Je ne sais pas grand chose…

J’aimerais bien vous identifier tous ces gens sur cette photo.

funérailles_Réal_Thibeault

collection Pearl Lepage

Je ne sais pas grand chose sur ces gens tristes qui sortaient de l’église après une cérémonie religieuse.

Mario Allard en savait plus et le partage avec nous.

Église Ste-Cécile de Trois-Rivières en 1945. Funérailles (cérémonie) pour Réal Thibeault, du régiment de Maisonneuve. C’est le parrain de Pearl Lepage. Il est mort accidentellement au front au mois de mars. L’aumônier un mois plus tôt ! Je suis persuadé que la cérémonie devait être bien lourde pour la famille… Sur la photo de groupe Noé Dalcourt (grand-père de Pearl), la mère en deuil Diane Dalcourt (mère de Réal) et Antoinette juste à côté. Remarquez des soldats du Three Rivers Regiment dans la photo. La caserne du régiment se trouve à quelques pas de cette église. Ils sont certainement venu témoigner leurs sympathies…

Je sais que la mère de Réal Thibeault est sur cette photo.

Diane Dalcourt

Diane Dalcourt

Elle portait déjà le deuil de Josaphat Dalcourt.

Dalcourt_1

Collection Mario Allard

Les visages en disent long sur la tristesse de tous ces gens comme pour la tristesse de son père, le grand-père de Réal.

Noé Dalcourt a perdu un petit-fils à la guerre.

Noé Dalcourt

Noé Dalcourt

On est probablement à la fin mars ou début avril 1945. La guerre n’est pas encore finie, et Réal Thibeault est enterré temporairement quelque part en Hollande loin des siens.

Réal Thibeault

Son corps sera exhumé puis inhumé à Grosbeck par la suite.

On peut lui rendre visite virtuellement en cliquant ici. Réal Thibeault, 20 ans, n’est jamais revenu vers les siens tout comme Adrien Tremblay, le cousin de mon père. 

Adrien avait 22 ans quand il est mort.

2008-08-27 Adrien Tremblay

Adrien est enterré dans le même cimetière.

Je ne sais pas grand chose des parents de Réal, mais j’en sais plus sur ceux d’Adrien surtout sa mère Alice, la soeur de ma grand-mère. J’en sais beaucoup sur Adrien, car j’ai fait venir son dossier militaire d’Archives Canada.

Il a été AWOL plusieurs fois! On l’a shippé en Europe. Alice a attendu toute sa vie le retour de son fils shippé en Europe. Elle pensait qu’Adrien reviendrait un jour…

Elle a attendu jusqu’en 1982, puis elle l’a finalement retrouvé.

Les gens ne savent pas grand chose de cette guerre, ou alors ils aiment mieux ne rien savoir, certains préférant enterrer leur chagrin comme on enterre maintenant un à un les anciens vétérans.

Je me demande si Pearl ne serait pas la petite fille en avant sur la photo de la cérémonie religieuse qui rendait un dernier hommage à son parrain?

funérailles_Réal_Thibeault

Note du bloggeur

Deux commentaires ont été laissés hier suite à mon article sur l’aumônier Dalcourt, et ils ne méritent pas de rester dans l’ombre de la section commentaires. Ils traduisent très bien ma pensée.

1er commentaire

Bravo M. Lagacé ! Quelle belle et émouvante recherche que celle consacrée à la mémoire du Major aumônier Josaphat Dalcourt. Je sais que dans plusieurs facultés universitaires québécoises on essaie désormais d’analyser les raisons concernant le déclenchement des conflits ou de leur conduite comme ceux de la Première Guerre mondiale ou de la Seconde Guerre mondiale tout en laissant derrière comment celles-ci ont eu lieu sur le champ de bataille.

Aussi, je trouve particulièrement admirable que des gens comme vous ou d’ailleurs en Europe soyez assez déterminés et généreux et patients pour reconstituer, morceaux par morceaux, artéfacts par artéfacts, pour reconstituer les faits et gestes des valeureux soldats qui ont souvent choisi de se porter volontaire pour défendre leur pays et leurs idéaux (liberté, fraternité, etc) pour défendre leur famille et leur pays et ce au péril de leur vie.

Il faudrait que les autorités d’ici fassent en sorte que la réforme de l’enseignement de l’histoire nationale du Québec ramène dans ses différents programmes d’enseignement (du niveau primaire au niveau universitaire) les principaux épisodes retraçant le courage et les faits d’armes de tous les militaires Québécois qui ont choisi de sacrifier ainsi leur vie afin que les générations futures puissent survivre à l’oppression des dictateurs (Hitler, Mussolini, etc) de tout acabit ou de toute idéologie (Bushido japonais ou SS allemands ) aussi destructrice que liberticide.

Salutations distinguées.

Daniel Rivière

Membre de la Fondation Aérovision Québec (FAQ) et recherchiste diplômé

2e commentaire

Pierre,

Félicitations!!!

Pour toutes vos recherches qui nous font connaître un peu plus et toujours mieux notre histoire. Ma pensée rejoint Daniel Rivière dans ses commentaires. On devrait apprendre mieux et en profondeur dans nos écoles notre histoire, ce que nos ancêtres ont fait et comment ils ont tracé la voie pour que ce nous sommes devenus aujourd’hui, un peuple fier et déterminé et tout le respect qu’on leur doit, d’avoir fait le don de leur vie la plupart….

Il faut que les gens sachent et se rappellent qu’il y a eu un avant avec nous, sinon comment peut-on connaître leurs apports déterminant si nous ne connaissons pas notre histoire… Moi je suis toujours fascinée d’en connaître toujours un peu plus et je suis fière de mon peuple, nous avons sous nos yeux de belles histoires de courage et de loyauté.

Bravo!!! Bravo!!!

Pour terminer, ce commentaire sur la photo.

As-tu remarqué le nombre de femmes sur cette photo? Les soldats présents sont là comme représentants du régiment donc pas directement liés à la famille. Le Monsieur à droite avec son « coat à queue » est certainement l’entrepreneur de pompes funèbres. Les gens directement concernés par le deuil devaient se vêtir de noir (femmes) et les hommes porter la cravate noire. Il me semble que peu de personnes portent le deuil. C’est en mars? On peut voir une dame avec des souliers sandales? Ça me surprend.

Ajout au commentaire…

Puisque tu tiens compte de ce commentaire, je dirais plus en octobre à cause des chapeaux des femmes qui sont il me semble en feutrine ou en velours…… si on avait été au mois de mars les chapeaux seraient en paille et habituellement plus volumineux…… ça vaut ce que ça vaut…… je m’amuse ne l’oublie pas….. je ne suis pas une compétence.

 funérailles_Réal_Thibeault