Soeur Charles-Eugène

Avant de vous parler de Soeur Charles-Eugène ssa qui a enseigné au couvent de Sainte-Anne, je vais faire un petit retour en arrière et vous reparler de la photo de la semaine dernière prise en juin 1948 dans le rang Sainte-Claire.

Si vous vous rappelez bien, Antonio Lauzon m’avait écrit… et avait remis mes pendules à l’heure.

Salut Pierre,

Ci-joint la photo des élèves du rang Ste-Claire, j’ai contacté ma soeur Denise et elle confirme que c’est elle qui est assise à gauche de la deuxième rangée, de plus mes frères Guy et Denis ont été inversés, Guy à droite et Denis à gauche, merci de ton attention.

Tony

Tout s’éclaire maintenant.

Comme quoi il ne faut jamais se fier aveuglément à ce qui est écrit au verso des photos même celles qui sont dans les archives de la Ville.

Tout comme au verso de la fameuse photo de la forge d’Ephrem Citoleux qui était en fait la forge d’Hubert Renaud au Petit Coteau à Mascouche.

Hubert Renaud et André Lauzon vers 1948

J’ai aussi entendu dire que Éphrem Citoleux n’était pas son vrai nom.

Mais ça c’est une autre histoire…

Revenons à notre histoire de sœur Charles-Eugène ssa que je n’ai pas encore commencé…

Tout comme le vicaire Louis A. Léveillé dans les années 1930, soeur Charles -Eugène de la congrégation des Soeurs de Sainte-Anne a marqué l’enfance de Marie-Paule Léveillé et probablement plusieurs autres petites filles de Sainte-Anne-des-Plaines.

Soeur Charles-Eugène fut sa première enseignante au couvent de Sainte-Anne.

Marie-Paule Léveillé et Louis Alexis Léveillé

Marie-Paule s’en rappelle encore 74 ans plus tard tout comme sa soeur Héléna.

J’ai tout ça sur video.

Par contre, nous n’avons pas de photo de sœur Charles-Eugène qui a enseigné au couvent dans les années 30 et 40, seulement des souvenirs gravés dans la mémoire de Marie-Paule et de sa grande sœur Héléna.

Rien sur Internet non plus, sauf mes articles qui mentionneront son nom en faisant une petite recherche sur Google.

Ma douce folie m’a amené sur des sentiers nouveaux sur mon chemin de Damas qui, sans le savoir, passait par Sainte-Anne-des-Plaines.

Je rencontre des personnes des résidences à Sainte-Anne depuis cinq mois, bientôt six, et j’enregistre maintenant leurs souvenirs sur video. Je leur remets ensuite une copie de ce que j’ai filmé et je me garde une copie.

Je leur dis à la blague que je vous montrerai ça dans 92 ans en 2103 comme c’est le cas pour le recensement canadien de 2011.

Il me trouve drôle.

Là, je leur raconte un peu l’histoire de mon grand-père Léo, le gars de party…

Ce que je peux vous révéler par contre, c’est que soeur Charles-Eugène était en fait Marie-Anna Delorme, la fille de Charles Delorme et de Rose-Délima Leclerc. Héléna m’a raconté qu’on ne connaissait jamais le vrai nom des religieuses du couvent sauf que tout le monde dans le village savait que soeur Charles-Eugène était Marie-Anna Delorme.

Soeur Charles-Eugène était fort appréciée par tout le monde.

Avant de vous quitter, je vous laisse sur l’acte de baptême de soeur Charles-Eugène… la petite Marie-Anne Claire Delorme.

7 novembre 1901

Lundi prochain, il sera question de l’école de rang du Bras Nord.

Je pars à la recherche de la maîtresse Ozanne Tremblay, la soeur d’Hélène Tremblay. D’ici là j’aurai sans doute des nouvelles de Paul de la Caroline du Nord.

Je me demande bien s’il est un partisan des Hurricanes de la Caroline. 

Thérèse Léveillé 1925-2011

Des fois, ça m’arrive d’oublier…

1938

J’avais promis à Marie-Paule que je lui apporterais cette photo.

Je n’avais pas eu la chance de la revoir depuis deux mois. Il arrivait toujours quelque chose pour reporter nos rencontres du mardi matin.

La semaine dernière, je suis allé revoir Marie-Paule et son mari Louis-Joseph.

Des gens charmants et accueillants.

En fait, j’avais revu Marie-Paule il y  a trois semaines.

C’était au salon funéraire.

J’avais appris que sa sœur Thérèse était décédée. Je n’ai jamais eu la chance de la rencontrer sauf sur cette photo.


Le temps d’une paix…

Elle porte le grand chapeau.

Je tenais à rencontrer la famille de Marie-Paule. Je les connais tellement grâce aux photos du vicaire que maintenant je me sens comme un enfant adopté par une grande famille de Sainte-Anne-des-Plaines.

