Marie Dépau

Ça ne change pas le monde sauf que…

Une grande découverte!

On connaît déjà ce petit bout de notre histoire du Canada …

Les Frève

François Froebe, fils de l’archiduc Germain Froebe et de Louise Rupelle, est né en 1759 à Mulhausen en Alsace. Enrôlé de force dans le régiment d’Anhalt, il réussit avec quatre compagnons dont Dickner, Phristern et Hurst à fuir la frégate Delight ancrée près de Rivière-Ouelle en 1780.

Recueilli par Antoine Lizotte, il s’engage chez Joseph Francoeur, cultivateur de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et par la suite s’engage sur le bateau de Jean-Baptiste Pelletier qui fait du cabotage sur le fleuve Saint-Laurent.

Abjurant le 2 janvier 1786, il épouse Marie Dépau le 20 février suivant et reconnaît son fils, Joseph-François, né le 10 janvier 1784.

Sauf qu’on ne connaît pas encore l’histoire d’Alphonse Frobe, un descendant de François Froebe, fils de l’archiduc Germain Froebe et de Louise Rupelle…

Et l’âge de Marie Dépau en 1852. 

fiche Alphonse Frobe

Je veux vous parler d’abord de Marie Dépau grâce aux informations contenues sur cette page du recensement de 1852 à St-Georges de Cacouna.

Personne n’avait pris la peine d’indexer cette page.

1852 Marie Dépau

Marie a 93 ans!

Elle est veuve et elle vit avec son fils François Frève et sa femme Angélique Souci…

Toute la famille Frève s’y retrouve dont le petit François, 7 ans, l’ancêtre d’Alphonse Frobe, gérant à Montréal en 1911.

1911 famille Alphonse Frobe

Alphonse  habite au 705, rue St-Denis à Montréal.

705 rue St-Denis

Google Maps Street View

On en trouve des choses intéressantes dans les recensements. Toute information est à valider, mais c’est un bon point de départ pour poursuivre ses recherches comme l’a fait ma nouvelle lectrice qui pitonnait sur Google cette semaine. Elle est tombé par hasard sur mon billet sur les Frève.

Un heureux hasard… et la tentation soudaine de m’écrire un petit commentaire…

Bonjour M. Lagacé,

Je débute la généalogie et j’ai quelque peu de difficultés à me retrouver dans tout cela. Je suis née à Montréal et mon père Yvan Frobe vient de la région de Mont-Joli. Je sais que nous sommes de descendance allemande (ce que j’ai pu retenir des cours d’histoire de mon père dans mon jeune âge), mais je sais aussi que mon père disait que le nom Frobe avait été modifié – qu’ il y aurait eu une sorte de scission pour Freve ou quelque chose du genre. – Mon grand-père Wilfred Frobe était le fils d’Obeline Ross et d’Alphonse George Frobe dont le mariage fut célébré le 28 juillet 1887 à Ste Flavie – il était semble-t-il le fils de François Frobe et d’Honorine Langlais ou Langlois qui s’était épousé en 1856 à Cacouna. Semble-t-il que mon arrière grand-père portait le nom de Freve??? et qu’il avait un demi-frère Gédéon -

Je sais que les Frobe ne sont pas chose courante au Québec, mais mon père a terminé je crois la lignée car nous ne sommes que des filles et le frère de mon grand-père, Fortunat Frobe, a lui aussi eu des filles seulement.

Pourriez-vous m’indiquer vers quel endroit orienté mes recherches afin de faire un voyage au pays de mes ancêtres?

Vous pouvez me répondre à l’adresse courriel… 

Je vous remercie de l’attention que vous apporterez à ma demande et merci à l’avance de m’aider dans ce beau méli-mélo.

Elle ne se doutait sûrement pas de ce qui l’attendait sur son chemin comme Michel. En passant, j’ai oublié de vous reparler de Michelle, la petite Américaine, et de Maria Landry.

Ça va attendre la fin de l’histoire de la famille Frève.

