John Ritchie fils de…?

John Ritchie fils de…?

Êtes-vous vraiment certain d’avoir retrouvé les bons ancêtres?

Pas sûr à 100 %?

Cépasgrave, le plaisir est de découvrir toujours de nouvelles choses même si on s’est trompé en chemin.

Quand j’ai commencé à me piquer à la généalogie en 2007 avec les photos que mon frère m’avait apportées, j’avais erré assez longtemps avec ma lignée paternelle.

Pierre lagacé. fils de Léo Lagacé Junior, petit-fils de Léo Lagacé Senior…

C’était tout.

C’était tout ce que je savais en juillet 2007.

J’ai vainement essayé de trouver l’acte de mariage de Léo et Juliette.

Rien du tout.

Ni sur BMS ni sur Mes Aieux, ni sur le site des mormons, ni sur Ancestry,…, ni sur Nos Origines, ni sur CGFA, ni sur Planète Généalogie..

Rien du tout.

Puis, j’ai tout compris dans mon voyage astral sur planète Internet.

Léo ne s’était  jamais marié à sa belle Juliette.

Dans les années 20…

La réponse était toute simple.

Il était déjà marié depuis 1912 avec la belle Maria Landry.

Léo disparut de la circulation à St-Hyacinthe dans les années 1920 quand son beau-frère Omer en a eu assez de ses agissements.

Léo a quand même laissé de beaux souvenirs dans la région.

famille de Maria Landry avec sa deuxième mère, la soeur de sa mère…

En 2009, l’acte de décès de Léo Senior me révéla toute la vérité.

C’est Val d’Or Lagacé, le secrétaire de l’association des Lagacé qui me l’avait envoyé.

Je lui dois tout… et vous de même.

Le nom de la mère de Léo était inscrit : H. Alexandre.

On n’invente pas un acte de décès de l’État civil.

À partir de ce document, je pus remonter mon arbre, car H. Alexandre avait marié Stanislas Lagacé en 1862.

Pierre fils de Léo, fils de Léo, fils de Stanislas, fils de Stanislas, fils d’Antoine, fils…

Mais je n’en suis pas resté là…

Stanislas Lagacé, père de Léo Senior?

Pas encore certain à 100%

Qu’en est-il de John Ritchie fils de…? 

C’est comme la quête du St-Graal…

Le St-Graal, on le cherche en titi depuis des lunes.

Il faut le retrouver à tout prix.

C’est comme le fameux acte de mariage d’Edwidge Neveu que Michel Lauzon essaie toujours de retrouver.

Bon je dérape…

Qui est le père de John Ritchie?

À St-Donat?

Oui Sire… Il parait que…

Pas de nouvelles encore d’Edwidge?

Non Sire, mais on cherche en titi…

Qu’en est-il de l’ancêtre de John Ritchie né vers 1797-1798-1799 en Irlande?

On cherche encore…

On cherchera peut-être encore longtemps.

En 2009, Serge avait reçu ce message d’un descendant de John Ritchie.

Dear Cousin,

I am a direct descendant of Frank Ritchie (spouse Victoria Bergeron, brother of William Ritchie, and son of William and Dephine.
William and Dephine had 13 children. William (senior) is the son of John Ritchie as shown in your tree. But, I have his mother listed as Margaret Daily. He had a uncle William, too. John and William are the sons of Sam Ritchie, an Episcopalian clergyman from Scotland who died in Ireland when the boys were young.

Would love to swap information with you.

Joe Ritchie, Florida, USA

Moi, ça ne prend pas grand chose pour m’exciter, mais des fois je me demande si Serge et moi sommes les seuls à être excités de même pour nos ancêtres…

On se repogne…

Il faut toujours faire attention aux expressions que l’on utilise dans la vie.

On se repogne, c’est l’expression préférée de mon ami Marcel Bergeron à Bromptonville quand il m’appelle.

C’est l’ami d’Eugène Gagnon le célèbre pilote de Mosquito qui était jadis totalement méconnu avant que je commence à en parler.

Marcel était un parfait inconnu en 2010 tout comme l’était son héros de jeunesse Eugène Gagnon, pilote de Mosquito dans la RAF.

En 2010, Marcel voulait en savoir plus sur sa carrière militaire. 

Il n’en savait pas beaucoup.

Il avait juste un document.

Marcel était allé voir un vétéran aviateur de la Deuxième Guerre mondiale qui s’est tourné vers moi pour avoir mon aide. 

J’avais fait des « tites » recherches… 

J’en avais parlé sur ce blogue et aussi sur mon blogue Souvenirs de guerre.

J’en avais parlé aussi sur mon blogue No. 23 Squadron écrit justement en hommage à ce pilote de Mosquito.

J’en avais aussi glissé un mot sur la version anglaise de Souvenirs de guerre, Lest We Forget, et aussi sur mon blogue sur l’escadrille 425 Alouette.

