Tellement de choses à raconter…

Que je ne sais pas par quoi commencer de retour de ma pseudo-retraite fermée…

retraite fermée 1947

22 hommes dont 2 religieux.

22 histoires…

Je vais n’en raconter qu’une seule demain, puis poursuivre avec ma recherche des descendants des petits écoliers de l’école de rang, en faisant un petit retour en arrière avec le petit Adhémar Desrochers, le fils d’Elvina Quesnel et de Damase Desrochers.

école de rang 1915 rang Ste-Julie de Ste-Marthe

Les premiers colons de Notre-Dame-de-la-Merci

De retour de voyage…

Un texte pris sur le site Ancestry de Serge Ritchie. Serge est un descendant direct de William Ritchie. Il essaie tout comme moi de faire revivre ses ancêtres.

William Ritchie

William Ritchie

Voici un autre descendant de William Ritchie. Il porte le même prénom que son ancêtre et il est mort au champ d’honneur en Hollande en 1944.

William Ritchie 2

William Ritchie

C’est grâce à mon histoire sur ce William que j’ai fait la rencontre virtuelle de Serge.

Voici le texte de Serge sur la paroisse de Notre-Dame-de-la-Merci.

La vie de la paroisse à travers la présence de ses pasteurs.

Un coin de terre, une école, un clocher à l’ombre duquel se fixent des femmes au cœur d`or et des hommes aux bras d`acier. C’est tout ce qu’il faut pour former une communauté qui partage les mêmes joies, les mêmes peines.

Nos ancêtres ces héros obscurs, armés d’une hache, soutenu par une foi robuste, se sont attaqués à la forêt dans le Canton de onze milles carrés que la conquête a nommé Chilton, à une altitude de plus de quinze cent pieds. Nous sommes en 1879.

C’est alors que M. le Curé de St-Donat et celui de Ste-Marguerite ont choisi les lots 16 et 17 du sixième rang du Canton de Chilton et y ont marqué la place de la future église en y plantant une croix, imitant en cela la geste de Jacques Cartier à Gaspé.

Il y avait alors trois maisons en bois rond occupés par les trois premiers colons: M. William Ritchie (vers 1830-1894), M. Léonard Charette, et M Alexandre Carrière.

Dès 1884 en été, M. l’abbé A.G. Bérard curé de St-Donat, jeta les bases de la première chapelle qui sera dédiée à Notre-Dame de la Merci.

Ce n’est qu’à l’automne 1886 qu’on termina les travaux. À la grande joie de la petite colonie, le 8 décembre suivant M. le curé Bérard la première messe.

Le 29 Août 1888 M l’abbé Louis Casaubon, vicaire à St-Barthélémy fut nommé desservant missionnaire de Notre-Dame-de-la-Merci. Le 7 octobre suivant, fête de Notre-Dame du Rosaire, la chapelle fermée depuis un an, fut bénite et M. l’abbé Casaubon, y célébra la messe entouré des sept familles: Pierre Giguère, Amédée St-Amour, William Ritchie (vers 1830-1894), Léonard Charette, Nazaire Cardinal, Alexandre Carrière, et Isidore Vaudry. La nouvelle mission comptait 61 âmes dont 36 communiants. Peu après les familles Maxime Daoust, Théophile Beaudouin, Joseph Riopel, Philorum Trempe s’ajoutèrent aux premiers résidents.

Deux frères se succèdent de 1892 à 1903 comme desservants de Notre-Dame- de-là-Merci, il s’agit des abbés Louis et Michel Vigneault.

M. l’abbé Joël Jodoin continue courageusement l’oeuvre commencée et y apporte le meilleur de son cœur pendant neuf ans. Puis le premier mai 1912, M. l’abbé Joseph-Amédée Forest donne les onze meilleurs années de sa vie sacerdotale à édifier et consolider la paroisse.

Il donne à la jeune paroisse une église sous ses soins. La paroisse comptait alors 27 familles avec 128 âmes.

William Ritchie

William Ritchie