Les cimetières catholiques de Bristol

Comme je le disais la dernière fois…

Je ne rate jamais une occasion d’aller rendre visite à mon petit cousin Joe, de visiter un cimetière ou de répondre à un message laissé sur mon blogue Nos ancêtres ou sur sa version américaine Our Ancestors.

Judy Giguere, une petite Américaine de Bristol au Connnecticut, m’avait écrit ceci il y deux semaines.

Not sure if I can help.
Jules Moquin was my great-grandfather.
He was born in Canada, married Marie Dube.
I believe there are Lagaces somewhere in the family line, but I’m not sure where.
Can you, or anyone else offer any insights on Jules and Marie?

Judy

Je traduis…

Pas certaine de pouvoir aider.
Jules Moquin était mon arrière-grand-père.
Il est né au Canada et il était marié à Marie Dube.
Je crois qu’il y a des Lagacé quelque part dans la famille, mais je ne suis pas sûre où.
Pouvez-vous, ou quiconque m’éclairer au sujet de Jules et Marie?

Judy

Ça fait longtemps que je cherche des informations sur Lillie Lagasse, la soeur de mon grand-père Léo Senior que l’on voit ici vers 1933 avec ses deux fils Léo et le petit Marcel.

Léo Senior était le plus jeune d’une famille de 13 enfants. Sa grande soeur Lillie est née le 19 mars 1875 à Colchester au Vermont.

Son père Dennis Lagasse était scieur de bois.

Il a travaillé fort toute sa longue vie de 84 ans mon arrière-grand-père Stanislas, tout comme son père Stanislas lui aussi décédé à 84 ans.

Ils sont probablement enterrés au cimetière de St. Thomas. Je n’ai pas trouvé de monument, mais je sais que deux frères de mon grand-père Léo Senior le sont.

Stanislas Lagassey III…

Et Anthony…

Lillie Lagasse doit aussi y être, tout comme son mari Eugène Dubé.

Ça, je vais le demander à mon nouveau petit cousin Ray Dube, leur petit-fils! C’est grâce à Judy que j’ai pu le retracer.

Visite de cimetières

Je ne rate jamais une occasion d’aller rendre visite à mon petit cousin Joe, de visiter un cimetière ou de répondre à un message laissé sur mon blogue Nos ancêtres ou sur sa version américaine Our Ancestors.

C’est le cas de Judy Giguere, une petite Américaine de Bristol au Connnecticut.

Pour une fois que je n’effraie pas quelqu’un aux États avec ma douce folie de nos ancêtres.

Toute cette histoire a commencé par ce petit message laissé le mois dernier sur mon blogue Our Ancestors.

Not sure if I can help.
Jules Moquin was my great-grandfather.
He was born in Canada, married Marie Dube.
I believe there are Lagaces somewhere in the family line, but I’m not sure where.
Can you, or anyone else offer any insights on Jules and Marie?

Judy

Je vous traduis ça la prochaine fois et je vous parle de ses ancêtres.

Bon… Si vous insistez

Une lectrice m’a écrit que ça ne la dérangeait pas que je parle de mes histoires de famille.

Je ne vais surtout pas me faire prier.

Bristol, Connecticut vers 1922

Jusqu’où peut nous mener la présomption en généalogie?

Jusqu’où peut nous mener la généalogie point?

Jusqu’à la folie?

Bonne question!

Ça c’est Ida Lagasse, la soeur de Levi Napoleon.

 

Ida est à droite.

C’est la nièce de mon grand-père Léo Lagacé Senior dont je ne savais rien avant 2009 au sujet de sa famille.

Je suis certain que c’est Ida, la fille de son frère Dennis Lagasse III. Ida apparait sur plus d’une vingtaine de photos que des descendants américains de la lignée de Stanislas Lagacé (Dennis Lagasse II) m’ont envoyé depuis 2010.

Dennis Lagasse II

On dirait qu’Ida Lagasse se marie, mais je peux me tromper.

Si c’est bien son mariage, l’homme à ses côtés serait son mari Hector Lamothe et on serait le 23 avril 1919 au Connecticut.

Ou bien Ida Lagasse serait une fille d’honneur et mon hypothèse tombe à l’eau.

Son frère Levi Napoleon est à gauche. Je suis certain que c’est lui. Il apparait aussi sur une bonne vingtaine de photos et il est le grand-père de mon petit cousin Dennis Lagasse IV.

Difficile de faire une erreur sur l’identité du père de son père Lionel.

À ses côtés, on aurait Diane Dubé, sa belle-soeur. C’est Lionel, le père de Dennis IV qui le pense.

Sauf que…

Levi Napoleon s’est marié le 4 août 1930 avec Marie-Louise Dubé. C’est Dennis IV qui me l’a aussi confirmé.

