Charles Bilodeau, cuisinier durant la Guerre civile américaine – Prise 2

Vous comprendrez à la toute fin pourquoi je brise ma promesse…

J’avais écrit un article sur ce Charles Bilodeau.

Cliquez ici

J’ai toujours été fasciné par les guerres.

En fait cette fascination tient plus à cause de leur stupidité et aussi celle des politiciens qui envoient les soldats mourir à leur place pour la mère-patrie.

Tiens ça me donne le goût d’un petit Jos Louis de parler de ça…

Cliquez sur l’image si vous avez le goût


Quant à la Guerre civile américaine, elle restera sans doute dans le livre des records Guinness au chapitre de la stupidité des guerres quoique je ne veuille rien enlever à celle de 1914-1918 ni à celle de 1939-1945 ou à celle de Corée qui soit-dit en passant, n’est pas encore terminée.

Les Coréens se regardent encore comme des chiens de faïence.

Tout ce petit préambule pour vous parler encore de Charles…

J’ai trouvé ça sur Internet…

Birth: 1834, St-Lazare,Bellechasse,Québec
Death: 8 NOV 1901, St. Lazare de Be, Québec
Burial: St. Lazare de Be,Québec

Father: Charles Bilodeau
Mother: Angelique Paquet

Notes
Veteran of US Civil War (Union Army) – Enrolled 12 Oct 1861, served until 1865 as a cook, primarily. His journal of some 40 pages (in French) remains in the hands of his direct descendants. A photograph of him in uniform indicates his rank as Corporal, but the exact date of this photograph is unknown.

Source: Au coeur de Bellechasse: Saint-Lazare, 150 ans de vie paroissiale, Eugène Côté, Bibliothèque nationale du Québec, Dépôt légal, 2e trimestre, 1982.

First Cousin, 4 times removed from Patrick O’Shea
He had 2 sons and 7 daughters.
In 1886, he had 129 arpents of land (in the Sixième Rang, Nos. 448-36) in St-Lazare, valued at $1900.00.

Il y aurait donc une photo de lui en uniforme.

J’espère qu’un de ses descendants lira mon blogue.

Pour en savoir plus sur l’enrôlement des Canadiens-français durant la Guerre civile, cliquez ici.

C’est en anglais, mais c’est fort intéressant.

La prochaine fois, je vous reparle de l’école de rang, car je n’ai pas eu le temps d’écrire mon article encore…

Comme je le disais l’autre fois…

Y’a pas le feu.

Fin

Bonjour M. Lagacé,

J’ai lu votre article datant du 3 mai 2011 concernant Charles Bilodeau qui était le père de ma grand-mère paternelle Amanda Bilodeau. Elle a marié Adélard Brochu de St-Lazare et un de leurs fils, feu Ernest, est mon père.

J’ai des photos de Charles Bilodeau et de sa femme Marie Laverdière. Vous pouvez les voir sur le site Généalogie du Québec (www.nosorigines.qc.ca) mais je peux vous envoyer les originales numérisées si vous le désirez.


Charles Bilodeau, cuisinier durant la Guerre civile américaine

J’avais écrit un article sur ce Charles Bilodeau.

Cliquez ici

J’ai toujours été fasciné par les guerres.

En fait cette fascination tient plus à cause de leur stupidité et aussi celle des politiciens qui envoient les soldats mourir à leur place pour la mère-patrie.

Tiens ça me donne le goût d’un petit Jos Louis de parler de ça…

Cliquez sur l’image si vous avez le goût


Quant à la Guerre civile américaine, elle restera sans doute dans le livre des records Guinness au chapitre de la stupidité des guerres quoique je ne veuille rien enlever à celle de 1914-1918 ni à celle de 1939-1945 ou à celle de Corée qui soit-dit en passant, n’est pas encore terminée.

Les Coréens se regardent encore comme des chiens de faïence.

Tout ce petit préambule pour vous parler encore de Charles…

J’ai trouvé ça sur Internet…

Birth: 1834, St-Lazare,Bellechasse,Québec
Death: 8 NOV 1901, St. Lazare de Be, Québec
Burial: St. Lazare de Be,Québec

Father: Charles Bilodeau
Mother: Angelique Paquet

Notes
Veteran of US Civil War (Union Army) – Enrolled 12 Oct 1861, served until 1865 as a cook, primarily. His journal of some 40 pages (in French) remains in the hands of his direct descendants. A photograph of him in uniform indicates his rank as Corporal, but the exact date of this photograph is unknown.

