Retour vers le passé

Là vous avez eu la frousse que je parle encore de politique sur mon blogue.

Politique?

Connais pas, disons plutôt connais plus.

Je vous avais dit vendredi que je serais de retour lundi avec l’histoire de la famille Maher de Seal Cove…

On est lundi! Il fait beau et frais.

C’est vrai que j’ai fait un petit détour en fin de semaine vers le futur, mais j’ai décidé de changer d’idée finalement.

Je ne vais pas finalement changer le cours de l’histoire.

Continuons… vers le passé.

Pourquoi avoir parlé la dernière fois de Seal Cove qui se trouve en Gaspésie? Je ne m’y suis jamais trempé les pieds dans l’eau.

Je l’ai fait probablement pour la personne qui avait mis en ligne toutes ses photos de voyage sur Flicker.

Elle doit bien se demander maintenant qui sont tous ces gens qui sont venus admirer ses photos de Seal Cove et, ensuite, elle a twitté mon blogue à tous ses amis.

Seal Cove occupe une place importante dans la vie de la famille Maher dont deux descendants se retrouvent dans le manifeste…

Deux descendants… En êtes-vous bien si certain?

En scrutant attentivement le manifeste, j’ai vu deux journaliers d’origine irlandaise.

Je n’ai pas d’ancêtres irlandais, mais mes enfants et mes petits-enfants oui. Je ne reviendrai pas sur l’histoire de Tec Cornelius Aubrenan, l’ancêtre de ma femme, j’en ai abondamment parlé sur mon blogue.

Sauf que je suis d’un naturel curieux. C’est mon petit défaut.

La famille de Jérome et d’Ernest Maher, respectivement âgés de 21 ans et 19 ans, journaliers en destination de Tupper Lake, je l’ai retrouvée très facilement à Seal Cove dans le recensement canadien de 1911.

Du moins je le pensais.

On y voit le père, Thomas Maher, la mère, Virginie, les enfants dont Jérome, âgé de 14 ans, mais Ernest lui se trouve chez les voisins…

Adopted!

Adopté!

Une autre histoire d’ancêtres qui n’a aucun rapport avec moi sauf pour assouvir mon petit côté curieux comme l’histoire de cette personne qui cherchait des informations sur son beau-père Hector Goldie, pilote de Mosquito à Malte durant le Deuxième Guerre mondiale…

Là c’est vous qui êtes curieux! 

Ou ce pilote de Spitfire, Dennis Connolly que j’ai rencontré samedi après-midi en allant à une présentation sur l’escadron 425.

Encore curieux! 

Encore plus curieux encore…

Arrivez-vous ici par hasard?

Bonne chance…

Le hasard, ça n’existe pas.

Je l’ai appris en 2009 quand l’oncle de ma femme voulait rencontrer la famille. Il savait que ses jours étaient comptés.

Cette rencontre a donné mon autre blogue Souvenirs de guerre et sa version anglaise Lest We Forget… Il y en a d’autres aussi.

Un voyage dans le temps auquel je ne m’attendais pas du tout.

Le hasard, ça n’existe pas.

En passant, aujourd’hui est un vendredi 13.

Attention aux chats noirs sous les échelles.

Bonne chance…!

En passant, étrangement, la superstition du vendredi 13 n’aurait pas ses origines à Ste-Anne-des-Plaines, mais les Jeux olympiques modernes oui.

Je vous mettrai ça en reprise quand les Jeux de Londres auront commencé si j’ai la chance de retrouver mon histoire sur mon disque dur.

Back to work…

En attendant lisez les commentaires…

745 articles

Dans la catégorie Pas rap…

Je suis toujours vivant bien que je m’ennuie un peu de vous écrire.

Je travaille fort depuis une semaine. Un travail qui demande beaucoup de recherche et de concentration.

En regardant distraitement les statistiques quotidiennes sur mon blogue, je vois que les gens reprennent le temps perdu.

Bonne idée.


 

Lâchez pas…!

J’ai mis la pédale douce temporairement sur Nos ancêtres, mais je réponds à mes lecteurs et mes lectrices sur mes autres blogues dont celui de Lest We Forget et sa version française Souvenirs de guerre.

Il ne faut quand même pas se tuer à l’ouvrage.

