Des siècles de lecture… Recherche d’archives de Google Actualités

https://news.google.com/newspapers?hl=fr

Publicités

Trouvé sur Internet


Les grands-parents qui prennent soin de leurs petits-enfants laissent une trace dans leur âme

Certains personnes sont essentielles dans nos vies, elles représentent nos sentiments et nos émotions dans leur plus grande intensité.

Les grands-parents font partie de ces personnes uniques, attendrissantes et inoubliables.

Ils symbolisent ces regards de complicité, ce jeu permissif et compréhensif de consentement démesuré qui crispe les parents.

Ils sont nos souvenirs pleins de bienveillance et de tendresse, des histoires regorgeant de tournants inattendus, de chevaliers blancs qui flottent dans les airs et dont les yeux brillent de la lueur du soleil, face à un chemin sentant la chaleur de ces mains qui ne sont qu’amour et compréhension.

Leur plus grand et leur plus beau cadeau : les racines qui marquent une trace émotionnelle indélébile dans le coeur de leurs petits-enfants avec leur odeur de secrets partagés, de petits détails, de dévouement, de respect et d’inconditionnalité.

Les grands-parents ont un doctorat en amour

Le style éducatif des grands-parents est plein de bienfaits pour l’enfant. Pourquoi ? Car les grands-parents qui prennent soin de leurs enfants leur transmettent de nombreuses leçons, telles que :

Des activités comme la marche le jardinage, la cuisine, etc.

Des traditions et des histoires familiales : les enfants s’étonnent de savoir que leurs parents ont eux aussi été des enfants un jour.

Des chansons, des jeux et des contes d’antan qui sont pleins de beauté et de leçons.

D’un autre côté, leur position dans la famille ainsi que leur expérience accumulée garantit un style d’éducation duquel il est extrêmement positif que les enfants s’imprègnent. En effet, généralement, les grands-parents ont tendance à :

Etre plus patients et moins stressés au quotidien, ce qui leur permet d’être plus affectueux avec l’enfant, et de lui montrer constamment un intérêt affectif au travers de l’écoute empathique.

Faire de la communication émotionnelle un pilier basique, ce qui permet aux petits-enfants de se sentir mieux compris par leurs grands-parents que par leurs parents.

Corriger avec leurs petits-enfants les erreurs qu’ils ont pu commettre avec leurs enfants et, par conséquent, renouveler la vision des parents sur certains aspects.

Etre bien moins critiques et se concentrer davantage sur les choses positives que les choses négatives, soulignant donc les forces de l’enfant plutôt que ses faiblesses.

Aider leurs petits-enfants à être indépendants de leurs parents, mais aussi à se socialiser avec des personnes de tous les âges.

Se faire, souvent, avocats de leurs petits-enfants, servant ainsi de pont pour valider les sentiments et autres complications qui sont un obstacle à la vie en commun et à la communication entre parents et enfants.

Etre un soutien émotionnel indispensable pour leurs petits-enfants dans une situation de crise et de détachement familial comme par exemple une séparation.

Mais attention, les grands-parents ne sont pas les seuls à laisser des traces dans le coeur ; les petits-enfants aussi apportent de la vitalité, de la joie et du soutien à leurs grands-parents, et ce de façon incommensurable.

En prenant soin de leurs petits-enfants, les grands-parents redécouvrent le monde par le prisme de l’étonnement constant, de l’innocence, et de l’amour le plus inconditionnel.

Mais cette impression est fausse, car chacun a sa place, chacun a son rôle dans la vie d’un enfant.
Il est incroyable de voir tout l’amour que les grands-parents donnent à leur petits-enfants en leur offrant des friandises, en leur donnant de l’argent de poche en cachette, en leur faisant de beaux cadeaux, en leur cuisinant leurs plats favoris, en préparant 4 menus différents pour 4 enfants différents, ou encore en leur faisant des clins d’oeil plein de complicité.

On pourrait alors croire que dans de telles conditions, si les enfants aiment leurs grands-parents, c’est pour ce qu’ils leur donnent et pas pour ce qu’ils sont, mais ce n’est pas le cas ; les petits-enfants adorent passer des soirées avec leurs grands-parents.

Et ce entre autres parce que ces soirées sont placées sous le signe de l’amour, de l’attention et de l’affection.

Le fait de leurs grands-parents se souviennent de chaque détail fait de l’enfance un moment unique et spécial. Et, parce que ce sont des rois qui ne seront jamais détrônés.

L’amour des grands-parents pour leurs petits-enfants est si immense qu’ils ne peuvent pas faire autrement que de le leur démontrer de toutes les façons possibles.

Avec la cuisine, les cadeaux, les douceurs, la présence, les baisers, les petits sacs pleins pour ne les priver de rien, et avec une attention qui détache le foyer de tous les autres lieux.