Je suis en train de préparer une grande réunion de famille pour Noël!

santa51

Alphonse…

Alphonse Ménard, le père de Simonne Ménard, était en fait Alphonse Delanoue dit Ménard.

Pourquoi on dit "dit Ménard" quand son père est Pierre Delanoue, né en France vers 1836?

Mystère!

Mais il y a encore plus mystérieux, car ma cousine m’a écrit un courriel au sujet de sa grand-mère maternelle…

Simonne a été adoptée!

gaston_1

Alphonse Delanoue dit Ménard, le père de Simonne Ménard, était en fait son père adoptif.

Carole connaît  par contre le nom de la mère et toute l’histoire derrière l’adoption. Avec les infos de ma cousine, j’ai réussi à trouver le père. On va donc en rester là, car je n’aime pas naviguer dans les eaux troubles des secrets de famille.

z2701_archimede

Ce qui m’amènera à vous parler d’un autre Alphonse et du recensement de 1852 la prochaine fois.

Une grande découverte!

Les Frève

François Froebe, fils de l’archiduc Germain Froebe et de Louise Rupelle, est né en 1759 à Mulhausen en Alsace. Enrôlé de force dans le régiment d’Anhalt, il réussit avec quatre compagnons dont Dickner, Phristern et Hurst à fuir la frégate Delight ancrée près de Rivière-Ouelle en 1780.

Recueilli par Antoine Lizotte, il s’engage chez Joseph Francoeur, cultivateur de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et par la suite s’engage sur le bateau de Jean-Baptiste Pelletier qui fait du cabotage sur le fleuve Saint-Laurent.

Abjurant le 2 janvier 1786, il épouse Marie Dépau le 20 février suivant et reconnaît son fils, Joseph-François, né le 10 janvier 1784.

J’espère que je ne vends pas trop la mèche…

Cette expression est née au milieu du XIXe siècle, par croisement avec "éventer la mèche" (fin du XVIe siècle). Celle-ci provient du langage militaire où l’on perçait la mine afin d’en laisser la mèche à l’air libre et la faire exploser. Par extension, cette expression a pris le sens de "divulguer un complot". Enfin, elle s’est ensuite transformée en "vendre la mèche", le verbe "vendre" étant à comprendre dans le sens de "trahir".

Les cimetières du Québec

Un site à découvrir… avant de découvrir les ancêtres maternels de Carole.

À propos

Bienvenue sur une visite virtuelle des cimetières du Québec. Que ce soit pour des recherches généalogiques, ou pour vous balader, nous vous souhaitons une bonne visite!

Le site résidait sous les signets de Diane lorsqu’il a été déménagé ici. L’idée d’un site Internet vient de Diane Labrèche et de sa soeur Nicole qui adorent toutes deux se balader dans les cimetières dès qu’elles en ont la chance. Au fur et à mesure de leurs expéditions, des photos furent prises et continuent de nourrir ce site encore aujourd’hui.

Certains cimetières ont été photographiés en entier, d’autres partiellement, mais nous espérons les compléter sous peu. Des informations qui ne font pas partie de l’épitaphe sont parfois ajoutées dans la base de données ; elles ont été obtenues suite à des recherches dans les registres des paroisses.

Cet exercice de programmation php branché sur une base de données MySQL à été réalisé en deux jours par Vincent Drouin de Netdigo avec l’aide de Rémi St-Onge de Les Productions Tornade.

Si vous voyez une erreur, une omission ou que vous désiriez ajouter ou corriger une information, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton "Je désire corriger ou ajouter des informations"

Vous pouvez aussi écrire directement à Diane ici

Bonne visite!

J’ai mis le lien vers ce site dans la colonne de droite sur mon blogue. Vous pourrez y accéder facilement tout comme le site du cimetière Repos St-François d’Assise où j’ai retrouvé des informations sur le grand-père maternel de Carole. Ce fut le point de départ de cette histoire "vraie".

Mon blogue est un "vrai" roman savon interminable comme les soap operas américains.