On se revoit c’est sûr et certain le premier août, à moins d’une grosse découverte généalogique ou le déclenchement des élections…

En passant, quelqu’un a laissé un beau commentaire sur mon blogue Souvenirs de guerre… Ça m’a fait chaud au coeur.

Cliquez.

La numérologie

Je ne suis pas un sceptique de nature.

J’aime explorer et ensuite me faire ma petite idée.

La naissance de mes petits-enfants a ravivé plein de choses en moi dont l’intérêt pour l’astrologie, la chiromancie et la numérologie.

J’en sais moins sur la chiromancie et la numérologie, mais je peux me faire une petite idée et séparer le vrai du faux…

Voici l’analyse numérologique d’Henriette Alexandre à partir de sa date de naissance du 6 avril 1845.

Intéressant à lire quand on cherche à en savoir plus sur le caractère d’un ancêtre ou d’une ancêtre.

En passant, il n’y aura pas de punch à la fin… 

Source : http://www.numerologie.ch/Main.asp

Analyse

Personnalité d’Henriette Alexandre (6 avril 1845)

Votre nombre d’expression, le 8, synthèse de votre prénom et de votre nom, détermine votre caractère entier et votre sens aigu de la justice. Votre forte énergie demande tout de même à être canalisée. Vous refusez la demi-mesure, et êtes intransigeante. Une vraie tornade! Vous avez toujours besoin d’une activité soutenue et d’un environnement qui vous permette d’exercer votre sens de l’initiative; vous ne supportez pas la dépendance à autrui et vous êtes en perpétuelle quête d’équilibre. À surveiller: Votre sens de l’autorité et votre tendance à l’entêtement. Vous êtes de nature combative et concrète et vous aimez le risque… Mais c’est cela qui vous permet de faire face à l’adversité. Bref: Evitez les réactions butées et agressives et mettez votre énergie au service d’une cause juste… Vous ne pourrez pas trouver meilleur équilibre!

Votre prénom, Henriette, caractérisé par le chiffre 5, indique un incontestable charisme. On vous écoute et on vous admire, car vous parvenez à vous adapter au niveau de chacun. Vous avez l’air sûre de vous. Mais ne négligez pas votre besoin de nouvelles expériences… C’est écrit dans votre tempérament!

Le nom dont vous avez hérité, Alexandre, caractérisé quant à lui par le chiffre 3, est sans nul doute à l’origine de votre maîtrise certaine, de votre habileté incontestée et de votre sens créatif et/ou inventif…

Votre nombre intime, le 9, issu des voyelles de votre prénom et de votre nom, renseigne sur la personnalité vécue de l’«intérieur», sur vos aspirations, vos motivations… Dans votre cas, vous aspirez clairement à vous réaliser de façon entière et absolue. Vous êtes de nature émotive et sensible et douée d’un tempérament idéaliste, parfois éloigné des réalités et fatalement exposée aux désillusions… Vous voulez être utile à autrui et au monde en général, et vous aimez probablement enseigner, transmettre, partager. Vous recherchez l’amour total et vrai et vous êtes capable d’une grand investissement affectif. Votre vie affective, souvent fragile, se consolide et se stabilise avec la maturité.

Issu des consonnes de votre prénom et de votre nom, votre nombre de réalisation, le 8 révèle vos talents sur un plan matériel et/ou professionnel. Chez vous, il révèle le sens de l’initiative concrète et pratique. Vous êtes efficace et déterminée sur le terrain et vous êtes douée de bonnes vibrations pour les affaires ou les transactions de toute nature.

Votre nombre psychique, le 6, révèle que, chez vous, les sentiments dominent! D’où votre perpétuelle quête d’harmonie affective et votre sensibilité aux critiques. Vous craignez l’isolement et l’abandon et avez besoin d’une vie sociale. Vous êtes certainement douée de talents artistiques et avez une fâcheuse tendance à culpabiliser pour un oui ou pour un non.

Vous avancez dans la vie grâce à vos activités et à vos ambitions. C’est ce que révèle en tous cas votre nombre d’évolution, le 1. Il confirme aussi votre cérébralité, votre logique, votre indépendance, votre maîtrise de soi et votre créativité. Dans tous les cas, votre 1 vous permet de vous réaliser et de réussir, mais vous devez avant tout compter sur vous-même.

