Une petite surprise d’Yvon

image

Salutations Pierre,

je crois que ce sera toute une surprise pour Florian Hogue et tante Cécile. Je t’envoie une photo prise à  l’aide de mon IPAD. La qualité n’est peut-être pas au rendez-vous mais le souvenir en est passionnant!

Cette photo a été prise chez tante Alma Hogue dans le bas du Trait-Carré vers 1926 selon M. Jérome Hogue (fils d’Édouard Hogue). M. Hogue a 92 ans et a toujours bon pied et bon oeil. Il m’a mentionné que ses photos étaient à partager. J’ai demandé l’aide de Richard pour certaines précisions.

De gauche à droite:

Laurette Hogue, Isaïe Guay, Florentine Hogue, enfant Rolland Hogue (futur conjoint de Thérèse Therrien), Mémé Élysa Gratton, Israël Lauzon, Alma Hogue portant bébé Fernande Lauzon (fille de sa soeur Florentine), devant Alma… madame Guay?, suivi de M. Léon Hogue, Yvonne Chaumont avec son bébé Charles (le premier Charles, né en 1924, celui qui est décédé accidentellement les jambes coupées par la faux dans le temps des foins (selon M. Jérome, il serait mort vers l’âge de 3 ans dans les bras de son père Édouard, quelle tristesse!) Damien Lauzon avec ses gros sourcils, M. au chapeau regardant sur le côté…  inconnu, Édouard Hogue avec le petit Jérome devant lui, M. Albert Coursol et sa fille Rollande.

Yvon

Décidément

Moi itou…

 Jean_Nicolet

http://www.migrations.fr/jeannicolet.htm

EXTRAIT



Jean Nicolet fut contacté en fin d’après-midi du 27 octobre 1642 par un messager du gouverneur, lui demandant son aide immédiate. Des Algonquins voulaient mettre à mort un prisonnier Agnier. Cette exécution mettait en danger la vie de tous les habitants des environs car les Iroquois menaçaient de se venger sur la population. Jean Nicolet ayant la confiance des Indiens, lui seul pouvait leur faire entendre raison et faire libérer le prisonnier. Devant se rendre aussi vite que possible aux Trois-Rivières, il demanda à François de Chavigny, époux d’Eléonore de Grandmaison, qui partait le lendemain de devancer son départ et de partir le soir même. Jean su convaincre l’épouse réticente de Chavigny et ils partirent avec Jean Ferré et Noël Girardeau. Mal leur en pris car en cours de route près de Sillery survint une violente tempête, la chaloupe chavira malgré les efforts des quatre hommes, Jean Ferré, Noël Girardeau et Jean Nicolet perdirent la vie, seul fut sauvé car sachant nager, François de Chavigny, mais ce fut d’extrême justesse grâce aux Jésuites du lieu.

Le Saint-Laurent engloutit Jean Nicolet en cette nuit du 27 octobre 1642 et ne rendit jamais son corps.

Le devoir de mémoire

 

Passionné  d’histoire…

C’est comme  ça  que  je  me  suis décrit sans prétention en 2008 sur ma  page  de  présentation.

Enseignant avec une formation en histoire, je suis né à Montréal, mais je réside à Ste-Anne-des-Plaines depuis 1981. Retraité depuis 2004, je suis devenu un passionné de généalogie dans mes temps libres, et je tente dans ma chronique de faire revivre vos ancêtres, quelquefois de façon humoristique.

Facile à comprendre.