Noé

Noé est le père de Julia Roy.

Julia est la mère d’Irène.

Irène est la mère de Michel.

C’est Marie-Thérèse qui a finalement trouvé la belle Julia. Elle m’offrait gentiment son aide…

Bonjour Magnifique blogue ! Je fais de la généalogie depuis 18 ans et je vois que vous cherchez les parents de Julia Roy….. Pourriez vous me dire avec qui elle était mariée ? Je pourrais peut-être vous aider!

Marie-Thérèse Boutin

En quelques minutes, après un échange frénétique de courriels, Marie-Thérèse, que je soupçonne d’être une tite sorcière, a finalement trouvé notre belle Julia.

1882 Julia 1 1882 Julia 2

Je n’avais pas eu peur de toute cette frénésie, car je me suis un peu reconnu côté frénétique.

On aurait dit deux piranhas généalogistes à la recherche d’une proie.

piranha

Marie-Thérèse excitée… pas à peu près, mais oh combien efficace. Tout y a passé: registres, recensements… ça serait long à raconter.

Maintenant Julia n’est plus ce doux prénom dans la mémoire d’enfant de Michel. Elle est maintenant bien plus.

Marie-Thérèse m’a permis de retrouver toute la famille de Julia, père, mère, frères, sœurs, grands-parents et ses ancêtres Jacques Roy et Martine Legrain. 

Olivier Roy-Leroy est le fils du marchand de grain Jacques et Martine Legrain de Frontenac-sur-Orne en Normandie. Il épouse à Québec Madeleine Rentier dite Courcoul, fille de Philippe et Marie Cotteray, en 1668. Ils s’établissent à Charlesbourg et ont 6 enfants. Au recensement de 1681, il possède 4 bêtes à cornes et 13 arpents de terre en valeur. Il est nommé huissier de Notre-Dame-des-Anges. Il est hospitalisé à l’Hôtel-Dieu de Québec et décède à Charlesbourg en 1699. (source Mes Aieux)

Charlesbourg… 1681…!

Diantre!

Mon ancêtre Michel Mignier dit Lagacé est né à Charlesbourg en 1682!

Informations Généalogiques

André Mignier dit Lagacé n.le 11/04/1651 à Le-Bois-Ré, d.21 s.22/05/1727 à La Pocatière m.23/10/1668 à Notre-Dame de Québec à Jacquette Michel (Michaud) n.vers 1637  à Ste-Catherine de la Flotte d.28 s.29/11/1710 à Rivière-Ouelle.

  1. André n.4 b.6/10/1669 à Québec 1er m. 10/11/1693 à Rivière-Ouelle à Marie-Charlotte Pelletier, 2e m. 31/05/1701 à Rivière-Ouelle à Françoise Ouellet; s.4/02/1729 à St-Anne de la Pocatière.
  2. Marie n.13 b.14/10/1671 à Québec, d. après 1681.
  3. Françoise n.27 Charlesbourg b. 29/06/1674 à Québec m. 1690 à Robert Morin.
  4. Marie-Anne n.16 Charlesbourg b.18/01/1677 à Québec m.10/11/1693 à Rivière-Ouelle à Philippe Boucher.
  5. Marie-Madeleine n. et b.24/08/1679 à Charlesbourg 1er m. 18/01/1701 à Rivière-Ouelle à Nicholas-Claude Lizot, 2e m. 25/11/1709 à Rivière-Ouelle à Félix Aubert.
  6. Michel n.18 village de St-Joseph b.19/04/1682 Charlesbourg 1er m. 28/07/1705 à Cap St-Ignace à Angélique Thibault, 2e m. 6/08/1736 à St-Anne de la Pocatière à Marie-Louise Pinel. (source)

Un voyage dans le temps et l’espace qui commence cette semaine pour mon ami Michel qui n’est encore qu’un vieux copain de collège virtuel retrouvé après 45 ans…

Maisonneuve P. Lagacé

 

Tout ça pour me faire payer finalement une petite poutine au ti casse-croûte de St-Norbert.

