Arrivez-vous ici par hasard?

Bonne chance…

Le hasard, ça n’existe pas.

Je l’ai appris en 2009 quand l’oncle de ma femme voulait rencontrer la famille. Il savait que ses jours étaient comptés.

Cette rencontre a donné mon autre blogue Souvenirs de guerre et sa version anglaise Lest We Forget… Il y en a d’autres aussi.

Un voyage dans le temps auquel je ne m’attendais pas du tout.

Le hasard, ça n’existe pas.

En passant, aujourd’hui est un vendredi 13.

Attention aux chats noirs sous les échelles.

Bonne chance…!

En passant, étrangement, la superstition du vendredi 13 n’aurait pas ses origines à Ste-Anne-des-Plaines, mais les Jeux olympiques modernes oui.

Je vous mettrai ça en reprise quand les Jeux de Londres auront commencé si j’ai la chance de retrouver mon histoire sur mon disque dur.

Back to work…

En attendant lisez les commentaires…

745 articles

Dans la catégorie Pas rap…

Je suis toujours vivant bien que je m’ennuie un peu de vous écrire.

Je travaille fort depuis une semaine. Un travail qui demande beaucoup de recherche et de concentration.

En regardant distraitement les statistiques quotidiennes sur mon blogue, je vois que les gens reprennent le temps perdu.

Bonne idée.


 

Lâchez pas…!

J’ai mis la pédale douce temporairement sur Nos ancêtres, mais je réponds à mes lecteurs et mes lectrices sur mes autres blogues dont celui de Lest We Forget et sa version française Souvenirs de guerre.

Il ne faut quand même pas se tuer à l’ouvrage.

On se revoit c’est sûr et certain le premier août, à moins d’une grosse découverte généalogique ou le déclenchement des élections…

En passant, quelqu’un a laissé un beau commentaire sur mon blogue Souvenirs de guerre… Ça m’a fait chaud au coeur.

Cliquez.

Nouveau look

Je n’y suis pour rien.

Découvert au hasard de mes recherches…

Sur le site où je vous ai envoyé hier.

Je me croyais passionné.

Ouin me semble.

Même moi je suis étourdi par le site. Il faut le faire quand même.

Parlant de passion, je serai fort occupé jusqu’au 31 juillet.

Un petit contrat tombé du ciel. Je ne sais pas si je vais par contre pouvoir résister à la tentation de vous écrire à l’occasion. Faites-vous plaisir et abonnez-vous à mon blogue.

Vous recevrez un petit courriel quand je mets un article.

Ça vous évite de passer toute la journée à attendre.

On se repogne.

Le gros lot

Edith Elizabeth est décédée en 1963.

C’est la mariée.

Elle était la tante d’Ed ce nouveau lecteur de mon blogue Our Ancestors.

George Roland Alexander et Edith Elizabeth Duke
5 février 1944

Ed préserve la mémoire des membres de sa famille tout comme moi.

Il a un gros lot de photos et il m’a envoyé toutes les photos qu’il pense reliées à la famille Alexandre pour les mettre sur mon autre blogue.

Cliquez.

Malheureusement je ne reconnais personne. Toutes les personnes me sont inconnues, mais ce n’est pas grave. Un bonheur n’arrive jamais seul.

Je vais continuer cette histoire sur mon blogue Ancestors, car les chances sont minimes qu’un lecteur ou une lectrice sur le blogue Nos ancêtres puisse être relié à ces gens.

Parlant de gros lot, en faisant mes recherches sur les vieilles photos d’Ed, j’ai découvert ce site… auquel je me suis abonné.

Tout à fait époustouflant.

Vive les mariés!

Un mariage comme les autres?

Détrompez-vous.

Un de mes lecteurs sur mon blogue Our Ancestors m’a écrit en fin de semaine un commentaire et m’a envoyé cette photo.

George Roland Alexander et Edith Elizabeth Duke
5 février 1944

Bonjour,

I guess I did not make myself clear in my post.  My uncle by marriage, George Roland Alexander, was the youngest son of John B. Alexander (Jean-Baptiste Alexandre) and his second wife Odila Courchaine Alexander. 

Uncle George was born in Bristol, Hartford County, Connecticut on 12 October 1917 and died in Middletown, Middlesex County, Connecticut on 24 April 1998.  He married Edith Elizabeth Duke on 05 February 1944 in Bristol.  Edith Duke, b. 08 March 1918 Decatur Co., Georgia and d. 06 Sep 1963 in Middletown, CT, was the daughter of Clarence Gordon Duke and Maude Edith Granger. Edith was my father’s older sister.  Edith and George Alexander had one son, George Roland Alexander, Jr., b. 14 September 1953 in Waterbury, New Haven Co., Connecticut. 