Soap Operas

La recette est de retenir son auditoire captif…

Ce n’est pas mon intention, car je ne fais pas une cenne avec mon blogue et tous les autres d’ailleurs.

Juste du pur plaisir égoïste comme me l’a dit George Stewart, le pilote de Mosquito canadien que j’ai rencontré pendant 5 heures chez lui à Hamilton en septembre 2011.

Revenons à Carole et au cimetière…

Voici l’information pour son grand-père, fils de Frank Raffa et Maria Trefero…

RSFA Frank Raffa

Pour Simonne Ménard…

RSFA Simonne Ménard

Frank, Simonne et leur fille Geneviève sont enterrés dans le même lot familial.

RSFA lot familial Raffa

Simonne est la fille de Clara Clouthier et d’Alphonse Ménard selon le registre du cimetière.

BMS 2000 révèle une information surprenante sur Alphonse…

On se repogne.

En attendant vous pouvez aller lire le commentaire fort intéressant laissé hier par Rose-Emmanuelle.

Merci d’avoir répondu à ma question j’étais tellement heureuse!

J’ai ramassé beaucoup d’information sur ma famille et j’ai même retrouvé des cousines! Mes oncles et mon grand-père, Henri Desfossés, m’ont beaucoup aidée et si vous avez besoin d’information dites-le-moi! Et aussi, je tiens à vous dire que de l’avis de plusieurs membres de la famille Desfossés que personne de la famille n’a hérité de son don! Si J-A était encore vivant je suis sûre qu’il m’appuierait!

Quiconque ose s’attribuer son don est un usurpateur!

Et je voulais aussi mentionner que dans notre famille il y a plus qu’un seul don! En fait Thérése Desfossés qui est morte récemment, épouse de feu Léo Blanchette était la soeur de J-A et l’arrière grand-mère de mon amie. Elle avait le don de voir les esprits et elle a transmis son don à mon amie. J’en ai été souvent témoin!

Thérése voulait me rencontrer pour me dire des informations importantes, mais elle est malheureusement morte! Paix à son âme. Et pour finir je voudrais dire que j’ai percé plusieurs mystères cette année et que maintenant je sais que les dons sont vieux et que plusieurs Desfossés en ont, certains plus forts que les autres, mais il faut juste apprendre à s’en servir et certains sont nés avec le don déjà développé.

Rose-Emmanuelle Desfossés

La rue Prieur

Épilogue…

Dans un de ses multiples commentaires, Michel voulait que je lui reparle de mon oncle Jean-Louis, le sosie d’Elvis. 

Qu’en est-il de ce fameux Jean-Louis qui, si tu veux mon humble avis, n’a physiquement RIEN de cette idole de toute une génération et de celles qui ont suivi?

elvis-portrait1sm

 

Je ne me ferai pas prier, surtout que je vais sauter sur l’occasion pour enchaîner et vous parler de ma cousine Carole qui elle aussi lit mon blogue par les temps qui courent.

Elle met rarement des commentaires cependant…

La semaine dernière, Carole m’avais écrit un courriel avec ce petit mot gentil à propos des photos que j’avais mises de son père…

Comme tous les jours ou presque, je viens de lire ton article sur oncle Jean-Louis et tante Denise. Sur la photo où sont grand-maman Juliette et Denise, il y a une troisième personne et je suis certaine que c’est ma tante Irène, la soeur de ma mère. Ils habitaient en face je crois.

Juliette Métayer et Denise

Le monde est petit hein????

Je lui montrerai cette photo lorsque je la verrai puisque qu’elle est toujours vivante. Elle a 71 ans mais elle ne les fait pas.

Je te reviens avec ses commentaires.

Bonne journée.…

Pas mal gentil hein…!

Ma cousine est la fille de mon oncle Jacques, le petit gars en bas de l’escalier sur cette photo prise en 1941. Son frère Jean-Louis est derrière sa soeur Huguette qui est décédée il y a deux semaines.

photo des enfants sur la rue Saint-André

Pour revenir à la demande initiale de Michel à propos d’Elvis, revoici Jean-Louis…

Jean-Louis Lagacé photo sur le mur

Il est sur la photo accrochée au mur derrière les gens.

