Sondage pas scientifique pour deux cennes… et sans prétention

Alors votre resto de poutine préféré…?

J’ai besoin d’aide, surtout si Pascale Ouvrard décide de venir faire un petit nowhere au Québec pour se régaler d’une bonne poutine.

Hier, Michel a fait l’éloge de Valentine dans ce commentaire.

Valentine: ce haut lieu de la gastronomie québécoise qui, soit dit en passant, offre en ce moment le hot dog steamé all dressed @ 0,99. Inutile d’ajouter que j’ai profité de cette occasion inespérée pour renouer avec ce plat savoureux — que j’ai parfois/souvent tendance à délaisser — à consistance gélatineuse et brunâtre truffé de bonnes patates frites bien molles et qui, dans des conditions sonores idéales, laisse émaner des squouiches squouiches discrets annonciateurs d’un orgasme buccal prochain. Si jamais je me tape un jour le gros lot à la LotoMax, je m’abaisserai peut-être à caresser du bout des lèvres cette ignoble contrefaçon, version foie gras, au Pied de Cochon.

Entre-temps…

Deux steamés @ 0,99 arrosés de la Classique @ 2,49 chez Valentine, le repaire des connaisseurs. En fait, j’inviterai peut-être Pascale à son prochain séjour — en supposant que le spécial @ 0,99 soit toujours en vigueur, bien sûr.

Je suis certain que Michel est un fin connaisseur, mais j’aimerais mieux avoir une plus grande brochette de choix.

Je suis donc à la recherche des meilleurs restos de poutines. Je sais qu’on a celui-ci…, mais Drummondville c’est pas près de Ste-Anne-des-Plaines.

Par contre, c’est le resto préféré de Véro!

Squouich, squouich

Je sais que je pourrais amener Pascale chez Monsieur Burger à Ste-Anne-des-Plaines, mais là il faudrait aussi l’amener à la Belle Province pour éviter de partir une autre Guerre mondiale…

Aussi, deux poutines durant la même journée, ça risque d’être fatal.

Allez-y donc de vos petits commentaires et de vos petites  suggestions, et n’hésitez surtout pas à faire preuve de chauvinisme et voter pour votre patelin.

Voici le premier resto suggéré par une inconditionnelle de mon blogue…

Chez Alpha, une chance que c’est loin de chez moi, il faudrait que je prenne l’autobus et il n’y a pas de livraison. Que de bons souvenirs, avec les amis, après un bon film, on s’entassait sur la banquette du restaurant et on dégustait une grosse poutine.

On es-tu trop vieux pour ça ? En tout cas, c’éta l’fun

Chez Alpha…?

C’est là!

À votre tour maintenant, où il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir…

Cet article restera ouvert 24 heures sur 24 et les commentaires s’ajouteront au fur et à mesure.

En attendant, vous pouvez aller lire cet autre blogue. On y parle aussi de poutine.

17 mai 2012 

La meilleure poutine de la région ici c’est « Monsieur Patate » à Varennes. 

Mais, mais, mais …  La meilleure poutine de la région ici c’est « Monsieur Patate » à Varennes. 
D’ailleurs je pense que c’est là que Véro se retrouve tous les samedis avec sa petite famille. 

Elle habite la municipalité voisine.

http://sixheures.canalblog.com/archives/2008/08/10/10195918.html

http://aladistasio.telequebec.tv/a_la_tele/emission.aspx?id=139

Je ne me souviens plus comment tu en es venu à parler poutine …

Enfin, je connais l’histoire véritablement véridique de la poutine !

Vraiment trop drôle… le commentaire laissé sur mon blogue hier par Pascale Ouvrard.

Pascale est ma lectrice qui m’avait envoyé ces belles photos de l’Île de Ré, le lieu de mon ancêtre André Pierre Mignier dit La Gâchette…

Pur plaisir égoïste…

Bonjour
Enfin, je connais l’histoire véritablement véridique de la poutine !
Et ça me rappelle que j’en ai une boîte dans mon placard depuis de longs mois, depuis que l’amoureux de ma fille m’en a offert (j’en avais demandé car j’en avais mangé une fois lors de ma visite au Québec). Il avait trouvé cette demande très bizarre de ma part !
Je ne l’ai pas encore utilisé car, si je peux faire des frites très facilement, je ne trouve pas ici de fromage qui fait spouich spouich ! même dans une boutique de produits anglais (car nous avons ici en Limousin de nombreux anglais heureux de trouver des maisons et des terres beaucoup moins chères qu’en Grande-Bretagne, des étangs pour pêcher des carpes, du vin et du foie gras et un peu plus de soleil)

Et sans fromage  » pouitch pouitch », pas de poutine ! je ne peux pas demander de m’en envoyer car le temps passé à traverser l’Atlantique, il devient muet !
Bref, je ne mangerai de la poutine digne de ce nom que lors de mon prochain séjour à Montréal.

