Je n’allais surtout pas…

Je n’allais surtout pas rater l’occasion de photographier la Camaro 1969 dans le stationnement du restaurant.

En route vers le lac St-Jean, nous sommes arrêtés au restaurant Marchand à St-Bruno.

Belle découverte…

Depuis 1935…

Je vous laisse lire…

Quant à moi, je me suis laissé tenter par leur poutine, mais j’aurais dû lire avant leur affiche et essayer leurs hot-dogs au beurre.

Ce sera donc pour une prochaine fois, car je retournerai dans le coin cet été.

Drôle de coïncidence

Michel avait mis son petit grain de sel sur mon petit nowhere à Bagotville…

Pas une trop bonne publicité visuelle pour Toyota/Camry, ça…
Voiture de location?

Drôle de coïncidence!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain, la suite… Et surtout pas une histoire de chars…

La Maison Bossé

Toute une histoire derrière cette maison…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos Pierre Lagacé

Je suis sûr et certain que mes lectrices et mes lecteurs sont allés fouiner sur le lien vers le site de l’Auberge Racine et ont découvert l’historique de la maison.

Non?

Il est encore temps.

Construite il y a plus de 150 ans pour l’un des premiers notaires de la ville, Maître Ovide Bossé (d’où son appellation: La maison Bossé), cette maison cossue de ville Chicoutimi est restée la propriété de la famille Bossé jusqu’en 1991 pour ensuite être vendue pour devenir une maison de chambres. Ce n’est qu’en 2006 que les nouveaux propriétaires en ont modifié la  vocation pour en faire un gîte du passant. Au bas de cette page, vous verrez quelques photos montrant la maison au 19e siècle et son évolution jusqu’à aujourd’hui.

Photos prises sur le site de Joseph Simard

Les ancêtres d’Ovide sont  Pierre Bossé et Jeanne Caiolle originaires des Biards, diocèse d’Avranche, en Normandie. Ils se sont mariés aux Biards le 8 juin 1731.

En passant, je suis le 5e cousin à trois générations d’Ovide Bossé. Un de ses lointains ancêtres maternels est André Mignier dit La Gâchette…  

Grand Verbomoteur?

Moi verbomoteur?

Grand en plus…

Ouin mettons… surtout après ces quatre merveilleux jours passés dans la région du Saguenay et du Lac-St-Jean et quatre nuitées dans un gîte du passant.

Michel s’inquiétait pour moi hier…

Notre généalogiste préféré doit être en détention préventive dans un quelconque poste de police la la Ville de Montréal pour avoir manifesté trop bruyamment avec sa batterie de cuisine. Je ne vois pas d’autre explication à cet inhabituel silence prolongé de notre Grand Verbomoteur…

On se repogne demain… j’ai pris des tites photos.

Pour les tits curieux et les tites curieuses… Pour celles et ceux qui le sont encore plus, cliquez ici.

Détention préventive

Commentaire de mon copain de collège Michel…

Notre généalogiste préféré doit être en détention préventive dans un quelconque poste de police la Ville de Montréal pour avoir manifesté trop bruyamment avec sa batterie de cuisine. Je ne vois pas d’autre explication à cet inhabituel silence prolongé de notre Grand Verbomoteur…

Pas du tout…

Je reviens de Bagotville!

Sondage pas scientifique pour deux cennes… et sans prétention

Alors votre resto de poutine préféré…?

J’ai besoin d’aide, surtout si Pascale Ouvrard décide de venir faire un petit nowhere au Québec pour se régaler d’une bonne poutine.

Hier, Michel a fait l’éloge de Valentine dans ce commentaire.

Valentine: ce haut lieu de la gastronomie québécoise qui, soit dit en passant, offre en ce moment le hot dog steamé all dressed @ 0,99. Inutile d’ajouter que j’ai profité de cette occasion inespérée pour renouer avec ce plat savoureux — que j’ai parfois/souvent tendance à délaisser — à consistance gélatineuse et brunâtre truffé de bonnes patates frites bien molles et qui, dans des conditions sonores idéales, laisse émaner des squouiches squouiches discrets annonciateurs d’un orgasme buccal prochain. Si jamais je me tape un jour le gros lot à la LotoMax, je m’abaisserai peut-être à caresser du bout des lèvres cette ignoble contrefaçon, version foie gras, au Pied de Cochon.

