Les héros de la Rivière-Ouelle

Il y avait le Père Noël de Rivière-Ouelle, mais il y avait aussi les héros de la Rivière-Ouelle.

On n’invente pas ça.

Cliquez ici…

Pour ceux qui ne cliquent jamais sur mes hyperliens, voici le texte.

Héros de la Rivière Ouelle

Le 20 août 1690, une flotte de 32 navires transportant 2000 soldats sous le commandement de William Phipps quitte le port de Boston à destination de Québec. Sa mission : détruire la ville la plus importante de l’empire français d’Amérique.

À Rivière-Ouelle, le curé Pierre de Francheville est aussi bon chasseur que bon catholique. Ses paroissiens sont prêts à le suivre en enfer s’il le faut. Le curé Francheville a idée que les bateaux de Phipps vont vouloir faire des provisions d’eau et de nourriture avant d’arriver à Québec. La pointe de Rivière-Ouelle est un bon endroit pour ce faire. Il a vu juste. Plusieurs navires anglais jettent l’ancre au large et six chaloupes occupées par 150 hommes s’approchent du rivage.

Une trentaine de colons de Rivière-Ouelle, armés de leurs fusils de chasse, les attendent bien cachés à l’abri des crans du rivage. Au moment où les Anglais touchent la grève, le curé Francheville donne l’ordre d’ouvrir le feu. Une grêle de balles frappent les soldats de Phipps. Plusieurs sont tués sur le coup. On ne compte plus les blessés. C’est la panique générale. Les Anglais rembarquent en catastrophe dans leurs chaloupes et fuient vers le large malgré les ordres contraire de leurs officiers.

Source : Le Soleil

Voici les noms de 39 héros de la Rivière-Ouelle tels que nommés par l’abbé Casgrain dans son livre :

Une paroisse canadienne : Rivière-Ouelle

39 combattants sous le commandement de l’abbé Francheville :

Jean Miville dit Deschesnes

François et Joseph Deschamps de la Bouteillerie fils du seigneur

Robert Lévesque

Pierre Hudon dit Beaulieu

Galleran Boucher (fils de Marin Boucher) et ses deux fils Pierre et Philippe

Michel Bouchard et ses 3 fils, Etienne, François et Pierre

Pierre Dancosse

Joseph Renault et son fils Joseph

Guillaume Lissot et son fils Claude

René Ouellet et 5 de ses enfants : Abraham, Mathurin, Grégoire, René et Joseph

Jean Pelletier

Jean Lebel et son fils Jean-Baptiste

Pierre Emond

Mathurin Dubé

Jean Mignot dit Labrie

Noël Pelletier

Jean Gauvin et son fils Jean

Pierre de St Pierre

Nicolas Durand et son fils Nicolas

François Autin

Sébastien Boivin

Jean de Lavoye

C’est quand même drôle que l’abbé Casgrain ne mentionne pas dans son livre mon ancêtre André Mignier dit La Gâchette.

Sans doute une erreur.

Pourtant… ce serait lui le vrai héros de Rivière-Ouelle grâce à son invention.

Gatling Gun

Je ne vous raconterai pas l’histoire derrière l’invention, car je veux seulement vous dire que mon ancêtre aurait été bel et bien présent à Rivière-Ouelle en octobre 1690 quand l’amiral Phipps a envoyé un détachement pour foutre le bordel parmi la population de Rivière-Ouelle.

venez mon pere

Cet extrait vient du site de l’association des Lagacé…

Vers 1685, André Mignier et toute sa famille allèrent se fixer
sur une terre à la Rivière-Ouelle.

Par contre, ce n’est pas de mon ancêtre dont je veux pas vous parler, mais celui qui est relié au Père Noël de Rivière-Ouelle.

Cliquez.

Je me demande si on va trouver un jour les vestiges du Village du Père Noël de Rivière-Ouelle.

village de Rivière-Ouelle

   
About these ads

11 réflexions sur “Les héros de la Rivière-Ouelle

  1. J’avoue être resté sur mon appétit en ce qui concerne l’histoire du Père Noel de Rivière-Ouelle. Une simple phrase, c’est un peu court, surtout venant de notre généalogiste VERBOMOTEUR préféré…

    Faudrait-il remonter aux archives tenues secrètes du gouvernement Harper que le ministre Bernier aurait malencontreusement apportées chez lui ou oubliées dans sa voiture? Si c’est le cas, j’ai bien peur qu’il faudra laisser aux généalogistes du futur le soin de la déterrer.