Pascale OUVRARD

(Les Belles Histoires de Ste-Anne-des-Plaines L’invention de la poutine)

Spouich spouich ou Pouitch pouitch, là est la question…

L’invention de la poutine

Cette histoire fait partie de la trilogie de cinq ou six histoires de la série Les Belles Histoires d’un petit village au Sud des Pays-d’en-haut.

Elle est maintenant disparue de mon ancien blogue hébergé par le site Branchez-vous qui lui aussi va disparaître bientôt.

La seule chose qui distinguait Branchez-vous! d’un site complètement anonyme étaient ses blogueurs. Le problème c’est qu’il n’y avait pas de gros nom pour attirer les lecteurs, qu’ils n’avaient pratiquement aucune visibilité (saviez-vous que Gérald Larose avait un blogue sur Branchez-vous?) et qu’ils n’étaient jamais cités dans les médias électroniques (même dans les médias sociaux, je voyais rarement leurs propos être repris ou cités. Problème).

Problème!!!

À la demande générale de Vicky Lapointe, je vous remets l’histoire en format PDF.

Cliquez…

 (Les Belles Histoires de Ste-Anne-des-Plaines L’invention de la poutine),  

puis, pourquoi pas, allez manger une bonne poutine.

La trilogie comprenait l’histoire de l’invention du baseball, de l’histoire du sous-marin Subway, la rivalité Canadiens-Nordiques, les Jeux olympiques de 1876…

J’espère ne pas en avoir oublié.

Ah oui… L’histoire de l’aviation canadienne.

Pur délire.

Je ne crois pas au hasard

J’écoute de moins en moins les nouvelles par les temps qui courent.

Vraiment trop déprimant.

Sauf que ce matin j’ai écouté RDI. On faisait allusion à cet écrit de Pierre Foglia sur la fêtes des Mères.

Et vous, Thérèse, la fête des Mères?

Ma puce Rebecca m’a dit qu’elle me préparait quelque chose dans son cours d’art plastique.

Rebecca a 10 ans. Autiste. Syndrome de la Tourette. Trouble du déficit de l’attention (TDAH). Asthme. Crises d’épilepsie.

Thérèse, sa mère, c’est Thérèse Pelletier, 47 ans, de Sainte-Anne-des-Plaines (près de Saint-Jérôme). Elle a six enfants. Sortis de son ventre, je veux dire qu’elle ne tient pas un foyer d’accueil pour enfants handicapés, même si on pourrait s’y tromper. En 50 ans de journalisme, je ne me souviens pas d’avoir écrit un paragraphe aussi lourd que celui qui suit.

Cliquez ici.

Quand je lis ça, je me dis que ma mère a eu une vie vraiment facile…

Retour aux sources

Retour aux sources sur ce blogue avec ce commentaire de Noëlla.

Moi je  recherche  mon  grand-père, John (Jean Adolph) Hogue. Il  est  né  vers  1880 marié  à Emma Therrien. Son  père  Joseph, sa mère  Philomène Neveu. J’ai  beau  chercher,  je  ne  le  trouve  à  nulle  part. Je  crois  qu’il  a  fait  un  séjour  aux  États-Unis. Je voudrais  savoir  où  il  était  dans  sa  jeunesse.
Merci

J’ai répondu à Noëlla dans la section commentaires suite au sien en lien avec cet article…

J’ai aussi invité Noëlla sur mon site Ancestry.

Elle pourra découvrir plein de choses sur ses ancêtres et ce, tout à fait gratuitement sans compter les belles photos de quelques-uns de ses ancêtres.

Parlant de retour aux sources…

L’acte de baptême de Joseph Adolph Jean-Marie Hogue né le 16 septembre 1881 à Ste-Anne-des-Plaines.

Grand ménage du printemps

Ma petite retraite fermée m’a permis de faire le point au sujet des sujets que je touche sur mon blogue.

J’ai donc mis à la corbeille mes articles qui traitaient de politique et de trouble de comportement narcissique.

Vous n’avez qu’à lire entre les lignes.

Plus d’allusion sur le monde de la politique.

Dorénavant, seulement du beau monde, celui de nos ancêtres.