Marie Dépau

Ça ne change pas le monde sauf que…

Une grande découverte!

On connaît déjà ce petit bout de notre histoire du Canada …

Les Frève

François Froebe, fils de l’archiduc Germain Froebe et de Louise Rupelle, est né en 1759 à Mulhausen en Alsace. Enrôlé de force dans le régiment d’Anhalt, il réussit avec quatre compagnons dont Dickner, Phristern et Hurst à fuir la frégate Delight ancrée près de Rivière-Ouelle en 1780.

Recueilli par Antoine Lizotte, il s’engage chez Joseph Francoeur, cultivateur de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et par la suite s’engage sur le bateau de Jean-Baptiste Pelletier qui fait du cabotage sur le fleuve Saint-Laurent.

Abjurant le 2 janvier 1786, il épouse Marie Dépau le 20 février suivant et reconnaît son fils, Joseph-François, né le 10 janvier 1784.

Sauf qu’on ne connaît pas encore l’histoire d’Alphonse Frobe, un descendant de François Froebe, fils de l’archiduc Germain Froebe et de Louise Rupelle…

Et l’âge de Marie Dépau en 1852. 

fiche Alphonse Frobe

Je veux vous parler d’abord de Marie Dépau grâce aux informations contenues sur cette page du recensement de 1852 à St-Georges de Cacouna.

Personne n’avait pris la peine d’indexer cette page.

1852 Marie Dépau

Marie a 93 ans!

Elle est veuve et elle vit avec son fils François Frève et sa femme Angélique Souci…

Toute la famille Frève s’y retrouve dont le petit François, 7 ans, l’ancêtre d’Alphonse Frobe, gérant à Montréal en 1911.

1911 famille Alphonse Frobe

Alphonse  habite au 705, rue St-Denis à Montréal.

705 rue St-Denis

Google Maps Street View

On en trouve des choses intéressantes dans les recensements. Toute information est à valider, mais c’est un bon point de départ pour poursuivre ses recherches comme l’a fait ma nouvelle lectrice qui pitonnait sur Google cette semaine. Elle est tombé par hasard sur mon billet sur les Frève.

Un heureux hasard… et la tentation soudaine de m’écrire un petit commentaire…

Bonjour M. Lagacé,

Je débute la généalogie et j’ai quelque peu de difficultés à me retrouver dans tout cela. Je suis née à Montréal et mon père Yvan Frobe vient de la région de Mont-Joli. Je sais que nous sommes de descendance allemande (ce que j’ai pu retenir des cours d’histoire de mon père dans mon jeune âge), mais je sais aussi que mon père disait que le nom Frobe avait été modifié – qu’ il y aurait eu une sorte de scission pour Freve ou quelque chose du genre. – Mon grand-père Wilfred Frobe était le fils d’Obeline Ross et d’Alphonse George Frobe dont le mariage fut célébré le 28 juillet 1887 à Ste Flavie – il était semble-t-il le fils de François Frobe et d’Honorine Langlais ou Langlois qui s’était épousé en 1856 à Cacouna. Semble-t-il que mon arrière grand-père portait le nom de Freve??? et qu’il avait un demi-frère Gédéon -

Je sais que les Frobe ne sont pas chose courante au Québec, mais mon père a terminé je crois la lignée car nous ne sommes que des filles et le frère de mon grand-père, Fortunat Frobe, a lui aussi eu des filles seulement.

Pourriez-vous m’indiquer vers quel endroit orienté mes recherches afin de faire un voyage au pays de mes ancêtres?

Vous pouvez me répondre à l’adresse courriel… 

Je vous remercie de l’attention que vous apporterez à ma demande et merci à l’avance de m’aider dans ce beau méli-mélo.

Elle ne se doutait sûrement pas de ce qui l’attendait sur son chemin comme Michel. En passant, j’ai oublié de vous reparler de Michelle, la petite Américaine, et de Maria Landry.

Ça va attendre la fin de l’histoire de la famille Frève.

