Appel à tous

Je n’y suis pour rien.

Fran a une petite demande à faire suite à mon article sur son ancêtre François Guire.

Elle en connaît déjà pas mal, mais…

Merci beaucoup,

Les données de Gilles, il les a partagées avec moi. Ce que j’aimerais c’est de trouver des vieilles photos de mes ancêtres :

mon grand-père Siméon Grégoire Deguire Larose = Aurore Lepage

Ferdinand Fortunat = Elizabeth Carrière
Félix Deguire = Délima Chartrand
Jean-Baptiste = Pauline Cyr
Pierre Deguire = Thérèse Groulx
Pierre Deguire = Francoise Groulx
Francois Deguire = Marguerite Veronneau

Ancêtre Francois Deguire dit Larose = Rose Colin

Pour les dates BMS mon data est presque complet. Je recherche toujours des écrits historiques sur eux.

Félix et Délima je n’ai pas grand données. S’il y a quelqu’un de la même lignée que moi, cela me ferait plaisir de faire des échanges de notes.

Un grand merci.

Félix Deguire et Délima Chartrand se sont mariés à Ste-Scholastique, le 12 janvier 1857. Délima est la fille de Hilaire Chartrand et Marguerite Lagarde. Selon le recensement canadien de 1852, Hilaire Chartrand est forgeron. On retrouve Félix Deguire dans le recensement sous le nom de Félix Déguir. Il aurait 14 ans. Il habite St-Benoît dans le comté de Deux-Montagnes.

Déguir, Jean Bte Cultivateur Canada F Catholique 64 M
Cyr, Appolline Canada F Catholique 56 F
Déguir, Domitilde Canada F Catholique 17 F
Déguir, Sévère Journalier Canada F Catholique 19 M
Déguir, Félix Journalier Canada F Catholique 14 M
Inconnu, Xavier Canada F Catholique 6

La famille Deguire a probablement vécu la destruction du village de St-Benoît en décembre 1837…

Mais je ne m’embarque surtout pas dans cette histoire-là.

Non merci!

Seulement ajouter for the record… que les mariages de Josephte Deguire et de Louise Deguire, des filles du couple Deguire-Cyr ont été célébrés en 1835 et 1836 à St-Benoît.

Comme trois autres filles, Appoline, Domithilde et Elmire se sont mariées à St-Hermas respectivement en 1846, 1852 et 1848, nous pouvons donc présumer avec «certitude» que la famille Deguire a vécu cet épisode des représailles et qu’elle est revenue s’installer de nouveau à St-Benoît.

Bon, si l’histoire vous intéresse, cliquez ici…, mais je n’y suis pour rien.

Un petit extrait?

Le 16 décembre 1837
Au lendemain de la bataille de Saint-Eustache, le général John Colborne et ses troupes quittent les ruines du village de Saint-Eustache pour marcher vers Saint-Benoît. À leur arrivée au Grand-Brûlé, il ne rencontre que peu de résistance et les patriotes rendent calmement leurs armes. Arrivé au village de Saint-Benoît dans la journée du 15 décembre, Colborne se loge pour la nuit dans la maison du notaire Girouard. Le curé Paquin, de Saint-Eustache, raconte: «Toutes ces troupes se logèrent dans le village. Sir John prit pour logement la maison de J.J. Girouard, M.P.P. Dans la soirée et la nuit on arrêta diverses personnes qui s’étaient cachées aux environs du village et qui furent mises sous garde.» Le lendemain, Colborne donne ordre de brûler, après son départ, les maisons des chefs patriotes.  «Les maisons désignées étaient celles de MM. Girouard, Dumouchelle et Masson». Selon le curé Paquin, «tout le village fut réduit en cendres. L’église, le presbytère et toutes les maisons du village furent consumés avec leurs dépendances; il ne resta debout que trois ou quatre chétives masures qu’on ne trouva pas dignes d’être incendiées.»

Pour en connaître plus, cliquez ici…

A la suite de conflits importants entre le peuple « canadien » et l’élite anglaise, une rébellion, la Révolte des Patriotes, éclate en 1837. Saint-Benoît est le foyer de l’intelligentsia de la résistance Patriote au nord de Montréal. Nous y trouvons d’une part Jean-Joseph Girouard, Jean-Baptiste Dumouchel et ses fils, James Watts, Luc-Hyacinthe et Damien Masson, qui sont plutôt modérés ; d’autre part il y a le curé Étienne Chartier de SaintBenoit, le Dr Jean-Olivier Chénier et Amury Girod de Saint-Eustache, tous radicaux. Une fausse rumeur (ou un prétexte d’écrasement), court à l’effet que Saint-Benoît constitue « un bastion rebelle imprenable ». Le pacifique et sage notaire Jean-Joseph Girouard engage les habitants de Saint-Benoît « à rentrer chez-eux et à demeurer tranquilles ». Au lendemain de la bataille de Saint-Eustache, l’armée du général Colborne et des volontaires d’Argenteuil envahissent le village qui est pillé et complètement incendié. La population sort appauvrie de cet épisode et connaît par la suite plusieurs années difficiles.

Tout ça pour vous dire que je me demande si les gens de St-Benoît vont fêter en grand le 200e de la guerre de 1812.

About these ads

3 réflexions sur “Appel à tous

  1. J’ai une photo d’Aurore Lepage ainsi que le grand-père etc….

    Aurore est le fille du frère de ma grand-mère qui est Délia Lepage son frère est Hilaire Lepage
    Photo oui @ Philomène Bédard photo non, mais j’ai les photos des parents d’Hilaire et de Philomene

    Michel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s