12 janvier 2013… Aurélienne Latour

Enfin, je reviens sur la terre des ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines, ma ville d’adoption depuis 1981.

Je m’étais un peu égaré en chemin depuis quelques temps.

Aurélienne Latour était la fille de Bernadette Lauzon et d’Henri Latour que l’on voit ici sur leur photo de mariage. On a identifié tout le monde depuis des lunes grâce à Yvon Lauzon qui vit dans le Haut du Trait-Carré et qui avait conservé la précieuse collection de photos de sa tante Germaine.

Mariage de Bernadette et de Henri Latour (1917)

Henri Latour est le deuxième à gauche dans la première rangée et Bernadette Lauzon est à ses côtés. Edmond Lauzon, le grand-père d’Yvon Lauzon, a les mains croisés.

Éphrem Lauzon est à l’extrême-droite, l’air sérieux. Il est le père de la mariée. 

Depuis 2009, Yvon collabore beaucoup avec moi sur mon blogue et il m’avait envoyé cet avis de décès en décembre dernier.

Je devais attendre avant d’en parler.

avis de décès Aurélienne Latour

La famille avait demandé de respecter un délai d’un mois avant de vous en parler sur mon blogue et de publier la  photo suivante.

bernadette1920-21

C’est ce que j’ai fait.

Sur cette photo, prise vers 1922, Bernadette Lauzon, qui semble enceinte de nouveau, est avec son fils Jean-Baptiste Latour. C’est son premier enfant.

Aurélienne, née en 1926, est la soeur du petit Jean-Baptiste.

Leur mère, Bernadette Lauzon, c’est cette petite fille fantomatique que l’on voyait à peine à droite dans la deuxième rangée sur cette photo de famille qu’Yvon Lauzon m’avait envoyé il y a deux ans. 

Toute la petite famille était réunie! ou presque…

famille d'Ephrem Lauzon

Yvon ne savait pas de qui il s’agissait au départ. J’ai tout de suite reconnu Éphrem Lauzon, même avec une barbe.

Une grande découverte pour Yvon. Tout comme les ceintures fléchées et la photo du petit Rodrigue Lauzon, Kid Kodak, comme Yvon l’avait baptisé…

Curé Rodrigue Lauzon (fils d'Éphrem)  1900.

Rodrigue est le photographe de plusieurs des photos de la collection d’Yvon.

La photo suivante date de 1893. Ce n’est pas Rodrique qui l’a prise.

famille d'Ephrem Lauzon

Emma Coursol est encore enceinte, de jumeaux cette fois-ci.

Emma a eu 19 enfants.

Cécile Lauzon 1876 –

Louis-Émile Lauzon 1877 – 1897

Clodomir Lauzon 1878 – 1931

Rodrigue Lauzon 1880 – 1944

Bernadette Lauzon 1881 – 1970

Alcide Lauzon 1883 – 1965

Valérie Lauzon 1885 – 1921

Eugénie Adrienne Lauzon 1886 – 1904

Edmond-Adrien Lauzon 1888 – 1902

Elzéar Lauzon 1889 – 1952

Émilienne Lauzon 1891 – 1955

Valérien Lauzon 1892 –

Évariste Lauzon 1894 – 1894

Frédéric Lauzon 1894 – 1894

Jeanne Lauzon 1895 – 1897

Agnès Lauzon 1896 –

Cyprien Lauzon 1897 – 1898

Cyprien Lauzon 1899 –

Émérentienne Lauzon 1903 –

J’en avais parlé dans ce billet.

Elle date de 1893 si on se fie à la naissance de Valérien (décembre 1892) qui est dans les bras de sa mère. Emma est probablement enceinte de jumeaux nés le 20 janvier 1894. Ils ne survivront que quelques jours.

Si vous avez cliqué sur l’hyperlien, vous comprendrez pourquoi je n’arrêterai pas de sitôt d’écrire mon blogue Nos ancêtres.

Demain, je vous reviens avec mon frère jumeau virtuel.

Modestina Lauzon

C’est elle avec sa famille.

On est vers 1910. Modestina a 24 ans et elle est en haut en gauche. Je connais tous ces gens grâce aux nombreuses photos d’Yvon.

Edmond Lauzon, le grand-père d’Yvon est au centre.

Il est grand le grand-père d’Yvon. Yvon aussi.

Je suis certain qu’Yvon est très fier de son grand-père et de ses ancêtres. Il me l’a démontré maintes et maintes fois depuis 2009 quand il m’a contacté pour la première fois.

