Laurent Dubois, fils d’Honoré Dubois et Juliette Sauvé

En ce Jour du Souvenir

 

Laurent Dubois

Mort le 18 décembre 1944 à bord d’un bombardier Halifax. Il était avec Jean Charles Labrecque.



Laurent Dubois était le sans-filiste du Halifax sur lequel Jean Charles Labrecque était le bombaimer.

Jean Charles Labrecque c’est le grand garçon sur cette photo de famille. Il est à gauche dans la dernière rangée.

labrecque2

 

Jean Charles, comme tout l’équipage, ne s’en est pas sorti.

Depuis presque tout le monde l’a oublié.

Presque…

Une petite bière avec ça… prise 3

J’avais vraiment eu de la chance en septembre 2010 quand j’avais mis la main sur ce petit livret…

Il m’avait été donné par monsieur Corbeil, mon mitrailleur de l’escadrille 425 Alouette.


 

J’avais numérisé toutes les pages.

Voici la deuxième de couverture…

 

Je voulais tous vous les présenter…, mais mon projet était tombé à l’eau.

 


Ça m’aurait pris presque trois ans.

Rien que ça… pendant 142 semaines.

Prémonition?


Sauf que, quand l’occasion se présentait de vous présenter un ancêtre…

Je le faisais avec douceur…

J’ai bien cherché les auteurs à part la compagnie Labatt. Les dessins sont de E. Sénécal à qui je rends hommage en les mettant en ligne.

Je les mets ici, car il me restait encore un peu de place sur le serveur de WordPress. Certains dessins n’ont pas été édités, ce que je ferai quand l’occasion se présentera.

Pierre Blanchet: Prise 2

Un commentaire vient d’arriver concernant la famille Blanchette…

Je suis Cécile Blanchette. Mon père est Victor Blanchette, son père Thomas Blanchette. Je ne sais pas comment faire mes recherches.

À suivre.

En attendant, vous pouvez lire mon billet sur l’ancêtre.

Début

Pierre Blanchet est l’ancêtre de la conjointe de quelqu’un qui m’a téléphoné dernièrement de Rimouski.

Il avait fouiné sur Internet et avait trouvé mon nom comme par hasard.

Il a pris une chance de me donner un coup de fil. 

 

Ce serait long à raconter bien que ce serait fort intéressant. 

Suite à notre conversation téléphonique, j’ai remarqué qu’il avait été lui aussi piqué par le moustique de la généalogie.

Il avait trouvé ses ancêtres et il voulait maintenant trouver les ancêtres Blanchet de sa conjointe.

Il était comme bloqué avec un François-Xavier.

Je n’ai donc pu résister à lui apporter mon aide…

J’ai bien fait de l’aider, car nous sommes reliés d’une certaine façon.

Léo Paul Lagasse, le petit-fils de Pierre Lagacé, le frère de mon arrière-grand-père Stanislas Lagacé, a marié Rose-Bella Blanchette, une descendante de Pierre Blanchet. 

 

 J’te l’avais dit mon frère Pierre que mon arrière-petit-fils Pierre était pas mal fort en généalogie…

 Voici Léo Paul Lagasse avec sa famille… 

famille de Julian Wilfred Lagasse, conducteur de train

Le petit Léo Paul est à l’extrême-gauche.

Nous serions en 1915 environ. C’est ma petite cousine Sandy qui m’a envoyé cette photo.

Revoici son père Julian Wilfred…

Il est le dernier à l’extrême-droite.

 J’vous l’avais dit les gars qu’il était pas mal fort…

J’aide les gens, car moi aussi j’ai eu beaucoup d’aide… et je sais que ça fait toujours plaisir.

Voici d’autres informations fort intéressantes sur Pierre Blanchet que j’ai prises sur Internet…

Pierre Blanchet, l’ancêtre de tous les Blanchet et Blanchette d’Amérique, est né vers 1646, originaire de St-Omer-de-Rosières en Picardie, fils de Noël Blanchet et Madeleine Valet.

À son arrivée en Nouvelle-France, âgé de 25 ans, il est tisserand de métier et habite, comme engagé, chez Simon Lefebvre, à la côte de Notre-Dame-des-Anges, près de la rivière St-Charles, à  l’est de Québec. Nous ignorons les conditions de son engagement et les raisons qui ont motivé sa venue arrivée en Nouvelle-France, vers 1667.