Entre-temps…

Deux steamés @ 0,99 arrosés de la Classique @ 2,49 chez Valentine, le repaire des connaisseurs. En fait, j’inviterai peut-être Pascale à son prochain séjour — en supposant que le spécial @ 0,99 soit toujours en vigueur, bien sûr.

Je suis certain que Michel est un fin connaisseur, mais j’aimerais mieux avoir une plus grande brochette de choix.

Je suis donc à la recherche des meilleurs restos de poutines. Je sais qu’on a celui-ci…, mais Drummondville c’est pas près de Ste-Anne-des-Plaines.

Par contre, c’est le resto préféré de Véro!

Squouich, squouich

Je sais que je pourrais amener Pascale chez Monsieur Burger à Ste-Anne-des-Plaines, mais là il faudrait aussi l’amener à la Belle Province pour éviter de partir une autre Guerre mondiale…

Aussi, deux poutines durant la même journée, ça risque d’être fatal.

Allez-y donc de vos petits commentaires et de vos petites  suggestions, et n’hésitez surtout pas à faire preuve de chauvinisme et voter pour votre patelin.

Voici le premier resto suggéré par une inconditionnelle de mon blogue…

Chez Alpha, une chance que c’est loin de chez moi, il faudrait que je prenne l’autobus et il n’y a pas de livraison. Que de bons souvenirs, avec les amis, après un bon film, on s’entassait sur la banquette du restaurant et on dégustait une grosse poutine.

On es-tu trop vieux pour ça ? En tout cas, c’éta l’fun

Chez Alpha…?

C’est là!

À votre tour maintenant, où il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir…

Cet article restera ouvert 24 heures sur 24 et les commentaires s’ajouteront au fur et à mesure.

En attendant, vous pouvez aller lire cet autre blogue. On y parle aussi de poutine.

17 mai 2012 

La meilleure poutine de la région ici c’est "Monsieur Patate" à Varennes. 

Mais, mais, mais …  La meilleure poutine de la région ici c’est "Monsieur Patate" à Varennes. 
D’ailleurs je pense que c’est là que Véro se retrouve tous les samedis avec sa petite famille. 

Elle habite la municipalité voisine.

http://sixheures.canalblog.com/archives/2008/08/10/10195918.html

http://aladistasio.telequebec.tv/a_la_tele/emission.aspx?id=139

Je ne me souviens plus comment tu en es venu à parler poutine …

John Ritchie fils de…?

John Ritchie fils de…?

Êtes-vous vraiment certain d’avoir retrouvé les bons ancêtres?

Pas sûr à 100 %?

Cépasgrave, le plaisir est de découvrir toujours de nouvelles choses même si on s’est trompé en chemin.

Quand j’ai commencé à me piquer à la généalogie en 2007 avec les photos que mon frère m’avait apportées, j’avais erré assez longtemps avec ma lignée paternelle.

Pierre lagacé. fils de Léo Lagacé Junior, petit-fils de Léo Lagacé Senior…

C’était tout.

C’était tout ce que je savais en juillet 2007.

J’ai vainement essayé de trouver l’acte de mariage de Léo et Juliette.

Rien du tout.

Ni sur BMS ni sur Mes Aieux, ni sur le site des mormons, ni sur Ancestry,…, ni sur Nos Origines, ni sur CGFA, ni sur Planète Généalogie..

Rien du tout.

Puis, j’ai tout compris dans mon voyage astral sur planète Internet.

Léo ne s’était  jamais marié à sa belle Juliette.

Dans les années 20…

La réponse était toute simple.

Il était déjà marié depuis 1912 avec la belle Maria Landry.

Léo disparut de la circulation à St-Hyacinthe dans les années 1920 quand son beau-frère Omer en a eu assez de ses agissements.

Léo a quand même laissé de beaux souvenirs dans la région.

famille de Maria Landry avec sa deuxième mère, la soeur de sa mère…

En 2009, l’acte de décès de Léo Senior me révéla toute la vérité.

C’est Val d’Or Lagacé, le secrétaire de l’association des Lagacé qui me l’avait envoyé.

Je lui dois tout… et vous de même.

Le nom de la mère de Léo était inscrit : H. Alexandre.

On n’invente pas un acte de décès de l’État civil.

À partir de ce document, je pus remonter mon arbre, car H. Alexandre avait marié Stanislas Lagacé en 1862.

Pierre fils de Léo, fils de Léo, fils de Stanislas, fils de Stanislas, fils d’Antoine, fils…

Mais je n’en suis pas resté là…

Stanislas Lagacé, père de Léo Senior?

