Qui sont ces gens?

997e billet

Vous êtes-vous déjà demandé qui sont ces gens sur la bannière de mon blogue?

cropped-gabarit-our-ancestors

À gauche nous avions deux jeunes femmes inconnues en 2009 quand Sandy ma 3e cousine, une Américaine de la Nouvelle-Angleterre, m’avait contacté pour la première fois quand j’ai transféré mon arbre généalogique de My Heritage sur Ancestry.

Sandy avait plein de vieilles photos qu’elle pensait jeter à un moment donné. Ces deux inconnues ont été identifiées par la suite grâce à la collaboration de plusieurs lecteurs américains de mon blogue Our Ancestors.

Ces sont les soeurs Alexandre: Flavie à gauche et Myra à droite. J’en ai parlé dans ce billet sur Our Ancestors.

Chaque découverte en amenait une nouvelle. Comme ce couple de jeunes mariés. Le jeune marié est le neveu des soeurs Alexandre: Harry Bleau, le fils d’Agnès Alexandre.

On voit Agnes Alexandre sur cette photo de famille prise vers 1897. Agnes est à la droite. Son père Jean-Baptiste Alexandre est au centre et sa fille Myra est à gauche.

Un descendant du petit garçon avec sa grand-mère Philomène Lagacé m’avait écrit une fois…, puis plus rien.

J’ai toujours de la misère à m’y faire.

Sauf que pour une personne qui répond pas ou peu, trois ou quatre répondent emballées de voir leurs ancêtres.

C’est pour ça que j’écris.

Pour arriver à faire les liens avec leurs ancêtres.

C’est pour les descendants de cet homme que j’écris tant. Il est Jean-Baptiste Alexandre (J. B. Alexander) le fils de Philomène Lagacé et de Jean-Baptiste Alexandre père. Philomène est la soeur de cet homme avec deux de ses petits-enfants Harvey et Marie. C’est Stanislas Lagacé alias Dennis Lagasse mon arrière-grand-père dont j’ignorais l’existence en 2007.

picture from Dennis 2

J’ai toujours autant de plaisir à partager mes découvertes que vous en avez à découvrir vos ancêtres.

Michel va écrire le 1000e billet sur mon blogue. Je sais que certains appréhendent la fin du monde après.

N’ayez crainte…

Je tiens de mon grand-père Léo Senior. Il ne pouvait arrêter de jouer à la barbotte… Sans le vouloir il a fait de moi ce que je suis.

Je ne peux arrêter d’écrire.

comp018