  2. Sur la bataille de la rivière d’Ouelle, ton ancêtre devait être drôlement en avance, car la première version d’une « mitrailleuse » n’est apparu qu’en 1718. et pour celle appelée la Catline en 1862.
    Par contre, si ton ancêtre ancien soldat de la compagnie Berthier du régiment de Carignan-Salière était à cette bataille, je veux bien l’ajouter à mon texte .
    Sur notre site que tu connais bien.

  3. Selon ce commentaire à la fin, André Mignier n’aurait pas été à Rivière-Ouelle en 1690…

    André Mignier dit Lagacé and Jacquette Michel are my seventh-great-grandparents and I have been researching my French-Canadian roots for several years. Your blog is a great resource; thank you very much for all you’ve done to develop it. I believe the reason that André does NOT appear at the Battle of Rivière-Ouelle is that the family had not yet moved to the Grand Anse.

    The first evidence I have seen of André and family moving to La Pocatière, where they would spend the rest of their lives, is a three-year lease that he signed on 28 June 1692. Moreover, Abbé Casgrain’s 1890 history of the Rivière-Ouelle parish of the 17th century, “Une Paroisse Canadienne au XVII Siecle – La Rivière-Ouelle” has one table that shows the families who were in the Rivière-Ouelle Catholic Registers from 1681 to 1690. André is NOT listed in that table, but IS listed in a second table that shows families from 1690 – 1703. Together the tables, along with the lease, suggest that the family did not relocate to the Grand Anse region until after 1690. So, where were they? Would you believe Acadia?

    in 1686, the census taken in Beaubassin shows:
    “CHIGNOUCTOU DIT BEAUBASSIN
    Michel LENEUF Sr. de la Vallière, seigneur of Beaubassin 45; children: Alexandre 20, Jacques 17, Marie-Josephe 15, Jean-Baptiste 12, Juditte 10, Michel 8, Marguerite 6, Barbe 4; servants: Francois
LEGER 55, GABRIEL 20, Michel LARCHE 22, Marie LAGASSE 16; and Me. PERTUIS, gunsmith; 70 guns, 60 arpents, 19 cattle, 22 sheep, 12 hogs.” So we see André’s sixteen year-old daughter Marie is working in the household of Michel Leneuf de la Vallière, the seigneur of Beaubassin.

    Then, Genealogist Paul Delaney, from the Center for Acadian Studies at the University of Moncton in New Brunswick, found in a 1688 census of Sieur Richard Denys de Fronsac, the seigneur of Miramichi, a region in Acadia north of Beaubassin,

    “a man named Lagassé a native of St Martin de Ré, La Rochelle and his wife of La Rochelle”.

    Delaney concludes that André and Jacquette were indeed present on the Miramichi River in 1688 as one of five families living in the manor of Richard Denys. We do not know how long they stayed after 1688, but we do know that daughter Marie-Françoise married Robert Morin in Charlesbourg in 1690. Since she was only 16 years old at the time, we can guess that the Mignier/Lagacé family probably returned to Charlesbourg before 1690.

    But whenever it was that they did return, their oldest daughter Marie, who had worked for LaVallière, stayed in Acadia. In 1692, she married Joseph Gravois and gave birth to a son, Joseph. In less than a year, Gravois himself died and Marie, with her son, married René Martin de Barnabé and moved to Port Royal, Acadia. There, she and René would raise Joseph and would have 11 children of their own.

    I hope this is helpful.

  4. Vu la taille de Sainte-Anne à l’époque, ton ancêtre ancestral a fort probablement habité à quelques rues (sinon sur la même rue… la rue Principale) de celle qu’habiteront mon oncle, ma tante et les cousins et cousine quelque 250-300 ans plus tard. C’est quand même un peu hallucinant quand on y pense.

  5. Bonjour Pierre
    En cliquant sur un de tes hyperliens je me retrouve sur mon site. J’en parle à Bernard, et celui-ci me dit, je ne croyais pas que tu avais mis cela en ligne. !!!
    Du coup on est parti à causer sur la Rivière Ouelle ! et de toi et on attend la suite pour demain….
    Jocelyne
    ta petite cousine

    • Bonjour Jocelyne,

      André Mignier n’aurait pas été à Rivière-Ouelle finalement en 1690.
      J’en reparle demain.

      Je veux faire revivre cette histoire et faire le lien plausible vers une autre de mes Belles Histoires inventées!

  6. La bataille de 1690 n’a duré que quelques heures, par contre l’affrontement entre
    les « rouges » de la famille Casgrain et les « bleus » de la famille Dionne et leurs alliés a duré plus de cinq générations. Si vous voulez situer vos ancêtres dans cette région , il faut trouver dans quel clan ils étaient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s