Êtes-vous des descendants de Marguerite Lagacé ? – Prise 2

Voici en reprise le billet écrit le 11 janvier 2010.

Êtes-vous des descendants de Marguerite Lagacé ? – Prise 2

C’est la fête de mon frère Gilles aujourd’hui.

Nous sommes tous le deux nés en 1948. Ce qui fait de nous des Irish twins…

Je devais vous parler aujourd’hui des Lagacé des États-Unis… sauf que je suis allé voir ma tante Fleurette samedi.

1940 à Ste-Thérèse
Fleurette tient la petite fille…

J’ai retrouvé ma tante l’année dernière après 45 ans grâce à mon frère qui avait rencontré par hasard une petite cousine…

Toute une histoire.

Fleurette n’aime pas que je l’appelle ma tante, mais plutôt Fleurette. Elle ne veut pas que je la vouvoie non plus.

Fleurette demeure dans une résidence à Montréal. Nicole et moi sommes allés dîner avec elle samedi.

Je devais y aller avant les Fêtes, mais j’avais une petite grippette, rassurez-vous rien comparable à la H1N1… dite grippe porcine.

On a parlé un peu de généalogie…

Elle ignorait que notre ancêtre André Mignier dit La Gâchette s’appelait comme ça.

Elle m’a raconté que le chauffeur du transport adapté l’appelait Madame Lagasse et qu’elle n’aimait pas ça. Fleurette est une personne fière.

Je lui ai donc raconté l’histoire du surnom et que ça n’avait rien à voir avec le fait d’agacer quelqu’un ou de l’être…

On a aussi parlé des gens âgés.

Elle m’a raconté comment elle avait été flouée par un bijoutier qui avait changé son diamant sur sa bague.

Il avait écrit réparation de bague sur la facture. En voyant la substitution, elle est retournée le voir. Il lui a dit qu’il n’avait jamais vu la bague en question, mais qu’il avait plutôt réparé la bague avec un rubis qu’elle avait sur l’autre doigt…

Elle m’a dit que le diamant était un 35 points, mais moi je n’y connais rien là-dedans.

Ce que je sais par contre, c’est que des salauds profitent des gens âgés.

En quittant, Fleurette nous a dit que, pour elle, notre visite avait été son Noël et son Jour de l’An.

Elle nous aussi dit qu’elle aimait les chocolats aux noix et qu’elle n’était pas diabétique.

Quelle chance !

Nicole et moi savons quoi lui apporter pour la Saint-Valentin…

Quel est le rapport avec Marguerite Lagacé…?

Fleurette m’a demandé si j’avais contacté la famille de sa tante Marguerite. Marguerite était la soeur de son père Léo Lagacé Senior. Elle l’avait vue la dernière fois en 1938 alors qu’elle avait 7 ans. Fleurette demeurait dans une belle grande maison à St-Hyacinthe avant que son père ne… vous savez le reste de l’histoire…

Du jour au lendemain, la famille s’est retrouvée dans la rue.

Quant à Marguerite Lagacé, elle s’est mariée avec Philippe Lord le 20 juin 1887 à Notre-Dame de Stanbridge dans le comté de Missisquoi. Léo Senior n’était pas encore au monde.

J’ai trouvé ces enfants de Marguerite Lagacé et de Philippe Lord :

Philippe Lord
René Lord
Albert Lord
Aldéi Lord
Lucien Lord.

Philippe a marié Adéla L’Hérault en 1912.
Albert a marié Marie Robert.
Aldéi a marié Marie-Paul Bilodeau.
Lucien a marié Rose-Aimée Perreault.

Dans le recensement de 1911, Marguerite est veuve. Son fils Philippe est surintendant dans une manufacture de laine. Albert est journalier également dans une manufacture de laine. Aldéi et Lucien sont des écoliers.

Je retrouve la famille en 1901. Philippe est vivant à ce moment-là. On dit qu’il est né aux États-Unis. Il travaillerait dans une fabrique de laine, mais l’image du recensement est floue.

J’ai promis à Fleurette que j’essayerais d’entrer en contact avec des descendants.

Je pense que j’ai fait un bel effort, non?

Si vous connaissez Marguerite Lagacé ou toute autre personne que j’ai mentionnée, faites-moi signe en m’écrivant un petit commentaire tout juste en bas.

Si vous avez en plus des photos, alors ça serait « winner ».

Fin du billet…

Il s’en est passé des choses depuis le 11 janvier 2010 dans ma vie et dans celle de mon frère. Je ne vous compte pas tout sur mon blogue qui a de moins en moins de place pour ajouter de nouvelles photos. Je vais donc un jour me résigner à aller sur Nos ancêtres II où j’écris peu. Si j’écris peu sur mon blogue Nos ancêtres c’est que je réfléchis beaucoup et que j’écris beaucoup sur mes autres nombreux blogues.

