Hubert Sabourin fils de…?

J’ai probablement une nouvelle lectrice depuis hier.

Elle doit se demander si je suis sain d’esprit.

Avec plus de mille articles sur la généalogie, des fois je me le demande moi-même.

Cépasgrave.

Revenons à la famille Sabourin de ma femme et, bien sûr de mon petit-fils qui est en train de faire ses dents.

Hubert Sabourin était le père de Benjamin Sabourin, celui qui  n’avait jamais existé il y a quinze jours avant que j’aille à Hull pour la fête d’une des matantes de ma femme et que le chat est sorti du sac.


Voici notre Hubert Sabourin dans le recensement de 1842.

Hubert Sabourin vivait dans la seigneurie de la Petite-Nation dans la région d’Ottawa. La seigneurie appartenait à la famille de Louis-Joseph Papineau. Hubert avait probablement vu ce dernier dans le coin en 1845 quand L. J. est revenu d’exil.

Voici maintenant la fiche généalogique d’Hubert Sabourin.

Cliquez sur l’image pour voir clair…

J’en découvre des choses sur les ancêtres de mon petit-fils qui fait ses dents en plus de mes degrés de consanguinité avec ma femme…

Félicité Sauvé n’est nulle autre que la soeur de Joseph Sauvé qui est le père de Hyacinthe Sauvé. On voit Hyacinthe également dans le recensement de 1842.

Rien d’excitant vous me direz…

Détrompez-vous!

Hyacinthe Sauvé est l’ancêtre de cet homme.

Paul Sauvé

Hubert Sabourin fils de…?

On termine ça demain matin avec des preuves irréfutables.

Du moins je pense.

Antoine Sabourin, fils de Benjamin Sabourin et d’Angélique Mallette

Des registres paroissiaux, on ne peut vraiment s’en passer…

Antoine Sabourin est donc le fils de Benjamin Sabourin et d’Angélique Mallette.

J’avais donc trouvé les mauvais parents d’Antoine Sabourin en 2008. Je m’étais comme genre égaré.

Ça arrive à tout le monde.

Ai-je donc écrit deux articles sur de faux ancêtres et fait un fou de moi?

Meuh non!

Catherine Hanson, celle qui faisait brûler la nourriture, était la belle-soeur de Pierre Sabourin, le frère de Jean-Baptiste Sabourin. Pierre Sabourin et Barbe-Charlotte Séguin sont maintenant de nouveaux ancêtres de ma femme.

Ouf… J’ai eu chaud!

Catherine Hanson aurait tout simplement montré à sa belle soeur Barbe-Charlotte à faire à manger.

Voilà!

Je ne vois pas d’autre explication plausible pour la propension de mon épouse de bien faire cuire les aliments.

J’ai eu un fun noir à tout corriger.

Mais le plus drôle, c’est que Félicité Sauvé devient la grand-mère d’Antoine Sabourin et de facto une des ancêtres directes de ma femme…!

Et puis, Sauvé, ça c’est dans ma famille!

- Honoré… Ton arrière-arrière-petit-fils vient de nous déshonorer!

- Du calme ma belle Julie… Lis jusqu’à la fin.

Ma femme et moi sommes des petits-petits… petits-petits… petits-cousins!

- Mon Père, j’ai un ti problème…

 

-  Meuh non mon fils.
Vous avez 14 degrés de consanguinité.

 

- Mon Père, en êtes-vous bien certain?

- Je vais lire le blogue demain pour m’en assurer,
et je vous reviens là-dessus…

Benjamin Sabourin fils d’Hubert Sabourin

Bon revenons aux choses sérieuses sur mon blogue de généalogie.

Benjamin Sabourin  n’avait jamais existé il y a quinze jours avant que j’aille à Hull pour la fête d’une des matantes de ma femme.

Pourtant, Benjamin a bel et bien existé. Il est en plus l’ancêtre direct de mon petit-fils (et de facto de mon épouse).

Benjamin Sabourin fils de?

On le recherche en titi sur Internet.

Pas grand monde a trouvé le fils de Benjamin Sabourin qui a marié Angélique Mallette.

