Honoré Sauvé 1822-1899

On termine le mois d’avril 2012 en beauté et on continue d’espérer que le printemps saura se montrer le bout du nez.

Une fière descendante d’Honoré Sauvé et de Julie Leroux m’a écrit la semaine dernière. Elle est anglophone et demeure en Ontario.

C’est la première fois qu’une personne m’écrit au sujet de mes arrière-arrière-grands-parents maternels.

Elle s’est trouvée un nouveau 3e cousin…

Pierre à six mois

Bibi!

Honoré Sauvé est un des fiers descendants de Pierre Sauvé et Marie-Renée Michel Michaud qui sont les ancêtres de tous les Sauvé d’Amérique.

Cliquez ici pour en savoir plus sur mon ancêtre…

Étrangement, on ne parle pas beaucoup d’Honoré Sauvé dans nos livres d’histoire. C’est pour cette raison que j’en parle beaucoup.

Honoré Sauvé a honoré mes tout premiers articles sur mon ancien blogue Branchez-vous. com alors que sa femme Julie Leroux a fait les frais de mes tout derniers sur WordPress avec la bonne femme Cardinal alias Anne-Marie Von Seck.



En janvier 2008 j’en étais à mes premiers balbutiements côté blogues alors que je m’étais branché sur la plate-forme Branchez-vous maintenant disparue.

Je vous ai repris mon article sur WordPress.

Je vous avais parlé de la collection de ma tante Evelyne soigneusement entassée dans des sacs d’épicerie en plastique…

La collection de photos…

Pas ma tante…! 

J’avais continué sur cette lancée d’articles et j’avais parlé de cette famille dont j’avais aussi la photo.

La célèbre famille Binette de Sainte-Justine-de-Newton.


 C’était une des rares photos de famille dans la collection de ma tante.

En fait, c’était la seule… avec celle-ci de la famille Vézina aux États en 1927.

La photo des Binette est intéressante, car c’était ma première tentative pour identifier des gens inconnus.

Je m’étais dit en 2008 que ça pourrait servir un de ses quatre.

Mélina Sauvé était la plus facile à identifier…

Hilaire, même avec sa barbe, a été un jeu d’enfant… Les enfants par contre furent un peu plus difficile.

J’ai dû me rabattre sur les fameux recensements. Les recensements, ça c’est un peu mon petit péché véniel vous savez.

Quatre ans plus tard, toutes ces recherches ont porté fruit.

On se repogne.

En caravane, allons à la cabane… 2012

Je ne savais pas si j’irais en pèlerinage à la cabane d’Alain mon cousin cette année.

Le temps fait ses ravages dans la mémoire de mon oncle depuis deux ans.


Entre 1960 et 2007, je l’avais vu cinq fois. Depuis 2007, je ne manque aucune occasion d’aller le visiter.

La cabane, sise au pied du mont Rigaud, n’est qu’un prétexte…

C’est sa femme qui avait toutes les photos de mes ancêtres maternels. Sa santé aussi est fragile avec le temps.

J’y suis finalement allé et je leur ai montré mon petit-fils.

Ils se sont régalés en le voyant.

Pour terminer… cliquez ici pour vous sucrer le bec…

Si vous avez aimé cette chanson, cliquez ici.

Parlant de cabane à sucre, en voici une qui me vient de St-Barthélémy…

Aussi, lisez le commentaire de la fille d’Albert Viau laissé sur mon blogue. 

Comme presque tous les jours, je pense ce matin à mon père Albert Viau et j’avais envie de l’entendre. Avec nostalgie car il n’est plus là. Avec fierté à cause de son grand talent et sa si belle voix. C’était un père fantastique et un professeur sans pareil pour moi. Je chante tous les jours grâce à lui. Où que tu sois, je t’aime papa.

Quant à moi, cette chanson  je la chante à mon petit-fils quand il me rend visite.

Un jour, quand il sera plus grand, je lui parlerai d’Albert Viau et de son père Rosario.

