Euclide aux États?

J’ai fini mon petit contrat… ou presque, mais je retourne quand même à mon obsession première.

Euclide Sauvé aux États?

Avec son frère Aldama?

manifeste daté d’octobre 1914, à Malone, New York

Euclide aux États?
Attendez que je réfléchisse à ça un peu…

Eh oui! Euclide est allé travailler aux États!

Un grand-père, c’est important dans la vie d’un enfant, et connaître la vie d’un grand-père, c’est important dans la vie de ses descendants.

Vous en parlerez à mes petits-enfants quand ils seront grands.

Euclide a donc passé les lignes à Malone dans l’État de New York en 1914.

Sauf que… 

Qu’allaient-ils faire là diantre? 

Je ne vous donnerai pas la réponse tout de suite comme l’autre fois avec la photo de mon arrière-grand-tante Hermine Paiement…

Hermine et sa soeur Aldina 

J’avais omis de vous dire hier qu’Hermine Paiement avaient eu 20 enfants, dont Raoul, notre jeune marié. Voici tous ses enfants.

Roméo Vézina 1880 –
Albert Vézina 1881 –
Rébecca Vézina 1882 –
Raoul Vézina 1884 – 1967
Elmer Vézina 1885 –
Laura Vézina 1887 –
Albina Vézina 1888 –
Florentine Vézina 1890 –
Annonciade Vézina 1891 – 1891
Wilfred Vézina 1891 – 1901
Ovide Vézina 1892 –
Alma Vézina 1894 –
Euclide Vézina 1896 –
Sarah Vézina 1897 – 1898
Alexis Vézina 1899 – 1900
Léonie Vézina 1900 – 1901
Léonie Vézina 1901 – 1902
Yvonne Vézina 1904 –
Corinne Vézina 1905 – 1908
Joseph A. D. Vézina Vézina 1906 – 1906

Je pourrais tous les retrouver et vous en parler.

Obsessif? 

Disons que je suis plutôt un passionné incontrôlable à l’occasion.

Demain, pour faire changement, on parlera d’élections provinciales. Vous mettrez ça sur votre Facebook ou sur votre Twitter.

Faut bien partager…

Sarah et Marie-Louise Blanchard

J’espère que je ne vous ai perdu en chemin avec mon histoire de photo-mystère comme j’ai perdu mon ancien copain de collège Michel.

J’aurais dû plus me concentrer. J’en assume l’entière responsabilité.

Pour clore ce dossier, je vous ai trouvé cette photo sur Internet lors de mes fouilles généalogiques pour retracer Marie, l’épouse de Raoul Vézina.

Sarah Blanchard et sa petite soeur Marie-Louise

Marie-Louise est la mariée de la photo.

J’ai découvert que Raoul Vézina s’était marié avec Marie-Louise Blanchard le 9 octobre 1907. Il travaillait comme commis dans une pharmacie. Marie-Louise était sténographe. Il avait 21 ans, elle en avait 19.

Un beau roman…?

Ils auront six enfants. Le dernier enfant sera le petit Lawrence Vézina, né le 5 septembre 1923.

Marie-Louise décédera le mois suivant.

Raoul, veuf avec ses six enfants, se remariera le 8 juin 1925 avec Helen Paiement, probablement reliée à la famille Paiement de sa mère Hermine.

Le couple aura trois enfants : Gloria, Robert et Rosemary.

Et moi qui ne savais rien de ces gens la semaine dernière…. j’avais juste une photo d’un jeune couple de mariés inconnus à Springfield au Massachusetts que ma tante avait précieusement conservée dans un de ses deux sacs de plastique d’épicerie plein de vieilles photos au fond de son garde-robe.

Je me demande si je devrais en rester là ou vous parler de Zory LaPlant, la mère de Marie-Louise Blanchard, ou bien d’Helen Paiement la deuxième épouse de Raoul?

Demain…

Euclide aux États?

43 Malgoire

Euclide aux États?

Avec son frère Aldama?

Eh oui! Il a passé les lignes à Malone. Sauf que…

43 Malgoire, Montréal ça n’existe pas. Father Léon Sauvé, oui. C’est leur père.

43 Malgoire, c’est 43 McGuire. J’ai dû chercher un peu, mais j’ai trouvé.

43 Malgloire… 43 Malgoire…?
J’en perds mon grec!

La maison n’existe plus non plus, vous pourrez aller vérifier sur Google Maps.

Il reste juste le souvenir d’Euclide Sauvé qui monte des sacs de charbon au 2e étage à Montréal. Il devait être fort mon grand-père!

Parlant de souvenirs, je vois une main levée derrière…

Aldama?

Aldama, c’est lui…

Ça doit bien vous dire de quoi toute cette histoire… Je me demande si Jean-Guy lit encore mon blogue?

Demain, je vous reviens sur l’histoire de la jeune mariée.