Et quand les grands-parents ne sont plus là, ce ne sont pas les chocolats que les enfants regrettent, mais ce qu’ils signifient : parler avec leurs grands-parents et entendre leurs mots d’encouragement, d’amour et de sagesse.

Finalement, les grands-parents sont les plus grands fans de leurs petits-enfants, et ceux qui renforcent le plus leur persévérance, leur talent, leur détermination et leurs succès.

Personne d’autre que les grands-parents ne perçoit si bien l’attitude décidée de leurs petits-enfants, leurs chansons favorites et leurs yeux brillants imprégnés de passion.

Personne ne peut regarder les petits enfants avec autant de tendresse que leurs grands-parents qui prennent soin d’eux, tout comme personne n’arrivera jamais à s’émerveiller autant qu’eux du temps qui passe comme de la trace qui prend forme petit à petit.

Une tendresse qui forme les enfants, qui les protège d’une façon unique, qui n’est pas toujours compréhensible, et qui est tout à fait indescriptible.

C’est la raison pour laquelle les grands-parents qui prennent soin de leurs petits-enfants laissent une trace indélébile dans leur âme, un grand legs émotionnel.

Car tous ces caprices et ces cadeaux, toutes ces fois où ils courent trop vite pour calmer le chagrin de leurs petits-enfants font que le développement de ces derniers est marqué par un amour plein et, bien sûr, pur et inconditionnel.

C’est pourquoi l‘attention des grands-parents reflète un amour pur plein de joies et d’objectifs. Les enfants perçoivent cette générosité débordante comme une tendresse si démesurée qu’elle les éblouit. 

Parfois, les parents peuvent avoir l’impression que les grands-parents prennent leur place en donnant aux enfants tout ce qu’ils veulent sans ne jamais rien leur reprocher.

1690: Qui sont les héros et les héroïnes de la bataille de Rivière-Ouelle? Who are the Heroes and Heroines of the Battle of Rivière-Ouelle?

Assez impressionnant

Robert Bérubé généalogie et autres histoires

The English text follows the French one!
Un petit mot pour vous REMERCIER de lire mes textes! Pour eux et celles qui m’encouragent, je vous remercie du plus profond du coeur! Je ne suis ni écrivain, ni historien! Je raconte des histoires! Je tente de les rendre aussi juste que possibles par mes recherches. Cependant, il peut y avoir des erreurs. Certaines personnes m’ont fait remarquer certaines erreurs en privé et même publiquement et j’ai eu la chance de corriger les textes pour les rendre plus justes. Je remercie ces personnes. Je remercie aussi les gens qui me demandent la permission avant de partager, copier, et répéter mes textes.

Pour les intéressées et intéressés, je vous encourage à vous inscrire à mon site Facebook! https://www.facebook.com/groups/394084010943300/

Englishketch_1690

Qui sont les Héros et les Héroïnes de la bataille de Rivière-Ouelle? par Robert Bérubé

La première fois que j’ai lu au sujet de la…

View original post 7 295 mots de plus

Louis Hébert et Marie Rollet – la fin

Bonjour Pierre,

Je lis avec plaisir les articles sur cette découverte.  Je suis tombé sur cet acte par hasard en fouillant aux Archives Nationales à Paris.  Comme j’ai pas mal  d’ancêtres parisiens, je gratte dans les sources, particulièrement les minutes des notaires, et je trouve des choses intéressantes.  Je suis en train de remonter certaines branches de mon arbre jusqu’au début du XVe siècle.

J’ai beaucoup souri en lisant certains des articles.  J’étais un coup en vacances à Paris, un coup séjournant à Paris, un autre coup j’étais avec deux Québécois expressément envoyé à Paris.  En fait, originaire du Québec, et farouchement attaché à mes racines, je vis à Paris et dans sa banlieue depuis 28 ans, et je suis passionné de généalogie depuis bientôt 10 ans. Passion dévorante, mais tellement nourrissante !

Un des articles dit aussi que j’ai été intrigué par cet acte illisible pour le commun des mortels.  Je n’étais pas intrigué.  J’étais éberlué, j’avais du mal à croire que personne avant moi n’était tombé dessus, j’étais fou de joie, bouleversé, je flottais sur un nuage.  Il y avait trois mots que je n’arrivais pas à déchiffrer, mais je savais parfaitement ce que j’avais entre les mains.  C’est le genre de découverte qui n’arrive qu’une fois dans une vie, je pense.  J’ai demandé l’avis de Jean-Paul Macouin, un chercheur extraordinaire qui a retrouvé dans les archives françaises quantités d’actes et d’informations sur les pionniers de la Nouvelle-France, qui m’a confirmé ce que je pensais.

Je continue mes recherches, avec toujours autant de plaisir, et avec un petit nuage qui continue de me porter.

