Un commentaire intéressant

Isaac Bédard vivait dans le village de Fontbedeau au sud de LaRochelle. Le nom Fontbedeau est issu de « Font » pour fontaine et de « Bedeau » qui serait le pluriel de Bédard. Sur la terre d’Isaac ne subsiste justement que cette fontaine lui ayant appartenu et dont j’ai pris une photo quand j’y suis allé. Vous pourrez la voir sur mon site sur la page d’Isaac.

http://www.renaud-dit-deslauriers.com

MEYER Jean-Baptiste & RUEHER Lucie

Pierre Lagacé:

Un voyage dans le temps

Originally posted on Elsasser Wurtzle:

MEYER-RUEHER

L’histoire de ce couple d’ancêtres constitue ma toute première épine généalogique. Quand on a pas encore pris l’habitude de lire des documents manuscrits d’une époque révolue, les complexités techniques s’enchaînaient pour l’apprenti généalogiste que je m’efforçais d’être. D’abord, en raison d’actes contradictoires à la lecture fastidieuse, d’homonymes nombreux. Je me suis même débrouillé à ne pas trouver le même prénom pour le père dans l’acte de naissance et de décès ce qui, avec le recul, me fait rire à chaque fois que j’y pense. J’ai ainsi pu établir pour cette famille un arbre, côté « Meyer », allant jusqu’aux alentours de 1550 dont je n’étais pas peu fier et dont j’ai été finalement dans l’obligation d’y renoncer, puisque greffé sur une mauvaise personne !

Une autre erreur, tout aussi amusante, a été de trouver le moyen de lire sur un acte le nom de Rucher à la place de Rueher.  Après de nombreux tâtonnement sur de longs…

Voir l'original 1 854 mots de plus

Les 90 ans de Rhéa

Pierre Lagacé:

La suite…

Originally posted on Nos ancêtres II:

Rhéa,  c’est la grand-mère  de Nancy, la fille de Diane Paiement qui m’avait  téléphoné pour  m’inviter  au 90e anniversaire  de naissance  de sa mère. Rhéa  St-Amant  a marié  Armand  Paiement  en 1942.

image

Les deux  soeurs  se marièrent  le même  jour.
Revoici Armand  et Rhéa.

image

Voici  Armand  dans les bras  de sa mère…

image

On est en 1914 et ce serait  J. A. Martin qui  aurait  pris  cette  photo. Une  petite  famille  heureuse  dont  le destin frappera  en 1918.

Voir l'original

Le petit frère d’Adhémar

Pierre Lagacé:

Sur mon autre blogue…

Originally posted on Nos ancêtres II:

Où en étais-je?

Pas mal perdu!

école de rang 1915 rang Ste-Julie de Ste-Marthe

Adhémar Desrochers

Je croyais  avoir  rencontré  Adhémar à  la  fête  de Rhéa  St-Amant Paiement  en avril  dernier.

mariage Armand Paiement et Rhéa St-Amant

Ma  femme  m’avait  dit  qu’un homme âgé  assis  à  ses  côtés  voulait  me parler.

mademoiselle Jeanne

Monsieur  Desrochers  veut te parler…

Pas facile  de parler  de  ses ancêtres  communs lors d’une fête soulignant  les 90 ans de quelqu’un…

Benjamin Quesnel

Benjamin  Quesnel

Élise Chartrand

Élise Chartrand

Voir l'original

Un descendant intéressé…

Un de ses descendants est intéressé  par ses racines.

Trouvé  sur Internet

Généalogie des Bédard

Un seul pionnier introduit le nom de Bédard en Nouvelle France : Isaac Bédard, originaire de La Rochelle en Charente-Maritime. Il arrive au Canada en 1660 avec son épouse et ses deux enfants.

Il est donc l’ancêtre de tous les Bédard d’Amérique du Nord. Il faut toutefois signaler que trois autres pionniers portaient le nom de Bidard qu’il ne faut pas associer à celui de Bédard.

En 1800, le patronyme Bédard se retrouve à 896 fréquences dans les registres paroissiaux du Québec. Aujourd’hui, les Bédard sont au 37e rang avec 17 800 porteurs du patronyme.

En France, les Bédard sont peu nombreux : seulement 450 personnes, concentrées surtout en Bretagne. Le patronyme Bédard a donc été transposé de France vers la Nouvelle-France.

Aux États-Unis, les Bédard, assez répandus en Nouvelle-Angleterre, sont devenus des Bedore.

Isaac Bédard, ancêtre de tous les Bédard d’Amérique

Isaac Bédard naît à La Rochelle vers 1616, de l’union de Jacques Bédard et de Marie Guérineau, ses parents présumés.

Vers 1595, la famille Bédard adhère au protestantisme, une religion pratiquée au Poitou. Isaac Bédard épouse Marie Girard au Temple protestant de La Rochelle le 20 mars 1644. Six bébés naissent de cette union en France, mais seulement deux survivront à l’enfance : Jacques, né le 15 décembre 1644 et Louis, né le 25 janvier 1655.

Le 2 avril 1660, Isaac Bédard, charpentier, et son épouse abjurent la religion protestante à La Rochelle. Quelques semaines plus tard, Isaac Bédard, sa femme et leurs deux enfants émigrent en Nouvelle-France.

Dès leur arrivée au pays, la famille Bédard s’établit dans la haute-ville de Québec. C’est à Québec que naît leur dernière enfant, Marie, le 12 mai 1664. En 1665, Isaac Bédard quitte Québec pour s’établir à Charlesbourg où il acquiert une terre de cinq arpents à Petit-Auvergne.