Au salon funéraire, j’ai fait la connaissance de Clarence, d’Alice, de Claire et du petit Jean-Jacques… J’ai aussi rencontré Héléna, la doyenne de la famille.

J’ai tout de suite reconnu le petit Jean-Jacques.

1938

C’est le petit garçon charmant assis dans la brouette à gauche près d’Alice.

Je me dis que même en vieillissant, on demeure toujours un petit garçon en dedans…

Ce matin, je rencontre de nouveau Marie-Paule. Cette fois, on ne parlera pas d’école de rang. Elle me parlera du couvent des sœurs de Sainte-Anne à Sainte-Anne-des-Plaines.

17 mai 1938

En après-midi, on rencontrera Héléna, l’aînée de la famille de Zotique Léveillé et de Marie-Josephe Léveillé. Elle a enseigné pendant 34 ans, tout comme moi.

Mardi dernier, Marie-Paule m’a confié d’autres photos à numériser et à partager avec vous…


J’ai bien fait d’aller lui rendre visite.

Demain, on s’en va trotter à St-Eustache…

L’ancêtre Special Bud Light de la semaine: Jacob Jordan

Tous les descendants immédiats de Jacob Jordan…

Cliquez sur l’image pour agrandir

J’aimerais bien arrêter d’écrire sur mon blogue, mais ce n’est pas de ma faute…

Comme disaient mes élèves…

C’est pas nous autres, c’est elle…!

Elle, c’est celle qui prend son café tous les matins en lisant mon blogue.

J’ai eu ce message d’une autre « elle », celle-ci une descendante directe de Jacob Jordan qui l’ignorait…

Jacob Jordan?

Je sais qu’il y a trois lignées de Léveillé à Ste-Anne qui n’étaient pas parents.

Il y aurait intérêt à remonter dans les générations antérieures pour connaître leur lien de parenté.
Est-ce que Marie-Paule confirme que Jordan est notre ancêtre?
J’ai des doutes…… je veux des preuves…

Marie

Voici des preuves…


Je vous l’avais dit qu’on avait plein des descendants du seigneur de Terrebonne Jacob Jordan à Sainte-Anne-des-Plaines et… ailleurs.

Je me dis que ça vaut tout autant d’être apparenté à Jacob Jordan qu’avec Madonna ou Céline Dion…

Sauf que…

On ne connaît pas toute l’histoire de cette famille Jordan.

Il y a toujours des secrets de famille.


Je ne dis pas ça parce que je sais quelque chose que je veux vous cacher.

Vous savez comment j’ai de la misère à vous cacher des choses sur mon blogue.

J’aimerais bien arrêter d’écrire sur mon blogue, mais… Marie-Paule m’a raconté plein de choses sur ses ancêtres.

Cliquez sur l’image…

Zotique Léveillé à 10 ans

Vous avez cliqué j’espère tout comme sur l’image de la Madelon dans mon article d’hier.

Non ?

Il est encore temps sinon vous n’avez rien compris de mon article d’hier.

Tout ce petit préambule pour vous parler de cet homme…


Zotique Léveillé

Je ne savais rien de Zotique Léveillé, tout comme monsieur Lauzon hier, avant que je rencontre Marie-Paule lors d’une rencontre à la résidence avec le sous-comité.

Marie-Paule avait quelques photos…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Marie-Paule m’a tellement raconté de choses, mais on n’a pas encore abordé la vie de son père. Je sais juste qu’il aimait les chevaux comme mon grand-père Euclide.

Parlant d’arrêter d’écrire sur mon blogue, j’aimerais bien arrêter d’écrire, mais mon frère Gilles m’a dit que je pouvais continuer.


Demain, je vous fais encore chanter…





J.A. Léveillé, photographe

L’abbé Joseph Alexis Léveillé n’a été vicaire à Sainte-Anne-des-Plaines que quelques années, mais il a laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire vivante d’une petite fille. Cette petite fille photographiée ici vers 1938 partage ses souvenirs et ses photographies.

1938, ferme familiale de Zotique Léveillé

Un sous-comité du comité Histoire, Patrimoine et Toponymie travaille depuis deux mois à numériser les photos qui racontent l’histoire de Sainte-Anne-des-Plaines. Toutes les photos des archives de la Ville ont été numérisées. Nous en sommes maintenant à la phase d’indexation de quelque mille photos.

Un avis de recherche fut lancé officiellement la semaine dernière dans les journaux locaux.

La glace est donc officiellement brisée et je peux maintenant laisser libre cours à ma douce folie et tout vous raconter.

Attendez que je vous raconte ce que Marie-Paule m’a racontée sur le vicaire J.A. Léveillé, photographe.

Je la rencontre aujourd’hui même.