Notes et textes pour une histoire de Pointe-Claire – Potasse et le sel d’ammoniaque

Luc Lépine, historien militaire, partage ses recherches…

***

Notes et textes pour une histoire de Pointe-Claire

Juin 2014

Colligés par Luc Lépine, auteur de Le Québec et la guerre de 1812

couverture

Table des matières
1. L’émeute de Lachine (publié  le 14 août)
2. Conflagration à la Pointe-Claire (La Presse 22 mai 1900) (publié  le 21 août)
3. Le téléphone (sera  publié  le 28 août)
4. La carrière de Pointe-Claire (publié  le 4 septembre)
5. Évolution de la population de la population de Pointe Claire (publié  le 11 septembre)
6. Le régime seigneurial (publié  le 18 septembre)
7. Potasse et le sel d’ammoniaque (publié  le 25 septembre)
8. La milice à Pointe-Claire (sera  publié  le 2 octobre)
9. Inventaires des biens : Que retrouvait-on à Pointe Claire au XIXe siècle?  (sera  publié  le 9 octobre)
10. Loyalistes à Pointe-Claire  (sera  publié  le 16 octobre)
11. Les « voyageurs » et la traite des fourrures  (sera  publié  le 23 octobre)
12. La Voirie et le Voyer  (sera  publié  le 30 octobre)
13. Les hôtels  (sera  publié  le 6 novembre)
14. Le docteur John-Augustus-George Meyer (sera  publié  le 13 novembre)
15. Recensement de 1889 fait par le curé de Pointe Claire (sera  publié  le 20 novembre)

***

7. Potasse et le sel d’ammoniaque

Les premières industries de Pointe-Claire, sous le régime britannique à la fabrication du sel d’ammoniaque et de la potasse.

Dans le premier quart du XIXe siècle, on comptait près de cinq cents potasseries et ” perlasseries ” au Bas-Canada. Le sel ammonium provenait avant 1700 du Levant et d’Égypte où on l’extrait de la cendre de fumier de vache, mélangée à du sel marin. Il a cependant une odeur répugnante. Mais dans les colonies britanniques, on a trouvé d’autres moyens de les produire. Ce sel vient par pains plats circulaires plus grands qu’une assiette épais de 3 ou 4 doigts et disposés dans leur épaisseur en cristaux droits comme des colonnes. Son utilisation était pour faire reluire le métal. On sait qu’en 1769, John McAndrew possède une manufacture de sel d’ammoniaque à Pointe-Claire et qu’il passe un contrat avec le tonnelier du village, Jacques Spénard.

Potasse

On découvre qu’en Amérique du Nord, les cendres contiennent un plus grand pourcentage de potasse pure que dans les régions de la Baltique, d’où la demande constante et stable de ce produit. La potasse sert à épurer le sable dans la fabrication du verre. Elle est également utilisée dans certains procédés chimiques, telle la solidification des couleurs sur le coton imprimé. La potasse est habituellement expédiée vers Montréal dans de grands barils de 227 kg (500 lbs). Donc, il faut avoir un approvisionnement de tonneaux. Les représentants des fabriques de potasse se déplaçaient et achètent les cendres que les agriculteurs ont conservées. Il est intéressant de noter que la potasse est un produit qui n’est pas soumis aux taxes seigneuriales.

Pour fabriquer de la potasse, il faut d’abord se procurer de la cendre de bois franc récupérée dans les poêles mais surtout sur les lieux du défrichement des forêts. En prévision du passage du ramasseur de cendre, les gens accumulent ce résidu dans un baril généralement placé dans une petite cabane située loin des bâtiments, au cas où des charbons encore ardents mettent le feu.

On se sert de grands chaudrons dans lesquels on chauffe l’eau qui sert à ébouillanter la cendre. Ceci a pour effet de produire de la potasse que l’on appelait « Salt », ou salin. Ce produit est donc obtenu en faisant bouillir de la lessive de cendre de bois jusqu’à la consistance voulue. Une fois refroidi, ce résidu prend alors l’aspect du verre concassé et peut se garder dans les auges de bois ou des paniers. On l’appelle également perlasse du nom anglais Pearl Ash.

Cette cendre ébouillantée produit aussi le ” lessi ” qu’on ajoute à des corps gras, des carcasses d’animaux, des intestins récupérés lors des boucheries. On procède à la cuisson du savon, en ajoutant du lessi, de l’eau, de la résine et du sel. Une fois cuite, cette préparation donne une partie de savon jaune et une autre brunâtre. Les femmes s’en servaient surtout pour faire le lavage de la lingerie de la maison et parfois des vêtements.

En 1792, on sait que David McKay possède une manufacture de postasse au coin des rues Sainte-Anne et Saint-Louis. Cette même année, ses biens sont vendus à l’encan. On retrouve alors un fourneau, une chaudière, une cuve et autres apparats et ustensiles pour la production de la potasse. Dans le recensement de 1825, on sait que James Glassford est le propriétaire d’une manufacture de potasse dans le village.

***

Pour en savoir plus…

http://www.histoireforestiereoutaouais.ca/b12/

Extrait

Le pionnier peut se contenter d’entreposer les cendres dans des tonneaux pour les échanger à une potasserie. En retour, les propriétaires de la fabrique lui fournissent de la farine, du porc salé ou d’autres produits essentiels. En 1831, on dénombre deux potasseries dans le canton de Hull, une dans les cantons de Templeton et de Buckingham, trois dans celui de Lochaber et cinq dans la seigneurie de la Petite-Nation2. Mais la solution la plus payante pour le pionnier est de s’équiper pour fabriquer sa propre potasse et sa propre perlasse et de les revendre sans intermédiaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s