Au recensement de 1681, Isaac Bédard est charpentier et habitant. Il possède 4 bêtes à cornes et 13 arpents de terre en culture. Il décède à Charlesbourg le 15 janvier 1689 à l’âge de 73 ans. Ses deux fils, Jacques et Louis assureront la descendance du pionnier jusqu’à nos jours.

En 1962, la ville de Québec a désigné une rue du nom d’Issaac Bédard dans l’arrondissement de Charlesbourg.

Plusieurs descendants du pionnier Isaac Bédard et de ses deux fils se sont établis dans la région de Québec et au Saguenay. Ils ont embrassé différentes professions dont celles du droit, de la magistrature et des ordres religieux.

Quelques hommes de loi et politiciens du nom de Bédard

Pierre-Stanislas Bédard est né à Charlesbourg le 13 septembre 1762 de l’union de Pierre-Stanislas Bédard et de Marie-Josephe Thibault. Cinquième de la génération des Bédard au Canada, il épouse Louise-Luce Lajus à Québec le 16 juillet 1796. Deux fils naissent de cette union : Elzéar en 1799 et Joseph-Isidore en 1806. Avocat, député à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada de 1792 à 1812, fondateur du journal Le Canadien en 1806, juge à la Cour du banc du roi à Trois-Rivières de 1812 à 1828. Pierre Stanislas-Bédard décède à Trois-Rivières le 26 novembre 1829.

Elzéar Bédard est né à Québec le 24 juillet 1799 de l’union de Pierre-Stanislas Bédard et de Luce-Louise Lajus. Il épouse Julie-Hortense Marrett à Québec le 15 mai 1827. Il décède à Montréal le 11 avril 1849. Premier maire de la ville de Québec de 1833 à 1844, député de Montmorency 1832-1834 et juge à la Cour du banc du roi de 1836 à 1849.

Joseph-Isidore Bédard est né à Québec le 9 janvier 1806 de l’union de Pierre-Stanislas Bédard et de Luce-Louise Lajus. Il décède à Paris le 14 avril 1833 et son inhumation à lieu au cimentière de Montmartre. Député de Saguenay à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada 1830-1833.

Marc-André Bédard, né à Lac-à-la-Croix le 15 août 1935 de l’union de Lorenzo Bédard et de Laurette Bilodeau. Il épouse Nicole Girard à Jonquière le 19 juin 1965. Avocat admis au barreau en 1965, député du Parti Québécois dans la circonscription de Chicoutimi de 1973 à 1985. Ministre de la Justice de 1976 à 1985. Il ne se représente pas en 1985 et retourne à la pratique du droit.

Stéphane Bédard, né à Chicoutimi le 11 mars 1968 de l’union de Marc-André Bédard et de Nicole Girard. Il épouse Janick Tremblay. Avocat admis au barreau en 1992, député de Chicoutimi pour le Parti Québécois depuis 1998, leader parlementaire de l’Opposition officielle depuis le 18 décembre 2008.

Dans le domaine sportif

Myriam Bédard, née à l’Ancienne-Lorette en 1969. Double médaillée d’or olympique au biathlon en 1994.

Robert Bédard, né à Hull en 1931. Tennisman, champion canadien en 1955, 1956 et 1958. Intronisé au Temple de la renommée du sport au Canada en 1996.

Texte : Marcel Fournier

Sources bibliographiques sommaires

Base de données personnelle de Marcel Fournier sur les pionniers de la Nouvelle-France

Base de données du Programme de recherche en démographie historique de l’Université de Montréal (PRDH)

Base de données notariales Parchemin

Base de données d’Ancestry.ca

Base de données de BMS 2000

Dictionnaire biographique du Canada

La Mémoire du Québec de 1534 à nos jours de Jean Cournoyer

Les noms de famille au Québec de Louis Duchesne

L’annuaire des citoyens du Québec

Institut généalogique Drouin

La vie et l’univers de Jean Carignan

Un très  beau texte.

Extrait

Jean Carignan est né à Lévis, au sud de la ville de Québec, le 7 décembre 1916, d’Yvonne Clouthier et de Joseph Carignan. Son père, qui était maçon de métier, jouait également du violon. Le jeune Jean était l’aîné d’une famille nombreuse et pauvre, devant déménager souvent pour trouver de l’emploi. Ayant appris le violon en cachette à l’âge de 4 ans, deux ans plus tard, il faisait déjà la manche à Sherbrooke, où la famille venait de s’installer. Il secondait également son père dans des veillées de danses, le tout pour apporter un petit supplément au revenu familial trop modeste. Ces longues journées et ces veillées jusqu’aux petites heures ne lui permettront guère de poursuivre son éducation scolaire. Il en gardera toujours des difficultés à écrire.

Qui se souvient d’Elvina?

Pierre Lagacé:

Si vous lisez toujours ma vieille version…

Originally posted on Nos ancêtres II:

Elvina, c’est ma mère!

Alvina Quesnel

Pas la mienne, mais celle de Damase Desrochers, 90 ans, assis à mes côtés hier dimanche après-midi lors de la fête des 90 ans de ma demi-tante Rhéa St-Amant.

Une autre longue histoire que j’avais commencée à vous raconter, mais que je n’avais jamais complétée.

identification des enfants

 

Voir l'original