Raoul Vézina, fils de Joseph Olivier Vézina et d’Hermine Paiement,
photographié ici avec son épouse Marie…

En attendant, allez lire ça…

Des visiteurs sur cet article

Pierre Lagacé:

Intéressant comme article n’est-ce pas!

Originally posted on Nos ancêtres:

Fier descendant des Vikings ?

Non ce n’est pas moi…


Moi Rollon, je suis fier de mes fiers descendants…

Du moins, pas pour l’instant.

Par contre, j’ai reçu un courriel la semaine dernière d’un fier descendant des Vikings.

Celui-ci, un Normand depuis 20 générations, s’attelle à la tâche de retrouver ses ancêtres de Malvoue.

Monsieur Gerard avait trouvé sur Internet mon article sur mes ancêtres Quesnel et il m’avait écrit ce commentaire sur mon blogue…

Bonjour la belle province.

J’ai vu que votre arbre généalogique mentionnait une certaine Charlotte de Malvoue mariée à un certain Quesnel.

Juste pour vous dire que je travaille actuellement à titre personnel sur la généalogie des de Malvoüe ou de Nolet de Malvoüe, vieille famille normande issue des invasions scandinaves de la fin du Xe siècle. Nous avons trois arbres généalogiques complémentaires qui remontent pour l’un aux années 1300, pour l’autre aux années 1200 et…

Voir l'original 540 mots de plus

Je me souviens…

Je me souviens finalement de ce dont je voulais vous parler. C’est drôle la mémoire. On oublie vite.

6 mois en généalogie, c’est une éternité…?

Je voulais vous parler du voyage d’Euclide aux États-Unis.

J’ai su ça d’une lectrice qui m’avait dépanné quand j’avais parlé du mariage de mes grand-parents. Elle m’avait envoyé l’acte de mariage d’Euclide Sauvé et de Rosina Quesnel, veuve de Venance Paiement.

1954

Tiens… Je me souviens soudainement que la robe de ma grand-père était rouge avec des motifs blancs. C’est drôle les souvenirs d’enfance qui me reviennent. 

Revenons à ma lectrice.

Elle m’avait aussi envoyé ce document prouvant que mon grand-père Euclide avait été aux États en 1914 avec son frère Aldama.

Ça, je ne le savais pas.

Je ne pouvais donc pas m’en souvenir.

Je me souviens très bien par contre de la dernière fois que j’ai vu mon grand-père en 1976. Je m’en souviens comme si c’était hier. On était en automne. Je vois encore les feuilles jonchées par terre dans le stationnement.

C’est drôle, je ne me rappelle pas être allé à ses funérailles en 1977, mais je me rappelle très bien de ma visite à la résidence pour personnes âgées à Coteau-du-Lac. Ç’a dû frapper mon imaginaire.

Je me souviens de mon grand-père alité dans sa chambre. Il portait des bas de laine. Ça m’a donné un choc de le voir ainsi parce qu’il ne faisait pas si froid.

Mon grand-père avait reconnu ma mère, mais il me prenait pour son mari, Léo, mon père.

Euclide Hormisdas Sauvé, fils de Léon Sauvé, fils d’Honoré Sauvé, fils de Joseph Sauvé, fils d’Amable Sauvé, fils de François-Marie, fils de Pierre Sauvé, l’ancêtre de tous les Sauvé, Sauvay, Sovie, était rendu presque aveugle et souffrait du diabète.

Il était un gros diabétique.

Ça je l’ai appris en 2006 quand j’ai revu mon oncle Florent.

J’en ai appris des choses sur mon grand-père Euclide en parlant avec mon oncle.

Il était un excellent patineur. Il pouvait partir de sa ferme dans le rang de Ste-Julie et se rendre jusqu’au bout de ses terres près de la voie ferrée du Canadien Pacifique.

Ah le Canadien Pacifique qui arrêtait à St-Clet.

Je m’en souviens encore.

Mon oncle m’a aussi raconté qu’Euclide transportait des sacs de charbon à Montréal. Il devait être pas mal fort pour les grimper dans les escaliers au 2e étage! Et moi qui ne savais pas qu’il était resté à Montréal.

Je ne peux plus bien gros jaser avec mon oncle maintenant, car il a commencé à perdre la mémoire il y a deux ans.

On continuera à jaser demain…

Est-ce que j’ai oublié quelque chose…?

Il me semblait que je devais vous écrire au sujet de quelque chose il y a deux semaines. Ça m’est parti de l’idée.

Vous me le direz si vous vous en rappelez.

C’est drôle la mémoire quand on vieillit. On en perd des petits bouts… un petit bout à la fois.

Je me rappelle par contre la photo de la mariée hier.

Des inconnus sur une photo que j’avais numérisée en 2007, et qui venait de la collection de ma tante. Vous devez vous souvenir de ma tante et de ses sacs d’épicerie en plastique pleins de photos.

J’avais des indices comme le nom du photographe… Bordeaux, Springfield Mass. J’ai tout de suite pensé à Herminie aux États-Unis.