Non pas sur ce dernier blogue…

Cépagrave…

En tout cas, on se repognera un jour avec le 425 Alouette.

Parlant du 425 Alouette, le Musée de la Défense aérienne de Bagotville présentera cet été une exposition sur le rôle joué par le 23 Squadron de la RAF durant la Deuxième Guerre mondiale.

Comme on fêtera en 2012 le 70e anniversaire de la création du 425 Alouette, on veut en même temps honorer les aviateurs canadiens du 23 Squadron dont la mission était de protéger les bombardiers de la RAF et de la RCAF.

On va honorer ainsi la mémoire d’Eugène Gagnon et de deux autres aviateurs canadiens.

Eugène Gagnon

Parlant expression préférée…

Je connais une autre… que j’aime bien.

Comme si on avait élevé des cochons ensemble.

On emploie surtout cette expression ici au Québec dans un sens péjoratif.

Pas dans ce cas-ci, je vous l’assure.

Serge Ritchie m’a finalement téléphoné de St-Donat vendredi dernier.

Il avait hâte de me parler…

Pur plaisir égoïste de ma part.

60 minutes…

3600 secondes…

En plus il a un plan Distributel.

Je ne vous raconterai pas tout.

C’est comme si on avait élevé des cochons ensemble toute notre vie à St-Donat.

Ça a cliqué tout de suite entre nous. 

Si j’avais eu des cochons dans mon salon pendant que je lui parlais, ils seraient restés bouche bée je vous l’assure.

Serge en savait pas mal sur la famille Ritchie de St-Donat.

Ça fait 15 ans qu’il a eu la piqûre pour ses ancêtres.

Je buvais ses paroles comme ma cuillère à soupe de St-Georges à la Maison Chaumont en décembre dernier.

Mais Serge n’a pas fait que parler…

Il avait un site Ancestry et des photos de la famille Ritchie.  Il est un peu collectionneur de photos anciennes comme moi.

Puis, on s’est mutuellement invité sur nos sites respectifs.

C’est comme si on avait élevé des cochons ensemble toute notre vie, lui à St-Donat et moi à Ste-Anne-des-Plaines.

Ça c’est la photo de Frank Ritchie Senior, le fils de William Ritchie…

Ça c’est la photo de William Ritchie, le fils de John Ritchie, un Irlandais né vers 1797-1798-1799…

C’est une peinture de William, but who cares…

William est né en 1830 en Irlande et est décédé le 27 janvier 1894 à Notre-Dame-de-la-Merci.

Ce qui se dégage de nos 3600 secondes d’extase généalogique, c’est la fierté derrière tout ça.

J’ai pris ce qui suit sur le site Ancestry de Serge…

William Ritchie (1830-1894) est l’un des fondateurs de Notre-Dame-de-la-Merci. Cette chapelle fut construite en 1884 et terminée en 1887, la population était environ de 61 habitants. William Ritchie  se trouve possiblement sur le balcon (photo), William Ritchie marié à Delphine Mireault (1836-1916) quatre de leurs enfants se sont mariés à cette chapelle.  Samuel Ritchie marié à Perpetue Cardinal (1892-09-26),  Louis Ritchie marié à Delia Christin dit Saint-Amour (1899-09-11),  Marguerite Ritchie mariée à Trefflé Grenier (1900-01-08),  Elizabeth Ritchie mariée à Daniel Mooney (1896-11-17).  Le corps de William repose au cimetière de Notre-Dame-de-la-Merci  selon mes informations ils auraient déplacés l’église et on  retrouverait ses ossements sous l`église.  Information: pour le mariage et décès, il y a un registre de la société de Généalogie de Lanaudière no 86

Serge aurait retrouvé ses racines jusqu’en Écosse, et, tout comme moi, il partage sa passion pour ses ancêtres.

De là à se partir un blogue, il n’y a qu’un pas…

Je blague…

On se repogne…

Robert, fils de Frank, fils de Frank, fils de William, fils de John Ritchie, fils de…?

Je vais vous parler de la famille Ritchie de St-Donat en lien avec le sous-marinier américain Robert Ritchie.

Robert Ritchie était le fils de Frank Ritchie Junior et d’Edna Lagasse.

Il est donc mon 3e cousin. 

Sa mère Edna Lagasse était la nièce de mon grand-père Léo Lagacé Senior.

Si vous ne me suivez pas, cépagrave…

Revoici la photo de Robert Ritchie mise sur un site qui rend hommage à tous les sous-mariniers américains morts durant la Deuxième Guerre mondiale.


Robert Ritchie 1921? – 1945

Cette photo a été envoyée à ce site par le neveu de Robert.

Robert Ritchie était à bord du sous-marin SS-332 Bullhead, le dernier navire perdu en mer lors de la Deuxième Guerre mondiale.

Je vous en avais parlé avant Noël.

Son père Frank Ritchie Junior était le fils de Frank Ritchie Senior qui était le fils William Ritchie et de Delphine Mireault.