Je suis en train de préparer une grande réunion de famille pour Noël!

santa51

About these ads

36 réflexions sur “Marie Dépau

  1. Intéressant, ce rappel de ce nom de famille qui s’était plus ou moins perdu dans les brumes de ma mémoire vieillissante et que ma tante Gaby ressortait très occasionnellement dans la conversation durant mes quelques rares visites à La Pocatière. Je n’y portais jamais suffisamment attention pour avoir pu déterminer si les Frève dont elle parlait avaient un lien de parenté quelconque avec elle ou avec l’oncle Joseph… ou si elle parlait d’autres habitants du village que l’un et l’autre connaissaient. À vrai dire, à l’époque, j’avais bien d’autres sujets de préoccupation plus pressants :-). Pierre m’a confié un jour que ma cousine Jeannine pouvait avoir un archiduc parmi ses ancêtres, donc j’en conclus qu’à un moment quelconque de l’histoire, Froeb, Frobe, Frève est entré dans le décor…

    Quant à l’infâme Gert Fröbe qui incarna magistralement le tristement célèbre Goldfinger avec qui James Bond a eu maille à partir, bornons-nous à souhaiter paix à son âme…

    • Ça, j’aime bien…

      M Enfant 10: Charles Froebe dit l’Allemand Frette
      Naissance: 30 mai 1795 à La Pocatière,Co.Kamouraska,Qc

      Ça mourait jeune à l’époque, hein?

      Harton: un AUTRE nom de famille, entendu à l’époque à Sainte-Anne, et complètement oublié jusqu’à il y a à peu près cinq minutes…

  2. M. Lagacé,
    Plusieurs descendants ont sûrement le vieux document, écrit par J. David Frève, que j’ai en main au sujet de notre ancêtre Johann Wilhem Froebe. Malheureusement, les lieux et les patronymes y sont souvent mal orthographiés ce qui complique les recherches.

    On peut retrouver la trace de l’ancêtre sous:

    COLLECTION COLONIAL OFFICE (Co.42/39)
    Archives publiques du Canada (APC) – Rapport de 1890, papiers d’états, Q
    ANQ-Q 4M00-2806, page 268 à 355

    Régiment de Anhalt-Zerbst Compagnie du Capitaine Carl Frederick PIQUET
    Dans la liste des apointes et soldats nous trouvons au numéro 27 : FREWE Wilhelm
    (1) Extrait d’un courriel provenant de Charles Campeau

    ‘’…N.B. Les témoins sont du régiment Anhalt Zerbts, donc (FROEBE est) probablement Wilhelm FREWE du même régiment Anhalt Zerbst, Cie du Cap. Piquet, âgé de 27 ans, grandeur 5’5’’, né à Mulhouse, 6 ans et 2 mois de service (MG13=référence militaire ANC à Ottawa), variation du nom Frebvre. Donc s’il a été licencié en juillet 1783 (comme cela a été pour la plupart) il est entré dans l’armée en mai 1777…’’

    Noter: le patronyme Rupelle ou Ruppel n’apparaît pas sur le certificat de mariage du couple. On n’y lit que : Louise.