Sortait-il avec Diane en 1919?

Bonne question… qui restera probablement sans réponse, car je ne vais pas achaler Dennis IV avec ça. Du moins je pense.

Diane Dubé est née en 1903 et a marié John Daly à la fin des années 20. Elle est sur cette photo en haut à gauche selon mon petit cousin.

Pas tellement ressemblante!

On n’aurait donc pas Diane, mais une autre personne.

Que de mystères quand on cherche les ancêtres des autres.

Encore faut-il savoir quand s’arrêter!

Comme je le disais, je ne vais pas achaler Dennis IV avec ça à moins qu’un brin de folie me passe par la tête.

On se repogne.

"MRS. HENRIETTA A. LAGASS"

"MRS. HENRIETTA A. LAGASS"

J’ai trouvé ça samedi dernier en faisant une petite recherche anodine sur Google… suite à un courriel d’une fidèle lectrice de la Rive-Sud.

Ça m’avait donné une idée.

Je cherchais cette information sur Henriette Alexandre depuis quatre ans tout comme sa photo que je cherche encore!

J’ai juste tappé Henriette Alexandre et j’ai eu ça quelque part dans la liste…

L’information a l’air crédible.

On n’a pas intérêt à inventer une chose comme ça.

Mrs. Henrietta A., wife of Dennis Lagasse, died at her home on Lake Avenue about four o’clock yesterday afternoon, after an illness of a few weeks. She was 62 years of age and is survived by her husband and several sons and daughters, among whom is Supernumerary Policeman Adlore Lagasse. The arrangements for the funeral had not been completed this morning."

Avis de décès 19 septembre 1907 dans le Bristol Press

TRADUCTION

"Madame Henrietta A., épouse de Dennis Lagasse, est décédée à son domicile sur Lake Avenue hier vers quatre heures de l’après-midi, suite à une maladie dont elle souffrait depuis quelques semaines. Elle était âgée de 62 ans. Elle laisse dans le deuil son mari et plusieurs fils et plusieurs filles dont le policier surnuméraire Adlore Lagasse. Les arrangements funéraires n’étaient pas encore complétés ce matin."

Son fils Adlore, c’est Adélard Lagacé, mon grand-oncle.

Il était donc en 1907 un policier surnuméraire  à Bristol.

Il revint au Canada en 1908 avec son épouse Éméline Côté.  Ça je le sais grâce au recensement de 1911.

Vraiment utile ces recensements…


Tout comme les vieilles photos…

Adélard s’est fort probablement marié aux États-Unis vers 1904 et sa fille Laurette (à droite) est née aux États-Unis vers 1905 selon le recensement canadien de 1911.

On serait donc vers 1954 sur cette photo.

Adélard Lagacé et Éméline Côté fêtaient probablement leur 50e anniversaire de mariage.

Ou bien leur 55e et on serait en 1959.

Un jour, j’aurai bien une confirmation de tout ça.

Je suis patient, mais ça vous le savez déjà.

J’aime aussi partager le fruit de mes recherches, mais ça aussi vous le savez déjà

Pour en revenir à Henriette Alexandre, j’avais également cette information sur le site visité…

Burial: St. Thomas Cemetery, Bristol, Connecticut

TRADUCTION

Sépulture: St. Thomas Cemetery, Bristol, Connecticut

C’est le cimetière où je me suis rendu avec Joe en septembre dernier!

J’ai mis toutes les photos prises hier, mais ça vous le savez déjà. 

On n’a jamais trouvé le monument, mais ça vous ne le saviez pas.  

Stanislas et sa belle Henriette seraient donc enterrés là. J’avais comme un pressentiment en arpentant le cimetière.

Selon moi et Joe, ils auraient été enterrés soit dans le lot de leur fils Stanislas II ou dans celui d’Antoine.

Ça aurait bien de l’allure.

Mais pourquoi ne pas avoir écrit leurs noms…

On ne le saura probablement jamais…

Joe, we have to go…

Joe, we have to go…

Peu de mots, mais beaucoup de photos.

Si une photo vaut mille mots, alors vous en avez 73000.

Le St. Thomas cemetery à Bristol au Connecticut.

Si ça peut aider quelqu’un… un jour dans ses recherches.

J’ai une belle photo pour vous ce matin…

J’ai une belle photo pour vous ce matin…

Pas trop déçu j’espère…

Je n’allais surtout pas mettre la photo de mon petit-fils en ligne. Je mets pas tout sur mon blogue.

L’homme sur la photo n’est pas mon petit-fils, mais  je trouve une petite petite ressemblance.

C’est probablement la photo d’Antoine Lagacé, le frère de mon grand-père Léo Senior et aussi de mon grand-oncle Adélard.

