En rupture avec le passé : le célèbre « Désormais » de Paul Sauvé

Si l’histoire politique du Québec vous intéresse, cliquez ici.

L’instigateur de la « Révolution des 100 jours »

Pour bien des chercheurs des sciences humaines, l’élection du Parti libéral en 1960 marque le début de la Révolution tranquille. C’est toutefois oublier le court mais significatif passage de Paul Sauvé au poste de premier ministre du Québec que les journalistes ont décrit comme « La Révolution des 100 jours ».

Paul Sauvé

Un autre petit cousin

Ici c’est la page d’accueil.

Commentaire savoureux…

Je ne sais vraiment pas ce qu’il m’a pris lundi dernier de parler politique…

comp018Faut que j’arrête de parler politique sur mon blogue…

Probablement tous ces commentaires lus sur Internet depuis le déclenchement des élections provinciales.

Déprimant!

Mêler généalogie et politique est toujours un petit jeu dangereux.

Disons que je craignais un peu de mettre en ligne mon billet du 1er avril.

effroi 2

Ah non! Il s’est trompé de case…

Il ne faut pas me prendre au sérieux vous savez… Je n’ai pas voté Libéral.

Je ne voulais pas non plus attaquer l’intégrité de quiconque sur mon blogue, surtout pas celle de la grande famille du Parti libéral, ni faire du Couillard bashing.

Esprit de famille oblige.

Philippe-Couillard
Mon ti-cousin

Je voulais juste partager le sage point de vue d’un homme qui en avait vu d’autres sur son chemin de Damas en politique.

Marc et Jean

comp018Faut que j’arrête de parler politique sur mon blogue…

 

Vos commentaires sur ce blogue sont toujours agréables à lire, et j’en prends toujours bonne note…

Celui-ci me vient d’une lectrice qui, je pense, n’avait pas tout à fait saisi que j’avais voté par anticipation dimanche dernier…

Bon matin Pierre,

J’ai déjà voté libéral mais c’était en 1960 avec Jean Lesage. Maître chez nous tel était le slogan… Je m’ennuie de ce temps-là et du temps d’avant avec ses assemblées de cuisine, ses débats contradictoires, ses grandes gueules comme Réal Caouette et l’autre qui avait perdu son dentier lors de son discours (je ne me souviens pas de son nom)…

Dans ce temps là, on n’avait pas de faiseurs d’images, de faiseurs de discours avec chaque mot choisi pour aller chercher l’électorat. C’était souvent tout croche et croche (mais on n’avait nos bouts d’asphalte). Les curés se mêlaient de politique (le ciel était bleu et l’enfer était rouge). Je suis déménagée dans le centre du Québec. J’ai un CAQ criarde comme députée qui je l’espère s’envolera vers d’autres cieux. La politique a toujours entourée nos vies et l’a colorée, nos ancêtres et nous-mêmes ont été et sont sous son influence. Je ne crois pas (je ne veux pas le croire) que nous ne verrons pas notre pays un jour, de même que nos enfants et petits-enfants.

Bon poisson d’avril mon cher Pierre.

Mon message n’est pas un poisson d’avril et je t’en prie réfléchis bien avant de voter le 7 avril, le Parti libéral a perdu de son lustre depuis 1960…

J’ai dû être ambigu dans mes propos.

gaston carré rouge

œuf tourné, saucisses…

 

La première fois que je me suis intéressé à la politique fut en septembre 1959 lors du décès de Maurice Duplessis.

J’avais 10 ans.

J’avais vu le  corbillard noir sur la télé noir et blanc…

corbillard

comp018Faut que j’arrête de parler politique sur mon blogue…

C’est tout vous dire sur mon âge.

À 65 ans, on devrait être rendu sage et les gens dans notre entourage devraient prêter une oreille attentive quand on a quelque chose à dire, un peu comme Lise Payette qui avait sa petite idée sur mon petit cousin.

Le problème dans notre société de plus en plus virtuelle est qu’on n’écoute plus les gens.

On écrit n’importe quoi, n’importe où maintenant, même en conduisant.

On écrit tout ce qui nous passe par la tête, et ce, sans retenue. On n’a qu’à aller lire les commentaires laissés sur Internet suite aux articles qui traitent de politique depuis le déclenchement des élections…

Déprimant!

Les gens écrivent n’importe quoi comme commentaire… sauf bien sûr sur mon blogue Nos ancêtres.

comp018Faut que j’arrête de parler politique sur mon blogue…