Faut pas me chercher…

Trop drôle le commentaire de Michel qui m’avait tendu un petit piège en me parlant de son parrain Louis-Philippe Boisseau

Ha ha ha… Je l’savais!

Mais ne te donne pas le trouble.

Comme pour le reste de ma famille plus ou moins élargie, je n’ai jamais entretenu de contacts suivis avec mon parrain et ma marraine, par ailleurs tous deux bien corrects. Il me reste d’eux quelques ‘beaux’ souvenirs, sans plus. Comme ces quelques réveillons que nous étions allés passer chez eux, et les petits cadeaux qu’ils se faisaient un point d’honneur de m’envoyer à mon anniversaire…

Mais nous dérapons. Qu’en est-il de ce fameux Jean-Louis qui, si tu veux mon humble avis, n’a physiquement RIEN de cette idole de toute une génération et de celles qui ont suivi?

Elvis était le sosie de Jean-Louis… c’tu clair!

Il n’en fallait pas plus pour chercher à en savoir davantage sur son parrain Louis-Philippe Boisseau en commençant par une petite visite virtuelle au cimetière.

Surprise!

On retrouve deux grand-tantes de Michel: Alice et Zéphirine Hotte. Ce sont les soeurs de son grand-père Arthur qui a épousé la belle Julia.

Alice Hotte a marié Auguste Boisseau et non Brosseau tel qu’indiqué dans les registres du cimetière. Ils sont les parents de Louis-Philippe Boisseau, époux de Marjolaine Lasalle.

Marjolaine Lasalle

source

Marjolaine Lasalle est sa 2e femme.

Sa première était Fleurette Beaupré tel que confirmé dans l’acte de naissance de Michel qu’il a retrouvé dans ses papiers.

Michel a retrouvé bien plus que son parrain et sa marraine finalement avec toute cette histoire.

Il a trouvé ses racines maternelles…

et qui sait un jour, des photos de famille…?

Zéphirin Hotte, descendant de Pierre Hotte dit Lafeuillade, est pratiquement inconnu dans le monde de la généalogie, du moins sur Internet.

Je me demande où Jacques St-Pierre a bien pu trouver toutes ces informations sur la famille Hotte dit Lafeuillade.

Faut le faire!

On n’invente pas ça!

About these ads

12 réflexions sur “Faut pas me chercher…

  1. Tu es en train de me faire valser sérieusement dans l’espace et dans le temps avec toutes tes recherches, tu sais? C’est à peine réveillé et encore tout étourdi que je couche ces quelques lignes…

    Et avec Monsieur Tranquille en frontispice, le choc aura été passablement brutal.

    Primo. c’est TOI qui est venu me chercher avec TA Fleurette. Moi, je me tenais bien Tranquille avec mon parrain et ma marraine, ne me doutant de rien. Mais ce ‘Faut pas me chercher’ a été pour moi comme un appel aux armoiries. De ‘piège’, il n’y avait point de ma part. Ne voulant pas te faire lanterner plus longtemps que le strict nécessaire, par grandeur d’âme, je t’ai refilé un prénom. Mal (ou bien) m’en prit! Un p’tit prénom bien innocent et tout a déboulé.

    C’est donc avec plaisir (?) que j’ai redécouvert un autre grand oublié en la personne de Daniel Paquette que je me souviens avoir vu quelques fois tout au plus dans ma vie (un autre gars de party, et déjà VIEUX à l’époque, pour autant que je me souvienne), qui aurait épousé… une de mes grand-tantes? À l’époque, et jusqu’aux petites heures ce matin, je n’avais aucune idée de ce qu’il avait pu venir faire dans le décor…

    Je resterai muet sur Marguerite Paquette Piquette (… et les autres), dont le simple nom m’aura arraché un bref sourire malgré l’heure matinale, et que je ne connais évidemment ni d’Ève ni d’Adam.

    Dans tout ce périple pour le moins inattendu, ma très modeste contribution se sera résumée à trouver le nom de jeune fille de ma première marraine, celle que j’aurai physiquement connue.

    Pour conclure cette déjà trop longue épistole, sincères remerciements à Jacques St-Pierre (que je connais tout autant que Marguerite Paquette Piquette) pour son travail de défricheur et à cet infatiguable Pierre pour qui, en terrain généalogique, un prénom lancé innocemment semble avoir le même effet qu’un os avec plein de chair autour pour un canin, qui auront su éclairer encore un peu plus ma lanterne de Dyogène familiale.

    Et longue vie à la belle Julia, fière catholique de souche francophone!!

    (Quant à Jean-Louis, sosie dElvis, il vous faudra sans doute effectivement mettre des verres correcteurs dans la monture de ces lunettes, Monsieur Tranquille… sauf tout le respect que je et toute une génération vous doivent)

    • Si tu penses que tu es sorti du bois…

      J’ai trouvé Jean-Baptiste Hotte dit Lafeuillade dans le recensement de St-Jean-Baptiste de Rouville en 1852. C’est le patriarche, l’époux de Marie-Josephte Pepin.
      Checke tout ça sur le site Ancestry.
      Tu y vas j’espère pour visualiser le fruit de mes recherches.

