Arrêtez-moi quelqu’un – Prise 7

Arrêtez-moi quelqu’un est une nouvelle série de billets en vue d’arrêter d’écrire sur Nos ancêtres et d’écrire sur Nos ancêtres II.

Un peu comme arrêter de fumer.

 

Frozo 003 Aline et Lucille 1956

Ce sont deux petites-filles de Léon Sauvé: Aline et Lucille.

On serait en 1955. C’est ma cousine Jeannine Meloche qui avait cette photo et quelques-unes.

Ma mère et Lucille portaient le deuil.

Leur mère Rosina Quesnel était décédée en février 1955.

Rosina_Quesnel

La photo des deux sœurs fumeuses serait prise en automne 1955 juste à voir les arbres sans feuilles. Mon frère avait fait sa Première Communion en juin et on avait sans doute voulu immortaliser le tout sur pellicule un peu plus tard.

Gilles Lagacé Jeannine Meloche Pierre Cholette

Ma mère ne m’a jamais parlé de Léon Sauvé. Je n’aurais probablement pas porté attention en 1955.

Pierre 032

Pow pow té mort…

J’avais 6 ans et j’étais un petit peu baquet…

59 ans plus tard, et un peu moins baquet, un petit cousin éloigné m’a écrit sur Facebook comment Léon Sauvé était mort.

Léon Sauvé

Tué raide par la deuxième ruade d’un cheval.

La première ruade l’avait raté de peu.

Cette histoire vient de la fille de Léon, la sœur de mon grand-père Euclide, et m’a été raconté samedi sur mon Facebook.

000 Marie-Ange Sauvé soeur d'Euclide

La belle Marie-Ange Sauvé que ma mère appelait ma tante Marie-Ange

Ma mère n’a pas tellement parlé de sa matante.

Je ne raconte pas tout sur mon blogue, de même que je ne vous montre par toutes les photos de mes ancêtres. Ce que je peux partager par contre c’est la joie ressentie par mon lointain petit cousin d’avoir retrouvé de vieilles photos de Marie-Ange, de ses ancêtres et aussi des nôtres.

Arrêtez-moi quelqu’un… – Prise 6

Samedi soir, sur Facebook, j’ai appris comment Léon avait vu la lumière au bout du tunnel.

Léon Sauvé

Je ne savais presque rien sur mon arrière-grand-père Léon Sauvé, encore moins comment il était mort. Je l’ai appris hier de la bouche du cheval sans sombrer dans le sens de l’humour noir.

Je vous en reparle demain pour la suite d’Arrêtez-moi quelqu’un…

Léon_Sauvé

8 septembre 1918

Arrêtez-moi quelqu’un… – Prise 5

Même si je vous avais dit que je partais…

Il restera toujours des faits à découvrir.

Déjà 7 ans presque jour pour jour que mon frère m’apportait ces vieilles photos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est à ce moment que ma quête pour mes ancêtres et les vôtres a débuté.

Sept ans, dont six à écrire Nos ancêtres et cinq à écrire Our Ancestors.

J’arrêterai quand je verrai la lumière au bout du tunnel.

Hier j’ai appris comment Léon avait vu cette lumière.

Léon Sauvé