Pierre Blanchet est présenté à la famille Fournier, possiblement par Simon Lefebvre, son troisième voisin. Guillaume Fournier découvre les qualités de Pierre Blanchet. Ce dernier s’éprend de l’aînée de ses filles, Marie Blanchet. Guillaume Fournier met à l’épreuve le prétendant en lui confiant l’exploitation d’une terre de son domaine, non loin de Charlesbourg. L’expérience est concluante et le seigneur de St-Joseph donne sa fille de 14 ans en mariage. Marie Fournier est par sa mère, Françoise Hébert, l’arrière-petite-fille de Louis Hébert, le premier colon canadien. Le contrat de mariage est signé le 3 octobre 1669. Le père donne à sa fille une vache à lait et à son futur gendre  » l’habitation qui tient lieu de St-Joseph « . Pierre, de son côté, avantage sa future de 400 livres en cas de décès et de 200 livres à prélever avant tout autre partage.

Le futur mari travaille à l’embellissement de la cabane qui lui sert de demeure près de la St-Charles. Et c’est là que, le 17 février 1670, Marie et Pierre, après la bénédiction nuptiale reçu à Québec de l’abbé Henri de Bernières, allument leur feu joyeux.

Marie Fournier et Pierre Blanchet fondent une belle famille de 16 enfants, mais, décimée par la mortalité infantile, car seulement sept enfants atteignent l’âge adulte : deux filles, Marie-Madeleine et Françoise, et cinq garçons, Pierre, Guillaume, Jean et Louis qui laissent des descendants et, finalement Simon, qu’on dit déficient. Durant une même année, soit en 1681, 3 enfants sont conduits au cimetière du Cap-St-Ignace.

La terre donnée par le beau-père Fournier est trop petite, Pierre Blanchet reçoit, le 13 octobre 1671, de Louis Couillard de Lespinay  » six vingt arpents de terre en haut bois, de trois arpents de front sur le fleuve St-Laurent sur quarante de profondeur  » dans la seigneurie de la Rivière-du-Sud, à la Pointe-à-la-Caille, aujourd’hui St-Thomas de Montmagny. Pierre trime dur sur sa ferme de Pointe-à-la-Caille. Il élargit même ce domaine de 4 autres arpents de front. À la fin de l’été 1681, Pierre, sa femme et 5 enfants sont recensés. Le chef de famille Blanchet déclare posséder un fusil, 7 bêtes à cornes et 8 arpents de terre en culture. Il vit dans une maison de colombages. Plus tard, il obtient un lot de 5 arpents de largeur par 40 de profondeur à St-Pierre de Montmagny, près de la rivière.

À sa mort, en avril 1709, Pierre Blanchet laisse 64 arpents de  » terre faite  » dont 9 arpents à St-Thomas et 55 à St-Pierre, des biens immeubles pour 810 livres, 10 sols et 6 deniers. Il y a deux grands bsufs à l’étable, l’un noir et l’autre rouge, 7 vaches, 5 cochons, 4 oies, 7 poules et un coq. Il faut ajouter en plus de sa vieille maison de colombages de St-Thomas, une  » mayson de quarante pied de lont de piesse sur piesse  » à St-Pierre.

Quelques jours avant sa mort, il offre à la paroisse six arpents de son bien pour la construction de l’église de St-Pierre. Il donne également un arpent de front pour l’instruction de son benjamin, Louis Blanchet âgé de 8 ans à l’époque, dans l’espoir peut-être qu’il devienne homme d’église. Ses dernières volontés ne sont par réalisées selon ses prévisions. L’église de Saint-Pierre déserte en 1785 la terre des Blanchet pour passer sur l’autre rive de la Rivière-du-Sud. C’est en l’honneur de Pierre Blanchet d’ailleurs que la paroisse fut mise sous le patronage de saint Pierre le 14 janvier 1713.

À sa mort, Pierre Blanchet laisse un riche héritage à ses descendants : une terre et des biens qu’il a fait fructifier par son dur labeur et des valeurs humaines à perpétuer.

http://www.smartnet.ca/users/roberochon/blanchet.htm

J’ai envoyé tout ça à mon interlocuteur de Rimouski et encore plus, sauf des photos…

Fin

 

Toujours vivant…

Et toujours aussi passionné. 

Je ne traduis pas pour l’instant.

Cliquez ici.

Je peux par contre faire un petit résumé.

