Lord Durham – Qui sommes-nous?

Intéressant  de lire le Rapport  Durham.

J’ai dû  « foxer » ce cours dans mes années  d’études, car je n’avais  qu’une  vague  idée  du bonhomme  et son rapport.

Heureusement  que  ma découverte  d’un ancêtre  patriote  a  rallumé  ma fibre nationaliste.

Patriotes à Beauharnois en novembre 1838

I shall return.

Publicités

Léo-Paul Desrosiers

Trouvé sur Wikipedia…

Léo-Paul Desrosiers peint, dans L’Accalmie, Lord Durham comme un homme nerveux, irritable et impatient, radical et agitateur, pour qui les Canadiens anglais doivent dominer et les Canadiens français doivent être assimilés par les lois, les institutions, les ventes de terrains et l’immigration. Il résume ainsi : « Durham dramatise tout ce qui le touche et tout ce qu’il touche »5.

Et dire que j’ignorais tout de Léo-Paul (Léopold) Desrosiers. 

Academie_canadienne-francaise_8_decembre_1944

Académie canadienne-française. – 8 décembre 1944. – 1 photographie: N&B; 20,5 X 25,5 cm. Photographie des membres de l’Académie canadienne-française lors de la réunion de fondation tenue à Montréal le 8 décembre 1944. De gauche à droite: Alain Grandbois, P. Gustave Lamarche c.s.v., Rina Lasnier, Robert Rumilly, l’abbé Lionel Groulx, Victor Barbeau, Philippe Panneton, Marie-Claire Daveluy, Léopold Desrosiers, Guy Frégault, Robert Charbonneau. Debout: Robert Choquette et François Hertel.

 

Toujours sur Wikipedia…

Après des études classiques au Séminaire de Joliette et des études de droit à l’Université de Montréal, Léo-Paul Desrosiers collabore à L’Action française de l’abbé Lionel Groulx en 1917. Il est ensuite journaliste au Canada et au Devoir. Il est courriériste parlementaire pour Le Devoir en 1920 à Ottawa puis rédacteur du feuilleton et des procès-verbaux de la Chambre des communes1. Il vit en Ontario de 1920 à 19412.

En 1922, il épouse l’écrivaine Marie-Antoinette Tardif, mieux connue sous le pseudonyme de Michelle Le Normand. Il devient conservateur de la Bibliothèque municipale de Montréal de 1941 à 1953.

Influencé par le nationalisme d’Henri Bourassa et de Lionel Groulx, il fait paraître surtout des romans et des études historiques au fil d’une carrière littéraire qui s’échelonne sur plus de cinquante ans.

En 1938, il publie Les Engagés du Grand-Portage à Paris, chez Gallimard, et remporte le Prix David. Ce roman a connu de nombreuses rééditions et est devenu un classique de la littérature québécoise.

Les fonds d’archives Léo-Paul Desrosiers (CLG11)3 et Michelle Le Normand et Léo-Paul Desrosiers (MSS26)4 sont conservés au centre d’archives de Montréal de laBibliothèque et Archives nationales du Québec.

 

Antoinette Tardif?

Connais pas…

À suivre.