Source: Au coeur de Bellechasse: Saint-Lazare, 150 ans de vie paroissiale, Eugène Côté, Bibliothèque nationale du Québec, Dépôt légal, 2e trimestre, 1982.

First Cousin, 4 times removed from Patrick O’Shea
He had 2 sons and 7 daughters.
In 1886, he had 129 arpents of land (in the Sixième Rang, Nos. 448-36) in St-Lazare, valued at $1900.00.

Il y aurait donc une photo de lui en uniforme.

J’espère qu’un de ses descendants lira mon blogue.

Pour en savoir plus sur l’enrôlement des Canadiens-français durant la Guerre civile, cliquez ici.

C’est en anglais, mais c’est fort intéressant.

La prochaine fois, je vous reparle de l’école de rang, car je n’ai pas eu le temps d’écrire mon article encore…

Comme je le disais l’autre fois…

Y’a pas le feu.

 

Je ne sais pas dire non…

J’ai eu ce commentaire laissé sur mon blogue cette semaine… Là je me suis dit que mon destin cognait à ma porte.

Je suis en train de rédiger le récit romancé de la vie de ma grand-mère Aurélie Bilodeau mariée à St-Lazare en 1879 à Pierre Chabot. Le couple est parti s’établir à St-Magloire avant de revenir à St-Lazare en 1886…

Pour établir une chronologie des faits qui soit la plus fidèle possible, j’aurais besoin de connaître la date de naissance du père d’Aurélie, André Bilodeau, marchand à St-Lazare, décédé à l’âge de 49 ans. Il avait épousé Ozine (ou Osime, Ausine, Osithée) Larochelle en 1858.

Je vous serais obligé de me fournir ce renseignement si vous l’avez.

Je suis natif de St-Lazare (fils d’Alphée) et j’habite maintenant Joliette.

Merci à l’avance,

Marcel Chabot

Vous devez savoir ce que j’ai fait, même en vacances…

Ce n’est pas que je n’ai plus rien à vous raconter… bien au contraire…


Vous vous rappelez d’Ernest Bilodeau…

Je sais que je ne devrais écrire d’article un jeudi, mais ça fait un mois que j’ai écrit cet article…

Vous devez sûrement vous rappeler d’Ernest Bilodeau, celui qui conduisait l’Overland en 1915. J’avais fait une série d’articles sur Marie-Anne Bilodeau.

Eh bien, j’ai trouvé qui il a marié et le nom d’un fils.

Voici le message que j’ai envoyé à Jim Bilodeau le mois dernier.

Il avait cette fiche sur son site de généalogie…

Je n’ai pu m’empêcher de lui écrire.

I am an amateur genealogist.

I found Ernest Bilodeau on your site. I am not related to him.

Someone sent me a letter written by Marie-Anne Bilodeau who I believe is Ernest’s sister.
She narrates a trip she made in 1915 to Vermont.

This letter was sent to Raoul Laverdière’s grandparents and Raoul shared it with me.
It is written in French.

I have a blog on genealogy, and I share with my readers what I can find about their ancestors.
Would you have a picture of Ernest or any information?

I know he was a mechanic in St-Lazare de Bellechasse.

Pierre Lagacé

Je lui ai demandé s’il avait une photo d’Ernest. On ne sait jamais…

En généalogie, il ne faut pas être gêné…

Je n’ai pas encore eu de réponse.

Les Belles Histoires de Saint-Lazare-de-Bellechasse… la fin d’une belle histoire

Dernier épisode des Belles Histoires de St-Lazare-de-Bellechasse écrite en 1949.

Dans l’histoire de la famille de Vital Bilodeau, on note que le grand-père Vital fit la pêche dans le golfe Saint-Laurent dans sa jeunesse. Il vint acheter une terre très peu défrichée de la cinquième de St- Lazare.

Il aimait la chasse et était fort bon chasseur, collectionnait les fusils et les pistolets, avec lesquels ses enfants non moins estéqueux que lui, s’amusaient. Ce qui n’avait pas l’air (de plaire au bonhomme Vital).

II construisit le premier moulin à scie à St-Lazare, sur le ruisseau qui passe dans l’érablière des Labonté à la quatrième. Dans ce temps-là, on sciait le bois avec des scies droites, on disait des scies à « échasses ». Il légua son goût à son fils Pierre qui amena la scie ronde et beaucoup d’autres machineries. Pierre avait un talent remarquable pour la mécanique. Et pourtant, il n’avait jamais fréquenté les écoles techniques. Ses fils furent tous très habiles dans la mécanique.

