Lionel, fils d’Hormidas Sauvé et de Mélina Blondin

No 1

identification des enfants

Vous rappelez-vous du rendez-vous raté de ma femme?

Il y a des gens qui en ratent.

J’écris quand même sur nos ancêtres…

Lionel est le petit garçon à gauche dans la première rangée. Je connais peu de choses sur sa vie, mais j’en parle quand même sur ce blogue juste au cas où quelqu’un Googlerait Lionel Sauvé, Hormidas Sauvé ou Mélina Blondin.

Lionel est le fils d’Hormidas qui est le fils d’Honoré Sauvé.

Vous me voyez venir avec mes grands sabots…

Honoré Sauvé et Julie Leroux

Pas vraiment…

Alvina Sauvé 1884 –

Vélada Sauvé 1886 –

Marie-Louise Sauvé 1888 –

Wilfrid Sauvé 1889 – 1950

Héléna Sauvé 1891 – 1934

Georgiana Sauvé 1893 –

Elzéar Sauvé 1894 –

Aurore Sauvé 1897 –

Roséma Sauvé 1899 –

Aldama Sauvé 1901 –

Almanzor Sauvé 1904 –

Lionel Sauvé 1907 –

Je ne sais pas si le petit Lionel a laissé une descendance. En tout cas je ne trouve rien dans les banques généalogiques. J’en trouverai plus dans le recensement de 1921 quand on le mettra en ligne…

Je sais par contre que son frère Wilfrid en a laissé.

Wilfrid Sauvé et Émiliana Quesnel

Lucien Sauvé

Lucienne Sauvé

Marie-Rose Sauvé

Claude Sauvé 1922 – 1990

Mariette Sauvé 1924 –

Réjeanne Sauvé 1927 – 2001

Je sais aussi que c’est lui qui a aidé mon grand-père Euclide à construire cette maison en 1921…

179 rang Ste-Julie

 

No 2?

Donat Paiement, le frère d’Ida.

donat paiement

L’école de rang

Patience on y arrive.

Belle photo hantée de l’école de rang de Ste-Julie de Ste-Marthe.

école de rang 1915 rang Ste-Julie de Ste-Marthe

Il y a des photos qui nous hantent des fois.

L’institutrice est Adéline Bourbonnais. Elle a marié le beau Denis Quesnel le 5 septembre 1916.

Denis Quesnel

Elle a donc dû quitter l’enseignement à ce moment-là.

Adéline est la grand-mère d’Yvon Quesnel qui a conservé précieusement les centaines de photos de sa mère Simonne. J’ai tout numérisé ça en 2007. J’ai plein de photos d’ancêtres dont je n’ai jamais parlé et dont je ne parlerai probablement jamais… 

Simonne a quitté le monde des mortels en 2008 pour aller rejoindre son papa au ciel depuis 1918 et sa maman Rosina depuis 1955.

famille de Venance Paiement

J’espère que vous croyez au ciel…

Adéline Bourbonnais, fille de Joseph Bourbonnais et d’Eugénie Martineau, est décédée en décembre 1937. Elle était de santé très fragile. Denis Quesnel, son mari, avait demandé à sa sœur Rosina de l’aider pour s’occuper d’Adéline et des cinq jeunes enfants.

Simonne y est allée avec sa sœur cadette Jeannette.

C’est comme ça que Simonne tomba follement amoureuse de son cousin Germain quelques années plus tard. On les voit dans la photo suivante à droite.

Simonne tient la main de son amoureux.

plage d'Hudson vers 1942plage d’Hudson circa 1942

Ma mère est celle qui est juste à côté de Simonne avec le soulier au-dessus de la tête. Ses sœurs Claire et Lucille sont également sur cette photo. 

Mais là je m’éloigne encore une fois de l’école de rang du rang de Ste-Julie…

Tant qu’à m’éloigner je pourrais vous parler du petit Armand Paiement que l’on voit dans les bras de sa maman en 1914…

famille de Venance Paiement

Non?