C’est pas mal drôle de lire toute la conversation entre les différents membres sur ce site de généalogie.

Cliquez ici… 

Tout le monde essaie d’aider monsieur Sabourin qui essaie de trouver le père de Benjamin. On y va de présomption en présomption.

Loin de moi de rire d’eux, car je faisais la même chose en 2008 avant de faire rire de moi quand je cherchais mes origines sur un autre site de généalogie.

Il est sûr et certain que Benjamin Sabourin est le père d’Antoine Sabourin qui est le père d’Émile Sabourin, le grand-père maternel de ma femme. Émile était draveur dans la région de la rivière des Outaouais. 

En 2008, je pensais avoir trouvé le bon Antoine Sabourin…

Mais non.

Ce n’était pas le bon.

Il y avait au moins deux Antoines nés vers 1845 dans les recensements, et je ne connaissais pas encore le site Family Search avec les images des registres paroissiaux.

Je suis tombé dans le panneau. 

J’ai fait preuve de trop de présomption.

Faut dire que je ne fouillais pas beaucoup trop trop les ancêtres de ma femme à l’époque. Elle ne voulait pas que j’en parle sur mon blogue.

- Mon Père, je m’accuse…

- Votre femme le sait-elle?

- Oui mon père et mes enfants itou…

- Ah Tudieu de Ventre-Saint-Gris…!

Comme pénitence, vous lirez tous les registres paroissiaux du site Family Search!

Et moi qui pensais que la femme de Jean-Baptiste Sabourin, Catherine Hanson, était l’ancêtre de ma femme… celle qui faisait brûler la nourriture.

Catherine, pas ma femme…!

Ouin, ma femme itou.

Mais pas tout le temps…

J’ai donc fait preuve de trop de présomption en 2008.

- Mon Père, je m’accuse…

- Combien de fois mon fils?

- Pas mal de fois mon Père

- Ah Ventre-de-Saint-Gris…! Vous savez que ça rend fou?

En tout cas, la famille Sabourin, ça intéresse plein de monde.

J’espère juste qu’on n’a pas copié mes informations erronées de 2008.

J’avais pourtant mis ceci…

Parents d’Antoine Sabourin à valider.

Méchante surprise donc dimanche il y a deux semaines à mon retour de la fête de la matante de ma femme…

J’ai jeté un regard rapide sur son arbre et…

© Pierre Lagacé tous droit réservés!

 

Les parents d’Antoine, le père d’Émile n’étaient pas les bons.

J’ai tout validé et tout corrigé.


Je vais zoomer pour vous…

Me semble que c’est clair…

Antoine Sabourin est le fils de Benjamin Sabourin et d’Angélique Mallette.

Avais-je écrit deux articles sur de faux ancêtres de ma femme et ipso facto de mon petit-fils?

La suite demain.

Un autre petit cousin politicien

Paul Sauvé est un autre petit cousin.

Il est aussi un autre politicien.

Il a laissé sa marque même si son règne politique n’a duré que 100 jours.

Dommage, le Québec a perdu son plus grand homme.

Il est celui qui est à l’origine de la Révolution tranquille.

Cliquez ici pour mon article qui lui rendait hommage.

J’avais également écrit celui-ci sur mon blogue Souvenirs de guerre.

Je vous ai trouvé aussi un très beau texte de Robert Prévost.

À lire absolument.

Toute belle histoire a une fin…

Vous vous rappelez la fin de cet article…

Il resterait encore bien des gens à identifier, mais je me dis que la quête a assez duré.
Toute belle histoire a une fin…
À moins bien sûr qu’on écrive encore sur mon Facebook.

On ne m’a pas écrit sur mon Facebook, mais j’ai eu le commentaire dont je vous parlais samedi… sur mon ancien blogue.

Je suis le fils d’Eugène Bélisle et Gabrielle Desjardins.
Mon grand-père Joseph Bélisle époux de Blanche Arbic.
Mon grand-oncle Conrad Bélisle, forgeron, maréchal-ferrant, rue des Carrières à Montréal.