      J’ai trouvé aussi monsieur le curé Césaire Sévère Hotte, frère de Zéphirin.

      http://automatedgenealogy.com/census52/View.jsp?id=45816

      Hattis c’est Hotte!

      Puis leur soeur Mathilde Hotte Auger épouse de Louis-Agapit Auger, étudiant en droit en 1852. Qu’est-il devenu ce Louis-Agapit?
      Je l’ignore encore…
      À force de trouver de la famille, on trouvera bien quelqu’un qui a des photos…
      Il faut juste être patient… des fois 25 ans comme Sandy ma 3e cousine des États.

      On se repogne.

    • Je resterai muet sur Marguerite Paquette Piquette (… et les autres), dont le simple nom m’aura arraché un bref sourire malgré l’heure matinale, et que je ne connais évidemment ni d’Ève ni d’Adam.

      Marguerite Paquette… mariée à Roger Martin le 13 mai 1944.
      C’est la fille de Daniel Paquet et Zéphirine Hotte.

      • OMG!!! Ma tante Margot!! Je n’avais VRAIMENT pas fait le lien. Elle (et lui, Roger), je la connais/connaissais. Les liens parrain-marraine-petite cousine(?) s’éclaircissent peu à peu. Pas que j’y voie plus clair, mais ça s’éclaircit. :-D

        Quant au Hattis, ce n’est pas plutôt Hottis… qu’il me semble avoir lu sur un des hyperliens que tu m’as fournis?

      • On voit les deux noms dans les recensements…
        On voit Hotte, Hottes, Hottis, Hattis…
        Il faut avoir de l’imagination pour lire les recensements.
        Tu as vu l’éloge funèbre du curé Césaire Sévère Hotte?
        As-tu lu sur Augustin Tassé, le patriote de Ste-Rose?

      • J’ai trouvé un enfant du couple Roger Martin et Margot… André Martin, marié en 1972 avec Lucie Tougas.

        Excuse-moi la commissaire Charbonneau vient de m’appeler.

        On se repogne.

  2. J’ai vu… et j’ai lu, merci. Quant au fils de Roger et Margot, André, il est mort très jeune, peu de temps après s’être marié. Je me rappelle qu’il est décédé à peine après la fin de ses études. Si j’ai bonne souvenance, il était avocat. Très gentil. Toujours le sourire. Ça m’avait ébranlé et profondément touché à l’époque, même si nous n’avions au mieux que des rapports épisodiques.

    Pis, est-ce qu’on risque de te retrouver en janvier à la barre des témoins?

    P.S.: Penses-tu qu’on divertit ton lectorat avec mon arbre généalogique, ou si on les emmerde plutôt? Crois-moi, je comprendrais, dans un sens comme dans l’autre. :-D

    • Ce que les gens aiment c’est la façon d’arriver à trouver les liens avec nos ancêtres, et ce, en toute simplicité et toute modestie de ma part.
      Je ne porte pas de bretelles… d’où les allusions fréquentes aux malheureux gens riches et célèbres.

      Ne t’en fais pas pour tes ancêtres, j’ai trouvé une autre « cobaye »… ma cousine Carole, la fille de mon oncle Jacques.
      Elle lit mes blogues et les trouve divertissants.
      Elle ne sait pas ce qui l’attend.

      A+

      Pierre Poutine

  3. Bonjour
    Je viens de voir les informations concernant Marjolaine Lasalle. Quel serait le nom de son père?
    Serait-il Toussaint. Dans les sépultures à St-Thomas de Joliette figure le 2 mai 1968 à l’âge de 82 ans un Louis Toussaint Lasalle. Signant comme un des témoins une Marjolaine Lasalle.
    Serait-ce la même personne?
    Merci

  4. Selon moi oui.
    Je n’ai pas l’acte de mariage de Louis-Philippe Boisseau et Marjolaine Lasalle, mais je sais que Gabrielle Lasalle, la soeur de Toussaint Lasalle, a marié Hervé Roy qui est le fils d’Adélard Roy et Rosanna Hotte.

    On est en plein dans des liens de parenté par alliance. Rosanna Hotte est la soeur d’Arthur Hotte qui a marié Julie Roy, Louis-Philippe Boisseau est le fils d’Alice Hotte, soeur d’Arthur Hotte.

    • Concernant Marjolaine Lasalle, j’ai pris connaissance de vos commentaires et je vous en remercie. J’ai retrouvé l’acte de mariage. Je connais la famille mais je ne connaissais pas Marjolaine.

  5. Louis-de-Gonzague Toussaint Lasalle a été baptisé à St-Thomas le 1 novembre 1885. Il a marié Bernadette Morin le 9 mai 1912 en la paroisse St-Jean-Baptiste, à Montréal.
    Je ne suis pas lié à ces gens… juste un peu chercheur quand on me demande mon aide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s