C’est son petit petit cousin Richard qui lui avait parlé de moi. Tu peux lui faire confiance lui avait-il dit, du moins je pense.

Yvon m’a confié toutes les photos de Germaine, la petite fille au centre.

Germaine avait conservé précieusement les photos de famille. C’est Yvon qui les conserve maintenant précieusement.

Yvon et moi avons pu faire renaître tous ces gens… sur mon blogue Nos ancêtres.

juillet 1914 à Ste-Anne-des-Plaines

On a ainsi plongé dans l’histoire de Sainte-Anne-des-Plaines.

Ce blogue peut vous permettre de me confier vos photos d’ancêtres et vos anecdotes comme Yvon le fait depuis 3 ans. Il n’est pas nécessaire de vivre à Sainte-Anne-des-Plaines.

On se repogne…

La prochaine fois je vous parles des ancêtres de Judy.

28 octobre 1942

Je prête ma plume à Yvon du haut du Trait-Carré ce matin…

Ce mariage a eu lieu à Ste-Anne-des-Plaines, le 28 octobre 1942.  Il y a de cela aujourd’hui même, 70 ans.  Il s’agit de mademoiselle Modestina Lauzon (née le 6 février 1886),  qui fut ménagère de son oncle, le curé Joseph Edmond Coursol, de 1907 à 1922. 

Le marié, c’est M. Wenceslas Charbonneau (fils de Joseph Charbonneau et de madame Célina Huot).

Ce couple a habité une petite maison basse dans le village, non loin de la maison de M. Jos Groulx.  D’ailleurs, pour souligner l’événement, M . Jos Groulx leur avait prêté son cheval et son plus beau boggy.  La légende veut que, le soir des noces, Wenceslas n’était pas pressé de monter à la chambre.  Il « brettait » dans la cuisine.  Alors, Modestina, qui l’attendait,  lui aurait dit : « Wenceslas, tu peux monter, on est marié. »

M.  Wenceslas en était à son second mariage.  Il avait épousé en premières noces madame Alphonsine Therrien de St-Janvier-de-la-Croix (Mirabel). 

Ce couple n’a jamais eu d’enfant.

M.  Wenceslas avait un travail particulier.  C’est lui qui,  chaque matin, allait chercher la « malle » à la gare et la ramenait au bureau de poste situé dans le magasin de M. Limoges.  En été, il utilisait une voiturette et en hiver, il mettait tout le courrier dans son grand traineau de trois pieds de hauteur.  Paraît-il qu’il avait une terre à bois avec son frère Gonzague.  À la mort de M . Wenceslas, Modestina dut faire encan de tous les biens.  Selon tante Germaine, l’encan n’avait pas rapporté beaucoup et comme elle disait, il y avait un beau butin, mais les gens ne payaient pas. 

 C’est aussi Germaine qui a donc recueilli sa grande sœur Modeste, chez elle.  Elle en a pris soin jusqu’à sa mort, en 1966. 

Les vieux se rappellent encore de Modestina en train de se bercer sur la galerie, jasant avec le vent, car vers la fin, elle en perdait des grands bouts.

Sur la photo, Charlemagne Lauzon près de sa sœur Modeste,  M. Wenceslas ainsi qu’un témoin inconnu.  Son frère Gonzague semble absent sur cette photo. 

Yvon Lauzon

Mes premières amours…

Titre accrocheur n’est-ce pas…

Lucie m’a écrit.

Bonjour, je célèbre prochainement l’anniversaire de ma tante qui est la fille d’Elzéar Lauzon et Marie Guénette. Je lui fais un document avec photos et, en me promenant sur votre site, je me demandais si vous aviez des photos de la maison d’Elzéar ou autres documents qui pourraient être intéressants.

Merci

Je ne connais pas vraiment Lucie, seulement virtuellement grâce à mon blogue sans fin.

La photo est celle de la famille d’Ephrem Lauzon et d’Emma Coursol. Elle provient de la précieuse collection d’Yvon Lauzon du Haut du Trait-Carré.

Je suis tombé en amour avec cette famille grâce aux nombreuses photos qu’Yvon m’envoie depuis 2009. Son cousin éloigné Richard lui avait dit de m’écrire.

Yvon a bien fait, car j’ai fait revivre ses ancêtres.

Tout est sur ce blogue interminable.

Le petit Elzéar est dans cet article.

Cliquez… C’est ça que j’ai dit à Lucie qui m’a écrit.