22 octobre 1902

Pierre Lagacé:

Bon je m’éloigne encore de mon propos…

Originally posted on Nos ancêtres:

J’espère ne pas trop m’éloigner en chemin.

Je vous reparle de Myra Alexandre, la nouvelle mariée d’hier.

La semaine dernière on ne savait rien d’elle.

On avait seulement des photos sans plus.

Le « On », ce sont une 3e cousine et un 3e cousin en Nouvelle-Angleterre, la femme d’un autre 3e cousin en Californie, et moi, ce petit gars de la rue Mentana à Montréal échoué à Ste-Anne-des-Plaines depuis 1981.

On sait maintenant que la belle Myra s’est mariée avec William Archambeault le 22 octobre 1902.

On sait aussi que le  4 août 1903, elle a accouché d’un beau petit garçon.

Raymond était le premier de ses sept enfants.

J’en ai retracé 6 actuellement dont le petit dernier Philip Joseph Archambeault Sr.

Sur la photo suivante, on est probablement en été 1904 à Adams au Massachusetts, car Raymond W. Archambeault semble avoir environ 1 an.

Il faisait probablement ses dents aussi…

Voir l'original 564 mots de plus

Revue de presse – fin novembre 1918

Pierre Lagacé:

Écrit sur Nos ancêtres II

Originally posted on Nos ancêtres II:

Jean Bernard Lemay ne connaît pas la provenance d’une série de découpures de journaux qui datent du siècle dernier.

Elles avaient été collées dans le grand livre d’un quincaillier probablement dans la région d’Ottawa. Il les a partagées avec moi pour que je les partage avec vous.

Elles pourraient intéresser des passionnés d’histoire.

IMG_6942IMG_6943

Voir l'original

Un grand homme

Pierre Lagacé:

Ma rencontre hier avec mon cousin Sylvain 35 ans plus tard…

Originally posted on Nos ancêtres:

J’ai cette photo sur le mur de mon bureau de travail.

Edouard

C’est la photo d’Édouard Métayer, capitaine de pompier.

Édouard était le père de ma grand-mère paternelle.

Édouard est mort le 2 avril 1928, la veille de son 34e anniversaire comme pompier au Service incendie de Montréal.

Mon seul souvenir d’Édouard était cette photo dans ce vieux logement que mes grands-parents habitaient et qui était situé au 4430 rue Mentana à Montréal dans les années 50.

Ma grand-mère m’avait dit qu’Édouard était mort en essayant de retenir les guides des chevaux qu’il conduisait. Les chevaux avaient pris le mors aux dents en allant sur les lieux d’un incendie.

Édouard est mort un mois plus tard des suites de l’accident. Il a laissé dans le deuil sa femme et une dizaine d’enfants.

C’est tout ce que je savais. À l’époque, je devais avoir sept ou huit ans.

Cinquante ans plus…

Voir l'original 263 mots de plus