Bon si vous insistez…

Armand et Rhéa

1942

mariage Armand Paiement et Rhéa St-Amant

30 septembre 1942

Je pourrais aussi vous parler de la fois que j’avais noyé le moteur de leur auto stationnée à côté de leur maison en pesant sur la pédale à gaz quand ma mère avait été leur rendre visite en 1954 ou 1955…

Je ne l’ai jamais refait.

Me semble que c’était un vieux Ford des années 40. En passant, j’ai reconnu plein de monde sur la photo de leurs noces. Bizarrement ma mère n’assistait au mariage.

Je me demande bien pourquoi puisqu’elle avait tellement un esprit de famille.

La fin des classes…

Cette photo, bientôt centenaire, me hante depuis 2007…

Depuis que je l’ai vue dans la collection de vieilles photos de mon cousin, puis depuis que je l’ai numérisée.

école de rang 1915 rang Ste-Julie de Ste-Marthe

La photo des 30 élèves de la classe de mademoiselle Adéline. On retrouve aussi le prénom Délina, Adélina…, même Délima!

J’aimerais la partager avec le plus de gens possibles… Me semble que des descendants aimeraient la voir et l’avoir.

Adéline, c’est Adéline Bourbonnais, la grand-mère de mon cousin Yvon, le fils de Simonne Paiement, la petite fille assise sur la cuisse de son père sur cette photo prise en 1914.

famille de Venance Paiement

J’ai identifié tout le monde sur la photo, même le petit Armand dans les bras de sa maman. Armand est né le 30 juillet 1914. On pourrait déterminer la date de la prise de photo en devinant son âge.

Allez-y de vos commentaires…

Ça c’est Venance, le père, plus jeune, probablement à l’âge de 21 ans quand il devient majeur. C’est mon hypothèse.

Venance_Paiement_jeune

Venance est mort le 22 mars 1918 laissant sa femme Rosina seule dans la vie avec ses huit enfants. Rosina a demandé de l’aide à sa belle-soeur Aldina Paiement, la sœur de Venance.

aldinapaiement2

Aldina avait marié Léon Sauvé.

Léon_Sauvé

Aldina lui a donc envoyé son fils Euclide Sauvé pour aider Rosina avec les travaux de la ferme…

Ce dut être le coup de foudre entre les deux j’imagine, car Rosina et Euclide se marièrent le 8 avril 1919.

photo de mariage grand-parents

Leur première enfant fut la petite Aline…

Rosina et Aline 1

La petite Aline ressemblait comme deux gouttes d’eau à Aldina Paiement sa grand-mère paternelle.

Aldina Paiement

Aldina_Paiement

Mais là je m’éloigne encore de mon propos, la photo de l’école de rang du rang de Ste-Julie pris en 1914.

école de rang 1915 rang Ste-Julie de Ste-Marthe

Qui sont tous ces enfants?

Mon cousin avait commencé la recherche. Je vous montre ça la prochaine fois question de ne pas trop surcharger ce billet.

identification des enfants Ida Paiement n’est pas numérotée sur la photo. Ce n’est pas nécessaire.

Grand-papa!

C’est à mon tour de me faire faire plaisir…

Et comment!

Aldama et Euclide

Aldéma Sauvé et mon grand-père Euclide

Mon petit cousin m’a envoyé un diaporama de famille hier.

Pas mal bien fait même si la lignée des Sauvé manque des photos de ma collection.

Aldéma Sauvé 1956 Roger Sauvé

Le plaisir de partager et de nouer des liens avec des gens inconnus pourtant si rapprochés et intéressés par leurs ancêtres.

Je comprends maintenant la réaction de Réjeanne Paiement en voyant la photo de sa maman.

Ida Paiement

Grand-papa!

Aldama et Euclide

Je comprends moins l’attitude de son frère par contre à moins que ma tante ait mal compris ce que Réjeanne lui avait raconté au sujet de cette photo que son frère ne voulait pas partager.

Je ne partage jamais sans permission les photos des autres sauf celle-ci…

Grand-oncle Aldéma!

Aldama et Euclide

et celle-ci…

Grand-maman Rosina!

mariage Aldama Sauvé photo de groupe

En passant je reconnais Horace Leclerc, le mari d’Alma Sauvé, sur la photo…

Bon je me calme.