In the attached photograph, Edith and George are the couple on the right.  The man to the far left is George’s brother, Henry G. Alexander (1913 – 1988), and the woman to the left is their sister, Irene Margaret Alexander (1916 – 1964).  Uncle George enlisted in the United States Army 21 January 1943, which explains the uniform he is wearing in the photograph.

Ed Duke

J’étais perplexe, car je me demandais si j’avais la même famille Alexandre. Ed n’est pas relié directement à cette famille. Edith Elizabeth Duke, soeur de son père, est la jeune mariée.

Edith Elizabeth Duke est décédée en 1963. Ed préserve la mémoire des membres de sa famille tout comme moi.

George Alexander, le marié, est le fils de cet homme… John B. Alexander.

John B. Alexander est le fils de mon arrière-grand-tante Philomène Lagacé. Il est par conséquent le petit-fils de David Alexandre notre patriote de Napierville. Il est aussi le frère de Myra, d’Agnès, de Flavie, d’Hélène et de Marie.

J’avais presque tout trouvé sur cette famille sauf lui.

JOHN B. ALEXANDER

John B. Alexander, aged 73 years, died at his home, 92 Riverside avenue, this morning following an illness of a week, though he had been ailing for the past three years.

The funeral will be held at his home at 7:30 o’clock Wednesday morning with a high mass of requiem in St. Ann’s Church at 8 a.m.  Interment, in charge of Undertaker James J. Dunn, will be in the new St. Joseph’s Cemetery.

Mr. ALexander was born in St. Charles, P.Q., Canada , on June 28, 1862, son of John and Filomena Alexander.  His early life was spent in his native place,  He came to this city twenty-three years ago.  He was employed for sixteen years by the city, retiring three years ago on account of his health.  He was a member of the St. Jean Baptiste Society and of St. Ann’s Church.

Mr. Alexander was twice married.  He is survived by his wife, Mrs. Adile C. Alexander; five sons, Lionel Alexander, of this city; Joseph Alexander, of Cheshire, David, Henry and George Alexander, of this city; five daughters, Misses Beatrice and Irene Alexander of this city, Mrs. Napoleon Gingras of New Britain, Mrs. Albert Choiniere of Bristol, and Mrs. Ernest Sorel of New Britain; two sisters, Mrs. William Archambeault and Miss Mary Alexander, of this city; and one brother, Peter Alexander, of this city.

Je savais qu’il avait existé, mais je n’avais pas de photos, sauf celle ci-dessus. Je ne savais pas que c’était la sienne.

Depuis des gens m’ont écrit et m’ont envoyé des photos…

La morale dans tout ça…

Il ne faut jamais jeter de vieilles photos. Elles peuvent toujours être utiles un jour…

Cliquez ici maintenant.

Faire revivre nos ancêtres

Ce blogue est juste un prétexte pour faire revivre nos ancêtres.

Je vous l’avais écrit le 25 janvier 2008 sur mon défunt blogue.

C’était mon premier article, fort long d’ailleurs, mais très pédagogique.

Je l’avais ressuscité sur ce blogue!

Cliquez.

Vous comprendrez pourquoi je parle souvent de ma douce folie. En parlant de folie, vous irez sur la version anglaise de ce blogue demain…

Juste demain.

Mes premières amours…

Titre accrocheur n’est-ce pas…

Lucie m’a écrit.

Bonjour, je célèbre prochainement l’anniversaire de ma tante qui est la fille d’Elzéar Lauzon et Marie Guénette. Je lui fais un document avec photos et, en me promenant sur votre site, je me demandais si vous aviez des photos de la maison d’Elzéar ou autres documents qui pourraient être intéressants.

Merci

Je ne connais pas vraiment Lucie, seulement virtuellement grâce à mon blogue sans fin.

La photo est celle de la famille d’Ephrem Lauzon et d’Emma Coursol. Elle provient de la précieuse collection d’Yvon Lauzon du Haut du Trait-Carré.

Je suis tombé en amour avec cette famille grâce aux nombreuses photos qu’Yvon m’envoie depuis 2009. Son cousin éloigné Richard lui avait dit de m’écrire.

Yvon a bien fait, car j’ai fait revivre ses ancêtres.

Tout est sur ce blogue interminable.

Le petit Elzéar est dans cet article.

Cliquez… C’est ça que j’ai dit à Lucie qui m’a écrit.