Eh bien… Tenez-vous bien.

Joseph serait celui qui a sa main sur l’épaule de son père Wilfrid dans la photo du mariage à Marlborough, Massachusetts.

Mon lecteur m’a dit que son grand-père Joseph Bélisle avait travaillé pour la Montreal Tramway…

Je lui ai envoyé cette photo que ma tante Evelyne avait dans son sac d’épicerie en plastique.

Cliquez…

Mon grand-oncle Aldama Sauvé est sur cette photo.


Je me suis dit que si Joseph Bélisle travaillait pour la Montreal Tramway, il serait sûrement allé au pique-nique de la compagnie.

Je pense l’avoir  reconnu sur la photo.

En tout cas, la ressemblance est frappante…

J’ai écrit à mon lecteur pour avoir son avis.

Ce serait quand même assez fort.

 

Mon lecteur m’a aussi raconté une anecdote sur son père Eugène, son grand-père Joseph et son arrière-grand-père Wilfrid.

Attendez que je vous la raconte…

Soyez à l’heure.

En caravane, allons à la cabane

Petite pause aujourd’hui, car hier je suis allé à la cabane d’Alain mon cousin.

Si certains vont en pèlerinage à La Mecque, moi c’est à la cabane à sucre de mon cousin que je vais.


Alain est le fils de Florent Sauvé, le frère de ma mère.

Entre 1960 et 2007, j’ai peut-être vu mon oncle cinq fois.

Depuis 2007, je ne manque aucune occasion d’aller le visiter.

La cabane n’est qu’un prétexte…


C’est sa femme Evelyne qui avait toutes les photos de mes ancêtres maternelles.

C’est donc elle qui est la grande responsable de ma passion pour la généalogie…

Voici Euclide Sauvé, le père de Florent.

J’avais déjà parlé de mon grand-père si j’ai bonne souvenance.



Euclide Sauvé


Léon Sauvé


Honoré Sauvé

Ma tante Evelyne n’avait aucune photo de Joseph Sauvé dit Laplante mon arrière-arrière-arrière-grand-père ni de mon arrière-arrière-arrière-grand-mère Catherine Martin dit St-Jean.

Joseph Sauvé dit Laplante est décédé en 1856, et je ne pense pas qu’il existe de photos.

Je peux quand même me l’imaginer en regardant les photos de mes autres ancêtres Sauvé…

Je vais quand même vous parler de lui.

Joseph Sauvé était l’arrière-petit-fils de Pierre Sauvé, l’ancêtre de tous les Sauvé d’Amérique.

De quoi se péter les bretelles ce matin.

En 2007, je savais peu de choses sur ma lignée maternelle.

Maintenant, je peux accoter n’importe qui.

Ma « très grande » connaissance m’a permis de faire des liens inattendus avec d’autres personnes.

Notamment Angélique Martin dit Saint-Jean, la belle-soeur de Joseph Sauvé dit Laplante.

Elle s’était mariée avec Joachim Sauvé.

C’est en faisant des recherches sur les Sauvé que Ron Depatie connaissait que j’ai trouvé d’autres liens.

Cette recherche m’a amené à trouver une soeur d’Honoré Sauvé : Catherine Sauvé.


J’ai retrouvé Catherine en faisant d’autres recherches sur les Sauvé pour un autre de mes lecteurs. J’ai pu aussi trouver d’autres liens : un frère d’Honoré, Joseph fils marié à Mathilde Leduc.

Je n’ai pas de photo de Joseph fils.

Il était l’ancêtre d’Odette, une petite Américaine qui cherchait ses racines.

Voici sa grand-mère.

Eileen Katrine Sovie

Pour terminer… cliquez ici pour vous sucrer le bec…

Si vous avez aimé, cliquez ici.

Nola ou Nora…

Mon magasinage des Fêtes n’est pas encore amorcé…

Par contre, je fais tellement de belles rencontres grâce à la généalogie… qui a vraiment besoin de courir partout pour acheter des cadeaux pour célébrer ce qui était autrefois une fête païenne…

Toute cette petite introduction pour vous dire qu’une autre personne a trouvé ses racines sur mon blogue, et pas n’importe qui, une 4e cousine à deux générations des États.

