Arrêtez-moi quelqu’un – Prise 7

Arrêtez-moi quelqu’un est une nouvelle série de billets en vue d’arrêter d’écrire sur Nos ancêtres et d’écrire sur Nos ancêtres II.

Un peu comme arrêter de fumer.

 

Frozo 003 Aline et Lucille 1956

Ce sont deux petites-filles de Léon Sauvé: Aline et Lucille.

On serait en 1955. C’est ma cousine Jeannine Meloche qui avait cette photo et quelques-unes.

Ma mère et Lucille portaient le deuil.

Leur mère Rosina Quesnel était décédée en février 1955.

Rosina_Quesnel

La photo des deux sœurs fumeuses serait prise en automne 1955 juste à voir les arbres sans feuilles. Mon frère avait fait sa Première Communion en juin et on avait sans doute voulu immortaliser le tout sur pellicule un peu plus tard.

Gilles Lagacé Jeannine Meloche Pierre Cholette

Ma mère ne m’a jamais parlé de Léon Sauvé. Je n’aurais probablement pas porté attention en 1955.

Pierre 032

Pow pow té mort…

J’avais 6 ans et j’étais un petit peu baquet…

59 ans plus tard, et un peu moins baquet, un petit cousin éloigné m’a écrit sur Facebook comment Léon Sauvé était mort.

Léon Sauvé

Tué raide par la deuxième ruade d’un cheval.

La première ruade l’avait raté de peu.

Cette histoire vient de la fille de Léon, la sœur de mon grand-père Euclide, et m’a été raconté samedi sur mon Facebook.

000 Marie-Ange Sauvé soeur d'Euclide

La belle Marie-Ange Sauvé que ma mère appelait ma tante Marie-Ange

Ma mère n’a pas tellement parlé de sa matante.

Je ne raconte pas tout sur mon blogue, de même que je ne vous montre par toutes les photos de mes ancêtres. Ce que je peux partager par contre c’est la joie ressentie par mon lointain petit cousin d’avoir retrouvé de vieilles photos de Marie-Ange, de ses ancêtres et aussi des nôtres.

Arrêtez-moi quelqu’un… – Prise 6

Samedi soir, sur Facebook, j’ai appris comment Léon avait vu la lumière au bout du tunnel.

Léon Sauvé

Je ne savais presque rien sur mon arrière-grand-père Léon Sauvé, encore moins comment il était mort. Je l’ai appris hier de la bouche du cheval sans sombrer dans le sens de l’humour noir.

Je vous en reparle demain pour la suite d’Arrêtez-moi quelqu’un…

Léon_Sauvé

8 septembre 1918

Arrêtez-moi quelqu’un… – Prise 5

Même si je vous avais dit que je partais…

Il restera toujours des faits à découvrir.

Déjà 7 ans presque jour pour jour que mon frère m’apportait ces vieilles photos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est à ce moment que ma quête pour mes ancêtres et les vôtres a débuté.

Sept ans, dont six à écrire Nos ancêtres et cinq à écrire Our Ancestors.

J’arrêterai quand je verrai la lumière au bout du tunnel.

Hier j’ai appris comment Léon avait vu cette lumière.

Léon Sauvé

Arrêtez-moi quelqu’un… – Prise 3

Pierre Lagacé:

Je vous l’avais dit que je partais…

Originally posted on Nos ancêtres II:

Une chance que le mari de Cécile n’avait pas repeinturé la maison, car j’aurais passé tout droit mercredi matin en conduisant sur le rang du bas du Trait-Carré.

petit nowhere

J’avais la tête ailleurs depuis qu’Omer ne tenait plus à me voir. Je voulais juste jaser de ses ancêtres et de la vielle école de rang juste en biais de sa maison.

Elle n’existe plus, juste son solage en morceaux.

Cécile, elle tenait à me voir. Et moi itou.

Je voulais absolument lui raconter mon beau dimanche ensoleillé avec les petites Bohémier, et lui parler de ce beau document pour lui remettre une copie.

Circuit patrimonial 001

source Ville de Ste-Anne-des-Plaines

Elle en avait déjà une!

J’avais laissé une copie à Omer quand je l’avais dérangé pendant qu’il lavait ses vitres lundi en 8.

Il avait oublié notre rendez-vous.

Cécile et moi avons jasé de la grande visite des descendantes de Benjamin Bohémier et de…

Voir l'original 64 mots de plus

Rédiger une chronique familiale -[6]: Déceler des décès suspects

Pierre Lagacé:

Un billet intéressant sur les causes probables de décès trouvées dans les actes de sépultures.

Originally posted on Elsasser Wurtzle:

Suicide

Une chronique familiale se nourrit principalement des traces laissées par nos aïeuls du temps de leur vivant. C’est une évidence, mais ce qui l’est moins, ce sont les traces "post-mortem" qui elles  également, peuvent potentiellement être riches en informations. Avant tout, je pense aux morts accidentelles  qui sont généralement rapportées dans les quotidiens locaux depuis belle lurette.

Cependant, tous les décès n’ont pas une cause naturelle. Des décès par homicides ,des autolyses mais également des disparitions inattendues et  inexpliquées existent vraisemblablement dans tous les arbres généalogiques. Là encore, les journaux peuvent être utiles!

Dans la plupart des cas, dans les générations récentes, les histoires d’homicides et disparitions inexpliquées se transmettent à la descendance. Pour les cas de suicides, la transmission est plus gênante et s’effectue rarement. Si une famille trouve le moyen d’étouffer cette information, elle le fait quasi-systématiquement!

On se rend vite compte qu’un parent puisse forcer sa fin de vie est un…

Voir l'original 640 mots de plus

Je pars bientôt

Je dis ça souvent, mais il va falloir que je me résigne un jour et migrer sur Nos Ancêtres II qui languit presque dans l’anonymat. L’anonymat car c’est bien de cela dont il est question sur ce blogue.

Des gens simples qui ont façonné toute notre histoire comme ces ancêtres des quatre descendantes de Benjamin Bohémier qui viennent tout juste de quitter Ste-Anne-des-Plaines en passant sur le petit pont d’une voie de la montée Valiquette.

J’ai pris quelques photos de la visite, mais je garde pour moi celles des quatre descendantes Bohémier.

Je peux mentionner le nom d’Émilienne, car elle me l’a permis.

Une des descendantes ressemble à s’y méprendre à Marie-Louise Limoges.

marielouiselimoges

Je n’avais pas remarqué. 

Je l’ai remarqué en prenant une photo.

Je vais faire revivre les ancêtres Bohémier et Limoges juste pour le plaisir de leur faire plaisir. Je vais le faire sur Nos ancêtres II et vous mettre les petites photos que j’ai prises de Ste-Anne avant leur arrivée.

Au plaisir de se voir sur Nos Ancêtres II la prochaine fois.

De la grande visite…

De la grande visite qui débarque à Ste-Anne.

Quatre descendantes de Benjamin Bohémier et Marie-Louise Limoges.

Benjamin et Marie-Louise en 1923

1921

Benjamin Bohémier et Marie-Louise Limoges ont quitté Ste-Anne-des-Plaines en 1883.

Ils sont revenus en 1910 selon les lettres écrites par Marie-Louise.

page 13 du document Bohémier 1884-1984

Ils sont sans doute arrivés par le train.

train

Le paysage devait ressembler un peu à ceci. C’est la maison de Benjamin Limoges vers 1909.

Paysages de Sainte-Anne 004 1908

Maintenant c’est un Dollarama.

On n’arrête pas le progrès.

bohemier_photo1897

famille Bohémier en 1897 au Manitoba