Je ne suis pas trop certain, si c’est mon grand-père ou mon père qui installa une potasserie à St-Lazare. J’ai joué beaucoup dans mon enfance, dans cette potasserie désaffectée, située en arrière de la maison paternelle.

Les Bilodeau à St-Lazare avaient l’estime de la population. Leur honnêteté était incontestée. C’étaient des bons chrétiens pas trop bigots. Ils aimaient bien un peu la critique, mais ne firent jamais de peine au curé. En politique, c’étaient des rouges, mais ils ne chicanaient pas pour cela les bleus. Croyants très sincères, ils étaient par ailleurs ouverts au progrès. Ils furent de ceux qui prônèrent les bonnes routes; ils participèrent à la fondation d’une beurrerie coopérative, qui ne survécut pas, hélas !

En général, ils étaient fiers, aimaient les beaux habits, les belles voitures et les beaux harnais. Dans sa jeunesse Pierre était un beau chanteur. Et Noël jouait fort bien du violon. Difficiles sur l’ouvrage, ils ne trouvaient pas souvent des ouvriers de leur goût. Alphonse était ouvrier, or quand une de ses maisons était finie, on aurait pu fermer la porte. emplir la maison d’eau sans crainte que l’eau ne sorte. L’esprit toujours ouvert, jamais il ne boudait le progrès…

Très habile de leurs mains, et en général le jugement aussi. Sévères dans leurs jugements mais perspicaces aussi. On ne les blaguait pas volontiers et. ils déjouaient bien les ruses. La loyauté, la droiture, la logique, ils en faisaient un véritable patrimoine moral. Ils n’avaient pas de titres nobiliaires chez leurs ancêtres: ils avaient mieux, ils possédaient la noblesse naturelle et chrétienne, par conséquent, la vraie. Ne parlons pas de leur générosité et de leur grand cœur. Mais je tombe dans le panégyrique… Or se vanter, ce n’est pas dans la nature historique de la race Bilodienne….

Georges-Marie BILODEAU, ptre.

Curé de St-Raymond.

Épilogue

Les ancêtres et les descendants Bilodeau font maintenant partie des ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines, et ce, grâce à Raoul Laverdière qui a partagé avec nous ce beau texte de monsieur de curé Bilodeau.

Parlant de curé, allez lire ce dernier article de Raoul sur son blogue…

Un petit bijou de texte comme toujours.

Les Belles Histoires de Saint-Lazare-de-Bellechasse… Épisode 9

Je me dis des fois, mais pas souvent… s’il y a des gens qui s’intéressent à l’histoire de Sainte-Lazare de Bellechasse telle que racontée par monsieur le curé de Saint-Raymond… qui n’est pas facile à suivre même pour un généalogiste amateur…

C’est pour ça que cette semaine, je vais me permettre de formater un peu différemment le texte.

Je me dis que Vicky doit me lire, même si je lui ai déjà envoyé mon texte, Raoul Laverdière aussi, du moins je pense, et certains autres. C’est la moindre des choses que je peux faire pour les aider à comprendre.

Pour ces gens, je poursuis donc avec le 9e épisode des Belles Histoires de Saint-Lazare-de-Bellechasse.

Il ne faudrait pas oublier [comme autres fils de Vital Bilodeau et de Julie Laflamme] Ludger ou Eucher Bilodeau, parti avec son frère Pierre et qui mourut à Philadelphie, ce qui fut une peine immense pour son frère qui l’avait emmené avec lui et aussi pour toute la famille. Il était plus âgé que mon père Joseph [un autre fils de Vital Bilodeau et de Julie Laflamme].

Venait ensuite chez les garçons d’Alphonse [un autre fils de Vital Bilodeau et de Julie Laflamme], qui fit fortune dans le commerce grâce au génie commercial de son épouse Virginie Bergeron, ses fils Alyre décédé à Chicoutimi, Léonidas de St-Lazare, Louis co-propriétaire de la manufacture Provost (Autobus) à Ste-Claire, Rose-Anna l’unique fille.