Jean-Louis Lagacé photo sur le mur 1

Les jeunes mariés sont les parents de Carole.

Jean-Louis Lagacé photo sur le mur

On voit mes grand-parents, le beau Léo et sa belle Juliette. Mon oncle Marcel est dans la chaise roulante.

On y voit aussi les grands-parents maternels de Carole, son grand-père Frank Raffa à l’extrême-droite et sa grand-mère Simone Ménard coupée en deux sur la photo.

J’ai de très vagues souvenirs de sa grand-mère, vue une seule fois d’ailleurs…

C’est justement d’elle dont je veux vous parler. J’ai trouvé que Simone est la descendante de Pierre Delanoue dit Ménard. 

Je suis certain que Carole va dévorer mes articles comme j’ai dû dévorer les "tites" sandwichs lors de la réception de mariage.

1958 mariage Jacques Lagacé Pierre

Elle verra comment j’ai pu arriver à retracer un autre de ses ancêtres maternels grâce à mes recherches sur son grand-père Frank et ensuite, réaliser pleinement comment le monde est vraiment petit en généalogie…

Résultat du sondage d’hier…

Unanimité pour faire revivre l’histoire de Maria Landry…

Élisabeth Tassé

Tel que promis on tourne la page sur les ancêtres de Michel.

Faute de photos, qu’il aimerait bien avoir de ses ancêtres, voici la signature d’Élisabeth Tassé, l’épouse de Zéphirin Hotte dit Lafeuillade.

1834 Élisabeth Tassé

Je sais que mon ami Michel sera content.

Une autre personne a été bien contente de me trouver sur son chemin le mois dernier. Michelle, une petite Américaine, est une descendante de George Landry et d’Appolline Poissant.

Appolline Poissant et Georges Landry

Landry?

Oui, George Landry et Appolline Poissant sont les grands-parents de Maria Landry, la première femme de mon grand-père, le gars de party.

famille Landry

Maria, à gauche, première rangée… Omer, en médaillon à la gauche de Maria

Michelle a bien connu Omer, le beau-frère de mon grand-père… celui qui l’a sacré dehors dans les années 20.

Toute une histoire drôle et triste finalement, racontée sur mon ancien blogue.

RIP Branchez-vous

Si ça vous intéresse que je vous la ressuscite, laissez-moi un petit commentaire ou répondez à ce mini-sondage.

Il faut dire que mon mini-sondage d’hier n’a pas été une réussite.

Pour revenir à Michelle, notre petite Américaine, elle avait une petite parcelle de la suite de l’histoire…

So, Maria and Elizabeth were cousins?  My Uncle Omer (Omar) was born in 1895.  I think that’s Maria’s brother?  He and many other aunts and uncles got together regularly to lay a card game called scat.  They were all so jolly!  They played for pennies and spoke French.  Gosh, I wish I had been wise enough to ask for information!

Je ne veux surtout pas vous ennuyer avec mes histoires de famille.

On se repogne…la balle est dans votre camp.

Ah oui avant que j’oublie…

Élisabeth Tassé, la femme de Zéphirin Hotte, des ancêtres de Michel, était la nièce d’Augustin Tassé, aubergiste à Ste-Rose.

auberge Tassé

source

Augustin Tassé, son oncle, était témoin à son mariage en 1834, juste avant les troubles de 1837.

1834 28 janvier mariage Hotte-Tassé zoom

De quoi être fière…

Et qui sait un jour, des photos de famille…?

Avant-dernier billet sur les ancêtres de mon copain Michel.

Promis!

Si j’ai abondamment parlé de ses ancêtres, c’est dans l’espoir que quelqu’un d’autre que lui découvre ce blogue à la recherche d’ancêtres et qu’il ait le goût de partager sa collection de vieilles photos comme Yvon Lauzon l’a fait il y a trois ans.

Je ne suis pas un joueur de tours…

Habituellement…

presbytère 1908 vicaire

Sauf que l’occasion fait le larron.