    "Le premier ancêtre de la famille Frève au pays est originaire de Mulhousen (Milhausen) en Alsace-Allemagne. JOHANN WILHELM FROËVE, alias FRANÇOIS FRÈVE, lors de son adjuration en 1786, naquit au château de Mulhausen (Muehlhausen) du légitime mariage de Von Germai(n)n Froëve archiduc de Mulhausen (aujourd’hui Mulhause en Alsace, Allemande) et de Louise ? de St-Amarin, Haute Alsace. Il appert qu’il appartient à une famille noble d’Alsace, professant le luthérianisme, comme l’atteste son acte d’abjuration. Johann Wilhelm était l’aîné survivant de la famille ducale de Mulhausen. Il passa les premières années de sa jeunesse au château de Mulhausen sous la surveillance de son précepteur Lambert dont il parlait souvent avec son frère cadet Fréderick qui mourut plus tard à l’âge de trente ans. Il parlait aussi d’une sœur Wilhelmide dont on ignore la descendance généalogique. Avant d’entrer dans les détails de ce qui concerne la famille, je dois déclarer que Johann Wilhelm Froëve, d’après son apocryphe a été désigné dans son acte d’abjuration et de mariage religieux ou civil sous le nom de François Frève et non de Lallemand tel qu’on le nommait dans la paroisse de Ste-Anne de la Pocatière. (Voir aussi « cousin François»). C’est ainsi que cette petite colonie Mulhousienne fit de Sainte-Anne de la Pocatière il y a près de 140 ans, le berceau d’éclosion de la famille Frève; mais cette souche y a toujours été représentée par la deuxième génération, par les branches de Clément et de Charles sous le surnom d’alias Lallemand; excepté celle dans la personne de Jos François Frève qui a continué l’affiliation directe et réelle jusqu’à l’auteur de ce récit. Le fondateur y est mort chrétiennement et fut inhumé dans le cimetière de Sainte-Anne de la Pocatière en 1824. (Le 20 mars 1824). C’est à peu près ce que je sais de l’origine de la famille Frève. D’ailleurs l’abbé Tanguay n’en fait aucune mention dans son dictionnaire généalogique. J’ai essayé d’obtenir des renseignements sur l’origine du nom Frobe donné du moine par ignorance de l’application du vrai nom de Froeve dont la lettre V ferait b à la rigueur elle ferait plutôt T. Néanmoins les différentes appellations de Frobe, Freb, Lallemand, ont peu d’analogue avec le nom de l’ancêtre. Or, le nom de Frobe, est un mythe de la fantaisie juvénile d’Alphonse de Montréal."

    écrit par J. David Frève / corrigé par France Bourdon

    Prononciation possible du patronyme : Freubé

  3. Oh! J’oubliais…..voici les variations du patronyme que l’on peut rencontrer lors de nos recherches: Fröbe, Froebe, Frove, Friobe, Freoble, Froeve, Frewe, Frobe, Freobe, Fréobe, Frèves, Frèves, Frete, Feobore, Froèbe, Frêt, Frèves-L., Frebe, Febvre, Frève, Frebure, Frevre, Febvre, Failfvre, Lefévre, Feobvre, Frebe, Lefévre, Frêre, Fraize, Fraise, Failssve, Lallemand, Lalemand, Allemand, Lallemang, Freure.

    • Merci France – je pense que vous êtes la même personne que j’avais contactée il y a quelques années – j’avais même reçu une photo de mariage – vous fêtiez à ce moment-là votre 25e anniversaire je crois et je résidais dans la région de Québec pour le travail – à ce que je vois vos recherches ont beaucoup progressé – il faudra maintenant se rendre sur place pour vérifier tout ce que nous consignons -

  4. Comme tu dis, mon Pierre, "Ça n’arrête jamais quand on commence à chercher…". (Soit dit en passant, je suis particulièrement impressionné par la qualité du français de Bourdon — chapeau, Madame/Monsieur! –, qui m’a par ailleurs permis de décortiquer le mini-mystère de cet "Allemand Frette", qui m’avait bien fait sourire…

    Mais venons-en au plus important: Alors, cette histoire du Père Noël de Rivière-Ouelle… ÇA VIENT?! Tout ton lectorat est suspendu à tes lèvres, et moi le premier!

  5. P.S.: J’ai vu plein de Français (comme encore plus plein de Québécois ;-) :-D ) commettre des fautes grosses comme mon bras, alors…………………

  6. Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh…. Je viens de comprendre (finalement, diront certains). La personne se dénommerait-elle France Bourdon, par hasard?! Dieu que je peux être obtus par moment. C’est vraiment à s’en rouler par terre de rire.

    Cela dit, je persiste et signe mon pronunciamento au sujet de la qualité générale du français en France!

  7. Pierre. Faut VRAIMENT mettre de l’ordre dans les réponses-commentaires. À l’heure actuelle, on a carrément une valse-hésitation de ce côté-là. Le principal handicap venant du fait qu’avec ce système, on risque fort de rater certains des commentaires qui viennent s’ajouter par la suite. Les commentaires pourraient tout simplement s’enchaîner au fur et à mesure qu’ils sont formulés. Trop simple?

    Mais, n’étant pas le webmestre, je suppose qu’il n’y a pas grand chose que tu puisses y faire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s