Pas encore certain à 100%

Qu’en est-il de John Ritchie fils de…? 

C’est comme la quête du St-Graal…

Le St-Graal, on le cherche en titi depuis des lunes.

Il faut le retrouver à tout prix.

C’est comme le fameux acte de mariage d’Edwidge Neveu que Michel Lauzon essaie toujours de retrouver.

Bon je dérape…

Qui est le père de John Ritchie?

À St-Donat?

Oui Sire… Il parait que…

Pas de nouvelles encore d’Edwidge?

Non Sire, mais on cherche en titi…

Qu’en est-il de l’ancêtre de John Ritchie né vers 1797-1798-1799 en Irlande?

On cherche encore…

On cherchera peut-être encore longtemps.

En 2009, Serge avait reçu ce message d’un descendant de John Ritchie.

Dear Cousin,

I am a direct descendant of Frank Ritchie (spouse Victoria Bergeron, brother of William Ritchie, and son of William and Dephine.
William and Dephine had 13 children. William (senior) is the son of John Ritchie as shown in your tree. But, I have his mother listed as Margaret Daily. He had a uncle William, too. John and William are the sons of Sam Ritchie, an Episcopalian clergyman from Scotland who died in Ireland when the boys were young.

Would love to swap information with you.

Joe Ritchie, Florida, USA

Moi, ça ne prend pas grand chose pour m’exciter, mais des fois je me demande si Serge et moi sommes les seuls à être excités de même pour nos ancêtres…

C’est fou la généalogie

C’est fou la généalogie…

Je me demande ce que les gens vont penser quand ils vont chercher sur Google l’expression Comme si on avait élevé des cochons ensemble. 

Ils vont se retrouver sur mon blogue et sur celui de Jean-Roch, cet instit français…

Cliquez ici.

Pour revenir sur le commentaire d’Adrien Simard, celui qui a parti le bal, je l’ai retrouvé…

Bonjour Mr. Lagacé,

Vu que je n’ai pas votre adresse courriel je vous écris sur ce tableau car j’ai une question pour vous, en espérant que vous pourriez m’aider.

Je n’ai pu retrouver le décès de SOPHIE SIMARD née le 18/09/1821 à Baie St-Paul, fille de Éloi Simard et Marie Dubord, Cette SOPHIE a épousé Joseph Lavoie fils de François Lavoie et Monique Simard le 18/01/1842 à Baie St-Paul.

SOPHIE serait décédée entre 1885 et 1895, car au mariage de sa fille en 1885 elle était vivante mais au mariage d’un de ses fils en 1895 elle est inscrite comme «FEUE»

Toutes mes recherches ne m’ont rien données à date.

Merci de votre attention et continuer votre dévouement à cette cause.

Adrien Simard (Mirabel)

Adrien demeure moins loin que Serge.

Bon, voilà une autre affaire réglée.

Revenons maintenant à la famille Ritchie de St-Donat.

Je me demande s’ils ont eu beaucoup de neige hier à St-Donat.

C’est vraiment fou la généalogie, c’est comme écouter Météomédia toute la journée pour découvrir le temps qu’il fera. On peut passer toute sa vie devant la télé ou devant un ordi à chercher ses ancêtres ou ceux des autres.

Je ne suis même pas un descendant de John Ritchie, né en Irlande vers 1797-1798-1799, que je suis quand même tout excité par les découvertes de Serge Ritchie de St-Donat.

Surtout la photo de Frank Ritchie Senior.

Je l’ai envoyé à un de ses arrière-arrière-petit-fils sur Facebook.

Pas de nouvelles.

Pas intéressé, ou bien il est mort de joie…!

Ses ancêtres, comme ceux de Serge, viendraient en plus d’Écosse.

Ah shit, on vient de manquer la sortie pour St-Donat…
Me semble qu’on avait parlé d’Écosse non! 

Décidément, Serge et moi on a dû élever des tas de cochons ensemble dans nos vies antérieures…

Je ne vois pas d’autres explications.

Maintenant, je comprends mieux l’excitation que ressentait ma 3e cousine Sandy qui avait retrouvé en 2010 un vrai descendant du frère de son arrière-arrière-grand-père Pierre Lagacé.

Bibi…

Bon on repart mon p’tit Pierre…

Coudonc Stanislas, étais-tu excité de même quand tu étais jeune…?

Sauf que… on n’est pas sorti du bois de St-Donat avec les ancêtres de Serge Ritchie. On dit de John Ritchie qu’il est né en Irlande. C’est écrit dans tous les recensements canadiens depuis 1852.