Dame Joseph Olivier Vézina

J’avais aussi cette autre photo dans le lot de photos…

Même photographe et même coiffure, et le nom Raoul Jean-Baptiste Vézina écrit à l’endos.

Comme indice, ça aide un peu.

J’ai tout de suite pensé à Herminie aux États-Unis.

Raoul serait donc le fils d’Herminie Paiement et de Joseph Olivier Vézina aux États!

Est-ce que je saute trop rapidement aux conclusions? C’est mon genre.

Si j’avais le nom de la mariée, je serais certain à 100 % de l’identité de Raoul.

En 2007, ça ne m’intéressait pas d’en connaître plus sur la famille Vézina-Paiement des États bien qu’Herminie était mon arrière-grand-tante. C’était mal connaître à l’époque l’emprise que la généalogie aurait sur moi cinq années plus tard.

Je finis mes articles comment déjà…?

Ah oui, on se repogne.

Levez donc la main…

Plus rapide que j’avais prévu.

J’ai finalement fini mon petit contrat d’une centaine d’heures et j’ai le cerveau en compote.

On va se distraire un peu.

Levez donc la main… ceux et celles qui lisent mon blogue depuis le début.

Même mon ancien…

Un petit quiz alors.

Comment s’appelle la dame à gauche sur cette photo?

Je vous donne trois chances.

Hermine ou Herminie Paiement!

Wow! Vous êtes pas mal bon.

Et la dame à droite…?

J’ai finalement acquis la certitude que c’est mon arrière-grand-mère Aldina Paiement… ou presque. Hermine ou Herminie et Aldina étaient deux soeurs.

Voici la carte mortuaire d’Aldina.

Je pense que c’est bel et bien elle. Elle serait à Montréal et je sais sur quelle rue en plus!

Je ne vous parlerai pas d’Aldina, mais plutôt de sa soeur Hermine ou Herminie.

Herminie est partie aux États-Unis. Je le savais à cause de ça…

Je n’en savais pas plus sauf les informations sur quelques photos qui appartenaient à ma tante Evelyne en 2007. Elle les a encore d’ailleurs dans ses vieux souvenirs. Sauf que maintenant, elle ne saura bientôt plus reconnaître qui sont les gens.

Vous pouvez lire entre les lignes.

J’écris pour me souvenir et pour aider les autres à retrouver leurs ancêtres depuis 2008. 

C’est pour ça que j’ai écrit beaucoup sur mon autre blogue depuis deux semaines. Ça me fait tellement du bien et ça donne un tout nouveau sens à ma vie, sauf que ça me fait réfléchir à ce qui m’attend peut-être un jour dans le détour.

On se repogne.

Encore deux ou trois jours avant mon retour…

Je sais que je n’écris pas de textes inédits depuis deux semaines et que j’en écris sur mes autres blogues, mais je devrais revenir en force d’ici quelques jours.

Je ne pouvais pas arrêter d’écrire sur mes autres blogues, car j’aurais été dépassé pas à peu près…

L’arrivée d’une nouvelle descendante de la famille Alexandre sur Our Ancestors, une autre visite chez monsieur Corbeil sur Escadrille Alouette, le fils d’un mécanicien de l’escadrille 403 du Spitfire sur RCAF No. 403 Squadron, la fille d’un marin lui aussi rescapé par le Haida et dont le nom n’était pas sur la liste des marins à bord de l’Athabaskan le 29 avril 1944, sur Lest We Forget.

Vous voyez, il ne fallait pas que je manque le bateau… sans faire de jeu de mots.

On se repogne.

En passant, Raymonde est allée faire un tour à Chicoutimi. Allez lire son commentaire.

Le blogue de Vicky

Pierre Lagacé:

C’est le blogue de Vicky.

À ne pas manquer…

Originally posted on Patrimoine, Histoire et Multimédia:

La Tribune de Woonsocket, 7 juillet 1931

EST RECHERCHÉE PAR SON PÈRE

Worcester 7. Les recherches pour retrouver Cécile Loiselle, âgée de 21 ans, du No 41 rue Freeland, chanteuse de radio, ont commencé hier soir après que son père Alphonse Loiselle eut rapporté à la police qu’elle était disparue depuis jeudi soir dernier.

Le père a demandé aux postes de radio de radiodiffuser un appel à la jeune fille de revenir à la maison et ajouta que "tout serait oublié". Il a déclaré que la mère de la jeune fille était très malade. Loiselle affirme que sa fille est avec un homme marié qui a aussi disparu.

Cécile est-elle revenue au domicile familial? A suivre…

Billets reliés

Le mystère de Lévis [juillet 1887]

Disparition à la Grosse-île [septembre 1906]

Aram Jules Pothier, lieutenant-gouverneur du Rhode Island [7 avril 1897]

Quelques livres numérisés sur les Franco-Américains (1872-1920)

Voir l'original