L’grand-père assis dans chaise berçante
Berce tendrement son petit Théo.
Par lui les voix des ancêtres chantent
Et s’font entendre de nouveau.

Trop petit pour tout comprendre
Il s’rappellera des mots
Puis à son tour fera connaître
Tous les vaillants ancêtres
Du petit Théo…
Les ancêtres du petit Théo…

Refrain

Dans chaise berçante avec le petit Théo
Oh! eh oh!
Il est vraiment trop beau
Le beau petit Théo
Il est si adora… a… a… ble

Excusez-la

Hubert Sabourin, fils de Joseph Sabourin et Marie-Josephte Toussaint dit Turgeon

Ça fait long comme titre et comme série d’articles.

Je sais que je ne suis pas facile à suivre en plus.

Et dire que tout ça a commencé par une petite anecdote généalogique savoureuse lors de la fête d’Hélène.

Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, et vous aussi d’ailleurs si vous avez suivi mes articles depuis lundi dernier. Encore plus si vous me suivez depuis janvier 2008 comme Cécile du Bas du Trait-Carré.

Je vais vous faire un ti résumé pour aider à mettre votre pendule à l’heure.

Mon petit-fils… qui fait ses dents.

Sa grand-mère (en même temps ma femme).

Émile Sabourin, draveur, le grand-père maternel de ma femme.

Antoine Sabourin et Mathilde Séguin les parents d’Émile.

Benjamin Sabourin et Angélique Mallette les parents d’Antoine.

Hubert Sabourin et Félicité Sauvé, peut-être les parents de Benjamin.

Hubert Sabourin, le fils de Joseph Sabourin et Marie-Josephte Toussaint dit Turgeon?

Plus sûr du tout maintenant…

Bon, j’espère que vous me suivez et ne ferez pas le 911.

Un petit beurre des touyous…


Tout ça a donc commencé par une anecdote racontée lors de la fête, en fait il y en avait plus d’une.

Je m’affairais à prendre des photos de la fête…

Quand je vis ma femme en train de questionner une autre de ses matantes sur ses ancêtres Sabourin.

Elle avait même son petit calepin brun sous la main dans son sac à main pour prendre des notes.

Ma parole!

J’en croyais à peine mes yeux! Elle parlait généalogie!

J’ai pris une photo pour éventuellement la montrer à mon petit-fils qui fait ses dents maintenant…
 
La matante en question avait perdu son mari l’année précédente. Elle racontait qu’elle avait reçu un coup de téléphone d’un généalogiste amateur, un monsieur Aubry pour ne pas le nommer, un petit… petit… cousin, un fier descendant de Tec Cornelius Aubrenan, un petit peu gros crinqué.
Pas Tec, le descendant.
Cinq mois après le décès du mari. Il faut le faire quand même!
Le monsieur Aubry en question, pour ne pas le nommer, l’obstinait dur comme fer qu’Émile Sabourin, décédé en 1965, était son grand-père, alors qu’il était en fait son père.
 
Il ne voulait pas en démordre…
Grrrrr… Grand-père…
Il faut le faire!
 
La matante lui a remis ses pendules à l’heure.
Elle a aussi raconté, à ma femme qui prenait toujours des notes, que son père Émile, né en 1892,  lui avait dit qu’il avait perdu sa mère Mathilde Séguin à l’âge de 5 ans et son père Antoine Sabourin vers l’âge de 7 ans.
Triste histoire triste d’orphelin s’il en est une…
Curieux de nature comme une marmotte, je suis allé donc valider tout ça dans les recensements canadiens de 1901 et 1911.
 
Oh surprise!
 
 
 

 
Émile a 8 ans en 1901, et ses parents Antoine Sabourin et Mathilde Séguin sont toujours vivants!
1911?
 