Pourquoi tant écrire depuis 2008 et sur tant de sujets…? Pourquoi vouloir écrire sur un cendrier envoyé en cadeau à Napoléon Lévi Lagasse, le grand-père de Dennis Lagasse IV qui avait une centaine de photos qu’il a partagées?

Se poser la question c’est y répondre.

Je pourrais vous dire pourquoi je ne vois plus ma tante Fleurette.

Je pourrais vous dire qu’elle me faisait trop penser à mon père. Je pourrais vous l’écrire, mais j’ai peur que vous ne compreniez mal le message. Je préfère donc me taire en ce beau dimanche matin et vous dire que je n’écrirai pas sur le cendrier d’Aldéi.

levi-ashtray-2-e1392830049864

Philomène Dupont, descendante d’Abraham Martin – Prise 2

La chaîne Prise 2 est débrouillée durant le mois de mai.

Je vais pouvoir écouter Mission impossible en reprise et revoir la belle Barbara Bain.

Mission Impossible

J’utilise souvent le titre Prise 2 dans mes reblogues comme celui-ci de Philomène  Dupont, la mère d’Édouard Métayer. J’étais tout excité et fier des ancêtres de Philomène.

Début de Prise 2


Abraham Martin

J’avais trouvé un autre ancêtre célèbre dans mes recherches généalogiques sur Édouard Métayer celui à qui je dédie ce blogue depuis 2008.

Édouard-Elzéar Métayer, le père d’Édouard Métayer, était en plus un descendant de Jean Nicolet.

Édouard-Elzéar Métayer

1847-1928

Édouard-Elzéar Métayer était sur cette photo que la cousine de mon père m’avait envoyée en 2010. Elle ne connaissait pas les gens devant…

famille Métayer circa 1912

Il est clair dans mon esprit qu’on voyait au centre de la photo le père d’Édouard Métayer, qui est en haut à droite à côté d’Angelina. Remarquez le chapeau sur le poteau de la galerie à droite. On est probablement au 233, rue Cartier à Montréal et en 1914, et la photo suivante est prise en même temps.

Édouard-Elzéar Métayer était sans doute venu à Montréal pour un événement spécial.

1912 enfants métayer

Le petit Paul faisait sa Première Communion. Né en 1907, Paul Métayer va mourir le 5 avril 1928, soit quatre jours après la mort de son père Édouard, capitaine de pompier. Son grand-père Édouard-Elzéar va les accompagner au paradis le 18 juin de la même année. Ils ne verront pas la crise de 1929.

Je me demande comment avait dû se sentir Angelina durant cette annus horribilis… On aurait pu en jaser.

Pour revenir à Philomène Dupont, la mère d’Édouard, c’est elle qui est mon lien avec Abraham Martin.

Abraham Martin

Philomène Dupont était la fille de Jean-Baptiste Dupont et de Suzanne Racine. Philomène a 10 ans lors du recensement de 1852 à St-Joachim dans le comté de Montmorency.

1852 famille Philomène Dupont

Son père Jean-Baptiste a 77 ans! Veuf de Marie Gagnon, fille de Basile Gagnon et Marie-Anne Lessard, Jean-Baptiste Dupont se remarie en 1832 avec Suzanne Racine. Vu l’âge de Jean-Baptiste, je me suis demandé si Philomène n’aurait pas été adoptée. Probablement pas, car on retrouve une soeur et un frère nés après 1832.

Philomène est née le 28 janvier 1842.

C’est la seule photo qu’on aura d’elle.

1842 Philomène Dupont

 

Voici l’église où elle a été baptisée. C’est au moins ça.

Église_St_Joachim

Cela dit, sa mère Suzanne Racine est une descendante directe d’Étienne Racine et de Marguerite Martin, la fille d’Abraham.

arbre Philomène Dupont

Je n’ai pas à vous parler d’Abraham et de ses plaines ni d’Étienne Racine qui est l’ancêtre d’un paquet de Racine qui vivent à Ste-Anne-des-Plaines.

Pour en revenir sur la maman d’Édouard, Philomène Dupont s’est mariée le 13 avril 1869. Édouard est né 5 mois plus tard. Philomène va mourir à 36 ans en 1878. Je n’ai pas trouvé l’acte de sépulture. Édouard-Elzéar se remarie la même année et Delphine Chalifour, sa nouvelle femme, "shippe" Édouard à Montréal chez son oncle F.-X. Métayer.

F.-X. Métayer

François-Xavier Métayer

Édouard a dû en être très affecté… C’est du moins ce que ma grand-cousine m’a raconté au sujet de son grand-père Édouard.

Vous connaissez la suite…

Pour terminer, le 233, rue Cartier à Montréal.

233 Cartier

Ma grand-mère Juliette devait avoir une vue imprenable du port de Montréal en 1914.

Fin de Prise 2

Demain matin, à une heure, Mission impossible en ondes à la chaîne Prise 2.

Je vais l’enregistrer…

mission_impossible_cinnamon_carter