Votre table d’inclusion:
Nombre manquant: 7.

7: Votre manque de 7 pourrait également se dire «Manque de confiance en soi»… Voici l’origine de vos peurs, de vos angoisses et de votre pessimisme. Vous souffrez souvent d’isolement car vous éprouvez des difficultés à comprendre autrui et parfois même à aimer la vie… Si vous n’avez déjà entamé un tel processus, il est grand temps de trouver un moyen de dépasser vos problèmes.

Nombre dominant: 5.
5: Vos qualités d’adaptation, votre indépendance, votre mobilité, votre amour du voyage et de la nouveauté ainsi que votre charme, votre talent de persuasion et votre don de la parole suggèrent une brillante carrière en tant qu’avocate, actrice, politique ou éventuellement militaire. Ou un métier à forte mobilité.

Cycle de vie:

Votre chemin de vie, le 1, issu de votre date de naissance, donne de précieuses indications sur votre destin, de manière plutôt détachée de tout contexte. Le 1 est un chemin qui ne cesse de monter et qui mène très loin. En bref, il s’agit du chemin des meneuses, résolues et endurantes. Il explique en grande partie votre enthousiasme et votre volontarisme. Plus vous avancez dans votre chemin et plus toute tendance à la timidité ou à l’indécision tend à disparaître. Les obstacles présents sur votre chemin sont une tendance à l’autoritarisme à l’égard de vos proches, tendance que vous devez absolument maîtriser, tout en vous efforçant d’être un modèle.

Votre cycle de vie, le 9, caractérise votre ouverture au monde et votre besoin de lui être utile. Vous êtes depuis le 6 avril 1899 dans votre troisième et dernier cycle, le cycle de la moisson. Après une adolescence torturée, à la recherche d’une cause juste, d’une vie active plus ou moins trépidante faite de rencontres et de surinvestissement personnel, vous découvrez aujourd’hui de nouvelles aspirations… Cette époque est celle de votre grande cause, pour laquelle, si ce n’est déjà le cas, vous lutterez avec brio!

Votre cycle de vie compte au total 4 réalisations majeures. Depuis le 5 avril 1898, vous accomplissez votre 4e et dernière réalisation (en 4), et pas des plus agréables: vous réaliser dans le travail, la discipline, l’organisation. Ceci dit, même si votre chemin de vie vous pousse à l’autonomie, vous avez certainement compris, avec votre grande expérience, que l’épanouissement personnel exige une certaine rigueur et qu’il est illusoire de penser qu’on peut y arriver sans travailler… Bref, vous savez tirer parti de cette dernière réalisation.

Cycles temporels:

En numérologie, il existe 9 années personnelles. Chacune d’entre elles indique la tendance générale de l’année en cours. En ce qui vous concerne, vous êtes en année 6, symbole de la cohérence. Cette année, vous avez besoin de vous sentir bien dans votre environnement. Bien avec vos proches. Bien au travail… Vous saurez vous adapter en toutes circonstances car vous avez besoin cette année d’un environnement qui vous paraisse logique, cohérent, compréhensible. Déménagement ou changement d’emploi dans ce contexte, ne sont pas exclus s’ils vous apportent un sentiment de stabilité.

Votre maison astrologique (ou secteur) donne un complément d’information intéressant à votre année personnelle. Si la première est valable du 1er au 31 décembre, la seconde en revanche, change à chacun de vos anniversaires. Vous êtes actuellement en maison 4, symbole des racines et du logis. Vous investirez davantage votre doux foyer cette année (ou vous déménagerez carrément) pour vous sentir mieux ancrée dans la réalité.

Votre mois personnel, le 1, indique la tonalité générale du mois en cours: pendant ce mois, l’initiative personnelle est encouragée.

Vous êtes en jour personnel 8, journée favorisant l’action et l’efficacité.

(Analyse réalisée le 7 avril 2012 à 14h20)

À essayer à votre tour… avec un ou une de vos ancêtres.

Tiens mon grand-père Léo Lagacé, né le 6 juin 1888, le gars de party… le fils d’Henriette, son petit dernier.

