Les Belles Histoires de Saint-Lazare de Bellechasse

St-Lazare 1949

Voici le texte original de l’abbé Georges-Marie Bilodeau, curé de Saint-Raymond. Il a été écrit pour le centenaire de St-Lazare-de-Bellechasse en 1949.

Épisode 1

Écrire en une page ou deux l’histoire des Bilodeau de St-Lazare, c’est une tâche vraiment impossible pour un curé à qui l’on reproche toujours la longueur de ses sermons….

Et pourtant il faut s’exécuter, le CENTENAIRE demande… Allons-y donc….

Les Bilodeau de St-Lazare, c’est tout simplement une branche de la grande famille de Bilodeau qui s’étend aujourd’hui dans tout le Canada et jusqu’aux États-Unis, dont l’ancêtre unique Jean était venu du Poitou, vers 1640, célibataire… s’était marié à Québec, avait concédé une terre à Ste-Famille à l’île d’Orléans, de là était venu à Québec, pour essaimer… comme toutes les autres familles canadiennes grâce à la générosité et à la fécondité providentielle qui a valu à notre race de survivre.

Les Bilodeau n’étaient pas des êtres extraordinaires, mais ils ont partout défendu leur originalité… parfois amusante, parfois cocasse, parfois encombrante.

Ils ont eu un représentant au moins dans les lettres, Ernest Bilodeau, qui fut bibliothécaire à Ottawa, l’est peut-être encore…

Ils ont  eu un chanoine qui s’appelait Georges… Il fut curé de Roberval…

Ils ont eu un juge l’honorable Jos. Bilodeau, celui de la même souche que les Bilodeau de St-Lazare.

Il y a maintenant plusieurs prêtres dont le doyen est le curé de Portneuf et son suivant le curé de St-Raymond, l’auteur des présentes…

Il y a des avocats Bilodeau, il y a même eu un criminel. Oui, mais de la souche de St-Lazare.

Oh ! Non ! Est-ce bien là son vrai titre…

Il est vrai qu’on l’envoya à l’échafaud, mais – à notre avis – ce fut une erreur… Après tout, il n’avait tué que 5 personnes, à part ceux qu’il avait tués à la guerre… Et de plus, il en avait tué trois par pitié, deux seulement par vengeance. Admettons qu’il avait un peu exagéré.

Mais me voilà parti et l’espace diminue… Je n’ai que deux pages ou trois.

L’épisode 2, lundi prochain.