30 juin 1893

J’ai la mémoire des dates.

Mon grand-père est né le 30 juin 1893. Je pourrais vous mettre son acte de baptême, mais je pense que vous me croyez sur parole.

Euclide s’est marié avec la belle Rosina Quesnel, veuve de Venance Paiement, le 7 avril 1919. Je n’ai pas leur acte de mariage sous la main, mais je suis certain qu’ils se sont mariés à l’église de Ste-Marthe-de-Vaudreuil.

Belle église! 

On a aussi un beau cimetière en plus…

Il y a une petite anecdote derrière ce cimetière. Je cherchais la tombe de ma grand-mère Rosina Quesnel, mais je pensais qu’elle était enterrée à St-Clet. 

Je m’y suis donc rendu. On était en 2008. J’en étais au tout début de la douce folie pour la généalogie. Je ne pensais pas que je deviendrais accroc de cimetières.

J’ai donc pris quelques photos…, pas de monument de Rosina…

Elle était enterrée dans le cimetière de Ste-Marthe!

Si vous lisez bien l’inscription, on voit une petite coquille…

Euclide Sauvé
Époux de Venance Paiement

Faudrait bien faire la petite correction.

Venance?

Venance?

Oui, mon demi-cousin Venance… Je ne vous mettrai pas sa photo, car il est toujours vivant et en pleine forme en plus.

J’étais certain que j’avais été à ses noces avec mes parents quand j’avais autour de 10 ans. C’était très clair dans ma mémoire d’enfant jusqu’à ce que, tout fier, je lui dise que j’étais allé à ses noces…

Mais la mémoire, ça joue des sacrés tours parfois.

C’était en fait les noces de sa soeur Thérèse, le 27 juillet 1957. Je me rappelle encore la maison dans mes souvenirs. Une salle à dîner entourée de fenêtres aux Cèdres.

Je me vois encore avec mon père, le gars pas trop sorteux, et ma mère avec son grand esprit de famille élargie. Ma mère aimait beaucoup aller aux noces. Mon père…, disons, un ti-peu moins.

C’est drôle comment notre mémoire nous joue des tours quand on est rendu grand. J’aurais juré sur la tête de mes petits-enfants que c’était les noces de Venance.

Meuh non!

Mais cépagrave finalement. Venance et moi, nous nous sommes rencontrés pour la première fois en 2006.

Mon demi-cousin Venance tenait mordicus à m’amener visiter le site historique de la bataille de Châteauguay. Je ne suis pas sorteux, mais là je me suis dit…

Venance y tient mordicus.

Ça fait au moins trois fois qu’il m’invite. Tout un caractère ce Venance et quelle mémoire en plus.  Depuis que je le connais, Venance m’a beaucoup parlé de son père Benjamin et de son grand-père Venance, le premier mari de Rosina Quesnel.

Notre lien est là. Son père Benjamin est le demi-frère de maman.

Le petit Benjamin est ici sur cette photo.

Fascinante photo prise en 1914 ou 1915. Faudrait que je vérifie.

Fascinante aussi cette autre photo… de la petite famille de Venance Paiement et de Rosina Quesnel.

Elle fut prise par J.A. Martin, le célèbre photographe selon mon cousin Yvon Quesnel. Je le crois sur parole.

Le petit Armand Paiement est dans les bras de sa maman. Comme Armand est né le 30 juillet 1914, la photo de l’école de rang serait donc prise en septembre 1914 au même moment que celle de la famille de Venance Paiement et de Rosina Quesnel qui habitait le rang Ste-Julie.

J. A. Martin ne serait pas revenu dans le coin une deuxième fois, du moins je pense.

C’est fort la généalogie. On peut même faire parler les photos.

Je me demande si J.A. Martin a pris d’autres photos des familles qui vivaient dans le rang Ste-Julie en 1914.

Ce serait fascinant n’est-ce pas…

Pour en revenir à la photo de l’école de rang de Ste-Julie, Benjamin est là…

 Dans le cercle jaune.

28 juin 1898

J’aime ça quand on m’écrit des commentaires sur mon blogue… surtout sur la  famille Hogue.