Analyse

Personnalité de Léo Lagacé (6 juin 1888)

Votre nombre d’expression, le 7, synthèse de votre prénom et de votre nom, détermine votre vie intérieure franchement prédominante (réflexion, sens de l’analyse et du diagnostic, etc.) Vous êtes capable de grande finesse et de subtilité, sous une apparence assez réservée… D’ailleurs, votre humour, souvent sarcastique, n’est-il pas en fait la défense d’une nature plutôt introvertie? Votre nombre est à l’origine de votre sens de l’amitié vraie et votre besoin d’évasion (grands espaces, nature, mer…), votre besoin ponctuel d’isolement, votre imagination très développée et votre sens du rêve… À surveiller: Votre franche tendance au pessimisme! Bref: À trop vouloir vous préserver, à vous satisfaire des acquis, vous risquez de vous marginaliser… Sachez faire le premier pas! Démontrez qu’il n’y a pas de raison de craindre les introvertis, et vous vivrez alors en profonde harmonie avec vous-même et votre entourage…

Votre prénom, Léo, caractérisé par le chiffre 5, indique un incontestable charisme. On vous écoute et on vous admire, car vous parvenez à vous adapter au niveau de chacun. Vous avez l’air sûr de vous. Mais ne négligez pas votre besoin de nouvelles expériences… C’est écrit dans votre tempérament!

Le nom dont vous avez hérité, Lagacé, quant à lui caractérisé par le chiffre 2, est le principal responsable de votre affabilité, de votre tact et de votre légendaire sens de la mesure. Il est également à l’origine de votre goût pour le travail en collaboration.

Votre nombre intime, le 9, issu des voyelles de votre prénom et de votre nom, renseigne sur la personnalité vécue de l’«intérieur», sur vos aspirations, vos motivations… Dans votre cas, vous aspirez clairement à vous réaliser de façon entière et absolue. Vous êtes de nature émotive et sensible et doué d’un tempérament idéaliste, parfois éloigné des réalités et fatalement exposé aux désillusions… Vous voulez être utile à autrui et au monde en général, et vous aimez probablement enseigner, transmettre, partager. Vous recherchez l’amour total et vrai et vous êtes capable d’une grand investissement affectif. Votre vie affective, souvent fragile, se consolide et se stabilise avec la maturité.

Issu des consonnes de votre prénom et de votre nom, votre nombre de réalisation, le 7 révèle vos talents sur un plan matériel et/ou professionnel. Chez vous, il révèle une capacité à analyser, diagnostiquer, conseiller. Vous avez besoin d’autonomie. Vous avez le sens de la recherche, de l’étude. Les domaines hautement spécialisés vous sont conseillés.

Votre nombre psychique, le 6, révèle que, chez vous, les sentiments dominent! D’où votre perpétuelle quête d’harmonie affective et votre sensibilité aux critiques. Vous craignez l’isolement et l’abandon et avez besoin d’une vie sociale. Vous êtes certainement doué de talents artistiques et avez une fâcheuse tendance à culpabiliser pour un oui ou pour un non.

C’est dans la communication que vous avancez dans la vie, grâce à vos qualités de sociabilité et à votre extraversion. C’est ce que révèle en tout cas votre nombre d’évolution, le 3. Il confirme aussi votre spontanéité, votre enthousiasme, votre facilité d’expression et votre dynamisme. Vous devez, si cela est encore possible, développer vos moyens d’expression et de créativité dans toutes les formes de communication possibles, sans vous disperser exagérément.

Votre table d’inclusion:
Nombres manquants: 2, 4, 8, 9.

2: Le 2 en manque est à l’origine de vos difficultés relationnelles avec les proches (aussi bien dans votre vie privée que dans votre vie professionnelle). Peut-être souffrez-vous (ou avez-vous souffert) également de problèmes dans votre couple? Vous manquiez de confiance en votre partenaire? Votre susceptibilité, votre manque de patience et votre nervosité trouvent leur origine ici… Mais pas de panique: ça se travaille!

4: Un 4 en manque signifie clairement de votre part un refus de cadres et de hiérarchie. Vous ne supportez pas de remplir un rôle purement exécutif et souffrez parfois de manque de concentration, de paresse et de manque d’organisation.