Voici la photo de Frank Ritchie Senior.

Frank Ritchie Senior 1869 – ?

Son père William Ritchie était fils de John Ritchie, un Irlandais né vers 1798 et de Margaret Nulty ou McNulty née vers 1800.

Voici un portrait de William Ritchie né en 1830 en Irlande.

William Ritchie 1830-1894

Toute la famille serait arrivée ici dans les années 1840 et aurait atterri à Grosse-île.

On n’est pas encore tout à fait certain des parents de John Ritchie, mais on en sait plus sur Margaret Nulty.

Vous pouvez aller sur ce site…

En 2010, je n’avais dans mes fichiers généalogiques que le nom Ritchie comme information sur le mari d’Edna Lagasse, la fille de Stanislas Lagacé III, le frère de mon grand-père.

Souvent, en généalogie, ce n’est que bien plus tard qu’on trouve plein d’information sur des gens dont on savait peu de choses au départ.

Parlez-en à ma 3e cousine Sandy qui cherchait depuis 25 ans qui pouvait bien être ce Dennis Lagasse, le frère de son ancêtre Pierre Lagacé.

On parle encore de nous mon petit Pierre…

On s’y habitue à la fin Stanislas…

Edna Lagasse portait le prénom d’Odna dans l’avis de décès que j’ai fait paraître pendant le temps des fêtes.

Cliquez ici pour vous remettre dans l’esprit ou si vous êtes curieux.

Edna m’est apparue dans mes recherches la première fois en 2010 dans l’avis de décès de son père Stanislas III, mort électrocuté en 1922.

Photo de la tombe de Stanislas Lagacé III prise en septembre 2011 à Bristol, Connecticut 

Dans l’avis de décès, on avait le nom de Mrs. Edna Ritchie de New Britain tout comme le nom de mon grand-père Léo Senior qui se faisait aussi appeler Joseph Philippe Léo Lagacé.

C’était assez pour piquer ma curiosité à l’époque.

C’est avec les nouvelles photos numérisées récemment par Robin, la femme d’un autre petit cousin éloigné en Californie, que j’ai essayé d’en connaître plus sur le mari d’Edna.

Je sais vraiment pas quelle mouche m’a piqué pour faire ça.

J’ai bien fait…

Voici le résultat de mes recherches préliminaires en utilisant les recensements et le site Family Search des mormons.

Puis là, il est arrivé quelque chose de merveilleux, comme un cadeau de Noël descendu du ciel…

Un descendant encore bien vivant de William Ritchie qui m’a écrit quelques commentaires sur ce blogue.

En plus, il voulait absolument me téléphoner.

Serais-tu intéressé que l`on discute par téléphone suite à l`article sur la Famille Ritchie de Saint-Donat de Montcalm,Québec, Canada……

Je ne me suis pas fait tirer l’oreille…

On se repogne…

C’est l’intention qui compte

Je voulais vraiment vous donner un break durant le temps des Fêtes pour fêter les Fêtes en famille…

Je me disais…

Je leur parle un peu de la famille Ritchie de St-Donat, question de mettre la table, puis je les laisse tranquille jusqu’aux Rois.

Sauf que…,

Vous savez quoi… si vous avez lu mon article d’hier.

Je ne peux pas laisser tomber un de mes lecteurs comme ça, surtout qu’il en sait pas mal sur la famille Ritchie de Rawdon.

Sauf que…

Je pense qu’il pense qu’il a des racines écossaises.

Je ne veux pas le décevoir, mais on dit clairement dans le recensement canadien de 1852 que John Richey et Margaret Nulty sont des Irlandais…

On retrouve la même information dans le recensement de 1861 et de 1871.

Je me demande où il est allé chercher ça qu’il avait des ancêtres écossais…

Je pense que c’est sur Ancestry…

Il faut toujours se méfier des sites de généalogie.

La famille Ritchie de St-Donat

Ça pique votre curiosité n’est pas…

Pas autant que moi quand je suis parti à la recherche des ancêtres de mon 2e cousin Robert J. Ritchie mort lors du naufrage du sous-marin SS-332 Bullhead le 6 août 1945.

Je ne savais rien de mon 2e cousin avant la semaine dernière.

En fait, rien avant samedi dernier quand j’ai commencé à écrire mon article sur mon blogue en anglais. Ça prouve une fois de plus les dangers qui vous guettent quand vous commencez à vous intéresser à vos ancêtres.

Je me disais…

Après mon petit trip sur Jacques Archambault, je vais arrêter pendant la période des Fêtes, puis je prendrai de bonnes résolutions pour le Jour de l’An.

Oubliez ça.

C’est à cause de cette photo que Robin en Californie a numérisée la semaine dernière.

Je n’ai pu résister.

Je pense avoir fait le lien entre cette photo et ceci que Dennis Lagasse IV m’avait envoyé.

Avec ça, on va donc se rendre jusqu’au réveillon de Noël.