Bonjour M. Pierre Lagacé,

Il y a 2 ans j’avais communiqué avec vous au sujet de Jean-Marie Hogue et de Rosalie Léveillé, mais mon ordi avait planté, et c’est pour ça que j’ai perdu la communication avec vous ainsi que votre site. Par contre, je pensais que c’était le site My Heritage. Ma cousine Noëlla communique avec vous au sujet de Joseph Albert Hogue. C’est mon grand-père. Je vais vous donner la lignée de Jean-Marie Hogue et de Rosalie Léveillé = Joseph Hogue et Philomène Neveu = Joseph Albert et Marie-Anne Bernard = Joseph-Roméo-Rolland Hogue mon père = Joseph-René-Roméo Hogue c’est moi.

Joseph-Albert s’est marié aux USA à Gilbertville au Massachusetts le 28 juin 1898 en l’église St-Aloysius. (Joseph Jean-Adolph Hogue est le frère de mon grand-père), le grand-père de Noëlla Hogue. Aussi, il y a 2 ans vous cherchiez où se trouvait Mme Bernadette Hogue, sa soeur Marie Hogue, ce sont les soeurs de mon grand-père Albert et de Jean-Adolph et ils vivaient à Gilbertville aux USA Massachusetts.

Vos commentaires ouvrent des horizons nouveaux et me font découvrir de nouvelles choses. Ça me rappelle aussi de beaux souvenirs.

Toute cette histoire a commencé avec cette photo, celle de la famille de Jean-Marie Hogue. L’histoire de cette photo est tout à fait fascinante, tellement que même moi j’ai un peu de misère à tout me rappeler.

Je m’imagine quelqu’un qui arrive sur mon blogue comme par hasard…

Il doit être perdu pas à peu près.

La prochaine fois, je vous fais un petit résumé rapide, mais pas tout de suite, car je m’en vais faire d’autres petits nowhere… comme au site historique de la bataille de Châteauguay avec mon demi-cousin Venance.

Bonne fête maman

Maman aurait 91 ans aujourd’hui…

Que dis-je!

Maman a 91 ans aujourd’hui… et 92 ans l’an prochain en 2013.

Elle vit toujours même si elle repose en paix au cimetière de la paroisse de Sainte-Justine-de-Newton là où repose aussi son père Euclide.

J’ai pris des photos du cimetière, mais je ne les retrouve plus sur mon disque dur. Toujours dur de visiter ce cimetière. Trop de souvenirs douloureux sont ensevelis avec maman depuis 1989.

La petite Aline, née le 27 juin 1921 sous le signe du Cancer, est morte seule à l’hôpital de Verdun d’un cancer du foie le 3 octobre 1989. Je n’avais pas saisi ce que voulait me faire comprendre l’infirmière à son chevet. Maman n’en avait pas pour longtemps.

La vie avait abandonnée maman à plusieurs reprises dans sa vie.

L’histoire d’Aline est l’histoire de plusieurs femmes de cette génération. Je ne vais pas à vous la raconter ici. Vous avez dû la lire entre les lignes depuis 2008. Disons seulement qu’Aline avait beaucoup l’esprit de famille et qu’elle aimait beaucoup ses enfants et ses petits-enfants.

Je dois avoir hérité ça d’elle.

Je ne raconterai pas toute l’histoire de maman à mes petits-enfants… juste les rares petits bouts de bonheur.

L’histoire d’Aline a fait ce que je suis.

La triste histoire de mon père également. L’histoire de Léo est aussi celle de plusieurs hommes de cette génération. Je ne vais pas à vous la raconter ici. Vous avez dû la lire entre les lignes depuis 2008. Je ne la raconterai non plus pas à mes petits-enfants…

Toute vérité n’est pas bonne à dire et ça peut laisser des traces.

Inconsciemment, mes parents ont laissé des traces dans ma vie, et ces traces en ont aussi laissé inconsciemment dans la vie de mes enfants. Elles en laisseront sûrement aussi inconsciemment dans celle de mes petits-enfants.

Consciemment ou non, on laisse toujours des traces.

Léo Senior et ses deux fils vers 1933

Finalement, j’ai trouvé ce matin ce que je cherchais…

Repose en paix…

Portraits de femmes

J’ai beaucoup de photos de famille où on voit des femmes.

Ma mère et sa soeur Claire dans les années 1940

Élise Chartrand, la grand-mère maternelle de ma mère dans les années 1930

Rosina Quesnel, la mère d’Aline et de Claire, en 1914,
avec son premier mari Venance Paiement

Cordélia Monette, la belle-mère d’Édouard Métayer dans les années 1920

Derrière chacune de ces photos se cache une histoire.

