Vous vous rappelez…?

Voici le 350e article sur mon nouveau blogue sur WordPress.

Encore 156 autres et je bats mon record de 505 articles de mon ancien blogue sur Branchez-vous.com.

Comme me disait quelqu’un jadis dont je ne me rappelle plus…

Les fous sont pas tous à l’asile.

Je ne suis pas fou, rassurez-vous.

Je dois vous dire par contre que le spectre de la maladie d’Alzheimer me fait réfléchir.

Je n’en connais pas beaucoup sur cette maladie, mais ça me fait réfléchir.

Ça ne me hante pas outre mesure, juste réfléchir, surtout quand je revois, dans mes souvenirs, mon grand-père Euclide Sauvé dans la résidence pour personnes âgées à Coteau-du-Lac en 1977 où il a fini ses jours.

Ou bien était-ce en 1976 ?

Bon ce n’est pas grave de perdre un peu la mémoire à 62 ans.

En tout cas je pense bien que c’était en 1977.

Euclide Sauvé en 1919

1893-1977

Mon grand-père Euclide, dont je suis très fier d’être son petit-fils, était alité, presque aveugle et sourd.

Il portait des bas de laine même si on était au printemps.

Ça c’est frais dans ma mémoire. Je me rappelle très bien les bas de laine.

J’y étais allé avec ma mère et ma nouvelle épouse qui ne veut pas que je parle d’elle en 2011 ni en 2010 ni en 2009 et ni en 2008 dans mes blogues…

Euclide avait quand même reconnu ma mère Aline, mais il me prenait pour son mari Léo Lagacé Junior (mon père…).

Tiens j’y pense tout à coup, c’était peut-être bien à l’automne 1976 après tout.

Il me semble que je revois des feuilles d’automne dans ma mémoire… en tout cas je me rappelle le stationnement de la résidence.

Ça aurait plus de l’allure.

Ma mère était celle dont le karma attendait sur le côté d’une maison en 1948.

Elle n’a jamais pu prendre le chemin de Damas.

Elle voulait que je l’amène revoir son père. Elle l’aimait beaucoup.

J’ai bien fait d’y aller, car Euclide est mort en 1977.

J’ai bien fait de vous en parler, car je sais maintenant quand j’ai vu mon grand-père pour la dernière fois avec ses bas de laine.

C’est à l’automne 1976.

C’est fort la mémoire quand on commence à se souvenir.

Cette image de mon grand-père Euclide Sauvé à l’automne 1976 me hante encore.

Je ne savais pas à l’époque qu’il était un gros diabétique…

C’est 34 ans plus tard, sur mon chemin de Damas, que je comprends des choses.

Prendre soin de mon meilleur ami… mon corps.

L’esprit et l’humour viendront bien ensuite.

Tout ça pour vous dire que je suis en parfaite santé.

Pas de cholestérol. Taux de sucre normal. Et 40 livres en moins depuis avril dernier. Même mon taux d’enzymes hépatiques est normal.

Faut le faire et j’en suis fier.

C’est important d’être fier dans la vie.

Des fois je me dis que notre karma se termine quand on prend notre chemin pour Damas. On croit au karma tant qu’on ne l’a pas pris.

Si vous lisez assidument mon blogue depuis le début, vous devez être pas mal content de tout savoir ça sur moi. Vous savez que mes ancêtres avaient la couenne dure, et que je pourrais continuer à écrire mon blogue au moins jusqu’en 2032.

J’aurai alors atteint l’âge vénérable de 84 ans comme mon arrière-grand-père Stanislas Lagacé et son père Stanislas. Tous les deux sont décédés à Bristol au Connecticut à l’âge vénérable de 84 ans, un en 1900 et l’autre en 1927.

J’en sais des choses et ça sert à cultiver ma mémoire.

Faut dire qu’écrire 855 articles sur la généalogie ça aide itou…


9 août 1842 – 5 juin 1927

Assez de préambule pour vous faire languir avec la réponse d’hier sur…

C’est volontaire, car je sais que ça vous fait plaisir que je vous fasse languir comme ça…

Du moins, ça fait plaisir à Francine. C’est elle qui me l’a dit hier dans son commentaire sur mon blogue.

