Un descendant de Thomas Chartrand?

J’imagine que oui…

Cliquez.

Le Mépris et l’entêtement  © Alexandre Chartrand

 Le mépris et l’entêtement, une peinture d’Alexandre Chartrand a été vendue 1779 $, somme que l’artiste a versée à la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE).

Alexandre Chartrand a indiqué que le prix initial de sa toile, 1625 $, a été haussé à 1779 $, en référence à la dernière offre de Québec sur la hausse des droits de scolarité.

L’oeuvre fait partie de la série On se fait tous fourrer, présentée à la galerie Point Rouge depuis mercredi. Peinte sur une période d’un peu plus d’un an et inspirée par l’actualité, chaque oeuvre exprime une raison pour laquelle « on se fait tous fourrer ».

Il s’agit d’une troisième exposition solo trois ans pour Chartrand, un artiste originaire d’Ottawa qui vit maintenant à Montréal.

Alexandre a mis un ti-commentaire…

Merci pour tous ces commentaires, que ça vous plaise ou non, je suis content que ma toile ne vous laisse pas indifférent ! Je tiens toutefois à rectifier quelques faussetés proposées par quelques utilisateurs.

1. Je ne suis pas subventionné pour peindre.
2. Je ne suis pas étudiant.
3. L’acheteur en est très heureux et il savait à qui je destinais l’argent.

Vous êtes bienvenues à visiter mon site bo-boche qui me sert de vitrine sur le ouèbe.
http://chartrand.jimdo.com/

Ou à venir visiter l’expo à la galerie Point rouge, en cours jusqu’au 13 mai. Une photographie d’une peinture et une peinture vue en personne ne font pas la même impression ! http://galeriepointrouge.com/

P.S. Payez-vous une petite visite sur son site…

La famille Binette de Verner en Ontario

Je termine cette série d’articles par ce petit diaporama.

Toutes les photos proviennent de ce site.

Je peux les utiliser en citant la source.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le matériel disponible ici peut être utilisé à des fins personnelles ou éducatives. L’utilisation de ce matériel devrait toujours inclure le crédit “Collection du Club généalogique du Nipissing Ouest”. Pour toutes autres fins, notamment pour des fins commerciales, on ne peut, sans l’autorisation expresse du Club généalogique du Nipissing Ouest et, s’il y a lieu, des autres titulaires des droits d’auteur, modifier, copier, reproduire, republier, afficher, transmettre ou distribuer le matériel, de quelque manière que ce soit.

La famille Binette sur Internet

J’ai en appris des choses en allant fouiller l’Internet dimanche dernier pour en savoir plus sur la famille Binette de Verner en Ontario.

J’aurais dû le faire en 2008, mais j’étais trop occupé avec mes ancêtres Lagacé.

Je vous ai trouvé cette photo de Marie-Josephte Binette avec son mari Adélard St-Onge. On y voit aussi Aurore Binette avec son mari Raphaël Giroux et leur fille Annette.

Gauche à droite :
Dollard St-Onge, Raphaël Giroux, Marie Binette St-Onge tenant Annette Giroux et Aurore Binette Giroux

Aurore est donc celle-ci sur la photo de 1907.

Quant au petit Hormidas,

j’ai trouvé son acte de mariage.


Certificat de mariage de Marie Ange (Stéphanie) Joly & Hormidas Binette

La famille est maintenant réunie… et elle s’agrandit au fil de mes recherches!

Aldina, Lydia, Aurore
Saül, Hilaire Binette, Mélina Sauvé, Hormidas. 

Voici le site qui contient plein de photos de Verner en Ontario.

Revoici Aurore Binette et son mari Raphaël Giroux. Leur fils Léon Giroux est avec eux.

Raphael, Aurore et Léon photographiés dehors dans la cour à Verner

Sur cette photo, c’est Rosanna Binette (fille d’Hilaire et de Mélina) et son mari Joseph Legault en compagnie de la famille Giroux.

Gauche à droite:
Raphaël Giroux, Annette Giroux, Léon Giroux, Aurore Giroux, Joseph Legault,
Jeanne Giroux, bébé Giroux, Mme Joseph Giroux

La vignette sur le site est erronée.

On a plutôt Joseph Legault, Annette Giroux, Léon Giroux dans les bras d’ Aurore Binette Giroux, son mari Raphaël Giroux avec la valise, Jeanne Giroux, bébé Giroux, Mme Joseph Legault (Rosanna Binette).

Rosanna est la grande soeur d’Aurore.

Le site contient des tonnes de photos et il est une petite mine d’or de renseignements, et pas seulement sur la famille Binette.