Excusez le retard

J’espère juste que vous n’êtes pas rivé à votre ordinateur depuis le matin en attente de mon article…

Une descendante de Pierre Gauthier dit Saguingoira, l’ancêtre de Sophie Gauthier, s’est manifestée en fin de semaine et j’avais un ti-peu de recherche à faire. Elle avait tardé à me répondre suite à son courriel et aux informations que je lui avais envoyées il y a 15 jours.

Hello!

I was wondering if your family tree is possibly related to me so I can research my ancestors. My Grandpa was Llyod Marshal Seymour born 1889 and died 1946. He had a daughter Viva Mary Seymour. Unfortunately this is all the information I have besides they lived in Michigan. Are they connected to your family tree?

Tout ça, on le doit grâce à Michel Lauzon, un fin limier…

Michel m’avait écrit un message il y a fort longtemps…

Marie-Rose Gauthier avait aussi une sœur nommée Sophie. Celle-ci épouse Jean-Baptiste Couture le 17 novembre 1845 à la basilique Notre-Dame de Montréal.

Ils demeurent à Coteau-du-Lac, puis déménage aux États-Unis… Ils semblent avoir fait leurs vies dans l’état de New-York… Jean-Baptiste Couture devient John Seymour… et Gauthier semble devenir… Gokey.

Si je trouve autre chose, je te ferai parvenir…

Amuse-toi bien…
À la prochaine

Michel Lauzon

Un vrai devin que ce Michel!

Une belle aventure qui commence…, car des descendants de John Seymour et Sophie Gokey ont découvert mon site Ancestry sur les ancêtres de Sainte-Anne-des-Plaines.

J’ai trouvé la fille et la petite-fille de l’arrière-petite-fille de Sophie Gauthier et Jean-Baptiste Couture (John Seymour). J’espère juste qu’il comprenne ma douce folie pour la généalogie.

This will never stop…

Bonne Saint-Jean

Toute photo a une histoire derrière elle…

1913

Mais tout ne se dit pas sur ce blogue.

C’est le père d’une de mes lectrices personifiant St-Jean-Baptiste. Ce que je peux dire par contre c’est tout l’amour et toute la fierté de cette personne pour son père.

Ici, vous avez un texte sur l’origine de la fête de la Saint-Jean-Baptiste…

Un petit lien envoyé par Jocelyne.

Ma petite cousine éloignée en France…

La guerre de 1812

Je ne suis sûrement pas le seul à en savoir si peu sur la guerre de 1812.

On doit donc une fière chandelle au gouvernement Harper de mettre à l’avant-scène ce conflit qui a eu lieu il y a 200 ans.

Les célébrations ne semblent pas faire l’unanimité par contre.

Le gouvernement conservateur a pris les grands moyens pour marquer le bicentenaire d’une guerre méconnue, celle de 1812. Un conflit absolument fondamental dans l’histoire canadienne, dit Ottawa. Vraiment ? Les historiens n’adhèrent pas tous à cette lecture.

La guerre de 1812 connaît ses heures de gloire au Canada. Elle sera au coeur des célébrations du 1er juillet sur la colline parlementaire. Elle est l’objet d’une vaste exposition au Musée canadien de la guerre. Elle a son application iPad et ses pièces de monnaie. Elle aura son monument commémoratif et sa « campagne de sensibilisation » nationale. Deux cents ans plus tard, c’est le triomphe.

En dévoilant dans les derniers mois le programme des célébrations – dont la facture officielle est de 28 millions -, le ministre du Patrimoine canadien a souvent répété que « le Canada n’existerait pas si l’invasion américaine n’avait pas été repoussée durant la guerre de 1812 ». Ainsi les conservateurs font-ils de ce conflit entre les États-Unis et le Canada un jalon crucial de l’histoire canadienne.

Source Le Devoir

Si le sujet vous intéresse, continuez votre lecture ici.

Les activités soulignant le bicentenaire de la guerre de 1812 sont officiellement lancées. Des dizaines de millions de dollars seront dépensés pour convaincre les Canadiens que 1812 conduira à 1867. Une erreur historique montée en épingle sans vergogne par les conservateurs. 

Le Devoir fait bien ses devoirs.

Bien sûr Le Devoir n’est pas le seul… 

Je me demande qui croire dans toute cette histoire…