Un gros salut fraternel à tous les passionnés de généalogie.

Gilles Brassard

La fin de l’histoire 

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201703/01/01-5074432-leglise-saint-sulpice-de-paris-abritait-lacte-de-mariage-de-louis-hebert-et-marie-rollet.php

(Québec) Récemment retrouvé à Paris, l’acte de mariage des premiers colons de la Nouvelle-France, Louis Hébert et Marie Rollet, révèle qu’ils ont uni leur destinée le 19 février 1601 à l’église Saint-Sulpice dans le 6e arrondissement de Paris. Le document dévoile également que madame était veuve.

Plus tôt cette semaine, on apprenait que des Québécois avaient retracé l’acte de mariage «dans une autre vieille paroisse» que celle de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois située près du Louvre dans le 1er arrondissement d’où Louis Hébert était originaire. 

Cette découverte est importante puisqu’elle vient corriger une information qui circule depuis maintenant plus de 400 ans sur le lieu et la date de mariage des tourtereaux. Des contacts ont été établis avec la mairie du 6e arrondissement de Paris, où a pignon l’église Saint-Sulpice, pour installer une plaque commémorative afin d’honorer les premiers colons de Nouvelle-France, et ce bien que le bâtiment religieux de l’époque a été remplacé par l’actuel. 

«En rectifiant l’histoire, on rectifie une information précise sur des pionniers de la Nouvelle-France. C’est quand même des lieux de mémoire précis et comme la plupart de nos ancêtres, 97 % viennent de France, les Québécois sont intéressés à retrouver l’église où leurs ancêtres ont été baptisés», explique l’historien et généalogiste, Marcel Fournier. 

Le professeur émérite de l’Université Laval, Jacques Mathieu, souligne également l’importance de désormais savoir la date précise des noces puisque le couple s’est marié le 19 février 1601 plutôt qu’en 1602 comme cela avait toujours été rapporté. «On s’était basé sur sa (Louis Hébert) tentative d’établissement professionnelle et l’achat d’une maison sur la rue de la Petite-Seine (dans le quartier Saint-Germain-des-Prés», relate-t-il pour expliquer l’erreur commise par les historiens. 

Une troisième surprise attendait les férus d’histoire et de généalogie quand ils ont mis la main sur l’acte de mariage des premiers colons en Nouvelle-France: Marie Rollet était veuve. Elle s’était préalablement engagée auprès d’un dénommé François Dufeu qui était marchand de Compiègne dans l’Oise. Selon Marcel Fournier, il est cependant peu probable qu’elle ait eu des enfants avec son premier époux étant donné la durée très courte de l’union. 

Découverte inattendue 

C’est un Québécois qui séjournait à Paris, Gilles Brassard, qui a fait la découverte historique. En fouillant dans les archives nationales françaises à Paris pour retracer ses ancêtres, il a été intrigué par un mystérieux acte illisible pour le commun des mortels. Il l’a fait parvenir à un spécialiste en généalogie, Jean-Paul Macoin qui l’a lui-même transmis à l’historien Jacques Mathieu. Des paléographes ont quant à eux réussi à déchiffrer l’écriture. 

Extrêmement résilient, Louis Hébert a su se tirer de la misère et est devenu non seulement le premier agriculteur de la Nouvelle-France, mais également apothicaire et botaniste dont les travaux ont traversé l’océan. Instruite et figure de l’affirmation féminine, Marie Rollet s’est de son côté démarquée notamment par les liens qu’elle a su tisser avec les Amérindiens et l’enseignement qu’elle leur a prodigué ainsi qu’à leurs trois enfants.

Document reproduisant l’acte de mariage de Louis Hébert et Marie Rollet, ainsi qu’une image de l’ancienne église Saint-Sulpice de Paris

LE SOLEIL, ERICK LABBÉ

Plus de vingt-cinq activités sont prévues à Québec par près d’une trentaine d’organismes pour souligner l’anniversaire d’arrivée de cette première famille française en Nouvelle-France.

Voici ce qui est écrit sur l’acte de mariage de Louis Hébert et Marie Rollet:

«Le 18 février (1601), Louis-Hébert, apothicaire fut fiancé avec Marie Roullet, veux de défunt François Dufeu vivant marchand demeurant à Compiègne, et mariés le 19e dudit mois, et les proclamations (des bans) commencées dès le 21 janvier»

À suivre… dans La Presse

(Québec) L’acte de mariage des premiers colons de la Nouvelle-France Louis Hébert et Marie Rollet a récemment été retrouvé à l’église Saint-Sulpice à Paris. Il révèle également que madame était veuve.

Plus tôt cette semaine, on apprenait que des Québécois avaient retracé le précieux document «dans une autre vieille paroisse» que celle de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois situé près du Louvres d’où le couple était originaire.