Vous avez hâte de savoir ce que les gens buvaient sur la fameuse photo du bi de grange ?

Eh bien je m’étais trompé sur toute la ligne.

Il ne buvait pas du porter.

Il buvait de la bière.

Quelle sorte ?

Ah lâchez-moi ça… !

Même madame Chartrand ne le savait pas.

Elle était trop occupée à s’occuper de ses enfants pendant que les hommes s’occupaient à monter la grange en 1947 ou 1948.

La date, ça elle ne s’en rappelait pas vendredi dernier.

Un mystère de résolu… du moins pour la bière.

La date précise n’a pas d’importance, mais je peux la retrouver dans sa mémoire, car je retourne la voir dans deux semaines.

Passons maintenant à l’autre photo-mystère.

Ah non Jean-Marie, mon tendre époux…
Il va encore dire aux lecteurs de cliquer sur l’image pour dire d’agrandir…

Cette photo a été prise à…

Vous devriez le savoir sinon vous êtes probablement arrivé ici par erreur en tapant Marlborough Massachusetts sur Google et vous êtes en train de vous dire…

Les fous sont pas tous à l’asile.

Yvon et Richard, des petits cousins Lauzon, mais pas de la même branche, se rappellent dans leurs souvenirs d’enfance d’avoir vu cette photo dans le mur de l’escalier.

Elle leur faisait un peu peur, un peu comme j’avais peur de ma grand-mère Rosina Quesnel qu’on avait exposée dans le salon de la maison de mes grands-parents quand elle est morte en février 1955.

Une morte dans un cercueil dans le salon d’une maison, ça marque un petit gars de 6 ans.

Il s’en souvient toute sa vie.

Yvon et Richard, quant à eux, n’ont plus peur maintenant qu’ils sont grands et qu’ils connaissent une partie du mystère entourant cette photo.

C’est Cécile qui l’avait dans sa précieuse collection de photos d’ancêtres.

En 2009, elle ne reconnaissait qu’une personne : Napoléon Hogue. Elle ignorait tout des autres personnes même le lieu et encore moins la date.

Dire que cette photo la hantait serait un peu fort.

Moi oui, un peu, par contre.


Yvon avait tout de suite reconnu Jean-Marie Hogue quand j’ai commencé à en parler sur mon blogue et m’avait envoyé un courriel.

Le chanceux, il avait sa carte mortuaire.

Cliquez pas, ce n’est pas nécessaire…

Cécile, Yvon, Richard et d’autres lectrices, m’avaient aidé à identifier les gens de la photo de Marlborough.

On y voyait Clémentine Hogue, la soeur de Jean-Marie, Arthur Hogue, le fils de Jean-Marie, Herminie Léveillé, la deuxième femme de Jean-Marie, la première femme étant Mélanie Beauregard.

Vous me suivez j’espère.

On avait alors tenté d’identifier les autres personnes par présomption… une fois qu’une lectrice a réalisé que c’était une photo de mariage. Deux personnes portaient des alliances et des gens avaient des fleurs à la boutonnière.

Si vous êtes un lecteur assidu ou une lectrice assidue de mon blogue depuis le début, vous savez que je ne peux m’empêcher d’identifier les gens sur une photo.

Une vraie drogue…

J’utilise beaucoup la technique de présomption comme je viens de vous le dire, mais pas dans le sens de… Prétention ou suffisance.

Non, plutôt dans le sens de… Supposition, opinion qui est fondée sur des indices et non sur des preuves.

 

Ah shit…

Je vous reviens lundi, car là je m’en vais me laver la bouche avec du savon.

u

Supposition, opinion qui est fondée sur des indices et non sur des preuves. Présomption de culpabilité, d’innocence.

u

Prétention, suffisance.

About these ads

5 réflexions sur “Vous vous rappelez…?

  1. Je ne peux pas tout raconter sur ce que j’ai découvert en retrouvant mes ancêtres… mais un jour, dans pas longtemps, jee vais parler de la maltraitance des aînés.

    Ça ne date pas d’hier.

  2. Je suis bien contente que tu aies la ‘couenne dure’ comme tes ancêtres; tu pourras parler de généalogie à tes petits-enfants longtemps…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s