa vie…

Est-ce si important de vous parler de ma tante Grite ce lundi matin sur mon blogue?

Je pense que oui, car j’ai des photos des descendants d’André Farmer à partager comme j’en avais d’Aldéma Sauvé.

Aldéma Sauvé

 


Marguerite Paiement (née Farmer)

                        1915 – 2017                                                                        

De Terrasse-Vaudreuil (autrefois de St-Clet), le 11 juin 2017, à l’âge de 102 ans, est décédée Mme Marguerite Farmer, épouse de feu Donat Paiement.

Elle laisse dans le deuil sa brue Louise Boisvert, ses petits-enfants Daniel (Monique), Sylvie (Yvon) et Joanne, ses arrière-petits-enfants et ses arrière-arrière-petits-enfants, sa soeur Liliane (Charles-Édouard Numinville), ainsi que ses beaux-frères, belles-soeurs, neveux, nièces (en particulier Denise Lalonde), ses parents et amis. Elle rejoint son fils Rolland (Josée Langevin).

Les funérailles auront lieu le jeudi le 22 juin 2017 à 14h en l’église St-Clet, située au 609, Route 201 à St-Clet, sous la direction funéraire E. Montpetit & fils situé au 297, Ch. Du Fleuve, à Coteau-du-Lac.  Pour nous rejoindre par téléphone 450.763.1314 ou via le web http://www.emontpetit-fils.ca.

La famille sera présente à l’église dès 13h afin de recevoir les condoléances.

L’inhumation suivra au cimetière paroissial.

Léo-Paul Desrosiers

Trouvé sur Wikipedia…

Léo-Paul Desrosiers peint, dans L’Accalmie, Lord Durham comme un homme nerveux, irritable et impatient, radical et agitateur, pour qui les Canadiens anglais doivent dominer et les Canadiens français doivent être assimilés par les lois, les institutions, les ventes de terrains et l’immigration. Il résume ainsi : « Durham dramatise tout ce qui le touche et tout ce qu’il touche »5.

Et dire que j’ignorais tout de Léo-Paul (Léopold) Desrosiers. 

Academie_canadienne-francaise_8_decembre_1944

Académie canadienne-française. – 8 décembre 1944. – 1 photographie: N&B; 20,5 X 25,5 cm. Photographie des membres de l’Académie canadienne-française lors de la réunion de fondation tenue à Montréal le 8 décembre 1944. De gauche à droite: Alain Grandbois, P. Gustave Lamarche c.s.v., Rina Lasnier, Robert Rumilly, l’abbé Lionel Groulx, Victor Barbeau, Philippe Panneton, Marie-Claire Daveluy, Léopold Desrosiers, Guy Frégault, Robert Charbonneau. Debout: Robert Choquette et François Hertel.

 

Toujours sur Wikipedia…

Après des études classiques au Séminaire de Joliette et des études de droit à l’Université de Montréal, Léo-Paul Desrosiers collabore à L’Action française de l’abbé Lionel Groulx en 1917. Il est ensuite journaliste au Canada et au Devoir. Il est courriériste parlementaire pour Le Devoir en 1920 à Ottawa puis rédacteur du feuilleton et des procès-verbaux de la Chambre des communes1. Il vit en Ontario de 1920 à 19412.

En 1922, il épouse l’écrivaine Marie-Antoinette Tardif, mieux connue sous le pseudonyme de Michelle Le Normand. Il devient conservateur de la Bibliothèque municipale de Montréal de 1941 à 1953.

Influencé par le nationalisme d’Henri Bourassa et de Lionel Groulx, il fait paraître surtout des romans et des études historiques au fil d’une carrière littéraire qui s’échelonne sur plus de cinquante ans.

En 1938, il publie Les Engagés du Grand-Portage à Paris, chez Gallimard, et remporte le Prix David. Ce roman a connu de nombreuses rééditions et est devenu un classique de la littérature québécoise.

Les fonds d’archives Léo-Paul Desrosiers (CLG11)3 et Michelle Le Normand et Léo-Paul Desrosiers (MSS26)4 sont conservés au centre d’archives de Montréal de laBibliothèque et Archives nationales du Québec.

 

Antoinette Tardif?

Connais pas…

À suivre.

Avis de décès – Michèle Ménard

C’est avec tristesse que j’ai appris via Facebook le décès de Michèle, une de mes toutes premières lectrices sur mon blogue. Michèle et moi avions des ancêtres voisins dans les années 1800 à Notre-Dame-de-Stanbridge. Une de ses petites cousines, Amanda Ménard, avait marié mon grand-oncle Stanislas Lagacé III.

Who's Who Dennis Lagasse III and Amanda Ménard

mariage de leur fille Bertha M. Lagasse avec William Edward Austin,
16 novembre 1921, à Bristol, Connecticut

Michèle Ménard

1951-2015

L’avis de décès se trouve sur le site du salon funéraire Groulx.

Je le reproduis ici.

De Ste-Anne-des-Plaines, le 6 février 2015, à l’âge de 63 ans, est décédée Mme Michèle Ménard, conjointe de M. Michel Fortin. Outre son conjoint, elle laisse dans le deuil ses enfants, Valérie et Mathieu Blanchette, ses deux petits-enfants, Charlotte et Arthur, son frère Robert, sa soeur Claire, ainsi que de nombreux parents et amis. Selon ses volontés, elle fut incinérée. La famille accueillera parents et amis jeudi le 12 février 2015 de 14:00 à 17:00 et de 19:00 à 22:00 à la Maison Funéraire Groulx 173 boul Ste-Anne Ste-Anne-des-Plaines. Les funérailles seront célébrées, le vendredi 13 février à 11:00 en la paroisse Ste-Anne. L’église sera ouverte à partir de 10:00 pour que les gens puissent se recueillir avant la cérémonie. Compensez l’envoi de fleurs par des dons à la société canadienne du cancer. Un gros merci à toute l’équipe médicale de l’Hôtel Dieu de St-Jérôme pour les soins rendus.