Cette découverte est importante puisqu’elle vient corriger une information qui circule depuis maintenant plus de 400 ans sur les lieux de mariage des tourtereaux. Des contacts ont été établis avec le 6e arrondissement de Paris, où a pignon l’église Saint-Sulpice, pour installer une plaque commémorative afin d’honorer les premiers colons de Nouvelle-France.

Le certificat révèle également que Marie Rollet avait été marié avec un autre homme avant son union avec Louis Hébert. Les experts ne croient cependant pas qu’elle aurait eu des enfants de cette union puisqu’elle aurait été assez courte.

Plus de détails à suivre…

Publié dans La Presse

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201702/27/01-5073938-lacte-de-mariage-de-louis-hebert-et-marie-rollet-retrouve-apres-400-ans.php

 

(Québec) Une pièce manquante du casse-tête de l’histoire de la province a été retrouvée il y a quelques semaines à Paris. L’acte de mariage que l’on croyait brûlé du premier couple de colons français à s’être installé en Nouvelle-France révèle que Louis-Hébert et Marie Rollet n’ont pas uni leur destinée à l’église Saint-Germain-l’Auxerrois comme on l’a cru pendant plus de 400 ans.

Une quinzaine d’années avant de faire la traversée pour le Nouveau Monde, les jeunes tourtereaux n’ont donc pas célébré leur noce dans la paroisse de la Ville Lumière d’où ils étaient originaires, explique le coprésident de la commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs, Denis Racine. Bien des manuels et encyclopédies d’histoire devront ainsi être revus.

Ce sont deux Québécois, dépêchés en France expressément pour tenter de mettre la main sur l’acte de mariage, qui l’ont finalement retracé «dans une autre vieille paroisse» que celle de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, située place du Louvres dans le 1er arrondissement de Paris. Beaucoup de documents relatifs à la période de l’histoire où sont nés les deux colons ont été brûlés et c’est pour cette raison que le précieux document n’avait jamais été trouvé.

M. Racine se garde bien de révéler où exactement Louis-Hébert et Marie Rollet se sont mariés puisqu’il s’agit de la pièce de résistance d’une conférence de presse qui aura lieu mercredi matin au monastère des Augustines annonçant les activités entourant le 400e anniversaire de leur arrivée en Nouvelle-France. «L’acte contient une surprise», promet l’avocat.

Mais selon lui, cette importante découverte permettra d’en savoir plus sur l’origine des Québécois puisque le célèbre couple est l’ancêtre de milliers d’habitants dans la province dont l’un des plus connus actuellement est le premier ministre Philippe Couillard.

Un 400e important

Cette révélation tombe à point nommé puisque 2017 marque le 400e anniversaire de ces pionniers tout sauf ordinaires, décrit l’historien Jacques Mathieu qui est le coauteur d’un nouveau livre intitulé «La vie méconnue de Louis Hébert et Marie Rollet» (Septentrion).

Extrêmement résilient, Louis Hébert a su se tirer de la misère et est devenu non seulement le premier agriculteur de la Nouvelle-France, mais également apothicaire et botaniste dont les travaux ont traversé l’océan. Instruite et figure de l’affirmation féminine, Marie Rollet s’est de son côté démarquée notamment par les liens qu’elle a su tisser avec les Amérindiens et l’enseignement qu’elle leur a prodigué ainsi qu’à leurs trois enfants.

Vingt-cinq activités sont prévues à Québec par près d’une trentaine d’organismes pour souligner l’anniversaire d’arrivée de cette première famille française.

Photos et documents recherchés: Granby et ses environs

Au cas où vous auriez des photos.

Patrimoine, Histoire et Multimédia

La Société d’histoire de la Haute-Yamaska est à la recherche de photographies et de documents manuscrits qui seront numérisés.  Ces items pourraient être reproduits dans une publication sur l’histoire de la Haute-Yamaska, Un passé en héritage.

Toutes les photos qui, de près ou de loin, concernent l’histoire des municipalités de la Haute-Yamaska sont dignes d’intérêt : familles, travaux des champs, industries, commerces, bâtiments de ferme, associations, groupes d’écoliers, communautés religieuses, entre autres sujets. Les documents manuscrits intéressent aussi la SHHY : livres de comptes, contrats et documents historiques divers.

La Haute-Yamaska comprend les municipalités suivantes:

  • Granby
  • Saint-Alphonse-de-Granby
  • Waterloo
  • Warden
  • Shefford
  • Saint-Joachim-de-Shefford
  • Roxton Pound
  • Sainte-Cécile-de-Milton

Pour plus de détails, je vous invite à lire le texte suivant:  Un passé en héritage – Recherchés: photos et documents du milieu rural

Site web de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska: http://www.shhy.infohttp://www.shhy.info

Page Facebook de la SHHY: https://www.facebook.com/shhy.info/?fref=ts

View original post