Horace Leclerc et Alma Sauvé

Maman!

C’est mon dernier billet au sujet de l’encan des biens de mon oncle Florent et de ma tante Evelyne. Je garde la suite pour ma nouvelle petite cousine et mon nouveau petit cousin…

Aldama et Euclide nos grands-pères…

Maman!

C’est ce que Réjeanne Besner a dit en voyant la photo de sa mère Ida Paiement, la fille de Venance et de Rosina. C’est ma tante Evelyne qui m’avait dit ça en 2011.

Le frère de Réjeanne en possédait une, mais étrangement il n’aurait pas voulu lui en faire une copie…

Étrange…

Ida Paiement

L’as-tu appelé pour le remercier? lui avait dit ma tante lorsqu’elle l’avait revue par la suite…

Réjeanne ne l’a jamais fait.

Probablement trop gênée même si on s’est vu lors de deux enterrements par la suite.

Cépasgrave…

La petite Ida Paiement se retrouve aussi sur cette belle photo. Tous des enfants de l’école de rang de Ste-Julie de Ste-Marthe.

On serait en 1914 selon mes recherches.

école de rang 1915 rang Ste-Julie de Ste-Marthe

C’est mon cousin Yvon Quesnel qui l’avait dans la collection de vieilles photos de sa mère Simonne. Je les ai toutes numérisées.

Il avait essayé d’identifier les enfants.

identification des enfants par Yvon

Je lui en suis très reconnaissant, car j’ai pu faire plusieurs liens avec plusieurs de ces enfants et leurs descendants.

Intéressé?

Avez-vous vraiment le choix?

On a toujours le choix…

En passant…

Je me demande si Réjeanne a une copie de la belle photo de l’école de rang…

Trop drôle pour laisser dans la section commentaire…

De Pierre Coulombe…

J’aurais pu participer à l’identification des objets, mais je trouvais que je n’avais pas assez de réponses.

identification des objets

1. coffre d’outils, premier achat de ma femme : J’avais supposé mais ce qui m’apparaît comme la poignée maintenant me posait problème.

2. bacul qui venait avec le coffre, le tout pour 5 $ ¨Ca je l’avais. J’en ai assez vus quand j’étais jeune.

3. sacoche de ma femme utile lors d’un encan, 5$ en moins Je me suis gratté la tête et ai pris l’objet pour un appareil mystérieux dont je n’aurais su que faire.

4. pied gauche de ma femme, ça n’a pas de prix… Je savais pas que c’était celui de votre femme, mais je savais que c’était un pied.

5. pied gauche du mari de ma femme, pour l’aider à marcher dans le droit chemin..Non, là j’étais dans le champ..

6. gros pot pesant en grès dont l’utilité m’échappe pour le moment et que ma femme ne voulait pas que je l’échappe en le transportant à l’auto stationnée assez loin sur la route Pour moi ça ressemblait à un pot de grès dans lequel ma mère faisait ses cornichons ou son lard salé, mais je cherchais le couvercle.

7. petit pot en grès pour recueillir l’urine des vaches selon l’encanteur… sans blague  Un de mes oncles qui travaillait sur une ferme spéciale était attitré à recueillir l’urine des juments qu"on utilisait alors pour, paraît-il faire de la pénicilline. C’était dans les années 40.

8. coffre contenant un jeu de douilles et une clé à molette que j’ai achetés (je me suis laissé prendre au jeu)  Je me doutais que c’était quelque chose comme cela, mais de là à identifier le contenu…

9. ciseaux de jardin pas si antique que ça, mais venait avec le numéro 10 Oui, je l’avais.

10. pinces, utiles dans plusieurs situations, mais surtout pour mettre des bûches dans le poêle J’étais pas loin : un tisonnier.

11. pied d’une chaise pliante amené avec son lunch par un habitué des encans qui durent des heures et des heures  ça a plutôt l’air d’une casquette.

12. faux… Oui, j’en étais sûr.

Faux! Oui une vrai faux…

Vous perdre en chemin

J’espère ne pas vous perdre en chemin encore une fois avec ce billet…

Juste vous dire avant que je me suis trouvé de la nouvelle parenté grâce à Facebook et à une photo de mariage de la collection de ma tante Evelyne que je possédais depuis 2007.