Il serait donc mon grand-oncle Antoine.

Je lui ai rendu visite en septembre dernier.

Une belle histoire.

Ma 3e cousine Sandy avait cette photo depuis plusieurs années et elle n’avait aucune idée qui avaient été photographiés. J’ai pensé à un moment avoir reconnu Henriette Alexandre et Stanislas Lagacé, mais comme la photo date des années 1900-1910…

Impossible, même si je me mettais à fabuler.

Sandy avait pensé quant à elle à s’en débarrasser il y a quelques années.

Impensable!

Elle l’aurait regretté toute sa vie je crois.

Maintenant, Sandy et moi, surtout moi, présumons qu’Antoine Lagacé serait photographié avec sa première femme Délia Bertrand.

La ressemblance avec son père Stanislas (Dennis Lagasse) est frappante…

Du moins la moustache.


Sur cette photo que je date vers 1916 environ, nous voyons en haut à gauche Stanislas Lagacé II avec son fils Stanislas III. Assis, c’est Harry Lagasse, le fils de Stanislas III, avec son fils Gérard. Harry aura un autre fils qui mourra dans un accident d’avion en 1930.

Antoine Lagacé, ou Anthony Lagasse, a été baptisé du nom de son arrière-grand-père Antoine. Il était l’aîné d’une famille de 13 enfants, celle de Stanislas Lagacé (Stanislas II) et d’Henriette Alexandre, la célèbre H. Alexandre que nous retrouvons dans le certificat de décès de mon grand-père.

On retrouve mon grand-oncle Antoine avec ses parents dans le recensement de 1871 à Notre-Dame-de-Stanbridge.

Je l’ai découvert par hasard la semaine dernière, et cela a comme rallumé mon ardeur pour ma famille Lagacé.

Je parle beaucoup de grand-pères par les temps qui courent. Ça doit déteindre un peu sur mon blogue.

Ça me fait sourire que voulez-vous.

Voici la famille du père de mon grand-père Léo Senior en 1871.

Stanislas II était un scieur à Notre-Dame-de-Stanbridge. Il ne savait ni lire ni écrire.


Léo n’était pas encore né. On devra attendre le 5 juin 1888, un petit Gémeaux.

On voit le petit Antoine, huit ans, avec son frère Stanislas (Stanislas III) né le 27 avril 1864. Il mourra électrocuté en 1922. Les deux vont à l’école. Marguerite, quatre ans, mariera Philippe Lord le 20 juin 1887.

Le petit David, un an, mourra en 1873 à l’âge de 4 ans…

Chemin faisant dans le recensement de 1871, j’ai aussi retrouvé à ma grande surprise un autre Antoine Lagacé, l’arrière-grand-père d’Antoine!

Antoine Lagassé, 74 ans, rentier, vit avec son fils Stanislas I (né en 1816), 55 ans, cultivateur, le grand-père d’Antoine.

Tout est là.

Mais il y a plus…

Dans mes fouilles généalogiques, j’ai trouvé un Pierre Lagacé tout en bas de cette page.

C’est le frère de Stanislas I (1816) né en 1825.

Le reste de la famille est sur l’autre page.

Ce Pierre Lagacé je le connais très bien!

Il avait marié Marcelline David. Il est l’ancêtre d’une autre branche de Lagacé que l’on retrouve aux États-Unis.

J’en ai parlé abondamment sur son blogue en anglais.


Pour en revenir à Antoine et à la photo du début, je ne suis pas encore absolument certain que c’est lui sur la photo, mais ce dont je suis certain par contre c’est de ceci.

Je suis certain, car c’est moi qui l’ait prise quand je suis allé voir mon 3e cousin Joe à Plainville au Connecticut en septembre dernier.

J’étais allé aux États-Unis à la mi-septembre voir mon ami Paul.

Paul était venu à Ste-Anne l’été dernier. Il m’avait trouvé sur mon blogue. On ne se connaissait pas.

Il avait de la famille à Ste-Anne et il voulait me rendre visite et aussi visiter de la famille et le cimetière.

Paul m’avait dit en quittant… deux jours plus tard…

Pierre, you’ve got to come to North Carolina… 

J’avais dit à ma femme quand Paul est parti.

We have to go…

Un voyage inoubliable.

J’ai bien fait d’y aller.

Puis, sur le chemin du retour, en remontant par le Connecticut, je suis allé rendre visite à Joe. Lui aussi tenait absolument à me voir.

J’avais dit à ma femme…

We have to go…

J’ignorais qu’il connaissait le cimetière St. Thomas à Bristol. 

Par un beau samedi matin pluvieux, je n’allais sûrement pas rater une occasion de retrouver de la famille.

Joe, we have to go…