Faut le faire…

poutine

About these ads

9 réflexions sur “Noé

  1. Whoaaaaaa, bébé! Commençons par le plus important:

    1. Je pense m’être trouvé une NOUVELLE idole généalogique en la personne de Marie-Thérèse.

    2. J’AVAIS donc instinctivement raison quant à la provenance canadienne/québécoise de la belle Julia, contrairement à ces pseudo experts qui s’appuyaient sur leur pseudo données scientifiques pour aller la faire naître aux States! (J’avais beau rappeler timidement mon point de vue, je me heurtais systématiquement à une fin, péremptoire, de non-recevoir — clin d’oeil à Denise)

    3.  »Olivier Roy-Leroy… fils du marchand de grain Jacques Legrain »: le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a de la suite dans les idées dans ma famille

    4.Des ancêtres unis par un même village : Sainte-Anne-de-La Pocatière/Rivière-Ouelle. On ne s’en sort pas…

    5. Précision: La photo en fin d’article n’est pas celle du petit Michel, mais bien celle du petit Pierre (beau brummel à l’époque avec tous ces cheveux…) fournie au petit Pierre par le petit Michel

    6.  »Tout ça pour me faire payer finalement une petite poutine au ti casse-croûte de St-Norbert. » Faut le faire, en effet, comme dit l’autre! Primo: TE payer une petite poutine? Me semble que, jusqu’à tout récemment, c’était plutôt l’inverse??!! Quant au  »ti casse-croûte de St-Norbert », me semble avoir mentionné comme ça, mine de rien, que 500 km aller-retour pour aller manger une  »tite poutine », c’était un peu excessif? Ça sonne une cloche ou deux?

    7. 1er avril? Hmmmmmmm. Ça sent un peu le poisson, tout ça. Mais mon ancien ami le généalogiste AMATEUR :-D ne me jouerait pas un tour aussi cruel…. après tant d’années, n’est-ce pas?

    8. Je te passe le Diantre (CETTE FOIS-CI)

    9. GRAND merci aux deux généalogistes pour leurs infatigables recherches. Il ne manque qu’une photo ou deux (que je cherche toujours désespérément), qui fasse connaître la belle Julia à l’univers généalogique et la boucle serait — ne serait-ce que temporairement — bouclée.

    • Pour la photo… Une petite prière à St-Antoine pour les objets perdus ou alors à St-Jude pour les causes désespérées…
      Pour la poutine, en fait, je n’aime pas tellement ça finalement, mais dans la vie faut bien faire des ti sacrifices.
      On se repogne.
      Joyeux Premier Avril sans poisson pour cette année.

      • Le chat sort finalement du sac. Je parle de la poutine. À vrai dire, je n’en raffole pas particulièrement non plus. Deux roteux steamés au Montreal Pool Room, accompagnés d’une frite et d’une canette de Pepsi?

        Ça serait à négocier.

  2. En passant Michel, j’ai bien aimé ton ti commentaire. J’ai vraiment hâte au 1000e article sur ce blogue. Tu te rappelles, tu avais écrit que tu te le réservais. J’ai vraiment hâte de te lire.
    Je comprends maintenant Cécile qui me disait en 2008 que mon blogue était une vraie drogue.

  3. La pétillante Carmen ne s’étant pas manifestée le 24 pour me donner mon cadeau d’anniversaire d’une photo de mon grand-père maternel — Arthur Hotte –, je me tourne (en désespoir de cause?) vers la non moins sémillante Marie-Thérèse pour lui faire humblement la même demande.

    Qui sait? Le hasard fera peut-être bien les choses cette fois-ci…

    N’oubliez pas, Marie-Thérèse: je vous ai appelé rien de moins que ma  »nouvelle idole généalogique »! Ça vient avec des responsabilités, un pareil titre. J’dis ça comme ça… Pas de pression. ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s