Des filles à marier

Intéressant ce que contient le site Migrations sur nos ancêtres.

Intéressant…

Plutôt un incontournable.

Le site nous replonge dans l’histoire de nos ancêtres comme celle des ancêtres de mes petits-enfants.

Photo3848

Dis grand-papa… Parle-nous encore des filles à marier…

Photo3740

et du chien de Lambert Closse.

Catherine Lorion était une fille à marier.

On retrouve le pot aux roses ici.

filles à marier

Catherine n’était pas la seule fille à marier.

Cliquez ici pour les L. 

Catherine Lorion s’est mariée quatre fois, mais ça vous le savez déjà. Les quatre actes de mariage sont sur le site Migrations.

Mais le plus intéressant est le témoin au mariage de Nicolas Millet et Catherine Lorion.

XXX- LORION Catherine et MILLET Nicolas

09 avril 1657 N.D. de Montréal

Fille de Mathurin et de Françoise MORINET, veuve de Jean SIMON

Fils de Jacques et de Jeanne VINCENT

Prêtre: Claude PIJART de la Société de Jésus

Témoins:

Lambert CLOSSE

Gilbert BARBIER

Jacques ARCHAMBAULT

Lambert Closse!

Quand on dit Lambert Closse, moi ça me sonne une petite cloche dans ma tête de petit enfant sur les bancs d’école dans les années 50.

Le chien de Lambert Closse!

La guerre en Amérique, plus précisément la petite guerre, se pratiquait traditionnellement sur le mode de la chasse avec ruse et courage, par escarmouches et par surprises. À cet égard, les chiens jouaient un rôle essentiel de gardiens et de sentinelles, prévenant du danger, débusquant l’ennemi. Le chien le plus célèbre dans ce rôle fut Pilote, le chien de Lambert Closse, au début de l’histoire de Montréal, dans le contexte des guerres iroquoises. Le chevalier Henry Bouquet, celui-là même qui distribua aux émissaires de Pontiac des couvertes empoisonnées par la variole, était, à titre d’officier au fort Pitts (Pittsburg) en Ohio, responsable de deux compagnies de 50 cavaliers chacune. À la manière des conquistadores espagnols, puis des chasseurs d’esclaves, il fit accompagner chacun des cavaliers d’un gros chien de chasse « pour découvrir l’ennemi caché en embuscade, le suivre à la piste : ils saisiront le Sauvage nu par ses parties charnues et donneront le temps par là à leurs maîtres de le joindre15».

Pilote!

J’ai toujours aimé les chiens.

Le chien le plus célèbre dans ce rôle fut Pilote, le chien de Lambert Closse, au début de l’histoire de Montréal, dans le contexte des guerres iroquoises…

Grand-papa…
Pas Pinottes, Pilote!