La photo est un gros plan de celle-ci.

presbytère 1908-1

Ce n’est pas une photo de la famille de Zéphirin Hotte malheureusement.

Ça c’est l’original envoyé par Yvon Lauzon du haut du Trait-Carré.

presbytère 1908

On serait en 1908 selon Yvon.

Ce dernier m’avait confié ses précieuses photos de famille en 2009.

Ensemble nous avons fait revivre un tas de gens comme la famille d’Éphrem Lauzon.

famille d'Ephrem Lauzon

Yvon a reconnu avec justesse Joseph Coursol à gauche avec ses nièces Modestina Lauzon et Bernadette Lauzon.

presbytère 1908

Le vicaire est un inconnu.

On sait tous qu’Adélard Delorme a été vicaire à Ste-Anne dans les années 1910.

Adélard Delorme 1922

Adélard Delorme en 1922

Je ne pense pas par contre que c’est lui, mais plutôt le vicaire J. H. Lecourt dont on retrouve le nom dans les actes du registre paroissial de 1908. À moins qu’Yvon se trompe sur la date de 1908.

Voici un petit montage… où j’ai inversé le vicaire inconnu aux fins de comparaison.

Adélard Delorme est à gauche. À droite, le vicaire inversé.

montage Delorme 1montage Delorme

Qu’en pensez-vous?

Pas tellement important d’identifier les gens sur des vieilles photos me direz-vous…?

Sauf qu’à force d’écrire mes blogues, des gens arrivent à retrouver des photos de leurs ancêtres… et ainsi découvrir leur histoire et leurs racines.

La prochaine fois, Michelle, une petite Américaine, retrouve ses racines canadiennes-françaises…

famille Landry

 

Faut pas me chercher…

Trop drôle le commentaire de Michel qui m’avait tendu un petit piège en me parlant de son parrain Louis-Philippe Boisseau

Ha ha ha… Je l’savais!

Mais ne te donne pas le trouble.

Comme pour le reste de ma famille plus ou moins élargie, je n’ai jamais entretenu de contacts suivis avec mon parrain et ma marraine, par ailleurs tous deux bien corrects. Il me reste d’eux quelques ‘beaux’ souvenirs, sans plus. Comme ces quelques réveillons que nous étions allés passer chez eux, et les petits cadeaux qu’ils se faisaient un point d’honneur de m’envoyer à mon anniversaire…

Mais nous dérapons. Qu’en est-il de ce fameux Jean-Louis qui, si tu veux mon humble avis, n’a physiquement RIEN de cette idole de toute une génération et de celles qui ont suivi?

Elvis était le sosie de Jean-Louis… c’tu clair!

Il n’en fallait pas plus pour chercher à en savoir davantage sur son parrain Louis-Philippe Boisseau en commençant par une petite visite virtuelle au cimetière.

Surprise!

On retrouve deux grand-tantes de Michel: Alice et Zéphirine Hotte. Ce sont les soeurs de son grand-père Arthur qui a épousé la belle Julia.

Alice Hotte a marié Auguste Boisseau et non Brosseau tel qu’indiqué dans les registres du cimetière. Ils sont les parents de Louis-Philippe Boisseau, époux de Marjolaine Lasalle.

Marjolaine Lasalle

source

Marjolaine Lasalle est sa 2e femme.

Sa première était Fleurette Beaupré tel que confirmé dans l’acte de naissance de Michel qu’il a retrouvé dans ses papiers.

Michel a retrouvé bien plus que son parrain et sa marraine finalement avec toute cette histoire.

Il a trouvé ses racines maternelles…

et qui sait un jour, des photos de famille…?

Zéphirin Hotte, descendant de Pierre Hotte dit Lafeuillade, est pratiquement inconnu dans le monde de la généalogie, du moins sur Internet.

Je me demande où Jacques St-Pierre a bien pu trouver toutes ces informations sur la famille Hotte dit Lafeuillade.

Faut le faire!

On n’invente pas ça!