Une descendante de Bertha Lagasse Austin m’a écrit la semaine dernière. Sa grand-mère Elizabeth est décédée en décembre dernier et elle a découvert mon blogue Our Ancestors, car j’avais parlé de Bertha Lagasse dans ce billet. Ce fut le début d’une belle rencontre virtuelle avec une 2e cousine à deux générations.

Nous partageons le même ancêtre.

Dennis Lagasse II

Dennis Lagasse II

Elle est reliée à moi par le frère de mon grand-père.

Dennis Lagasse Junior

Dennis Lagasse III

Dennis Lagasse IV m’avait envoyé une centaine de photos en décembre 2011 dont celle-ci.

picture from Dennis 1

Bertha est sur cette photo de famille. Elle serait aussi sur celle-ci où on voit mon arrière-grand-père Dennis II.

Who's Who Dennis Lagasse II

On se repogne.

Les cimetières catholiques de Bristol

Comme je le disais la dernière fois…

Je ne rate jamais une occasion d’aller rendre visite à mon petit cousin Joe, de visiter un cimetière ou de répondre à un message laissé sur mon blogue Nos ancêtres ou sur sa version américaine Our Ancestors.

Judy Giguere, une petite Américaine de Bristol au Connnecticut, m’avait écrit ceci il y deux semaines.

Not sure if I can help.
Jules Moquin was my great-grandfather.
He was born in Canada, married Marie Dube.
I believe there are Lagaces somewhere in the family line, but I’m not sure where.
Can you, or anyone else offer any insights on Jules and Marie?

Judy

Je traduis…

Pas certaine de pouvoir aider.
Jules Moquin était mon arrière-grand-père.
Il est né au Canada et il était marié à Marie Dube.
Je crois qu’il y a des Lagacé quelque part dans la famille, mais je ne suis pas sûre où.
Pouvez-vous, ou quiconque m’éclairer au sujet de Jules et Marie?

Judy

Ça fait longtemps que je cherche des informations sur Lillie Lagasse, la soeur de mon grand-père Léo Senior que l’on voit ici vers 1933 avec ses deux fils Léo et le petit Marcel.

Léo Senior était le plus jeune d’une famille de 13 enfants. Sa grande soeur Lillie est née le 19 mars 1875 à Colchester au Vermont.

Son père Dennis Lagasse était scieur de bois.

Il a travaillé fort toute sa longue vie de 84 ans mon arrière-grand-père Stanislas, tout comme son père Stanislas lui aussi décédé à 84 ans.

Ils sont probablement enterrés au cimetière de St. Thomas. Je n’ai pas trouvé de monument, mais je sais que deux frères de mon grand-père Léo Senior le sont.

Stanislas Lagassey III…

Et Anthony…

Lillie Lagasse doit aussi y être, tout comme son mari Eugène Dubé.

Ça, je vais le demander à mon nouveau petit cousin Ray Dube, leur petit-fils! C’est grâce à Judy que j’ai pu le retracer.

Visite de cimetières

Je ne rate jamais une occasion d’aller rendre visite à mon petit cousin Joe, de visiter un cimetière ou de répondre à un message laissé sur mon blogue Nos ancêtres ou sur sa version américaine Our Ancestors.

C’est le cas de Judy Giguere, une petite Américaine de Bristol au Connnecticut.

Pour une fois que je n’effraie pas quelqu’un aux États avec ma douce folie de nos ancêtres.

Toute cette histoire a commencé par ce petit message laissé le mois dernier sur mon blogue Our Ancestors.

Not sure if I can help.
Jules Moquin was my great-grandfather.
He was born in Canada, married Marie Dube.
I believe there are Lagaces somewhere in the family line, but I’m not sure where.
Can you, or anyone else offer any insights on Jules and Marie?

Judy

Je vous traduis ça la prochaine fois et je vous parle de ses ancêtres.

Une petite bière avec ça… prise 2

J’ai vraiment eu de la chance quand j’ai mis la main sur ce petit livret…


 

J’avais numérisé toutes les pages.

Voici la deuxième de couverture…

 

Je voulais tous vous les présenter…, mais mon projet est tombé à l’eau.

 


 

Ça aurait pris presque trois ans.

Rien que ça… pendant 142 semaines.


Sauf que, quand l’occasion se présente de vous présenter un ancêtre…

Tadam!

Maintenant la lecture de ceci a bien meilleur goût…