La bonne nouvelle LCN

Je vous avertis dès le départ que je pars de loin avec cet article.

Septembre 2009 pour être plus précis.

Premièrement je me disais ce matin que je n’avais rien de spécial à vous dire.

Puis j’ai écouté RDI, puis LCN.

En fait, je n’ai pas écouté LCN, juste pitonné et je suis tombé dessus.

Une femme avait poignardé quelqu’un à Laval.

Déprimant comme bonne nouvelle LCN…

J’ai tout de suite changer de poste…

Moi le monde qui poignarde les autres, homme ou femme, ça me blesse intérieurement. C’est pour ça que je pitonnais pas mal quand on parlait de ce cardiologue momentanément fou qui avait poignardé ses deux enfants pour ensuite boire du lave-glace.

Je me disais qu’il aurait dû boire son lave-glace avant…

On ne tue pas ses enfants, fou pas fou…

Passons…

J’essaie toujours de vous raconter une belle histoire pour égayer votre journée surtout si vous écoutez LCN.

En voici une…

C’est l’histoire de la petite fille dans les bras de son père.

La photo est prise en 1918.

La petite fille s’appelle Sylvia. Elle est l’arrière-petite nièce d’Henriette Alexandre.

Elle vit encore en Pennsylvanie. 

C’est Robin qui me l’a écrit la semaine dernière quand on a commencé à identifier les gens sur les photos qu’elle possédait de la famille de son mari.

Robin, suite à nos échanges de courriels, a décidé de contacter Terri qui lui a dit que sa mère Sylvia, toujours vivante, était toute heureuse de voir que quelqu’un s’intéressait à sa famille et qu’elle avait une mallette pleine de vieilles photos.

Terri va envoyer à Robin ces photos en Californie pour qu’elle les numérise.

Cette histoire, je vous la raconte, car c’est suite à la suggestion d’Yvon Lauzon d’écrire une version anglaise de mon blogue que je fais de si belles rencontres depuis 2009 et que mes recherches généalogiques touchent la vie de purs inconnus ici ou ailleurs.

Dans ce cas-ci une 3e cousine de 93 ans qui vit dans une résidence pour personnes âgées en Pennsylvanie. 

C’est la petite fille qui tient la main de sa maman et de sa grand-maman sur cette photo prise en 1922.

C’est beau la vie quand on s’arrête un peu pour y penser…

Sauf que…

Le temps passe si vite… si vite que je n’ai même plus le temps d’écouter LCN me parler des gens qui s’enlèvent la vie ou celle des autres.

On se repogne.