La Fournée d’Hortensia

Je fais rarement de la publicité sur mon blogue.

Ça doit donc être important pour déroger à cette règle.

Anne-Marie est propriétaire de la boulangerie Hortensia.

Elle n’est pas née  à Ste-Anne-des-Plaines tout comme moi.

On a donc ce point en commun.

C’est son patronyme qui a attiré mon attention. Bien sûr il y a son pain à la farine d’épautre et son beau sourire, mais le patronyme Gratton avait aiguisé mon insatiable appétit.

Elle avait ouvert une petite porte sur sa vie personnelle, juste assez pour que je lui parle de son ancêtre Claude Graton dont j’avais parlé dans ce billet, fort intéressant d’ailleurs, et aussi dans celui-ci.

Ma rencontre avec Anne-Marie m’a donc permis de faire revivre son ancêtre… Toussaint Gratton qu’on retrouve en 1852 comme journalier à St-Janvier. Il vit dans la maisonnée de sa tante Marguerite Renaud avec son deuxième mari Joseph Guénette.

Anne-Marie a des racines bien anneplainoises… Les parents de Toussaint, Louis Gratton et Clémence Renaud veuve de Jean Lauzon, se sont mariés en l’église de Ste-Anne à Ste-Anne-des-Plaines, le 3 avril 1826.

On n’invente pas ça…

Maintenant que le tout Ste-Anne est au courant des racines anneplainoises d’Anne-Marie, La Fournée d’Hortensia n’arrêtera plus de fournir…

Vous devez vous demander si quelqu’un, avant moi, avait jamais demandé à Anne-Marie Gratton si elle avait des racines à Ste-Anne à cause de son nom…

Moi, je connais la réponse.

On se revoit à la boulangerie…