Je vous laisse fouiller et je vous reviens avec mes découvertes la prochaine fois.

Lydia Binette

J’avais ajouté ceci hier au début de mon article après l’avoir mis en ligne… C’est mon genre…!

Je trouvais que ça ajoutait une toute nouvelle dimension à mon article et au reste de mes autres articles sur la famille Binette à venir.

Je reprends pour vous une partie de mon article écrit en février 2008 pour vous montrer le chemin qu’on peut faire en quatre ans juste en partant d’une photo.

Et d’une carte mortuaire…

Retrouvées pêle-mêle dans un sac d’épicerie…

Dans un maison du rang Ste-Julie à Ste-Marthe.

1957

N’est-ce pas que ça ajoute une nouvelle dimension surtout  si vous allez payer une petite visite à une vieille matante?

Maintenant l’article d’aujourd’hui. Je vous promets que je n’ajouterai pas d’autre chose.

Lydia Binette est la grand-mère de ma nouvelle 3e cousine qui vit en Ontario.

Elle n’avait pas cette photo ni celle d’Honoré et Julie.

Sa grand-mère Lydia est bel et bien au centre dans la deuxième rangée.

Confirmé !

Elle m’a envoyé plusieurs photos, mais je n’ai pas la permission de les mettre ici ni sur mon site Ancestry.

Je respecte ça.

C’est ce qu’on appelle le lien de confiance…

Ce que je peux vous dire, par contre, c’est ce que j’avais trouvé en 2008 et puis, ce que j’ai trouvé cette semaine en continuant ma petite recherche sur Internet sur la famille Binette.

Lydia Binette (Cédia ou Lédia dans les recensements) a marié Hildège Barrette le 20 avril 1914 en la paroisse St-Jean-Baptiste à Verner en Ontario.

Curieux, je suis donc allé faire un petit nowhere virtuel pour trouver l’église paroissiale.

Tadam…

Collection de la Bibliothèque publique de Nipissing Ouest

Mais ma visite ne s’est pas arrêtée là, bien au contraire…!

Demain, je vous amène voir du beau monde à moins que vous soyez aussi curieux que moi et que vous me devanciez ou que vous alliez lire mon blogue en anglais.

La famille Binette

Je reprends pour vous une partie de mon article écrit en février 2008 pour vous montrer le chemin qu’on peut faire en quatre ans juste en partant d’une photo.

Et d’une carte mortuaire…

Retrouvées pêle-mêle dans un sac d’épicerie…

Dans un maison du rang Ste-Julie à Ste-Marthe.

1957

En consultant le recensement canadien de 1901, j’ai vu le couple Binette-Sauvé avec leurs enfants.

Ils vivaient à Ste-Justine-de-Newton.

Marie serait née en 1881, Léon en 1885, Cédia ? (on voit des prénoms bizarres dans les recensements) serait née en 1887, Aurore en 1893, Aldina en mai 1895, Hormidas en octobre 1897 et Saül serait né en 1900.

Si je joue au détective, le plus petit des deux garçons (celui à gauche) serait Saül. L’autre (à droite) Hormidas. Léon ne serait pas sur cette photo que je crois prise vers 1907, car Saül semble avoir autour de 7 ans. Hormidas en aurait 10 ans. Aldina serait derrière le plus jeune garçon et aurait 12 ans. Aurore serait à droite et aurait 14 ans.

Celle du centre serait Cédia… et elle serait âgé de 20 ans.

On retrouve à nouveau la famille dans le recensement de 1911.

Elle demeure maintenant à Macpherson, dans le comté de Nipissing, en Ontario.

Léon Binette se retrouve maintenant dans la famille. Il devait être ailleurs quand le recenseur est passé en 1901… 

En 1911 le recenseur l’écrit deux fois!

On retrouve Lédia Binette, la fameuse Cédia de 1901, Aurore, Aldina devient Albina, Hormidas devient Ormidas et Joël Binette est sans doute Saül.

On retrouve aussi Adgil (sic) Binette qui est le frère d’Hilaire. On indique qu’il est né en avril 1862 et Miraina (?) Brisson, qui est pensionnaire, née en septembre 1893.

Les recensements sont aussi intéressants que les vieilles photos et soulèvent plein d’interrogations.

En passant, si vous avez de belles photos de famille, vous pouvez les partager avec nous.

Et si vous avez des commentaires, ne vous gênez pas…

Pierre

Plusieurs descendants de personnes dont j’avais les photos ont communiqué avec moi pour avoir plus de renseignements…

Fin de l’article

Demain, j’ai la confirmation de l’identité d’une des filles… et encore beaucoup beaucoup plus.