Émile a 18 ans en 1911, et ses parents sont toujours vivants!
Je vous ferai grâce du reste de l’histoire de l’orphelin Émile.
Émile aurait été placé par le gouvernement pour aller travailler dans les camps de bûcherons dans Gatineau, et le fait d’être orphelin expliquerait aussi pourquoi Émile aimait tant s’entourer de sa marmaille (il en avait fait 21).
Tout ça pour dire qu’on en apprend tout le temps, même moi avec mes recherches sur Hubert Sabourin, le mari de Félicité Sauvé… les parents de Benjamin?
Pu trop sûr sûr maintenant que j’ai trouvé cet acte de mariage que je pensais être celui du couple…
mariage d’Hubert Sabourin et Marie-Anne Sauvé dit Laplante
Demain la fin.
Du moins je pense…
Je pense avoir résolu un autre mystère. 

Hubert Sabourin fils de…?

J’ai probablement une nouvelle lectrice depuis hier.

Elle doit se demander si je suis sain d’esprit.

Avec plus de mille articles sur la généalogie, des fois je me le demande moi-même.

Cépasgrave.

Revenons à la famille Sabourin de ma femme et, bien sûr de mon petit-fils qui est en train de faire ses dents.

Hubert Sabourin était le père de Benjamin Sabourin, celui qui  n’avait jamais existé il y a quinze jours avant que j’aille à Hull pour la fête d’une des matantes de ma femme et que le chat est sorti du sac.


Voici notre Hubert Sabourin dans le recensement de 1842.

Hubert Sabourin vivait dans la seigneurie de la Petite-Nation dans la région d’Ottawa. La seigneurie appartenait à la famille de Louis-Joseph Papineau. Hubert avait probablement vu ce dernier dans le coin en 1845 quand L. J. est revenu d’exil.

Voici maintenant la fiche généalogique d’Hubert Sabourin.

Cliquez sur l’image pour voir clair…

J’en découvre des choses sur les ancêtres de mon petit-fils qui fait ses dents en plus de mes degrés de consanguinité avec ma femme…

Félicité Sauvé n’est nulle autre que la soeur de Joseph Sauvé qui est le père de Hyacinthe Sauvé. On voit Hyacinthe également dans le recensement de 1842.

Rien d’excitant vous me direz…

Détrompez-vous!

Hyacinthe Sauvé est l’ancêtre de cet homme.

Paul Sauvé

Hubert Sabourin fils de…?

On termine ça demain matin avec des preuves irréfutables.

Du moins je pense.

Antoine Sabourin, fils de Benjamin Sabourin et d’Angélique Mallette

Des registres paroissiaux, on ne peut vraiment s’en passer…

Antoine Sabourin est donc le fils de Benjamin Sabourin et d’Angélique Mallette.

J’avais donc trouvé les mauvais parents d’Antoine Sabourin en 2008. Je m’étais comme genre égaré.

Ça arrive à tout le monde.

Ai-je donc écrit deux articles sur de faux ancêtres et fait un fou de moi?

Meuh non!

Catherine Hanson, celle qui faisait brûler la nourriture, était la belle-soeur de Pierre Sabourin, le frère de Jean-Baptiste Sabourin. Pierre Sabourin et Barbe-Charlotte Séguin sont maintenant de nouveaux ancêtres de ma femme.

Ouf… J’ai eu chaud!

Catherine Hanson aurait tout simplement montré à sa belle soeur Barbe-Charlotte à faire à manger.

Voilà!

Je ne vois pas d’autre explication plausible pour la propension de mon épouse de bien faire cuire les aliments.

J’ai eu un fun noir à tout corriger.

Mais le plus drôle, c’est que Félicité Sauvé devient la grand-mère d’Antoine Sabourin et de facto une des ancêtres directes de ma femme…!

Et puis, Sauvé, ça c’est dans ma famille!

- Honoré… Ton arrière-arrière-petit-fils vient de nous déshonorer!

- Du calme ma belle Julie… Lis jusqu’à la fin.

Ma femme et moi sommes des petits-petits… petits-petits… petits-cousins!

- Mon Père, j’ai un ti problème…

 

-  Meuh non mon fils.
Vous avez 14 degrés de consanguinité.

 

- Mon Père, en êtes-vous bien certain?