1956 Roger SauvéMe semble qu’il avait dit qu’il la mettrait juste une fois…

Je prends beaucoup de photos avec mon cellulaire Nokia bas de gamme, et je tenais à en prendre quelques-unes pour immortaliser l’encan de dimanche dernier.

Photo4260

Des photos de l’enterrement d’une vie de maison…

Photo4263

Cette photo est intéressante.

Photo4261

La maison à droite au fond est sur le terrain de Philippe Besner. Je dis terrain, car l’ancienne maison dont je veux vous parler n’est pas celle-là qui est trop récente.

En face, c’est la maison de son frère Raymond, le père de Viateur que j’ai rencontré comme ça par hasard et qui voulait tant une photo de sa tante Ida Paiement.

Ida Paiement

On retourne dans ma machine à voyager dans le temps le soir du 5 ou 6 février 1955 dans la maison située au 179, rang Ste-Julie.

179 rang Ste-Julie

On doit être le 6 février, car Rosina aurait été enterrée le 7 février. Rosina est morte le soir du 4 février d’une thrombose coronaire (je me rappelle encore de ça et de tous les détails racontés par mon oncle Florent) et enterrée j’imagine trois jours plus tard.

Disons qu’on est le 6 février au soir… ou bien le 7…

De toute façon, peu importe la date, ma grand-mère Rosina repose en paix dans un cercueil dans le salon en avant de la maison du 179, rang Ste-Julie, remplie de monde, et le petit Pierre âgé de 5 ans, un mois et 7 jours environ, doit cogner des clous, car ses parents, pensant bien faire, vont me mener chez le gros Philippe pour qu’il y passe la nuit.

gaston lagaffe 2

Mauvaise idée, car le petit Pierre, déjà le cœur gros d’avoir fait une première rencontre avec la mort, fait la rencontre du gros Fernand Besner, le fils du gros Philippe et d’Ida. Fernand, qui est le jumeau de Réjeanne, est né handicapé et est assis écrasé dans sa chaise roulante. En voyant le petit Pierre, Fernand tout content lui lance un gémissement en guise de bonsoir… 

C’est trop gros pour le petit Pierre trop sensible qui se met à vomir partout…

Ses parents le ramènent au 179, rang Ste-Julie.

179 rang Ste-Julie

Le petit Pierre se rappelle encore du cercueil, mais il ne se rappelle plus ni de la suite ni de l’enterrement de grand-maman Rosina le lendemain matin.

Tiens, je ne l’avais jamais appelé avant comme ça ma grand-mère Rosina.

Rosina_Quesnel

Bon, maintenant voici les réponses au quiz d’hier… dont seulement une personne, ma fille, a participé. Elle a de l’esprit de famille ma fille, la fille préférée de son père.

identification des objets

1. coffre d’outils, premier achat de ma femme

2. bacul qui venait avec le coffre, le tout pour 5 $ 

3. sacoche de ma femme utile lors d’un encan, 5$ en moins

4. pied gauche de ma femme, ça n’a pas de prix…

5. pied gauche du mari de ma femme, pour l’aider à marcher dans le droit chemin…

6. gros pot pesant en grès dont l’utilité m’échappe pour le moment et que ma femme ne voulait pas que je l’échappe en le transportant à l’auto stationnée assez loin sur la route

7. petit pot en grès pour recueillir l’urine des vaches selon l’encanteur… sans blague

8. coffre contenant un jeu de douilles et une clé à molette que j’ai achetés (je me suis laissé prendre au jeu)

9. ciseaux de jardin pas si antique que ça, mais venait avec le numéro 10

10. pinces, utiles dans plusieurs situations, mais surtout pour mettre des bûches dans le poêle

11. pied d’une chaise pliante amené avec son lunch par un habitué des encans qui durent des heures et des heures

12. faux…

Faux! Oui une vraie faux…

Euclide Sauvé, Rosina Quesnel et Florent en 1941

Euclide, Rosina et leur fils Florent dans leur champ de lin en juillet 1941

En passant, j’ai seulement une fille…

Photos de famille 060