6 janvier 2013

Bon, on est rendu aux Rois, mais je n’ai pas fini ma revue de l’année encore.

M… autadit!

Où étiez-vous en juin 2012?

Sûrement pas en France.

J’aurais bien aimé assister à la commémoration du Jour J.

Si on croit à la réincarnation, j’ai dû y être.

J’étais plutôt invité à Bagotville pour l’ouverture de la nouvelle exposition sur l’escadrille 425 Alouette. J’avais travaillé sur une partie de celle-ci en fournissant des informations sur une escadrille de chasseurs de nuit  Mosquitos.

collection George Stewart

Cette partie de l’expostion n’était pas prête. Une grande déception.

Mais c’est là que j’ai fait la rencontre de Jean Cauchy.

Une rencontre mémorable d’un homme admirable. 

Une sorte d’épiphanie dans un certain sens. Jean Cauchy était ce pilote de bombardier Halifax placé derrière celui de Jean-Marie Desmarais. Mon petit cousin Laurent Dubois était membre de cet équipage.

Pour revenir sur le Jour J, je suis en train de lire un livre sur le contre-espionnage, le système Double Cross, et le rôle joué par des agents doubles en lien avec le débarquement de Normandie.

Ça n’a pas tellement rapport avec les ancêtres, sauf que deux des oncles de ma femme étaient dans le coin en 1944. Jean, blessé à l’estomac sur les plages le 6 juin, et Pierre, dans un radeau, le destroyer HMCS Athabaskan sur lequel il était avant d’être  torpillé le 29 avril.

 HMCS Athabaskan

Quel est mon article-phare de juin 2012?

Ce billet sur un autre de mes blogues.

Le fils de ce pilote ne parle pas le français, mais il a trouvé le blogue et a collaboré à faire connaître son père sur mon blogue dédié à l’escadrille 403 de l’Aviation royale canadienne. 

L’histoire de ce blogue commence en septembre 2011 par ma visite à un ancien pilote de Mosquito d’une escadrille de la RAF…

George Stewart DFC

 et la rencontre inattendue du petit-fils de ce pilote de Spitfire de l’escadrille 403.

Walter Neil Dove

Toute l’histoire serait longue à raconter, mais elle met en lumière qu’un seul petit événement malheureux dans une petite vie ouvre toutes grandes les portes de notre destin.

La rencontre en janvier 2010 d’un vétéran à l’ego démesuré, qui se chechait un pigeon, mena ensuite à la rencontre d’un jeune homme de 84 ans de Bromptonville qui cherchait désespérément à en savoir plus sur son héros de jeunesse mort en 1947.

eugene-gagnon

Eugène Gagnon 1921-1947

september-19451

Escadrille 23, circa juin 1945

Eugène Gagnon, mort dans un accident d’avion le 21 octobre 1947, avait volé dans la même escadrille que l’ancien  pilote de Mosquito de 87 ans que j’ai rencontré en septembre 2011 à Hamilton…

Une petite rencontre de cinq heures!

J’ai raconté toute l’histoire d’Eugène, le héros méconnu de Bromptonville dans cet autre blogue, tout sauf l’histoire du vétéran à l’ego démesuré qui est le grand responsable de toute cette démesure.

On se repogne le 7 janvier…

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s