8: Manque de 8 ou manque de jugeotte à l’égard des choses matérielles et de l’argent? Ce manque de 8 est clairement la cause de votre peur de saisir les opportunités, de votre désintéressement pour l’argent et le pouvoir. Les conséquences du manque de 8 se révèlent parfois très violentes, il convient donc pour vous de rechercher rapidement à vous accomplir en misant sur votre sens de l’équité.

9: Vous l’avez sans doute déjà remarqué par vous même: vous avez une prédisposition naturelle à compenser par l’argent ou le matériel tout problème émotif. Vous présentez le risque, par ailleurs, d’être d’une jalousie ou d’une possessivité excessive et que vous manquiez de maturité. Ça se soigne! Mais cela, vous le savez aussi…

Cycle de vie:

Votre chemin de vie, le 1, issu de votre date de naissance, donne de précieuses indications sur votre destin, de manière plutôt détachée de tout contexte. Le 1 est un chemin qui ne cesse de monter et qui mène très loin. En bref, il s’agit du chemin des meneurs, résolus et endurants. Il explique en grande partie votre enthousiasme et votre volontarisme. Plus vous avancez dans votre chemin et plus toute tendance à la timidité ou à l’indécision tend à disparaître. Les obstacles présents sur votre chemin sont une tendance à l’autoritarisme à l’égard de vos proches, tendance que vous devez absolument maîtriser, tout en vous efforçant d’être un modèle.

Votre cycle de vie, le 7, caractérise notamment vos capacités de réflexion. Vous êtes depuis le 6 juin 1942 dans votre troisième et dernier cycle, le cycle de la moisson, qui se déroule en principe dans un climat assez paisible… Si vous avez toujours rêvé d’écrire un livre, de composer ou de peindre un chef-d’œuvre, c’est le moment! Vos jeunes années ont été assez déprimées en raison de votre analyse un peu trop pertinente d’un monde plutôt affligeant. Plus tard, l’incompatibilité entre vos pulsions et votre intellect vous ont souvent mis en porte-à-faux. Aujourd’hui, vous avez les moyens d’éprouver une plénitude longtemps recherchée, de vous sentir en paix et de profiter de l’existence… Profitez-en bien!

Votre cycle de vie compte au total 4 réalisations majeures. Depuis le 5 juin 1941, vous accomplissez votre 4e et dernière réalisation (en 4), et pas des plus agréables: vous réaliser dans le travail, la discipline, l’organisation. Ceci dit, même si votre chemin de vie vous pousse à l’autonomie, vous avez certainement compris, avec votre grande expérience, que l’épanouissement personnel exige une certaine rigueur et qu’il est illusoire de penser qu’on peut y arriver sans travailler… Bref, vous savez tirer parti de cette dernière réalisation.

On se repogne.

Mon père je m’accuse…

Note avant de commencer…

Si vous ne lisez pas la section des commentaires, vous manquez quelque chose. C’est comme un anti-blogue. 

Bon je commence mon article de ce vendredi 24 février.

Ça commence bien…

Dans l’édition du Devoir de jeudi.

Le mot d’esprit vient du père de mon petit-fils.


- Mon père je m’accuse d’avoir parlé politique…

- Cette fois, ça va mon  fils. En autant que vous laissiez la religion de côté.
Comme pénitence, au printemps venu, vous prendrez votre voiture
et vous sillonnerez les rues de Montréal…

- Non mon Père, plutôt brûler en enfer.

Bon, maintenant, j’ai autre chose à me faire pardonner.

Un petit péché véniel. J’ai péché par présomption généalogique.

Vous allez bien rire lundi prochain.

Même vous tordre.

Je vous laisse passer un bon week-end et je vous laisse méditer sur tout ce que je vous ai écrit cette semaine sur les Patriotes.

Ça va faire un petit changement avec la longueur de mes articles. Pas je n’ai plus rien d’autre à dire sur le sujet…

Bien au contraire!

«Tudieu et Ventre-saint-gris, il faut bannir pour jamais de votre blogue ce détestable mot de patriote, pour lequel vous marquez un si honteux attachement. Je ne crains pas de le dire: si vous aimez encore le titre de patriote, vous aimez votre destruction et celle de vos enfants.»

Il me faut me résigner à tourner cette sombre page inconnue de notre triste histoire de petit peuple né pour un petit pain.

