Comme je disais à mon fils…

Comme je disais à mon fils Nicholas, celui-là même qui disait qu’il n’y avait pas assez de morts sur terre pour assouvir ma passion pour la généalogie, et qui avait aussi dit que ses toasts venaient de sortir du grille-pain pendant que je lui parlais du naufrage du destroyer Athabaskan en 1944…

Des fois mon fils, on part avec une toute petite information et on ne sait jamais où tout ça va nous amener.

C’est le cas de la suite du courriel de monsieur Chartrand, un parfait inconnu, qui cherchait sa famille qu’il n’avait pas vu depuis 45 ans.

C’était exactement ce qui m’était arrivé à la mort de mon grand-père Léo le 1er janvier 1964.

Mon père avait fait mourir toute la famille… virtuellement…

Monique, une parfaite inconnue, m’avait écrit pour me dire qu’elle avait apporté son aide.

S.V.P. noter que monsieur Chartrand est effectivement le neveu de ma tante par alliance.  Grâce à vous, j’ai pu le mettre en contact avec elle.

Les erreurs généalogiques qu’il avait en mains pourront être facilement corrigées.

J’avoue que je suis très excitée pour lui mais aussi un peu triste à l’idée que mes propres recherches sont je crois sans issue.

Comme la tristesse des autres m’attriste, je ne sais pas trop pourquoi, je ne pouvais faire autrement que venir en aide à Monique qui recherchait ses ancêtres.

C’est du moins ce que je pensais… au début…

Ce qui est intéressant, c’est que son arrière-grand-père a vécu aux États-Unis dans les années 1880 et 1890.

Elle a fait un très beau travail de recherche, mais le problème résidait avec l’absence d’un contrat ou d’un acte de mariage de Joseph Lusignan et Délia Cusson.

Sans les parents des mariés, on ne peut reculer dans le temps.

J’avais connu le même problème avec mes grands-parents paternels, Léo Lagacé Senior et Juliette Métayer.


Juliette et Léo circa 1925

Je n’avais jamais retrouvé d’acte de mariage.

La raison était fort simple…,

ils ne s’étaient jamais mariés. Léo Senior s’était marié une première fois en 1912 .

J’avais raconté toute l’histoire sur mon ancien blogue, et je l’avais repris dans cette article sur Dorilla Landry, la soeur de sa première femme Maria Landry.

Comme je me plais à faire dire à mon grand-père Léo Senior qui ne parlait pas beaucoup…

Mon petit-fils Pierre, quand on cherche, on découvre…

C’est ce que j’ai fait pour essayer d’aider Monique à retracer ses ancêtres.

On se revoit mercredi.