Des visiteurs sur cet article

Pierre Lagacé:

Intéressant comme article n’est-ce pas!

Originally posted on Nos ancêtres:

Fier descendant des Vikings ?

Non ce n’est pas moi…


Moi Rollon, je suis fier de mes fiers descendants…

Du moins, pas pour l’instant.

Par contre, j’ai reçu un courriel la semaine dernière d’un fier descendant des Vikings.

Celui-ci, un Normand depuis 20 générations, s’attelle à la tâche de retrouver ses ancêtres de Malvoue.

Monsieur Gerard avait trouvé sur Internet mon article sur mes ancêtres Quesnel et il m’avait écrit ce commentaire sur mon blogue…

Bonjour la belle province.

J’ai vu que votre arbre généalogique mentionnait une certaine Charlotte de Malvoue mariée à un certain Quesnel.

Juste pour vous dire que je travaille actuellement à titre personnel sur la généalogie des de Malvoüe ou de Nolet de Malvoüe, vieille famille normande issue des invasions scandinaves de la fin du Xe siècle. Nous avons trois arbres généalogiques complémentaires qui remontent pour l’un aux années 1300, pour l’autre aux années 1200 et…

Voir l'original 540 mots de plus

Je me souviens…

Je me souviens finalement de ce dont je voulais vous parler. C’est drôle la mémoire. On oublie vite.

6 mois en généalogie, c’est une éternité…?

Je voulais vous parler du voyage d’Euclide aux États-Unis.

J’ai su ça d’une lectrice qui m’avait dépanné quand j’avais parlé du mariage de mes grand-parents. Elle m’avait envoyé l’acte de mariage d’Euclide Sauvé et de Rosina Quesnel, veuve de Venance Paiement.

1954

Tiens… Je me souviens soudainement que la robe de ma grand-père était rouge avec des motifs blancs. C’est drôle les souvenirs d’enfance qui me reviennent. 

Revenons à ma lectrice.

Elle m’avait aussi envoyé ce document prouvant que mon grand-père Euclide avait été aux États en 1914 avec son frère Aldama.

Ça, je ne le savais pas.

Je ne pouvais donc pas m’en souvenir.

Je me souviens très bien par contre de la dernière fois que j’ai vu mon grand-père en 1976. Je m’en souviens comme si c’était hier. On était en automne. Je vois encore les feuilles jonchées par terre dans le stationnement.

C’est drôle, je ne me rappelle pas être allé à ses funérailles en 1977, mais je me rappelle très bien de ma visite à la résidence pour personnes âgées à Coteau-du-Lac. Ç’a dû frapper mon imaginaire.

Je me souviens de mon grand-père alité dans sa chambre. Il portait des bas de laine. Ça m’a donné un choc de le voir ainsi parce qu’il ne faisait pas si froid.

Mon grand-père avait reconnu ma mère, mais il me prenait pour son mari, Léo, mon père.

Euclide Hormisdas Sauvé, fils de Léon Sauvé, fils d’Honoré Sauvé, fils de Joseph Sauvé, fils d’Amable Sauvé, fils de François-Marie, fils de Pierre Sauvé, l’ancêtre de tous les Sauvé, Sauvay, Sovie, était rendu presque aveugle et souffrait du diabète.

Il était un gros diabétique.

Ça je l’ai appris en 2006 quand j’ai revu mon oncle Florent.

J’en ai appris des choses sur mon grand-père Euclide en parlant avec mon oncle.

Il était un excellent patineur. Il pouvait partir de sa ferme dans le rang de Ste-Julie et se rendre jusqu’au bout de ses terres près de la voie ferrée du Canadien Pacifique.

Ah le Canadien Pacifique qui arrêtait à St-Clet.

Je m’en souviens encore.

Mon oncle m’a aussi raconté qu’Euclide transportait des sacs de charbon à Montréal. Il devait être pas mal fort pour les grimper dans les escaliers au 2e étage! Et moi qui ne savais pas qu’il était resté à Montréal.

Je ne peux plus bien gros jaser avec mon oncle maintenant, car il a commencé à perdre la mémoire il y a deux ans.

On continuera à jaser demain…