Je lui ai fait tout un cadeau de Noël…


C’est grâce à Denis, le descendant direct de Zacharie Cloutier, l’ancêtre Labatt de la semaine, qu’Odette Clouthier a retrouvé ses ancêtres Sauvé.

La grand-mère d’Odette est Eileen Katherine Sovie dont l’arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père est le frère de mon arrière-arrière-grand-père Honoré Sauvé.

Eileen Catherine Sovie

Je savais tout sur ma lignée maternelle des Sauvé.

Honoré Sauvé et Julie Leroux, qui on le sait a des ancêtres allemands, ont eu 11 enfants.

Honoré est le fils de Joseph Sauvé dit Laplante et de Catherine Martin dit St-Jean. Ce couple a eu 22 enfants.

On peut dire que les Sauvé ont dû être cités en exemple lors des sermons du curé sur l’importance d’avoir des tonnes et des tonnes d’enfants…

Tout ce préambule pour parler de Nola ou de Nora Cloutier

Voici la belle petite No*a.

circa 1897

Nora ou Nola est la fille de Napoléon Cloutier et d’Anna Robidoux. Elle est à gauche. On serait en 1897 dans l’état de New-York. Napoléon Cloutier est l’arrière-grand-père paternel d’Odette Clouthier.

Cette photo fait partie de l’impressionnante collection de photos d’ancêtres de Denis Cloutier. Elles sont toutes sur son site Facebook, mais il faut être membre pour les regarder.

Denis me permet d’en partager certaines avec vous…

Denis partage sa passion de la généalogie avec sa famille, et je peux vous dire qu’il est pas mal passionné.

Odette, par contre, ne peut partager sa passion de la généalogie avec personne de son entourage.

Elle était donc toute folle de joie de pouvoir la partager avec son 4e cousin à deux générations et avec Denis, son 2e cousin à une génération.

Odette me confiait qu’un de ses oncles avait plein de photos d’ancêtres Sauvé.

Il ne veut rien partager…

Ce n’est pas le cas de Denis ni le mien.

La prochaine fois, je vous montrerai des photos des enfants d’Honoré Sauvé et de Julie Leroux.

Quant à la petite Nora ou Nola, Denis et moi mettrions un petit 2 $ sur le prénom Nola. Qui sait un jour, une de ses descendantes pourrait m’écrire un petit mot.

En attendant, voici une belle photo de la grand-mère d’Odette…

Eileen Katherine Sauvie

1914-1985

Excusez le retard…

Il fallait que je déblaie ma galerie avant que la neige se transforme en glace…

Nous au paradis, on a tout notre temps… et il neige jamais…

Honoré a quitté notre monde le 11 décembre 1899.

J’avais besoin de le savoir. C’est pourquoi j’ai épluché les registres de la paroisse de Sainte-Justine-de-Newton sur le site des mormons.

Je l’ai trouvé à la toute fin.

C’est drôle comment on a ce besoin de chercher et de trouver.

C’est comme Denis et moi.

On cherche désespérément, dans un sens, si une des descendantes de Zacharie Cloutier s’appelle Nola ou Nora.

Comme je le disais à Denis, en faisant un petit jeu de mots facile, il n’y en Nora pas de facile…

Je ne la comprends pas Honoré…

Attendons à demain ma belle Julie d’amour, on a tout notre temps…

L’ancêtre Bud Light de la semaine: Hubert Leroux

Un autre ancêtre oublié par la brasserie Labatt…

Cé pas grave…

Honoré… J’pense que mon arrière-arrière-petit-fils Pierre va parler de moi…

Honoré Sauvé et Julie Leroux étaient tous deux nés sous le signe du Cancer. Honoré était né en juillet 1822 et Julie en juillet 1823.

Ma mère était aussi née sous le signe du Cancer, mais elle était née en juin 1921. On sait tous que les gens nés sous le signe du Cancer sont très attachés à leur famille.