Ventre-saint-gris!
Comment Tremblay n’est-il jamais au courant de ce qui se passe dans sa ville…?

En terminant, je m’en voudrais de terminer sans ces deux commentaires, un de Lise sur notre Vieux Patriote… et l’autre d’Yvon sur Étienne Simard, patriote.

Il s’agit d’une oeuvre de l’artiste Henri Julien, créée vers 1880 et publiée une première fois pour émailler un poème de Louis Fréchette, «Le vieux Patriote».

Selon l’historienne Marianne Thibeault, le vieux Patriote se bat, mais surtout, il se souvient.

Son arme première, c’est la mémoire et sa mission : instruire les générations à venir.

Pas étonnant que le «Vieux de ‘37» soit devenu une icône nationale brandie lors des événements majeurs qui ont fait le Québec contemporain, dont notamment la Crise d’octobre 1970.

Le courriel d’Yvon sur notre vieux Patriote Étienne Simard…

M. Simard (Jean-Guy Simard, fils de M. Étienne Simard (fils d’Alfred Simard) m’a mentionné n’avoir jamais entendu de la bouche de son père que son ancêtre était un patriote.  C’était le régime anglais, probablement qu’on a tenu ça mort, comme un secret de famille.  On ne l’a jamais capturé, quelle est sa véritable histoire?  Son nom n’apparaît nulle part. A-t-il toujours demeuré à Ste-Anne ou à Québec, chez son garçon, le docteur. 

Se cachait-il encore?      

Cependant, La Presse en fait une nouvelle.

Mauvaise transcription du nom sur une liste?

Toute une énigme???                                   

On se repogne.

En passant, si vous avez un petit bonheur, allez le ramasser, puis allez le bercer.

La bonne nouvelle LCN

Je vous avertis dès le départ que je pars de loin avec cet article.

Septembre 2009 pour être plus précis.

Premièrement je me disais ce matin que je n’avais rien de spécial à vous dire.

Puis j’ai écouté RDI, puis LCN.

En fait, je n’ai pas écouté LCN, juste pitonné et je suis tombé dessus.

Une femme avait poignardé quelqu’un à Laval.

Déprimant comme bonne nouvelle LCN…

J’ai tout de suite changer de poste…

Moi le monde qui poignarde les autres, homme ou femme, ça me blesse intérieurement. C’est pour ça que je pitonnais pas mal quand on parlait de ce cardiologue momentanément fou qui avait poignardé ses deux enfants pour ensuite boire du lave-glace.

Je me disais qu’il aurait dû boire son lave-glace avant…

On ne tue pas ses enfants, fou pas fou…

Passons…

J’essaie toujours de vous raconter une belle histoire pour égayer votre journée surtout si vous écoutez LCN.

En voici une…

C’est l’histoire de la petite fille dans les bras de son père.

La photo est prise en 1918.

La petite fille s’appelle Sylvia. Elle est l’arrière-petite nièce d’Henriette Alexandre.

Elle vit encore en Pennsylvanie. 

C’est Robin qui me l’a écrit la semaine dernière quand on a commencé à identifier les gens sur les photos qu’elle possédait de la famille de son mari.

Robin, suite à nos échanges de courriels, a décidé de contacter Terri qui lui a dit que sa mère Sylvia, toujours vivante, était toute heureuse de voir que quelqu’un s’intéressait à sa famille et qu’elle avait une mallette pleine de vieilles photos.

Terri va envoyer à Robin ces photos en Californie pour qu’elle les numérise.

Cette histoire, je vous la raconte, car c’est suite à la suggestion d’Yvon Lauzon d’écrire une version anglaise de mon blogue que je fais de si belles rencontres depuis 2009 et que mes recherches généalogiques touchent la vie de purs inconnus ici ou ailleurs.

Dans ce cas-ci une 3e cousine de 93 ans qui vit dans une résidence pour personnes âgées en Pennsylvanie. 

C’est la petite fille qui tient la main de sa maman et de sa grand-maman sur cette photo prise en 1922.

C’est beau la vie quand on s’arrête un peu pour y penser…

Sauf que…

Le temps passe si vite… si vite que je n’ai même plus le temps d’écouter LCN me parler des gens qui s’enlèvent la vie ou celle des autres.

On se repogne.