Serge a de son bord ramassé plein d’informations contradictoires sur l’origine des ancêtres de John Ritchie sur le site Ancestry.

Ils se trouveraient en Écosse.

Moi je veux bien…

J’ai toujours aimé les Écossais.

Il faut donc démêler tout ça.

J’en ai vu d’autres, et à deux, on devrait bien arriver un jour au pays de ses ancêtres, l’Irlande ou l’Écosse.

Moi j’aime bien l’Écosse…

On se revoit lundi.

Promis.

Je ne suis pas si passionné que ça finalement

On a eu de la belle visite à Sainte-Anne hier.

Non ce n’est pas Céline ni le ptit gars de Québec dans la pub de St-Hubert avec le quart de cuisse et la salade crèmeuse…

C’est Bernard, un descendant d’Adélard Paquette et Malvina Forget.

Bernard est venu faire un petit nowhere dans le haut du Trait-Carré pour rencontrer Yvon le descendant d’Aquila Lauzon le fils de Jérémie si ma mémoire ne me fait pas défaut.

Bernard voulait voir l’endroit où vivaient ses ancêtres Paquette.

La tante Germaine d’Yvon était la grande chum de la Vonne Paquette, la fille d’Adélard.

La Vonne

Bernard et Yvon ont dû en jaser un coup…

C’est grâce aux photos de sa tante Germaine qu’on a pu retracer plein d’ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines.

Germaine est la petite fille en avant avec ses parents.

On lui doit beaucoup d’avoir préservé le patrimoine photographique de la famille d’Aquila Lauzon et d’Eugénie Coursol et d’avoir permis cette belle rencontre.

Quant à moi,  je n’ai pu assister à la rencontre, car je devais absolument installer mon Tempo.

J’ai dû annuler à la dernière minute.

Je n’avais plus tellement le choix, car l’hiver va bien tôt s’installer à Ste-Anne.

En passant juste comme ça, je me demande si Yvon a été baptisé en l’honneur de la Vonne Paquette…

On se repogne.

Impressionné par une impressionnante exposition de photos

Ma petite marche matinale m’a amené à l’hôtel de ville de Sainte-Anne-des-Plaines vendredi matin.

Je ne m’attendais pas du tout à voir ce que j’ai vu.

On m’avait parlé d’une exposition de photos.

De quoi faire rougir un conservateur de musée…


Cette exposition a été montée par le sous-comité du comité Histoire, Patrimoine et Toponymie dans le cadre des journées de la Culture.

Voici le communiqué de la Ville.

Le Comité Histoire Patrimoine Toponymie vous propose une exposition sur l’histoire de notre village à travers des photographies, des livres et des objets. L’entrée est gratuite.

La gare Bruchési, les trottoirs de bois, le couvent et ses galeries, le hockey et la visite du gardien de but Jacques Plante, le carnaval d’hiver, les bottines de feutre, le petit catéchisme, les leçons d’anglais avec John and Mary…. tant de souvenirs ou de découvertes! Vous prendrez plaisir à raconter ce que vous rappelle certaines photos ou à entendre les souvenirs qu’elles évoquent pour les autres.

Cette activité a été présentée en primeur dans le cadre des journées de la culture 2011. Elle se prolonge jusqu’au vendredi 7 octobre, à l’hôtel de ville durant les heures normales d’ouverture. Cette exposition est rendue possible grâce notamment aux citoyens qui nous ont permis de consulter et reproduire plusieurs de leurs photographies personnelles. Le Comité les remercie sincèrement.

Pour d’autres activités à venir, le Comité est toujours très intéressé par vos souvenirs. Vous avez des objets, des photos, des découpures de presse, cartes mortuaires, etc.? Le Comité aimerait en prendre connaissance. L’histoire de Sainte-Anne-des-Plaines, c’est l’histoire de chacun de nous. Votre souvenir vient s’ajouter à ceux des autres et tous ensemble, nous enrichissons notre histoire collective.

Cette exposition de photos a dû en faire jaser plus d’un je crois. 

Parlant photos…

J’espère que vous vous êtes abonné au blogue de Vicky…

Non, pas encore…?

Cliquez ici, puis abonnez-vous bondance!

Parlant de Lewis Hine, j’ai écrit un petit commentaire à Vicky sous son article.

Allez le lire pour comprendre la suite…

Voici la photo de la petite vieille de 11 ans que j’ai prise au musée.

Savannah a 11 and et a l’air d’une vieille femme