Pierre Lagacé:

Un autre blogueur aimait mon billet sur le bungee.

Originally posted on Elsasser Wurtzle:

mort2b

Dans une société qui aseptise tout dans un universalisme douteux, la mort devient un sujet tabou. Les cimetières, autrefois en plein milieu des villages, se retrouvent de nos jours excentrés. La mort est dissimulée, comme on dissimule la vieillesse… On n’a pas à chercher bien loin, les exemples se bousculent !

Avant l’on mourrait, en son domicile, avec les siens; maintenant on meurt dans la solitude et dans la froide impersonnalité d’une chambre d’hôpital…

La mort est dissociée de la vie, alors que par le passé elle était comprise comme étant "l’autre face" d’une même pièce. Devant cette absurde négation de l’aspect le plus déchirant de la vie, il n’y a plus rien d’étonnant à ce que l’on considère de manière hâtive, le généalogiste, comme un étrange collectionneur de cadavres!

On fuit la mort, elle est malsaine et donc la généalogie n’a que peu d’attraits. Tous les anciens le savent, les arguments…

Voir l'original 290 mots de plus

3358, rue Ontario à Montréal

Je suis retourné 50 ans en arrière l’année dernière en allant sur la rue Ontario de mon adolescence.

J’ai plein de souvenirs quand je demeurais dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. J’habitais avec mes parents au 3e étage  juste en haut de la pharmacie au coin sud-ouest de Davidson et Ontario.


Un grand 7 et demi. La famille est demeurée là de 1960 à 1966 environ. Les dates précises n’ont pas tellement d’importance finalement. On n’avait pas de fleurs dans le tapis du salon. En fait, pas de tapis. La photo suivante a été prise du balcon. Mon frère Gilles l’avait apportée au début janvier avec celles que je vous ai montrées de mon père en 1950 quand il est rentré au Service Incendie de Montréal.

Gilles 003-1On aurait une photo de la parade de la Fête-Dieu, mais je ne suis pas certain. Je me rappelle par contre d’une procession dans les rues du quartier et des premiers vendredis du mois. 

J’ai été servant de messe vous savez. Pas une étape importante dans ma vie par contre. Pourtant, j’étais peut-être destiné tout comme mon frère à la prêtrise.

Photos de famille 018

Fascinant n’est-ce pas…

Photos de famille 037

Imaginez juste les sermons fort intéressants que j’aurais prononcés. Je me serais sûrement fait taper sur les doigts par l’évèque, mais les paroissiens ne seraient pas tombés endormis d’ennui pendant mes sermons.

Faut dire que je n’aurais pas eu de deux beaux petits-enfants et que je n’écrirais pas cette petite tranche de vie de ma petite vie. Bon, j’ai une autre photo à vous montrer…

Celle de la petite Pauline. Deux de ses filles m’ont trouvé sur Our Ancestors.

Wow! These photos are my family! My mother, Pauline Kaminski and her brother, Peter are with my Nana (Freida Kaminski Bleau) and their cousin, Joanie. I would like to know more about your search and our connection.

Comme d’habitude, je vous en reparle lundi prochain, question de ne pas prendre trop de votre temps.