Je vous ai déjà montré une photo de ma mère avec sa mère…

septembre 1921 dans le rang de Sainte-Julie,
à Sainte-Marthe dans le comté de Vaudreuil

Aline n’avait que trois mois et on la voit dans les bras de sa maman Rosina Quesnel.

Ceux qui ont déjà lu mes articles sur ma mère savent qu’elle n’a pas eu une vie facile.

Elle avait un très grand esprit de famille, tout le contraire de mon père, qui n’était pas né malheureusement sous le signe du Cancer. Ma mère partait donc avec les trois enfants par le train du C.P.R. pour aller voir sa famille. On descendait à St-Clet, puis monsieur St-Amand, le chauffeur de taxi à la nuque crevassée, nous amenait à Ste-Marthe dans le rang de Sainte-Julie.

Aline est une descendante directe d’Hubert Leroux de par son arrière-grand-mère Julie Leroux.

Cliquez ici pour tout savoir sur cet ancêtre…

Moi je n’invente la roue pour la généalogie de la famille Leroux. D’autres l’ont inventé avant moi.

C’est en fouillant ce site que j’ai trouvé ceci…

On parle de l’épouse d’un des fils d’Hubert… Hubert Leroux dit Rousson

L’ÉPOUSE DE HUBERT LEROUX

Selon Mr Drouin les recherches de l’épouse d’Hubert Leroux, Marie-Anne Phansèque, était la protégée de la Bienheureuse Marguerite Bourgeois.

FILLES DU ROI

Marie-Anne Phansèque était pressentie pour devenir religieuse, mais la Providence la destinait plutôt au mariage. C’est pourquoi elle demeure sous la protection de Marguerite Bourgeois jusqu’à son mariage avec notre ancêtre. Fait à noter: dans le contrat de mariage on peut lire "fille du défunt et noble Christian Phanséque Capitaine dans les troupes impériales.

Aussi dans le contrat de mariage, Marie-Anne Fannenche (Phansèque) était inscrite: originaire de Hambourg, ville d’Allemagne. Nous vous donnons un extrait des minutes du contrat notarié, daté du 7 novembre 1663 soit treize jours avant la date de son mariage. Les témoins qui assistaient au mariage indiquent qu’ils étaient en relation avec la meilleure société. Nous remarquons les noms de l’abbé Gabriel Souart curé de Ville Marie, Philippe de Hautnesnil, écuyer, Zacharie Dupuy écuyer, major de l’île et beaucoup d’autres…

On peut se demander enfin comment il se fait qu’une jeune fille soit venue d’une partie de l’Allemangne assez éloignée des frontières françaises. Notons que Hambourg fût toujours la capitale d’un état libre et indépendant, et que, par intervalle, elle a eu des sympathies pour la France autant que pour l’Allemagne. Aussi Hambourg a toujours été une grande métropole commerciale et les familles de cette ville , surtout les familles de qualité pouvaient avoir des relations assez intimes avec des familles de la même classe en France.

Notre ancêtre Anne Marie Vanzeque fut probablement la première allemande en terre canadienne.

Son nom à consonance allemande causa bien des problèmes aux hommes de loi. Il devrait être Van Zeig, fut écrit Phansèque, Vanzeque, Fannexexe, Vandezzeque. Lorsque Hubert, meurt prématurément à 42 ans, Anne Marie se remarie l’année suivante avec Gabriel Cardinal, mais la vie en Nouvelle-France ne semble pas lui plaire. Le 11 mars 1692, elle quitte son mari et ses enfants sont mis en tutelle. Un dénommé Lory prendra alors soin d’eux. Elle meurt seule et fut enterrée en 1722 à l’âge de 66 ans.

Anne Marie Vanzeque est donc une de mes ancêtres directes. Si elle était devenue religieuse, je ne serais pas là en train d’écrire ce blogue…

Je vais aller dire ça à ma femme, dont un des ancêtres directs est Tec Cornelius Aubrenan, le premier Irlandais à mettre les pieds en Amérique…

Chérie, j’ai des racines allemandes!