Ensuite Noël [un autre fils de Vital Bilodeau et de Julie Laflamme], qui épousa Philomène Larochelle, soeur de ma mère. Elmire qui vit encore malgré ses 86 ans et qui nous a donné bien de renseignements sur l’historique de la paroisse et de la famille. Noël eut huit enfants, sept filles, Maria, Madame Théophile Dion, Joséphine à St-Magloire, Rose-Anna, Madame Albert Roy. Sumer, Worth, N.H., Yvonne, Madame Moisin (Tit-Bé) qui demeure à la Croche près de la Tuque, Hénédine et Philomène qui sont à St-Lazare. Hénédine fut longtemps institutrice. Les éphémérides de la paroisse en parlent. Marie-Laure épouse de Pierre Leblond, mère d’une nombreuse famille. Et Joseph qui demeure au village.

Vient ensuite Gonzague[un autre fils de Vital Bilodeau et de Julie Laflamme], parti depuis plusieurs années pour Laconia, N.H. Ses enfants Émile, Yvonne, Bernadette, Sonia. Cécile et un autre garçon, vivent à Laconia et ne sont venus de longtemps à St-Lazare.

Mais le grand-père Vital eut aussi des filles.

L’aînée Georgina, épousa Octave Nadeau. Elle vécut à Buckland. Elle eut une nombreuse famille dont la plupart des membres vivent.

Puis Odile qui mourut relativement jeune, épouse de Marc Marceau, mère de Joseph Marceau qui vécut à St-Magloire ainsi que Charles, son frère, et de Ludger Marceau qui vécut à St-Lazare et dont les enfants sont établis à St-Lazare. Joseph, fils de Ludger est agronome dans la Beauce.

Émélie qui épousa Cyrille Larochelle de St-Magloire.

Marie qui fut l’épouse de André Mercier, et qui éleva sa famille à St-Lazare.

Olivine qui vit encore à l’hospice de Montmagny. Elle doit avoir 84 ans ou environ.

Notes :

On est en 1901… dans le recensement à Saint-Lazare

Bilodeau Vital     M      Head     M    Feb 12     1814     87
Bilodeau Julie     F      Wife     M      Dec 25     1821     79
Bilodeau Olivine F      Daughter  S Mar 21     1863     38

Olivine Bilodeau vit avec ses parents. Elle se mariera le 18 janvier 1905 avec Joseph Mercier à Saint-Lazare de Bellechasse.

Saint-Lazare de Bellechasse

Les Belles Histoires de Saint-Lazare-de-Bellechasse… Épisode 8

On poursuit avec les douze enfants de Vital Bilodeau… avec une énigme à la fin.

La semaine dernière…

Ernest, l’ainé se repose après une carrière de mécanicien bien remplie à Windsor Vermont.

Un autre fils, Raphaël est malade dans un hôpital. Bernadette avait épousé Alphonse Fortin, tailleur. Elle eut une grosse famille. Robert, son fils est supérieur des Pères du Saint-Sacrement à la maison de Rome. Paul-Henri est professeur de théologie chez les Pères du Saint-Sacrement à Montréal. Berthe est est infirmière et il y a encore, d’autres enfants de Bernadette dont nous ignorons les noms.

À part Pierre, fils de Vital, il y eut Joseph, mon père qui épousa Elmire Gautron dit Larochelle. C’est lui qui hérita du bien paternel qu’il agrandit. Il eut quatorze enfants, dont neuf survivent. Trois moururent à bas âge. Wilfrid mourut à Manchester il y a deux ans. Alma était morte à Manchester en 1918. Émile demeure au Cap de la Madeleine, Fortunat est à St-Lazare. Il eut le bien paternel qu’il vient de léguer à son fils Georges. Alphonse vit aux États-Unis à Manchester. Georges est curé à St-Raymond de Portneuf. Marie est l’épouse d’Ernest Aubin dont nous avons parlé plus haut. Hénédine, dame veuve Godefroid Roy demeure à Manchester. Un de ses filles demeure à St. Lazare, épouse de Robert Dumas, c’est Simone. Marie-Louise. dame Cléophas Morisset, mère d’une nombreuse famille demeure à Manchester. Elle est la mère des triplettes Morisset. Anna, épouse de Joseph-Charles Labrie, fille de Cyrille. demeure à Litchfield, N.H. Béatrice, la plus jeune, épouse de Émile Aubin, demeure à Palmarolle, Abitibi. Elle est la mère d’une nombreuse famille.

J’ai ajouté toutes ces personnes sur mon site.

Je cherche encore des informations sur Alma, morte en 1918. J’ai un mariage d’Alma Bilodeau et de Cléophas Morrisset en 1908, mais pas de mariage avec Marie-Louise. Est-ce que Cléophas aurait marié Marie-Louise après la mort de sa femme en 1918 et fondé une nouvelle famille?