No. 34 Canadian Forces Ammunition Depot / Camp Bouchard

On a peu de choses sur le Camp Bouchard sur Internet.

plan Bouchard

No. 34 Canadian Forces Ammunition Depot / Camp Bouchard

Opened in August 1941 at St Therese, near Montreal, by Defence Industries Limited, a subsiduary of Canadian Industries Limited, to make munitions on behalf of the Canadian Government.  Officially known as Allied War Supplies Corporation Project 21, the camp was one of DIL’s premier shell-fitting centres. The complex consisted of 343 buildings over 6000 acres, including offices, shops dormatories, a hospital, assembly lines, a fire hall, a community centre and a power house, all supported by rail lines to transport raw and finished material.  Production ceased in 1945 with peace on the horizon.

In 1946, the centre was taken over by the Department of National Defence and turned over to the Royal Canadian Ordnance Corps (RCOC), beoming No. 4 Ordnance Ammunition Depot.  A year later, the depot was re-designated No. 34 (Central) Ordnance Ammunition Depot, but it was also know as Camp Bouchard when it began being used by reserve army forces as a training camp.

During the 1950s, the ammunition assembly lines were removed, but the camp remained a busy training centre.  Permanent Married Quarters (PMQs) were constructed and the camp became home to the RCOC School’s ammunition wing.

As a result of the unification of the forces in the mid-1960s, the camp was re-designated No. 34 Canadian Forces Ammunition Depot, however, more change was in the wind.

The unification also lead to a reduction and consolitation of bases in Canada.  As a result, operations at Bouchard were terminated in 1969, and the depot itself closed in 1972.

All the military and ammunition production buildings were demolished and today, only the PMQs and a some bunkers remain.  A motor vehicle test centre for Transport Canada now occupies the eastern section of the former camp.

After World War II, the depot was also used as a training area for local Militia units. Most of the property was sold off between 1972-1988.

Source Material: "Abandoned Military Installations in Canada Vol II: Quebec" by Paul Ozorak.

Source de cet article

Ludger Gagnon y était.

Ludger Gagnon1

Sauf que Cécile le savait aussi.

Bonjour Pierre,

M. Ludger Gagnon a travaillé à l’usine de remplissage de munitions du Plan Bouchard à Blainville. Ces infos me viennent de Florian. Les Hogue et Gagnon étaient voisins. C’est ce que sa mère  Alma lui a déjà raconté.

Il existe une vidéo sur You Tube qui raconte l’histoire de cette usine.

Lectrice fidèle,

Cécile G.

Il existe une 2e video.

Les réponses

Voici ma réponse à Véro.

J’ai tes réponses.

La photo avec le plus de monde, c’est le mariage de Fernand Gagnon et Laurence Gauthier à St-Joachim de La Plaine. Le mariage a eu lieu le 10 septembre 1955.

Ludger Gagnon2

L’autre c’est Paul Gagnon et Marielle Therrien. Le mariage a eu lieu le 27 juin 1957 en la paroisse Immaculée-Conception, à Montréal.

Ludger Gagnon3

Moi, c’est cette photo qui m’intéresse…

Cliquez sur la photo.

Ludger Gagnon1

Bonnes vacances de la construction…

Comment résister à la tentation?

Véronique Gagnon, une de mes lectrices, m’a envoyé un petit message sur Facebook.

Sur cette photo je sais que l’homme à gauche est Ludger Gagnon mon grand- père.

Ludger Gagnon1

 

Moi le monde qui cherche des infos sur leur grand-père, ça me fait oublier toutes mes belles promesses de ne rien écrire de l’été. 

Voici donc un petit spécial estival juste pour Véro…

Les deux autres photos…

À droite du marié…

 Ludger Gagnon2

11 septembre 1955

À gauche…

 Ludger Gagnon3

Véro me dit que ce sont les mariages de deux de ses oncles.

On aura plein de gens à identifier.

Comment résister à la tentation?

Pis y avait les Canadiens français

Voici la suite à donner à ce que disait Antoine Bertrand.

Antoine Bertrand

Cliquez sur l’image

Ça me vient de mon petit cousin Michel Tremblay… pas l’auteur…

Salut,

je ne puis répondre directement à ta question mais en lisant le livre suivant que tu trouveras sur Internet: L’évolution du Canada français, 1927. Tu auras une meilleure idée de la race que formaient les Canadiens français qu’en déplaise les Américains de Lowell Massachusetts où les Canadiens français ont connu l’enfer des usines de textile de la Nouvelle-Angleterre.

À plus…Michel! »

Les Franco-Américains et le 4 juillet [Lowell, Mass. 1890]

Pierre Lagacé:

Je suis toujours en vacances…

Originally posted on Patrimoine, Histoire et Multimédia:

>rue Merrimack, Lowell, Mass. v. 1908. LOC

Rue Merrimack, Lowell, Mass. v. 1908. Library of Congress. A gauche, le magasin Bon Marché, fondé par Frederic G. Mitchell.

Article paru dans Le National (propriété de Benjamin Lenthier), publié à Lowell, Massachusetts, le 4 juillet 1890

LE 4 JUILLET

L’anniversaire de la déclaration de l’indépendance des États-Unis ne saurait nous laisser indifférents. Nous avons, au contraire, le droit et le devoir de nous unir à la nation qui fête le souvenir de sa délivrance.

Nous faisons partie de la grande agglomération qui s’appelle le peuple américain, nous jouissons avec lui des libertés que nous a assurées l’acte solennel du 4 juillet 1776. Par notre nombre, mais surtout par notre industrie, par notre conduite paisible et honorable et par notre soumission aux lois, nous contribuons pour une large part à la grandeur de ce beau pays, sur lequel nos pères ont autrefois régné en maîtres. La force des circonstances, qui…

Voir l'original 248 mots de plus