Je me souviens…

Vous aurez deux billets aujourd’hui.

Le premier, je voulais le mettre dimanche dernier.

Pas tellement une bonne idée, car c’était la fête des pères et que j’avais rencontré sur mon chemin un Buick Century 1958.

Photo4392

Voici donc le billet de dimanche dernier qui était à l’origine beaucoup plus mordant. Je l’ai un peu disons un peu édulcoré.

Je vois vieillir… ou m’assagir.

On utilise la devise Je me souviens dans la préface du livre Le diable de Saint-Hyacinthe.

Bouchard

Ces mots sortent directement de la bouche de Jean Chrétien qui a préfacé Le Diable de Saint-Hyacinthe

Jean Chrétien!

Disons que j’étais un ti-peu sous le choc.

Jean Chrétien n’est pas dans mon top 10 de mes politiciens préférés ni dans le top 100 d’ailleurs. Il était le bras droit et aussi le bras gauche de Pierre Elliot Trudeau, mon petit… petit cousin qui lui avait le mépris facile et qui aurait qualifié les Canadiens français de porteurs d’eau si je me souviens bien, mais je ne suis pas sûr.

Ma femme m’a plutôt parlé de mangeurs de hot dogs… Vraiment édifiant de la bouche d’un premier ministre.

Peu importe s’il l’avait dit ou non, Télesphore-Damien Bouchard l’avait dit en parlant de lui.

« Petit-fils d’un porteur d’eau », comme il aime le dire, fils d’un ouvrier, Bouchard, journaliste issu du milieu rouge de Saint-Hyacinthe, est maire de la ville pendant un quart de siècle. Il incarne les mots clés des débats de son époque : instruction obligatoire et gratuite, nationalisation de l’électricité, modernisation des lois du travail, suffrage féminin, lutte contre l’influence indue du clergé… Mais il n’ose s’affranchir de la politique partisane.

Fils ou petit-fils… c’est peut-être moins pire…

Télesphore devait savoir ce qu’il disait parce qu’il l’avait dit… et il n’avait pas la langue dans sa poche ni la langue de bois.

Revenu de mon choc vagal après la lecture de la préface de Jean Chrétien, j’ai poursuivi ma lecture.

Dans son introduction, le docteur Guttman situe son livre dans la foulée d’autres écrits d’historiens qui soulignent que le Québec d’avant 1960 n’était pas ce qu’on croit, à tort, dans une période de Grande Noirceur.

Ce qui amène le lecteur à se demander…

Coudonc, je me souviens de quoi au juste dans mon histoire!

Comme se souvenir que ce blogue est surtout et avant tout à propos de nos ancêtres et de généalogie, d’un peu d’histoire, et quoiqu’on en pense, toujours un peu de politique.

On se revoit à midi pour le deuxième billet.

About these ads

3 réflexions sur “Je me souviens…

  1. Je ne me souviens plus de l’argument que Godbout avait utilisé pour neutraliser l’intervention du cardinal Villeneuve au moment de faire passer la loi donnant le droit de vote aux femmes, mais je soupçonne que c’est Télesphore-Damien qui lui avait soufflé l’argument à l’oreille. J’ai bien hâte de lire cette biographie d’un homme que je connaissais un peu. J’avais lu, il y a quelques années, qu’on se méfiait un peu de lui parce qu’il était athée et naturiste:) Il n’était certainement pas le chouchou du clergé. Est-ce depuis cette époque que le ciel est bleu et que l’enfer est rouge ? (Cette réflexion qui avait choqué ma mère, une libérale convaincue, je l’ai entendue de mes propres jeunes oreilles). Il a été le premier président d’Hydro-Québec, ce qui est loin d’être un titre honorifique dans le contexte de l’époque. Cet homme a-t-il un monument quelque part?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s