- Je vais lire le blogue demain pour m’en assurer,
et je vous reviens là-dessus…

Benjamin Sabourin fils d’Hubert Sabourin

Bon revenons aux choses sérieuses sur mon blogue de généalogie.

Benjamin Sabourin  n’avait jamais existé il y a quinze jours avant que j’aille à Hull pour la fête d’une des matantes de ma femme.

Pourtant, Benjamin a bel et bien existé. Il est en plus l’ancêtre direct de mon petit-fils (et de facto de mon épouse).

Benjamin Sabourin fils de?

On le recherche en titi sur Internet.

Pas grand monde a trouvé le fils de Benjamin Sabourin qui a marié Angélique Mallette.

C’est pas mal drôle de lire toute la conversation entre les différents membres sur ce site de généalogie.

Cliquez ici… 

Tout le monde essaie d’aider monsieur Sabourin qui essaie de trouver le père de Benjamin. On y va de présomption en présomption.

Loin de moi de rire d’eux, car je faisais la même chose en 2008 avant de faire rire de moi quand je cherchais mes origines sur un autre site de généalogie.

Il est sûr et certain que Benjamin Sabourin est le père d’Antoine Sabourin qui est le père d’Émile Sabourin, le grand-père maternel de ma femme. Émile était draveur dans la région de la rivière des Outaouais. 

En 2008, je pensais avoir trouvé le bon Antoine Sabourin…

Mais non.

Ce n’était pas le bon.

Il y avait au moins deux Antoines nés vers 1845 dans les recensements, et je ne connaissais pas encore le site Family Search avec les images des registres paroissiaux.

Je suis tombé dans le panneau. 

J’ai fait preuve de trop de présomption.

Faut dire que je ne fouillais pas beaucoup trop trop les ancêtres de ma femme à l’époque. Elle ne voulait pas que j’en parle sur mon blogue.

- Mon Père, je m’accuse…

- Votre femme le sait-elle?

- Oui mon père et mes enfants itou…

- Ah Tudieu de Ventre-Saint-Gris…!

Comme pénitence, vous lirez tous les registres paroissiaux du site Family Search!

Et moi qui pensais que la femme de Jean-Baptiste Sabourin, Catherine Hanson, était l’ancêtre de ma femme… celle qui faisait brûler la nourriture.

Catherine, pas ma femme…!

Ouin, ma femme itou.

Mais pas tout le temps…

J’ai donc fait preuve de trop de présomption en 2008.

- Mon Père, je m’accuse…

- Combien de fois mon fils?

- Pas mal de fois mon Père

- Ah Ventre-de-Saint-Gris…! Vous savez que ça rend fou?

En tout cas, la famille Sabourin, ça intéresse plein de monde.

J’espère juste qu’on n’a pas copié mes informations erronées de 2008.

J’avais pourtant mis ceci…

Parents d’Antoine Sabourin à valider.

Méchante surprise donc dimanche il y a deux semaines à mon retour de la fête de la matante de ma femme…

J’ai jeté un regard rapide sur son arbre et…

© Pierre Lagacé tous droit réservés!

 

Les parents d’Antoine, le père d’Émile n’étaient pas les bons.

J’ai tout validé et tout corrigé.


Je vais zoomer pour vous…

Me semble que c’est clair…

Antoine Sabourin est le fils de Benjamin Sabourin et d’Angélique Mallette.

Avais-je écrit deux articles sur de faux ancêtres de ma femme et ipso facto de mon petit-fils?

La suite demain.

Un autre petit cousin politicien

Paul Sauvé est un autre petit cousin.

Il est aussi un autre politicien.

Il a laissé sa marque même si son règne politique n’a duré que 100 jours.

Dommage, le Québec a perdu son plus grand homme.

Il est celui qui est à l’origine de la Révolution tranquille.

Cliquez ici pour mon article qui lui rendait hommage.

J’avais également écrit celui-ci sur mon blogue Souvenirs de guerre.

Je vous ai trouvé aussi un très beau texte de Robert Prévost.

À lire absolument.